Analyse d’Yves Mont-Rouge. 5ème circonscription : Qui va succéder à Jean-Claude Fruteau ?

dans Législatives/Politique

Dix candidats en 2012, deux de plus en 2017. Jean-Claude Fruteau (PS) sortant, député de longue date (exceptée la période de 2002-2007 occupée par le centriste Bertho Audifax), ne se présente plus. Il l’avait annoncé depuis quelques temps déjà. En perte de vitesse dans sa commune de Saint-Benoit, le socialiste se prépare pour sa retraite politique. Qui prendra le relais dans la plus grande circonscription de l’île : sa suppléante Léopoldine Settama (investie par La République en marche) ou son adjoint Philippe Le Constant (investi par le Parti socialiste) ? Signalons que depuis 2015, sa suppléante a rejoint LPA (La Politique Autrement) de Thierry Robert sur la liste duquel elle a été élue en décembre de la même année conseillère régionale. Rappelons aussi que si Philippe Le Constant a, en tant que premier secrétaire fédéral du PS, soutenu Benoit Hamon au premier tour de la présidentielle, il a apporté son soutien au second tour à Emmanuel Macron. Dans cette circonscription de la Réunion, la France Insoumise et le Front national ont devancé les partis traditionnels, mais la présidentielle n’a rien de comparable avec les législatives. Il n’est donc pas dit que Jean-Hugues Ratenon, soutien de la première heure de Jean-Luc Mélenchon dans le département fasse comme son mentor qui, en guise de renvoi d’ascenseur n’a positionné aucun candidat face à celui de « Rezistans 974). En dépit d’un score honorable aux législatives de 2012 (12,54% des voix) et ce malgré la présence de Jean-Claude Fruteau, Stéphane Fouassin (maire de Salazie) et d’Eric Fruteau (alors maire de Saint-André), Jean-Hugues Ratenon reste la grande inconnue de cette compétition. S’il parvient à améliorer son score d’il y a cinq ans et à rallier sur son nom une bonne partie des électeurs de « La France insoumise » il pourrait se voir propulser au second tour. Mais nous n’en sommes pas là. Tout dépendra également du score de la candidate investie par la Majorité présidentielle. Idem pour Jean-Luc Julie (Divers Gauche), qui a été adjoint de Jean-Claude Fruteau, avant de collectionner les étiquettes politiques (PLR, LPA…) et qui roule aujourd’hui pour la droite en bossant au cabinet de la Région aux côtés de Didier Robert. N’oublions pas que Jean-Luc Julie a aussi mis en ballotage pour la première fois à Saint-Benoit le maire Jean-Claude Fruteau aux municipales de 2014. Ce retraité de l’éducation nationale qui semble avoir beaucoup de temps malgré un emploi manifestant pas très prenant à la Région occupe beaucoup le terrain  bénédictin. L’autre grande inconnue de ce scrutin : le score qui sera réalisé par le socialiste Philippe Le Constant que Jean-Claude Fruteau ne porte pas spécialement dans son cœur et qui, à part Saint-Benoit et plus précisément son quartier de Sainte-Anne qu’il représente au conseil départemental, ne pourra compter sur aucune autre commune de la circonscription. Michel Vergoz à Sainte-Rose soutiendra-t-il le socialiste Le Constant ou La République en Marche Settama ? Le maire de Sainte-Rose avait fait Macron dès le premier tour de la présidentielle. Les autres communes restantes de la 5ème circonscription à savoir Saint-André (Jean-Paul Virapoullé), Salazie (Stéphane Fouassin), La Plaine-des-Palmistes (Marco Boyer) et Saint-Philippe (Olivier Rivière) apporteront leur soutien à Daniel Gonthier, maire de Bras-Panon et candidat de la plateforme de la droite. Pas sûr que la dissidente divers droite Alicia Hayano (ex LR) puisse le désarçonner. Pas sûr non plus que la candidate du Front national Marie-Luce Clain Brasier puisse performer à l’instar de Marine Le Pen dans cette circonscription où le vote des extrêmes a pourtant bousculé tous les codes. Daniel Gonthier fait donc figure de favori, mais qui affrontera-t-il au second tour ? Mystère et boule de gomme !

Cinquième circonscription: Les cantons de Bras-Panon, La Plaine-des-Palmistes, Saint-André 2, Saint-André 3, Saint-Benoit 1, Saint-Benoit 2, Saint-Philippe, Sainte-Rose, Salazie

Les 12 candidats

–       Daniel Gonthier (Plateforme de la droite)

–       Philippe Le Constant (PS)

–       Léopoldine Settama (La République en Marche)

–       Jean-Hugues Ratenon (Rézistans 974)

–       Jean-Luc Julie (Divers gauche)

–       Marie-Luce Brasier (FN)

–       Jean-Yves Payet (Lutte Ouvrière)

–       Magaly Bassonville (Sans étiquette)

–       Fabien Dijoux (UPR)

–       Alicia Hayano (Divers droite)

–       Willy Tarkin (Divers droite)

–       Jean-Paul Hoareau (Sans étiquette)

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*