Après Rémy Lagourgue, Patrick Dorla et Jacqueline Henry rejoignent Cyrille Melchior

dans Actualités/Politique

La majorité départementale ne cesse de s’élargir autour de son président Cyrille Melchior, qui a accueilli quelques représentants des médias locaux, hier, à l’occasion d’une rencontre informelle à la villa du Département. Autour d’un déjeuner convivial, le président du Département, élu le 18 décembre dernier, en remplacement de Nassimah Dindar, a expliqué les grandes lignes de sa feuille de route. Mais avant même de parler grands projets, il a répondu à une question sur sa majorité très serrée au terme du scrutin de décembre. Rappelons que Cyrille Melchior avait été élu par 26 voix contre 24 au candidat Jean-Claude Lacouture, soutenu par Didier Robert, le président de Région.

Depuis cette date, la majorité du nouveau président du conseil départemental s’est étoffée avec l’arrivée de Rémy Lagourgue (fils de Jean-Louis), conseiller départemental de Sainte-Marie juste avant la fin de l’année.Et, depuis le début de cette année, deux autres conseillers départementaux ont rejoint la majorité de Cyrille Melchior. Il s’agit de deux élus de Saint-Paul : Patrick Dorla et Jacqueline Henry.

Deux vice-présidences sont en revanche toujours vacantes. « Nous avons laissé ces deux postes ouverts à l’intention de l’opposition qu’elle soit de droite ou de gauche pour bien montrer notre volonté d’ouverture, notre volonté de travailler ensemble dans l’intérêt de La Réunion », explique le président Melchior. « Il y a un temps pour tout. Il y a le temps de l’élection et le temps du travail. Je suis pour le rassemblement et non pour la division. Je ne souhaite pas dans cette assemblée, une division entre majorité et opposition. Je souhaite que nous soyons travaillons dans une logique de gouvernance constructive et responsable qui agit, non pas en fonction d’intérêts partisans, mais dans l’intérêt de La Réunion et des Réunionnais. Je sais que ce message est entendu par mes collègues conseillers départementaux qui ont été nombreux à me témoigner de leur soutien. Je tiens à saluer ce sens des responsabilités qui les honore. Nos actes d’élus sont observés par les Réunionnais. Nous devons être plus que jamais exemplaires et responsables vis-à-vis de la population », a insisté, hier, Cyrille Melchior, prêt à enclencher les projets départementaux.

Juste avant le déjeuner, hier à la villa du Département, le président Melchior a tenu un rapide discours au cours duquel il a formulé le vœu « d’une année prospère pour la presse réunionnaise . Je veux pour commencer exprimer notre entier soutien à la presse réunionnaise qui est secouée depuis quelques années par d’importantes difficultés économiques. Nous avons besoin de cette presse d’information de qualité à laquelle nous sommes particulièrement attentifs. Vous êtes un canal privilégié pour nous, responsables publics, afin de transmettre des informations à la population réunionnaise. Vous êtes aussi des relais de l’opinion. Vous savez aussi, quand cela est fait en toute objectivité, relever des points de vigilance, nous alerter sur certains dysfonctionnements qui nécessitent des corrections. Nous avons besoin de cette presse plurielle, diversifiée, et libre, car comme le disait Voltaire, la liberté de la presse est « base de toutes les libertés ».

Concernant le budget dont il a la charge, Cyrille Melchior a beaucoup insisté sur « la bonne santé financière » de la collectivité départementale.

« Je suis donc confiant quant au vote du budget 2018 qui interviendra d’ici le mois de mars. Ce budget, comme vous le savez, devra tenir compte de trois facteurs qui sont l’augmentation des dépenses relatives aux allocations individuelles de solidarité ; La poursuite de la baisse des dotations de l’Etat et la mise en place d’une règle d’or de limitation des dépenses de fonctionnement. C’est donc une difficile équation que nous aurons à résoudre sans pour autant renier nos engagements. Bien au contraire, nous sommes plus que jamais dans cette logique de faire davantage malgré des moyens en baisse. C’est ce sur quoi nous travaillons actuellement avec les élus et les services.

La bonne santé financière de la Collectivité départementale nous autorise à envisager le recours à l’emprunt en 2018. Ce serait un moyen de nous libérer des contraintes citées précédemment et de pleinement engager nos politiques en faveur des solidarités réunionnaises, en particulier les solidarités familiales et sociales qui sont les socles de notre société », a précisé le président Melchior entouré de son DGS Pierre Bayle et de son directeur de cabinet Julien Hoarau.

Les priorités du conseil départemental

Parmi les grandes priorités du Département : « nous voulons dans le cadre de la silver economy accentuer nos actions en direction de nos gramounes, avec l’ouverture prochaine des premières Maisons d’Accueillants Familiaux. Il y a un enjeu social, mais aussi économique à prendre en compte les réalités du vieillissement et de la dépendance sur notre territoire. Nous en sommes pleinement conscients. C’est pourquoi, nous engagerons de véritables mesures en faveur de ces publics qui ont besoin du Département afin de vivre dignement ».

Autre grand enjeu du Département pour la nouvelle année : « le soutien à l’économie, à l’insertion et à l’aménagement du territoire. Le premier levier sera celui du redressement économique; aider le tissu économique dans son ensemble, les très petites et moyennes entreprises, nos artisans, nos exploitants agricoles, mais aussi les grandes entreprises, afin de soutenir leur dynamisme du territoire et parvenir à une amélioration de l’emploi en 2018 ».

Concernant l’insertion, le président assure que la collectivité mettra tout en œuvre pour « la sauvegarde de tous les dispositifs ». Et Cyrille Melchior de s’appuyer sur les propos d’Emmanuel Macron : « le Président de La République a assuré que les Départements d’Outre Mer et La Réunion pourront continuer à bénéficier du soutien de l’Etat en matière de contrats aidés. Je formule donc le vœu que ce dispositif soit maintenu en 2018, car c’est un important levier d’action en faveur des publics éloignés de l’emploi ».

Il a également rappelé les autres priorités : « nous poursuivrons nos politiques de valorisation de notre territoire, notre agriculture, nos routes, nos sentiers et espaces naturels sensibles, nos bâtiments culturels, nos sites touristiques. Sous l’impulsion de nos vice-présidents, nous porterons une politique d’investissement volontariste afin de soutenir l’économie réunionnaise et en particulier le secteur du BTP dont nous connaissons les difficultés actuelles. Je veux dire aux représentants du monde du BTP, entreprises, artisans et salariés, que nous sommes à leurs côtés et qu’à notre modeste niveau, nous participons à la relance de la commande publique », a souligné le président Melchior en présence de son 3ème vice-président Daniel Gonthier, maire de Bras-Panon et président du Parc national.

Le nouveau président a terminé son discours par le SDIS, qui a souvent fait la Une d’une certaine presse locale ces derniers temps. « 2018 sera une année riche en terme d’évolution. Nous voulons pour notre département d’un SDIS résolument tourné vers le progrès avec des casernes de meilleure qualité, nous allons donc poursuivre cette année notre plan de casernement. Nous voulons aussi doter nos pompiers de moyens d’intervention modernes, continuer bien sûr la formation afin de rendre ce personnel plus performant », a promis Cyrille Melchior. Avant de formuler pour 2018 le vœu d’une année de paix, de tolérance et d’harmonie, partout dans le monde, et à La Réunion en particulier », puis de « saluer l’engagement du groupe de dialogue interreligieux qui contribue à préserver la qualité du vivre-ensemble réunionnais, cette fraternité exemplaire des communautés qui s’unissent dans la diversité et la concorde. Ce vivre-ensemble doit plus que jamais être préservé et c’est aussi notre responsabilité d’élus de le rappeler, tout au long de l’année, lors des différentes manifestations culturelles que nous organisons sur l’ensemble du territoire. Le président Melchior a par ailleurs tenu à « saluer la mobilisation quotidienne des forces de l’ordre et des services de secours ». Il avait passé une partie de son réveillon du 31 décembre en compagnie du préfet Amaury de Saint-Quentin sur les contrôles routiers de l’île.

Cyrille Melchior envisage d’organiser ce genre de rencontre informelle avec la presse locale une fois par trimestre.

A noter enfin que malgré le recours qui a été déposé contre l’élection de la commission permanente par Sabrina Ramin, le président Melchior se dit « confiant, serein et optimiste ».

Y.M.

([email protected])

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Après Rémy Lagourgue, Patrick Dorla et Jacqueline Henry rejoignent Cyrille Melchior"

avatar
plus récents plus anciens plus de votes
manioc
Invité

Ah! que la soupe est bonne pour ces élus alimentaires qui n’ont pas de conviction politique et sont prêts a vendre leurs mères pour un mandat ou pour de l’argent. Comment faire comprendre à nos enfants la notion de fidélité, de dignité et de loyauté quand ces élus qui devraient donner l’exemple bafouent les principes de la république liberté, fraternité, égalité et de la démocratie. On n’est pas tous nés égaux en droit, il y a encore les dominés et les dominants ou exploiteurs.

Agathe
Invité

Unions de la droite sera indestructible pour macron dans notre département il faudra réunir tout les élus et oubliez le passer si La droite ce rassemble pas les autres forces politique auront de quoi pour démolir cette droite forte les deusx President des deux collectivités doit s’unir et ravailler ensemble les rancoeur et La colère de l’un ou de l’autre doit être derrière eux les réunionnais et réunionnaises crois en vous ne les décevez pas 2018 sera l’année de la réconciliation et des projets .soyons humains pour La Réunion .

André
Invité
André

tous des parasites ces politiciens ;à quand la révolution ?la coupe est pleine,le peuple gronde!

Noe97444
Invité
Noe97444

On aime tj les gagnants ! On aime l’équipe qui gagne !
Les gagnants ont tj raison !

ursula
Membre

La droite existe encore je me demande bien ? maintenant tout le monde est En marche , meme des hommes ou femmes politiques de droite ou de gauche ont changés pour En marche . Ceux sont que des menteurs honnêtement , j’espère que les gens le comprendront un jour .