Centre de valorisation multi-filières de la Cinor : la 1ère pierre a été posée

dans Cinor/Collectivités/Politique

Cette manifestation s’est déroulée en présence des concepteurs,  des acteurs du projet dont le Maire de Sainte-Suzanne, Maurice Gironcel, du Président de la Cinor et du Sydne (et élus), Gérald Maillot, mais aussi d’une délégation de riverains de Bel Air où ce centre de valorisation multi-filières sortira de terre. Suez/InovEst a donc procédé, ce mardi 10 avril 2018, à la pose de la première pierre du chantier. Un premier équipement de ce type à La Réunion visant  à accompagner le territoire Nord dans sa transition énergétique.

Peu avant, à l’abri du soleil, les invités s’étaient retrouvés pour un temps consacré à la présentation de l’équipement, aux enjeux, puis à l’échange. Les enjeux ? Avec 170 000 tonnes de déchets enfouis chaque année sur le site de stockage de Sainte-Suzanne (dont 140 000 en provenance du SYDNE), ce dernier est confronté à une situation de saturation. Pour y faire face, la nouvelle unité – dont les travaux ont démarré ce jour – permettra de valoriser 130 000 tonnes de déchets dès juillet 2019.

Conformément à la volonté du SYDNE, près de 30% d’entre eux seront transformés en matières premières secondaires (cartons, plastiques, ferreux, non-ferreux, compost). Les 70 000 tonnes restantes permettront de produire un Combustible Solide de Récupération (CSR) de haute qualité qui alimentera une unité de production électrique pour un équivalent de 22 000 foyers, et permettra donc de participer à la transition énergétique du territoire.  Cette double valorisation (matière et énergie) permettra ainsi de réduire de 72 % les volumes de déchets enfouis, passant de 170 000 à 47 000 tonnes par an, et placera le territoire au-delà de l’objectif de réduction de 50% imposé par la loi de transition énergétique.

Gérald Maillot, Président du SYDNE, a rappelé lui aussi les enjeux : « Dans un enjeu à la fois environnemental, social et financier,  le SYDNE a fait le choix d’une politique de gestion des déchets innovante résolument tournée vers la maximisation des ressources que sont nos déchets.

Par son taux de valorisation de plus de 72% et la production de CSR de haute qualité, ce projet constituera une véritable référence dans l’Océan Indien, et ouvre des perspective de développement économique pour le territoire par l’économie circulaire ».

Emploi et améliorations pour le bien-être futur des riverains

InovEst/Suez, par le biais du chef de projet Olivier Papa,  n’a pas manqué de cibler les améliorations du futur équipement pour le bien-être futur des riverains.

« Cet équipement aura un impact important sur les nuisances, olfactives bien sur, mais aussi visuelles et sonores, avec notamment l’arrêt des nuisances liées au passage des véhicules de transports de déchets« , relève t-il.

« Passant aujourd’hui à travers le village de Bel Air, ils emprunteront dans le futur, après travaux réalisés par la Région, un nouvel accès depuis la Route Nationale, l’accès par Marencourt n’étant également plus d’actualité.« 

Des déchets dont près de 70% des volumes seront désormais traités et valorisés sous un bâtiment hermétique avec de fait une diminution des odeurs, la part de l’enfouissement (débarrassée des déchets organiques à fortes nuisances olfactives) passant ainsi sous la barre des 30%. Enfin, la nuisance visuelle sera amoindrie : fini la vue côté Est sur les zones d’exploitations, place à un bâtiment intégré dans son environnement naturel.

En outre, InovEst/Suez maintient sa volonté de soutenir l’emploi et de renforcer l’attractivité du territoire. « Ce projet permettra à la Réunion de mener à la fois une politique responsable en matière de gestion et de valorisation des déchets et de soutenir l’emploi, avec la création d’une trentaine d’emplois locaux (et plus de 90 indirectement)« , relève ainsi Antoine De Palmas, directeur général de Suez/InovEst

Pour sa part, depuis Paris, Philippe Maillard, Directeur Général Recyclage et Valorisation France de SUEZ, s’est réjouit de voir « le Groupe SUEZ accompagner l’île de la Réunion dans sa transition énergétique en lui apportant une solution concrète répondant aux enjeux de traitement et de valorisation des déchets. Ce projet contribuera également au développement économique du territoire, avec la création d’emplois et de matières premières secondaires« .

« Un marché de 242 millions d’euros pour une durée de 15 ans »

Le Syndicat Intercommunal de Traitement des Déchets du Nord et de l’Est (SYDNE) de La Réunion confie à SUEZ, à travers sa filiale Inovest, le marché de prestations de tri optimisé des déchets ménagers à partir de juillet 2019. Ce contrat, d’une durée de 15 ans et d’un chiffre d’affaires de 242 millions d’euros cumulés, comprend notamment les prestations de tri, de traitement multi-filières (plastique, verre, papier, etc.) et de valorisation des déchets ménagers et assimilés.

Ce projet témoigne de la volonté du syndicat de s’inscrire dans un modèle d’économie circulaire, en passant du tout enfouissement à la valorisation des déchets. L’unité construite par SUEZ servira également à valoriser les déchets des entreprises.

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Centre de valorisation multi-filières de la Cinor : la 1ère pierre a été posée"

avatar
plus récents plus anciens plus de votes
Patav
Invité
Patav

Beau projet. En espérant que certaines personnes du quartier de Belair seront embauchés pour travailler sur le site et non famille et ami des élus…