Daniel Gonthier demande à Annick Girardin de « territorialiser le dispositif de zone franche urbaine »

dans Actualités/Bras-Panon/Collectivités/Infos Réunion/Politique

Profitant de la visite de la ministre des Outre-mer dans sa commune, le maire Daniel Gonthier lui a remis en mains propres un courrier demandant ainsi à Mme Girardin de territorialiser le dispositif de ZFU » car Bras-Panon n’en bénéficie pas pour l’instant.

Voici son courrier : « l’attractivité d’un territoire se mesure à sa capacité à attirer et fédérer les populations, les institutions et les entreprises autour d’un projet durable. Le chômage important qui touche la population reste un frein au développement de La Réunion.

Depuis 2014, la Commune de Bras-Panon subit une injustice qui l’empêche de répondre aux besoins en emplois. En effet, les changements introduits par la loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine de 2014, notamment dans la méthode de délimitation de la géographie prioritaire, empêchent le territoire de pouvoir bénéficier d’une zone franche urbaine.

Au regard de l’appartenance de la commune à une communauté d’agglomération qui compte deux zones franches contiguës à Bras-Panon, il me paraîtrait plus approprié que l’éligibilité à cette mesure pour les créateurs d’entreprises puisse s’envisager au niveau de l’ensemble d’une agglomération, voire au niveau insulaire. La politique de cohésion urbaine et de solidarité y trouve tout son sens.

Ainsi, la compétence du développement économique et notamment la gestion des zones d’activités économiques, relève des communautés d’agglomération à La Réunion. Il me semble plus logique, sur le plan économique, que dès lors qu’une fraction importante du territoire intercommunal relève du régime de la ZFU que tout ou partie du reste du territoire puisse bénéficier des mêmes avantages, afin de générer des effets d’agglomération vertueux.

La vision que je vous propose est ainsi de mieux territorialiser la mise en œuvre d’une politique qui peut favoriser la création d’activités, d’entreprises et in fine d’emplois. Je sais pouvoir compter sur votre précieuse attention pour poursuivre la réflexion sur une mesure qui serait bénéfique sur le plan national, et en particulier en Outre-Mer ».

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "Daniel Gonthier demande à Annick Girardin de « territorialiser le dispositif de zone franche urbaine »"

avatar
plus récents plus anciens plus de votes
mistermaximum
Invité
mistermaximum

Qu’il est beau le lavabo, qu’il est beau le préfet !!!

Henri
Invité
Henri

Zones franches = zones où les patrons ont tous les droits et les travailleurs aucun !

Gonthier pense sans doute en proposant cela à son « cousin » Moreau et aux patrons du coin qui verraient d’un bon oeil l’émergence d’une telle zone ! Continuer à payer leurs salariés au Smic, mais sans payer aucune cotisation patronale, le pied !

le MALTAIS
Invité
le MALTAIS
La Réunion classée ZONE FRANCHE il n’y a plus d’imposition indirect comme le droit de douane ( pourtant la Réunion est Française ) 2 droit à la mer impôt absurde voté il y à plus de 15 ans par la Région ….3 taxe portuaire encore plus absurde .grâce à ces suppressions baisse des prix à la consommation …..mais aussi moins de tracasseries administratives pour les entreprises et plus d’aides financières pour l’exportation des produits de la Réunion car elle est en grand déséquilibre commercial la Réunion importe plus qu’elle n’exporte …..et en zone franche il y a plus d’aide à… Lire la suite »
Micheline
Invité
Micheline

C’est qui le monsieur en cravate grise, à gauche sur la photo?

Waro
Invité
Waro

On sait que Macron ne donne qunauxvriches mais faut pas exagérer! ,, la ZFU c’est pour les quartiers en difficultés pas pour les riches de la Ville dortoir de l’Est

Loulou
Invité
Loulou

Que le ptit maire fasse vite, car il est sur un siège éjectable…..2020, c’est demain!

roro 61
Invité
roro 61

Mme Girardin vous a t’elle dit que ; Un amendement vient d’être voté : au-delà de 331 € par an, par personne et par aide, les entreprises paieront des cotisations et les salariés devront déclarer le surplus sur leurs feuilles d’impôts. Le seuil passe à 662 € pour chaque aide quand l’employé a au moins un enfant . Cela concerne principalement les  » chèques vacances  » un vrai scandale .