[Alt-Text] [Alt-Text]

L'actualité de la Réunion en direct

Traitement des déchets : Virapoullé saisit le Conseil d’Etat contre l’attribution d’un marché « louche »

dans Actualités/Collectivités/Politique/Saint André

C’est la guerre Cinor contre Cirest. Et vice-versa ! Le Tribunal Administratif qui a examiné l’affaire hier matin s’est exprimé en faveur de Sydne dans le marché conclu avec Inovest, pour le développement du tri optimisé dans le Nord et l’Est. Effectivement, Sydne, Syndicat de traitement des déchets collectés par la CINOR et la CIREST, a anticipé la limitation de l’enfouissement à La Réunion et développe un marché de tri optimisé alternatif.
Jean-Paul Virapoulé, Président de la CIREST et Vice-Président de Sydne avait déposé un référé suspension. Aujourd’hui, le Tribunal Administratif vient de rendre sa décision et confirme que ce  marché est en totale conformité avec le Code des marchés publics. Contracté pour 15 ans, ce contrat va assurer le traitement de 2 100 000 tonnes de déchets. Cette démarche est l’aboutissement d’une négociation de plusieurs mois, à laquelle des élus du Sydne, dont Jean-Paul Virapoulé, ont été associés.

Jean-Paul Virapoullé a bien pris note du rejet de sa requête par le Tribunal Administratif hier matin. Mais le président de la Cirest ne baisse pas les bras pour autant et ne compte pas s’arrêter à ce stade de la procédure. Aussi, hier après-midi, au cours d’une conférence de presse tenue à la mairie de Saint-André, il a annoncé que la Cirest va saisir le Conseil d’Etat.

Jean-Paul Virapoullé qui était accompagné d’Olivier Rivière, responsable du service juridique de l’intercommunalité dans l’Est, explique que l’attribution du marché du traitement de déchets de 243 millions d’euros (sans compter les surcoûts) par la Cinor (présidé par Gérald Maillot) à Inovest « est louche ».

Il s’en explique : « ce marché a été attribué de façon unilatérale, sur la base d’aucun document adressé aux membres de SYDNE. Nous n’avons jamais vu le contrat. Au sein de SYDNE, nous étions partis sur un autre projet dont l’étude menée par EGIS avait coûté 1 million d’euros. Puis, un beau matin, on apprend que c’est Inovest qui aura le marché… D’ailleurs, même le TA a jugé hier sans avoir vu le contrat passé entre SYDNE et Inovest. Nous ne pouvons accepté la décision du Tribunal Administratif car même les juges administratifs se contredisent dans leur jugement. Il s’agit d’un jugement de Salomon. La 2ème partie contredit la 1ère ».

« I achète pas cochon dan’ goni ! »

Jean-Paul Virapoullé qui a tenu sa conférence dans la salle où la mairie de Saint-André célèbre les mariages a encore souligné : « c’est comme si on nous demandait notre consentement sur un contrat de mariage qu’on n’a jamais vu. Les juges administratifs disent eux mêmes que c’est grave, très grave, mais au final ils rejettent notre requête et ne suspend pas l’attribution du marché à Inovest. Je ne pouvais pas donner carte blanche à Gérald Maillot car i achète pas cochon dan’ goni ».

Selon le président de la Cirest, « le droit n’a pas été dit dans ce dossier parce que la France est un Etat dirigé par la démocratie en numéro 2 et par les grandes multinationales en numéro 1 ». Rappelons que Inovest est une filiale de Suez.

Jean-Paul Virapoullé affirme ne pas comprendre l’attitude de Gérald Maillot, président de la Cinor dans cette affaire. « Pourquoi nous cache-t-on ce contrat ? Pourquoi n’y a-t-il pas eu mise en concurrence ? Pourquoi SYDNE n’a-t-il pas lancé un appel à projets pour un marché qui s’élève à près de 250 millions d’euros ? Qui nous dit que le traitement des déchets du Nord et de l’Est n’aurait pas pu être fait par deux opérateurs, au lieu d’un seul ? », s’interroge le président de la Cirest pour qui « la loi a été bafouée » et « ce projet avec Inovest est intrinsèquement hors la loi ».

Et le maire de Saint-André d’ajouter : « si Gérald Maillot la fini arrive En Marche, m’a mette son projet à l’arrêt moin ! ». Jean-Paul Virapoullé veut faire valoir le droit des 300 000 contribuables de la Cinor et de la Cirest (depuis Saint-Denis jusqu’à Sainte-Rose) qui vont être les victimes en payant plus chère la taxe sur les ordures ménagères si ce marché n’est pas suspendu. Après la diminution des retraites, la suppression de l’allocation logement, on va avec ce dossier de traitement de déchets tel qu’il a été concocté par la Cinor raboter encore davantage le minimum vital des plus pauvres jusqu’à arriver à l’explosion sociale. Le dinosaure que je suis ne peut pas être complice de cela ». Jean-Paul Virapoullé considère que son combat est « juste sur le plan humain, équitable sur le plan du droit » et « qu’il fait honneur aux élus dans le cadre du code des marchés publics ». Il, précise qu’il est « déterminé jusqu’au bout ». Raison pour laquelle, au nom de la Cirest, il va faire saisir le Conseil d’Etat. Rappelons que sur ce même dossier, il avait déjà déposé, le 9 décembre dernier, auprès du TA de Saint-Denis un recours sur le fond, lequel devrait être jugé d’ici à une quinzaine de mois. A suivre !

Y.M.

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Traitement des déchets : Virapoullé saisit le Conseil d’Etat contre l’attribution d’un marché « louche »"

avatar
plus récents plus anciens plus de votes
;SUBITE
Invité
;SUBITE

En amour il y a toujours un perdant………

SUBITE
Invité
SUBITE

Oui Popaul, i vende pas cochon dans goni…..
Mais à ou aussi arrèt vende cabri dans sachet…..

Derniers de Actualités

Aller en Haut