Coup de chaud sur la canne. Les sites de TEREOS bloqués ce lundi par les planteurs

dans Actualités/Infos Réunion

Le ton va nettement se durcir entre planteurs et usiniers cette semaine. Dès aujourd’hui, les planteurs devraient se positionner aux entrées des différents sites de TEREOS

Ils veulent un prix de la canne qui passerait de 39€ la tonne à 45€.

De leur côté, les industriels se défendent.

« Nous avons présenté les marges de manœuvre et proposé des avancées, mais les planteurs ne veulent parler que de prix , explique TEREOS dans un communiqué que nous retranscrivons ici.
« Malgré un climat serein en CPCS, en respect de l’ordre du jour conjointement validé, les planteurs ne veulent parler que du prix de référence de la canne. Or, il est impossible de le faire sans se mettre préalablement d’accord sur les paramètres techniques dont il dépend.

La réunion du CPCS sur la rémunération des planteurs et les conditions d’achat de la canne s’est tenue à la DAAF, ce jour, comme prévu sur l’ordre du jour fixé conjointement.

A la demande des planteurs, les industriels ont présenté les sujets de discussion pouvant directement améliorer la rémunération de la tonne de canne :  écart technique*,  prise en compte des évolutions à la hausse du prix du sucre dans le prix de la tonne de canne,  identification des marges de manœuvre pour réviser le prix de référence qui correspond à moins de la moitié de la rémunération du planteur à la tonne de canne

Les industriels ont souligné que tous ces éléments étaient dépendants de la qualité de la canne livrée. Ils ont donc demandé, en contrepartie, que les dispositifs existants sur les cannes mécaniques soient repensés ensemble car ils favorisent aujourd’hui une forte dégradation de la qualité canne.

Le but n’est pas de supprimer les acquis accompagnant la mécanisation mais d’optimiser les moyens existants pour que le système bénéficie à l’intégralité des planteurs mécanisés et qu’il récompense la qualité.

Bien que l’ordre du jour était épuisé, les planteurs ont voulu immédiatement obtenir un chiffrage précis de l’augmentation du prix de référence alors qu’il n’y a, à ce stade, aucun accord sur les paramètres permettant de déterminer ce prix de référence. ll est d’ailleurs prévu d’en discuter lors des prochaines réunions fixées dans le calendrier approuvé par tous.

Contact Presse : Vanessa PICARD – tel : 06 92 91 20 48 – [email protected]
Les industriels ont rappelé que les solutions à construire pour inscrire la filière dans le long terme ne peuvent se concevoir qu’ensemble, en prenant en compte les réalités économiques.

La sortie de la réunion a cependant été beaucoup moins sereine. Les industriels regrettent les débordements constatés et les perturbations routières qui gênent les Réunionnais.

Les industriels rappellent qu’ils ont signé une charte de bonne conduite et de respect mutuel avec tous les syndicats planteurs. Ils demandent à ce qu’elle soit respectée pour permettre des négociations sereines et constructives. »

3 Commentaires

  1. La canne est une catastrophe financière, environnementale, humaine… pour La Réunion. Il faut arrêter d’urgence, et faire par exemple de la culture vivrière saine et de l’élevage de qualité.

  2. Il s’agit de remplacer la moitié des plants de Canne par du Chanvre (France 1er producteur mondial) et même du Zamal pour l’industrie, la santé et le loisir (une quinzaine d’applications, dont du plastique, du carburant, des médicaments, matériaux de construction…) et l’autre moitié ou une bonne partie en maraîchage afin de permettre l’autonomie alimentaire (l’élevage n’est jamais écologique et doit être cessé) !

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*