Carrière des Orangers: lettre ouverte à monsieur le Préfet de La Réunion

dans Courriers des lecteurs

Monsieur le Préfet,

La majorité des Elus (Conseil Municipal) de Saint Benoit a voté en faveur de l’ouverture de la carrière des Orangers (Teralta, ex-Lafarge)). Pour rappel, le projet porte sur l’ouverture d’une carrière alluvionnaire de 46 ha pour une durée de 15 ans et l’extraction de 15,6 millions de tonnes de matériaux. Elle engendrera un trafic de 340 camions par jour de 7h à 20h (rotation de 170 poids-lourds) à l’horizon 2020. Peu de gens étaient au courant de cette enquête publique. Un simple panneau était posé au niveau de la RD3.

Le trafic à venir des poids-lourds inquiète. Pour la région il n’y aura aucun problème de nuisance… ni de poussière, on va limiter la circulation à 30km/h. Actuellement il y a un lourd Trafic quotidien existant qui touche et perturbe quand même les habitants qui habitent le long de la RN2 à Ste Anne :

  • Camions transportant des galets, du sable faisant des rotations du
    concassage ouvert à la Rivière de l’Est à Ste Rose.
  • Les particuliers
  • Les Scannia et tracteurs transportant de la canne à sucre.

Monsieur Le Préfet, est-il concevable de ne plus pouvoir aller dans son jardin, ouvrir ses fenêtres et portes, rester cloitrer chez soi jusqu’à la tombée de la nuit ? Le bruit a de nombreux effets sur la santé. Il peut entraîner des maux de têtes, du stress et de la nervosité, de la fatigue et des insomnies, ou encore une augmentation du rythme cardiaque et de la tension artérielle, des acouphènes, des troubles digestifs et des contractions musculaires.

Avez -vous mesuré, pris en compte des conséquences sur le quotidien des personnes âgées, des malades…des enfants, des piétons, des scolaires qui devront emprunter cette nationale ?
Le bruit des moteurs des camions, la décompression de leurs freins lorsqu’ils tournent, la poussière qui se dépose sur les maisons des résidents , les vibrations sans parler des cailloux qui parfois tombent de leur chargement, rendent la vie impossible à la population.

Pour nous c’est de la pollution sonore.

Cette carrière va générer une nuisance sonore évidente avec toutes ces machines qui travailleront de 7 heures à 20 heures ; Les nuisances sonores multiples et diverses, bruits liés au roulement des camions, au chargement des camions, sûr au concassage, et bien sûr aux tires de mine… Subir le bruit des tractopelles qui creusent toujours ;
De chez nous, juste à 2 ou 3 km de la carrière, on aura un endroit envahi par le bruit des camions, machines et explosions.
Avez-vous pensé aux personnes qui travaillent de nuit, on vous assure que leur repos sera perturbé par le bruit ;

Nous ne voulons pas passer nos vacances dans un bruit permanent de machines qui concassent avec leurs bips incessants, les tirs de mines….

Quel est l’état des nuisances sonores et de la pollution atmosphérique générées par l’activité de cette carrière ?

Y-a-t-il des Camions silencieux, camions roulant au biométhane ?

L’impact du bruit étant essentiellement local, le maire est sollicité également en tant que représentant de la commune mais également par les pouvoirs de police que la loi lui a confiés. En effet, il possède de nombreuses compétences en matière de bruit et constitue le pivot de la lutte contre les nuisances sonores. Le nombre important de textes applicables ! Critères à retenir pour caractériser les nuisances Les bruits des chantiers sont sanctionnables si l’une des trois situations suivantes est rencontrée :

  • non-respect des niveaux sonores maximums d’émission ou des conditions
    d’utilisation ou d’exploitation de matériels ou d’équipements, fixées par les autorités
    compétentes,
  • absence de précautions appropriées pour limiter le bruit,
  •  comportement anormalement bruyant.

Qu’en est -il de l’urgence du réchauffement climatique ?

Quand on regarde le sud-est de la France, jusqu’à l’automne, le déficit de précipitation de facteur 2 a provoqué la réduction du débit du Rhône de 30 %. Les conséquences sont terribles pour l’agriculture, le tourisme et la santé.

Vous remerciant à l’avance de votre compréhension pour faire cesser ce trouble, nous vous prions d’agréer, Monsieur le préfet, notre considération distinguée.

Benard S.

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Carrière des Orangers: lettre ouverte à monsieur le Préfet de La Réunion"

avatar
plus récents plus anciens plus de votes
FAUCON MALTAIS
Invité
FAUCON MALTAIS
QUI ETAIT EN PREMIER EN PLACE…….LA CARRIERE……????……ou les HABITATIONS !!! IL FAUT être bien bête pour construire à 3 km de la carrière CARIERE EMPLOYANT PAS MAL DE REUNIONNAIS .Donc des chômeurs en moins .ET QUI A DONNE LE PERMIS DE CONSTRUIRE . DE PLUS , une construction doit être construite légalement avec un permis de construire VIA LA MAIRIE….et la Préfecture ……..de plus , la construction doit être montée par des pros du bâtiment non par des margoulins payé 150 € par jour construction remplies de mal façons ..de plus la construction doit être écologique – économique en électricité… Lire la suite »