[Alt-Text] [Alt-Text]

L'actualité de la Réunion en direct

Ces questions qui restent en suspens après les aveux de Nordahl Lelandais

dans Actualité Nationale

Avec notre partenaire Infos Europe 1

« La quasi-totalité du squelette, ainsi que les vêtements et une chaussure » de Maëlys, neuf ans, portée disparue depuis la fin du mois d’août, ont été retrouvés jeudi à quelques kilomètres de Pont-de-Beauvoisin. Guidés par le meurtrier présumé de la fillette, qui reconnaît désormais son implication dans le dossier, les gendarmes ont obtenu des premières réponses. Ils doivent désormais s’attacher à décrypter la personnalité de l’ancien maître-chien, qui a donné peu de détails sur les faits. Et interroger son éventuel rôle dans d’autres affaires.

Mercredi, Nordahl Lelandais a avoué avoir tué « involontairement » la fillette, sans donner plus de précisions. Lors des premiers jours d’enquête, les chiens de la brigade cynophile avaient perdu la trace de l’enfant aux abords de la salle des fêtes. Une caméra de surveillance a par ailleurs filmé la voiture du suspect dans le centre-ville de Pont-de-Beauvoisin, avec, sur le siège passager, une silhouette blanche et frêle évoquant celle de la jeune fille. Ces éléments suggèrent que le suspect l’a emmenée à bord de son véhicule, de gré ou de force.

Que s’est-il passé ensuite ? Comment Maëlys a-t-elle été tuée ? Les faits se sont-ils déroulés dans la voiture du suspect ou à proximité du domicile de ses parents, où il a déposé le corps avant de le transporter dans les gorges de Chailles ? La thèse de l’accident peut-elle tenir ? Autant de questions auxquelles les enquêteurs tenteront de répondre par des éléments scientifiques, en parallèle des futures auditions de l’ex-maître-chien. Le crâne et l’os découverts dès mercredi doivent rapidement être autopsiés et devraient livrer des premières pistes. L’itinéraire emprunté par le suspect, qui avait mis son téléphone en mode « avion » au moment de déplacer le corps, devra également être retracé par les gendarmes, en quête d’indices.

Si Me Jakubowicz s’offusque que l’étiquette de « serial killer » soit désormais attachée à son client « sans l’ombre du commencement d’une preuve », les enquêteurs travaillent, eux, sur plusieurs autres pistes. Le parquet de Grenoble a rouvert récemment quatre affaires de disparition survenues en Isère entre 2010 et 2016. Une cellule de coordination, baptisée Ariane, a également été créée il y a moins d’un mois au pôle judiciaire de la gendarmerie nationale à Pontoise, afin de détecter d’éventuels recoupements entre Nordahl Lelandais et d’autres affaires non élucidées.

Les gendarmes du Service central de renseignement criminel (SCRC) examinent à la loupe le parcours de vie du suspect, en interrogeant toutes les bases de données judiciaires mais aussi les prestataires privés, comme les opérateurs téléphoniques, les transporteurs ou les assurances. Ce travail vise à fixer l’homme dans le temps et dans l’espace, pour permettre d’éventuels rapprochements. La cellule Ariane doit notamment alimenter le logiciel d’analyse criminelle Anacrim, à l’origine de la spectaculaire relance de l’affaire Grégory, au printemps dernier.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar

Derniers de Actualité Nationale

Aller en Haut