Cancer et politique politicienne

dans Edito de Yves Montrouge/Politique

A toutes celles et à tous ceux qui luttent pour une cause juste et noble, je vous renvoie volontiers aux paroles de Mgr Gilbert Aubry prononcées hier lors de la messe de la Miséricorde à Cambuston (Saint-André) où l’évêque de La Réunion n’a pas cessé d’appeler à la paix : « débarricade zot cœur, déverrouille zot cœur, pour vivre en paix, dans cet amour de l’autre, dans la Miséricorde divine ». La violence, en paroles ou en actions, n’amène à rien sinon au vilain ; Elle enlève toute crédibilité à un geste noble, à une initiative louable. Jusqu’ici, le combat mené en toute sérénité mené par le docteur Karl Bellon pour la protection du domaine public maritime a payé. Il a porté ses fruits, mis les autorités (Etat et municipalité) devant leurs errements administratifs et entrainé des décisions de justice concernant le respect de nos plages, en l’occurrence celle de l’Hermitage à Saint-Gilles-les-Bains. Mais hier, dimanche, tout ce travail accompli depuis des semaines, des mois par le Collectif a été terni par des actes de violence inutiles suite au pique-nique (piknik partaz) organisé par le Koléktif Union Rényoné Résponsab (KURR) pour la défense du patrimoine et des intérêts de La Réunion. Autant on peut comprendre que certains puissent en avoir « ras-le-KURR » de toutes ces injustices, mais pour autant, personne ne peut cautionner la violence dont il a été fait usage, hier, à l’Hermitage car dans un Etat de droit, personne n’a le droit de faire justice soi-même. Grâce au combat mené par le Collectif DPM, le Tribunal administratif dans son jugement du 16 mars dernier a suspendu les AOT (autorisations d’occupations temporaires) pour les 6 établissements de plage, mais il est vrai que la mise en application de ce jugement a tardé d’autant que certains restaurateurs ont continué les travaux d’extension de leur restaurant (paillotes) sur le domaine public en bafouant la loi.

D’où le « rasambleman popilèr kont linzistis » organisé par le KURR ce dimanche, lequel « rasambleman » a dérapé dans la violence. Deux jours auparavant, dans un communiqué assez provocateur, le député de la France Insoumise, Jean-Hugues Ratenon, avait appelé à se dresser contre « la loi bafouée et la justice à deux vitesses ». Il écrivait ainsi : « j’invite tous les Réunionnais qui refusent une application de la loi selon que l’on soit riches ou pauvres, noirs ou blancs, gros ou maigres à se joindre à cette manifestation ». Nombre de Réunionnais ont répondu à l’appel du Collectif, du KURR aussi, de Ratenon sans doute, mais ce qui est regrettable, c’est que parmi eux se trouvaient des violents. Et pourtant, ce combat est juste. Il y va du respect de notre patrimoine, de notre littoral. Les politiques font souvent le déplacement pour participer à ces manifestations qui étaient pacifiques jusqu’à hier. Le mouvement « Croire et oser », les députés Ratenon, Bassire, Thierry Robert, la conseillère régionale Aline Murin-Hoarau, déléguée à la Culture et au Patrimoine… Ils y sont quasiment tous passés mais ils devront davantage appeler à des mouvements de paix, tout en criant haut et fort comme l’ont fait, hier, le préfet, le maire Joseph Sinimalé, le député Thierry Robert… qu’ils ne peuvent cautionner la violence quelle que soit sa forme, parce que la violence ou le show politicien annihile le bien-fondé de toute action aussi louable et noble soit-elle.

« Relais pour la vie »… politicienne

Cela me fait penser au « Relais pour la vie » organisé pour la 11ème année consécutive à Bras-Panon. Une manifestation dont l’objectif est de lutter contre le cancer en mettant en avant fort justement tous les « survivants », ces personnes, jeunes et moins jeunes, pères et mères de famille ou célibataires qui ont vaincu la maladie. Cette manifestation populaire pour la bonne cause est menée de main de maître par une dynamique présidente, Léopoldine Settama par ailleurs avocate de profession et conseillère régionale (En Marche), mais aussi candidate vaincue aux dernières législatives dans la cinquième circonscription. Cette 11e édition a été un succès malgré la pluie, mais il est vraiment dommage de constater que certains de nos élus ont opportunément saisi ce beau « Relais pour la vie » pour la transformer en une « tribune » pour venir se montrer, pour faire leur show comme si lutte contre le cancer pouvait rimer avec politique politicienne. On a ainsi vu le président de Région Didier Robert, son homologue du Département Cyrille Melchior, le député Ratenon, nombre de conseillères régionales (Linda Lee Mow Sim, Sylvie Moutoucomorapoullé et Aline Murin-Hoarau arrivée en retard), Maurice Gironcel et d’autres encore sur le champ de foire de Bras-Panon samedi après-midi. Le moins que l’on puisse dire, c’est que la Région était venue en force dans un but bien précis : dire et montrer ce que la collectivité fait dans le cadre de la lutte contre le cancer. Sur le podium, au moment des discours, Didier Robert a même donné le montant de la subvention que la Région alloue à l’organisation de cette manifestation. Rien de bien surprenant jusqu’ici. La présidente Settama-Vidon a failli – volontairement ? – oublier le député Jean-Hugues Ratenon, lequel fut appelé très en retard à rejoindre les officiels sur le podium. Daniel Gonthier qui est pourtant connu pour être un « show-man » s’est fait plutôt discret. Cyrille Melchior, venu accompagné de son directeur de cabinet Julien Hoarau, a fait son discours et s’est excusé de ne pouvoir y rester plus longtemps car pris par d’autres obligations du côté de Saint-Paul ville où il est adjoint au maire. Ce qui est tout à fait compréhensible. Ce qui l’est moins en revanche, c’est de voir à quel point Jeannick Atchapa, le conseiller municipal de l’opposition à Bras-Panon, adversaire de Daniel Gonthier après avoir été son 1er adjoint, présenté aujourd’hui comme le poulain de Didier Robert, est resté « accroché » à son mentor tel « un carapate su tété bœuf » ou encore un chewing-gum collé au basket du président de Région transformé du coup en chef de parti (Objectif Réunion). Et, au lieu de faire comme tout un chacun, en prenant part au coup d’envoi officiel du défilé, ces deux-là (à moins que Didier Robert ne s’attendait pas à être englué dans ce pot de colle) se sont mis loin, très loin dudit défilé pour serrer des mains comme dans un meeting politique lors d’une campagne électorale. Une posture frisant presque l’indécence ; Un lamentable show politicien qui n’avait vraiment pas sa place dans une manifestation censée lutter contre le cancer. Il faudra recadrer tout ce petit monde la prochaine fois Mme la présidente car la prochaine fois, ce sera en 2019, soit un an avant les municipales et deux ans avant les régionales et les départementales. A ce rythme-là, et surtout par rapport à ce que l’on a assisté samedi dernier, les « survivants » risquent de passer carrément au second plan de cette manifestation censée être organisée pour eux et pour toutes les personnes souffrant de cette terrible maladie. Si le « Relais pour la vie » devait à l’avenir se transformer en « Relais pour la vie politique », plus grand-monde (et je pense notamment à ces centaines de collégiens et lycéens) ne viendrait mouiller leur tee-shirt jour et nuit, y compris sous la pluie, pour cette noble cause. Attention à tous ces « parasites » qui rôdent à l’approche des échéances électorales !

« Bato la change lo bout’» à Saint-Paul ?

Après Bras-Panon, retour à Saint-Paul pour vous parler d’un autre show politicien, celui orchestré par Emmanuel Séraphin lors du conseil municipal de jeudi dernier. Que le petit protégé d’Huguette Bello se défoule sur le budget de la commune et lui trouve tous les défauts du monde, cela peut se concevoir. Il est dans son rôle d’opposant politique. C’est normal en tant qu’élu d’opposition de donner sa lecture et sa vision d’un budget. Mais là où le bât blesse, c’est quand il vient avec une poignée de jeunes pour exiger du maire des excuses parce que ce dernier s’était « aplati » comme le dit Séraphin « en ridiculisant la jeunesse saint-pauloise ». Rappelez-vous de cette vidéo filmée par des jeunes lors d’une réunion à la mairie de Saint-Paul relative à l’insertion ; Une vidéo qui avait circulé sur les réseaux sociaux et sur laquelle on voyait le maire Joseph Sinimalé, lors de cette réunion avec les jeunes, mimer un homme qui se relève difficilement. C’était, selon l’entourage du maire, un message pour appeler la jeunesse réunionnaise (pas seulement saint-pauloise) à « se mettre debout » et à ne pas faire comme certains jeunes « qui se réveillent vers 11 heures du matin en envoyant leur maman en mairie, chercher un emploi pour eux ». Cela dit, il est vrai que Joseph Sinimalé aurait pu choisir une autre forme d’expression plutôt que de se tortiller à même le sol, en prenant le risque de se froisser un muscle. Quelques bons mots bien pesés auraient sûrement suffi pour faire passer le message. Il a choisi de faire autrement, quitte à se ridiculiser, c’est son problème. Mais de là, à venir en mairie, en plein conseil municipal, avec quelques jeunes, en exigeant des excuses de la part d’un gramoune (Joseph Sinimalé a 75 ans), faut quand même pas pousser Mr Séraphin ! Comme disait souvent ma grand-mère : « bato la change lo bout’ ou quoi ? ». Agir ainsi relève de l’irresponsabilité, d’un manque de respect, d’une tentative d’humiliation non pas vis-à-vis d’un maire, mais d’un être humain qui aurait pu être le grand-père de ces jeunes en question « traînés » par je ne sais quels moyens jusqu’au conseil municipal par l’élu de l’opposition. Depuis quand ces jeunes des quartiers de Saint-Paul assistent-ils aux séances de conseil municipal ?

L’opposition s’organise à Saint-Pierre « pour déverrouiller Fontaine »

Après Saint-Paul, direction Saint-Pierre où notre confrère « Zinfos 974 » nous a appris, fin de semaine dernière, que « Krishna Damour avait choisi son camp », en clair qu’il a choisi Michel Fontaine après avoir, lors des régionales de 2015, appelé à voter pour la liste de « Réunionnous » menée par Didier Robert. Lol ! Faut-il rappeler que sur cette liste se trouvait également Michel Fontaine, devenu depuis un « dinosaure » aux yeux de certains ? Krishna Damour a rejoint Michel Fontaine comme l’eau des rivières rejoint l’océan. Pour Krishna Damour, c’est ainsi depuis bien avant 2014 du temps où il était encore conseiller municipal de l’opposition sous l’étiquette PCR. Rien de nouveau sous le soleil ! Dans la vie de tous les jours, Krishna Damour est un gentil garçon, franchement sympathique, mais dans la vie politique locale ou saint-pierroise, ce bon garçon est connu pour être un « papillon la lampe » qui ne tournoie que là où il y a la lumière. Et après avoir mangé quasiment à tous les râteliers (à l’image d’un Jeannick Atchapa à Bras-Panon, d’un Jean-Luc Julie à Saint-Benoit, d’un Jean-Gaël Anda… pour ne citer qu’eux), Krishna Damour, que le premier magistrat de Saint-Pierre aime à qualifier d’ailleurs de « Monsieur 1000 partis », va encore tournoyer autour de Michel Fontaine tout le temps que ce dernier sera maire de Saint-Pierre et président de la Civis, c’est-à-dire tout le temps que le patron de « LR » sera au pouvoir. C’est pas plus compliqué. Ainsi va la vie politique !

Ce qui est nouveau, en revanche, à Saint-Pierre, c’est que l’opposition municipale s’organise. Elle en est même à sa deuxième réunion et essaye d’ébaucher toutes les stratégies possibles pour tenter de « déverrouiller » Michel Fontaine de son fauteuil de maire en 2020. Virginie Gobalou (Progrès 974 mais qui reste malgré tout socialiste), Jean-Gaël Anda (En Marche… vers Objectif Réunion de Didier Robert), Brigitte Hoarau (En Marche, non reconnue par Paris tout comme son dalon Anda, et toute aussi proche de Didier Robert), Max Banon (PCR) et Corine Bédier (France Insoumise) se sont donc vus déjà à deux reprises pour discuter d’une éventuelle liste de rassemblement afin de contrer Fontaine. Il y aura d’autres réunions mais d’ores et déjà, on peut sans se tromper, dire qu’une liste d’union dès le premier tour n’est pas envisageable puisqu’ils veulent tous aller au combat pour se « peser » électoralement parlant. Ce qui se discute actuellement, c’est de la possibilité d’acter un accord selon lequel toutes et tous de l’opposition s’engageraient à se mettre derrière celui ou celle qui arriverait en tête au soir du premier tour des municipales car ils sont toutes et tous persuadés que « Michel Fontaine ne sera plus, contrairement aux années précédentes, élu dès le premier round, en raison de l’usure du pouvoir et de son bilan qui est loin d’être fameux à Saint-Pierre ».

« Nique la police » à Saint-Denis

On quitte Saint-Pierre pour l’autre « capitale », celle du Nord : Saint-Denis où Gilbert Annette, tel un rappeur de banlieue, a quelque peu « niqué la police ». Il aurait pu en faire une chanson : « zot i coné, comme moin, la nuit, la police i bouge pas sauf si na un crime… si na poin lo sang, i bouge pas ! ». Le maire socialiste de la première commune de l’Outre-mer, la plus peuplée de La Réunion, s’est ainsi laissé aller face des habitants de Saint-Denis réunis lors d’un Live dionysien qu’il a entrepris dans les quartiers de la ville durant lequel il invite les administrés à venir causer avec lui. Evidemment, comme il fallait s’y attendre, la police est aussitôt montée au créneau, ne pouvant tolérer de tels propos. Parce que ces choses là Mr Annette, ça peut se dire en famille, en toute discrétion, mais pas en public, surtout quand on est maire d’une commune de la taille de Saint-Denis où les quartiers chauds nécessitant des interventions de la police (et non des médiateurs-nervis) ne manquent pas. On l’a encore vu pas plus tard que ce week-end au Chaudron où des policiers ont été blessés. Gilbert Annette a bien tenté de se rattraper dans un communiqué mais le mal était déjà fait. La prochaine fois, il faudra tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de l’ouvrir Monsieur le maire car quand on est maire, on ne cause pas comme ça. Un maire, ça doit donner l’exemple !

L’honneur lavé de Jean-Claude Lacouture à l’Etang-Salé

On repart dans le Sud, à l’Etang-Salé précisément, où Jean-Claude Lacouture, le maire, est content que la justice ait pu laver son honneur. En effet, il a gagné son procès contre le JIR en diffamation. Son avocat Me Jean-Jacques Morel avait demandé 1 euro symbolique, la justice a donné raison à Jean-Claude Lacouture et a condamné le JIR (qui, soit dit en passant aime beaucoup notre site Freedom puisqu’il nous cite quasiment tous les jeudis dans ses pages Kanyardages) à verser l’euro symbolique en question au maire de l’Etang-Salé. Mais en réalité, ce n’est pas seulement 1 euro que le journal régional de Mr Cadjee va devoir débourser, s’il ne fait pas appel, mais plusieurs milliers d’euros car le JIR, outre ses frais d’avocat, va devoir aussi rembourser les frais de justice et ceux des avocats de la partie adverse etc… Une défaite, une déroute n’a jamais été une victoire. Faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des couillons ! Toujours en matière de justice, à noter que le maire du Port, Olivier Hoarau, a lui aussi été condamné, en première instance, puis en appel, la semaine dernière, pour avoir traité un de ses employés, délégué syndical (Patrick Minieppoo défendu par Me Morel), de « pauvre type ». Ce qui n’est pas sans rappeler le fameux « casse toi pauv’ con » jadis balancé par Nicolas Sarkozy lors d’un salon de l’agriculture aux Portes de Versailles. On ne vous le dira jamais assez Messieurs et Mesdames les élus (es), jeunes ou moins jeunes, vous devriez tourner sept fois votre langue dans votre bouche avant de causer !

Y.M.

([email protected])

 

 

 

Poster un Commentaire

11 Commentaires sur "Cancer et politique politicienne"

avatar
plus récents plus anciens plus de votes
RIPOSTE974
Invité
RIPOSTE974

On a les flics qu’on mérite !
Les dimanches sur le bord de la route uniquement que pour des PV …
Pas besoin d’être élu pour dire tout haut ce que pense tout le monde sur un travail correct des flics point final

coup pa nou
Invité
coup pa nou

Monsieur Monrouge, parlez nous un peu de saint André politiquement SVP.

By love
Invité
By love

Ou croi saint André sera mié avec moutoucomourapoulé! Allé marché don l’esse Vira travaye , ça le boss de saint André i sa fé rente 2 – 3 la geôle Domenjod

coup pa nou
Invité
coup pa nou

Bien voyons! Saint André c’est le Must, en quarante ans : Eau la plus propre et potable de la Réunion, que des avenues, notre centre commerciale fleuron de la ville qui rend jaloux les Réunionnais et Les mauriciens avec leur Caudan . Vous voyez il n’y a pas de grève a Saint André tous le monde est content de vivre dans cette havre de paix et d’amour, ville de lumière, capitale de l’est et j’en passe.

Cocode
Invité
Cocode

Même avec une maladie aussi grave , il ose jouer avec… j’airai Honte à leur place

realiste
Invité
realiste
Encore une excellente analyse Mr Montrouge. Mais de grâce ne renvoyez personne aux paroles de Monsieur Aubry qui maîtrise parfaitement le » » » » faîtes ce que je vous dis mais ne regardez pas ce que je fais. » » » » Oui le plus grave cancer à la Réunion c’est l’incompétence, l’inertie, et les manipulations de nos élus . Ils instrumentalisent tout ce qui peut l’être et la population en souffrance, livrée à elle même ne sachant plus dans quel sens courir(pour ne pas dire à quel saint se vouer) finie par croire que nos élus sont bienveillants et bienfaisants. Ce qui bien évidemment a pour… Lire la suite »
Ti loup
Invité
Ti loup

Mr khrisna damour est plus fort que le chomage.il est partout
Mais il n’a pas compris il n’est rien du tout

Patoufe
Invité
Patoufe

Cancer un vrai fléau et certains jouent avec cette cause pour des élections futures; attention que la maladie du cancer les rattrape , et pchitt pour 2021!

Azzal
Invité
Azzal

Monsieur l’editorialiste, il parait qu’a la Region reunion c’est le désert complet , on se bat pour trouver un Élu . Ils se cachent tous, pourquoi d’après vous? ils sont tous portés disparus, qui éna, un problème dans la pyramide ? Cherchez pourquoi monsieur Montrouge on est tracassé de leur disparition depuis un certain temps.

Remy
Invité
Remy

Mr montrouge vous parlez de papillon la lampe, en la matière vous excellez ,car apres tant d’annèe au jir vous êtes bie passè chez freedom et vous appellez ça comment?

azura
Invité
azura
bonsoir alors moi je dit comment la commune a donner l’ordre détruire les paillotte je trouve sa dommage depuis longtemps ils sont la comment un beau matin il trouver que les paillotte les pue bon il pense que créole les couillons je voudrais bien savoir se que monsieur le maire a décidé de faire sur le front de mer alors si vous entende qu’il va construis quel que choses peut être faut pas que vous cède vous avez travaille pour sa vous avez investie de l’argent il faut de mande l’addition a quel qu’un alors courages mais laisse domoune passer… Lire la suite »