[Alt-Text] [Alt-Text]

L'actualité de la Réunion en direct

10 phrases qu’un enfant ne devrait jamais entendre

dans Divertissements

Nous disons tous de mauvaises choses parfois, laissant nos enfants se sentir blessés, en colère ou confus. Voici une liste comprenant 10 phrases qu’un enfant ne devrait jamais entendre selon oummi-materne

  • « Tu es méchant »

Lorsqu’on dit à son enfant « tu es méchant », on lui colle une étiquette qui restera probablement très longtemps en lui. On l’empêche de se définir lui-même. Il se construit avec l’idée que c’est lui, que c’est son rôle.

De plus, cette phrase est très agressive. De façon générale, lorsqu’on commence une phrase par « tu » au lieu de « je », elle a tendance à glisser vers des jugements, dévalorisations, etc… : « Tu es vraiment pénible », « Tu veux toujours, tout de suite! » On peut modifier cette phrase en parlant plutôt de soi : « Je vois que… », « Je trouve que… »

Cette façon de faire ne pourra jamais faire avancer une situation positivement. Peut-être pour l’adulte, mais l’enfant en sortira cassé. Il vaut mieux parler du comportement plutôt que de l’enfant de façon générale.

  • « Arrête de pleurer »

Quand nous disons à notre enfant d’arrêter de pleurer, nous lui disons indirectement que ce n’est pas bien de ressentir ce qu’il ressent. Nous jugeons ses émotions, nous lui disons: «Tes sentiments n’ont pas d’importance». Dire aux enfants qu’ils pleurent «sans raison» ne fait que transmettre que les émotions qu’ils ressentent au fond d’eux sont indignes de larmes.

Quand nous disons à nos enfants ce qu’ils doivent ressentir, comment se sentir et quand ressentir, nous leur apprenons à enterrer leurs vraies émotions. Le problème avec cette «leçon» est que les émotions supprimées créent une fosse sans fond de sentiments réels qui ont si désespérément besoin de sortir; cette fosse sera toujours là à l’âge adulte et ainsi de suite. Invalider les sentiments de nos enfants est frustrant pour eux.

A la place, vous pouvez lui dire : « Tu as le droit de pleurer, si cela te fait du bien », « Qu’est-ce que tu ressens dans ton coeur, qui te rend si triste? »

  • « Pourquoi tu n’es pas comme ton frère/ta sœur »

Même si cela semble assez inoffensif, c’est un piège pour les parents. Lorsqu’on utilise ce genre de comparaison entre deux membres d’une même fratrie, c’est extrêmement blessant et cela peut créer une véritable rivalité fraternelle, en attisant les flammes entre vos deux enfants.

Rappelez-vous que votre enfant est lui-même, unique avec ses propres qualités. Chaque enfant a son propre rythme, son tempérament et sa personnalité. Comparer votre enfant à quelqu’un d’autre implique que vous souhaitez que le vôtre soit différent.

On peut avoir tendance à comparer son enfant à un-e cousin-e, un-e ami-e… mais la comparaison ne permet pas de changer un comportement. Être poussé à faire quelque chose pour lequel il n’est pas prêt (ou n’aime pas le faire) peut être déroutant pour un petit enfant et peut miner sa confiance en lui.

  • « Laisse-moi tranquille »

Quel parent n’a jamais eu envie d’une pause, même de temps en temps ? Pourtant, même si cette pause comporte des avantages, cela devient un problème lorsque nous disons régulièrement à notre enfant : « ne me dérange pas » ou « je suis occupé ».

Il intériorise ce message et commence à penser qu’il ne sert à rien de venir vous parler parce que vous le rejetez. Si vous établissez ce mode de fonctionnement lorsque vos enfants sont petits, ils peuvent être moins susceptibles de vous dire des choses à mesure qu’ils vieillissent.

Dès l’enfance, les enfants devraient prendre l’habitude de voir leurs parents prendre du temps pour eux-mêmes. Passez le relais (si vous le pouvez), que ce soit à une assistante maternelle, une coopérative de garde d’enfants, de la famille ou des amis de confiance pour que vous puissiez vous détendre et vous ressourcer.

  • « Les filles/les garçons ne font pas ça »

Les stéréotypes de genre commencent jeunes, et ça car on nous l’apprend dès le berceau. De ce fait, ceci est ancré dans nos comportements, réactions et même notre vocabulaire. Un enfant est un enfant alors laissez-le être lui, juste lui, sans lui imposer l’image de ce que nous pensons qu’il devrait être.

Entre 0 et 3 ans, les enfants n’ont aucun préjugé genré. Les garçons peuvent pleurer, prendre soin des autres, être affectueux, être doux… Les filles peuvent être meneuses, fortes, bruyantes, sales…

Laissez les enfants décider eux-mêmes !

  • « Attendez que papa/maman arrive, je lui dirai »

Cette erreur commune des parents – ou des proches – est un double coup dur. Cela inspire de l’anxiété et de la peur chez votre enfant – surtout de la personne à qui vous allez raconter ce qui vient de se passer, et cela montre que vous êtes incapable de gérer votre enfant ou le problème. L’enfant se retrouve pris au piège et cela le contraint à se soumettre. La soumission n’a jamais aidé à grandir, au contraire, elle crée beaucoup de frustration et nourrit la colère intérieure.

Aussi, rappelez-vous qu’il y a beaucoup de choses que votre enfant peut faire involontairement ou de manière irresponsable à cause de son cerveau immature et la domination de son cerveau archaïque.

Laissez votre enfant prendre possession de ses erreurs et actions, mais faites-le avec respect.

  • « Arrête d’être timide »

L’une des meilleures façons de pousser un enfant vers un trouble anxieux est de le harceler en lui disant d’arrêter d’être timide et de le forcer à dire bonjour aux personnes avec qui il se sent mal à l’aise. Et quand l’exhortation parentale inclut un ordre d’embrasser, serrer dans ses bras ou même serrer la main, le message envoyé est: « Ton corps et tes limites n’ont aucun sens et peuvent être annulés par quiconque à plus d’autorité que toi ».

Ce qui aide la timidité, c’est la pratique, le soutien et la préparation. Les enfants timides feront de leur mieux s’ils savent ce qui va se passer et se sont entraînés à être accueillant avec une salutation, même dire « bonjour », un signe de main plutôt qu’un contact physique qu’il ne désire pas.

  • « Non »

Les enfants entendent le mot «non» trop souvent alors que leur cerveau immature ne leur permet pas de comprendre les formulations négatives. De plus, le « non » est culpabilisant pour l’enfant et une fois de plus, nous lui faisons honte.

Vous pouvez toujours reformuler la phrase d’un négatif à un positif, ce qui corrigera le comportement sans paraître critique. Entraînez-vous à dire ce que vous voulez qu’ils fassent au lieu de ce que vous ne voulez pas. Donc, vous pouvez dire « Marche, s’il te plaît » au lieu de « Ne cours pas ». En donnant une règle simple et claire à l’enfant, on aura toutes nos chances pour qu’elle soit respectée.

Si le « non » est inévitable, essayer d’utiliser en alternative « stop », qui est nettement plus efficace.

  • « C’est rien, tu vas bien! »

Une éraflure peut sembler sans importance pour l’adulte et nous pouvons user de phrases maladroites, comme : « Ce n’est rien », « sèche vite tes larmes », « ce n’est qu’un petit bobo » mais comme le disait Maria Montessori : « Dire à un enfant qui a mal que ce n’est rien revient à l’embrouiller, car on nie son impression alors que justement, il en cherche la confirmation auprès de nous. »

Après être tombé l’enfant peut avoir besoin de se décharger par les pleurs, les rires ou d’autres formes encore. Entraver ce processus naturel en l’empêchant de pleurer revient à l’empêcher d’être triste ou de souffrir. L’essentiel est de faire preuve d’empathie en recueillant ses émotions : « As-tu eu peur? », « Où as-tu mal? Je vais voir ce que tu as et vais m’occuper de toi ».

  • « Tu n’as aucune raison d’avoir peur »

Parfois, nous ne comprenons pas ce qui effraie notre enfant alors on a tendance à lui dire, comme pour le rassurer : « N’aies pas peur », « Tu es grand, tu n’as aucune raison d’avoir peur ». En réalité, ces expressions disent à l’enfant : Tu n’as pas le droit à cette émotion. Elle n’est pas utile.

Lorsque votre enfant vous dit : « J’ai peur du fantôme », ne cherchez pas à nier son émotion et ses ressentis. Il a besoin d’être accompagné : confirmez sa peur, aidez-le à verbaliser sa crainte puis rassurez-le : « Veux-tu un câlin? », « Tu as le droit d’avoir peur et je suis là pour toi ».

Tags:

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "10 phrases qu’un enfant ne devrait jamais entendre"

avatar
plus récents plus anciens plus de votes
Pffff
Invité
Pffff
Certains enfants grandissent dans la violence verbale,(même physique parfois); on ne s’adresse à eux qu’en employant des insultes.Comment voulez-vous que ces enfants deviennent des adultes confiants en eux, en l’avenir, en autrui. Ils sont détruits à la base de leur apprentissage. C’est une éducation qui se transmet (dans mon temps té fė comme çà ) de génération en génération et la télé aidant, Internet sans filtre et sans dialogue donnent cette jeunesse en perdition et des parents qui soient ne savent pas comment faire ou ont lâcher l’affaire ou attendent que les autres joue n’y leur rôle à leur place.… Lire la suite »
clindoeil
Invité
clindoeil

Encore des questions !!
Nanny ou Pascal des leurres…

kboplate
Invité
kboplate

aprés band marmail i command parents!
merci nos élus, nos lois etc!

Patav
Invité
Patav

L’article est intéressant, mais je pense pas que nos parents ont pris autant de pincettes pour nous faire comprendre qu’on ai sur le mauvais chemin… Cela, pour beaucoup d’entre nous, nous a pas empêcher de nous en sortir. Aujourd’hui, les enfants réunionnais ont tout pour être heureux et épanouis, mais à force d’entendre les adultes se plaindre, ils ont perdus tout espoir d’un monde meilleur.

zef
Invité
zef
C’est pour ça que sans point de repère (comme la peur de l’autorité, le respect des parents, le gout de l’effort et de la souffrance dans le travail), on a des petits gamins de 12-15 qui arrive a violer des fille de 18 ans ou à tabasser en groupe. Parce que le Non les rend coupable et donc ils culpabilisent. C’est pour ça aussi que les parents n’ont plus d’autorité car on fourre dans la tête de ces enfants qu’ils ont des DROITS. Mais à aucun moment on rappelle à ces enfants, le Devoir : Le Devoir de respecter ses… Lire la suite »
Mina
Invité
Mina

Ça c bien dit zef!!!!

taz
Invité
taz

Il n’y a pas d’enfant a problèmes mais bien des parents a problèmes il me semble.. et c’est leurs rôle de le montrer les bon et les travers de la société.

Derniers de Divertissements

Aller en Haut