De la mauvaise foi caractérisée !

dans Actualités/Edito de Yves Montrouge/Politique

Mais avant d’évoquer ces gens de mauvaise foi, parlons d’abord de choses sérieuses ! Parlons de la recomposition de la commission permanente prévue ce vendredi à la Région et qui constituera incontestablement l’actualité politique de la semaine à la Réunion. Un casse-tête pour Didier Robert ? Sans doute, car il lui faudra donner un signal fort après ses vigoureuses prises de paroles qui ont un tantinet bousculé les codes de la politique locale à savoir la rupture avec les « dinosaures » et « Les Républicains », la nécessité selon lui de « clarification » et de « recomposition » – au-delà de la commission permanente de la Région – de la classe politique locale. Ambitieux chantiers qui passent dès à présent par la formation de l’équipe appelée à l’entourer à la pyramide et au sein de laquelle, pour donner l’exemple, il va être contraint d’instiller une bonne dose d’ouverture pour bien montrer sa volonté de prendre ses distances avec les « caciques » et de « tracer » son chemin à ses risques et périls, en partant du bon principe que « celui qui ne risque rien n’a rien ». C’est ainsi qu’il faut « lire » également le chantier de la restructuration d’Objectif Réunion que Didier Robert a récemment lancé afin de préparer, d’ores et déjà, les municipales de 2020 (ou 2021) et toutes les autres échéances futures.

Didier Robert était à Bras-Panon jeudi dernier pour animer justement une des réunions d’OR au restaurant « Le Beauvallon ». Ses équipes sur le terrain ne lésinent pas sur les moyens. Ils essayent de ratisser le plus large possible. Objectif affiché : affaiblir Daniel Gonthier, qui « ne se serait pas foulé des masses » lors des régionales de 2015. Tout comme Michel Fontaine à Saint-Pierre, Nassimah Dindar à Saint-Denis ou encore Jean-Paul Virapoullé à Saint-André. Ces derniers étant même suspectés d’avoir « un peu, beaucoup fait » pour Thierry Robert. Aussi, à Bras-Panon, Daniel Gonthier « LR » mais qui a également sa carte « Objectif Réunion », a eu la surprise de ne pas être invité au restaurant « Le Beauvallon » alors que certains de ses élus (de ses élues précisément) y ont été conviées et ont répondu présentes à l’invitation. D’anciens élus et employés à la mairie de Bras-Panon, qui sont aujourd’hui salariés à la Région, travaillent dur sur le terrain panonnais contre le maire Daniel Gonthier. C’est le cas par exemple de Nina Roger, de Yves Tambon sans compter des collaborateurs de cabinet pour la zone Est. « Objectif Réunion » mise beaucoup sur Jeannick Atchapa (fils de Jean, l’ancien bras droit de feu Paul Moreau), qui a pris la parole jeudi soir. Jeannick Atchapa qui a été 1er adjoint de Gonthier en 2001, avant de « clascher » avec le maire a déjà mangé, comme nombre de politiques locaux, à tous les rateliers : RPR, UDF (Virapoullé), LPA (Thierry Robert). Son obsession : devenir maire de Bras-Panon. Il compte beaucoup sur Didier Robert pour y arriver. Mais il faut savoir que les équipes d’Objectif Réunion avaient également pris contact avec le député Jean-Hugues Ratenon (France Insoumise) avant la réunion de jeudi. Sans doute dans l’intention de préparer une liste commune de tous les « anti-Gonthier » pour 2020. Ce dernier, qui ne souhaite pas changer de bord politique et qui revendique plus que jamais son appartenance à la gauche, a décliné l’invitation. Il envisage de se présenter en personne à Bras-Panon aux municipales de 2020. D’autres le voient plutôt à Saint-Benoît où, avec l’aide de Jean-Claude Fruteau, il avait réalisé un très bon score lors des dernières législatives. Trop tôt pour le dire. En tout cas, parallèlement à la restructuration « d’Objectif Réunion » et de la préparation des municipales et autres élections, Didier Robert doit avant tout boucler la nouvelle composition (ou recomposition) de la commission permanente de la Région qu’il dévoilera ce vendredi. Il lui faudra remplacer pas moins de 5 vice-présidents, à savoir les parlementaires Jean-Louis Lagourgue, Nadia Ramassamy, Nassimah Dindar, David Lorion (frappés par le cumul des mandats) et la regrettée Valérie Bénard, disparue vendredi dernier des suites d’une longue et brutale maladie. Rappelons que s’ils ne seront plus vice-présidents, Jean-Louis Lagourgue reste conseiller régional (il a démisionné de son mandat de maire de Sainte-Marie), tout comme Nadia Ramassamy, qui abandonnera son mandat de conseillère départementale. Nassimah Dindar, en revanche, est restée au Département.

Qui Didier Robert va-t-il nommer au poste de 1er vice-président de la Région pour remplacer Jean-Louis Lagourgue ? Plusieurs scénarii possibles :

  • Jean-Paul Virapoullé ? Son nom revenait sans cesse. Exit le clash de 2010 ! Il était redevenu l’un des hommes de confiance de Didier Robert depuis les régionales de 2015, porteur des grands dossiers européens, économiques et constitutionnels. Mais depuis le 18 décembre dernier, depuis l’élection de Cyrille Melchior à la tête du Département et la fameuse « trahison », le maire de Saint-André a été relégué au rang des « dinosaures » que Didier Robert veut politiquement exterminer de l’île. Virapoullé a certes refait le premier pas ainsi son mea culpa en janvier, depuis l’épisode tumultueux de fin décembre. Cela suffira-t-il pour qu’il obtienne de nouveau la confiance totale du président de Région ? Mystère et boule de gomme ! Si Didier Robert souhaite réellement tourner une page et « en finir avec le vieux monde » il ne nommera pas Virapoullé à qui il a annoncé avoir retiré toutes les délégations. En revanche, s’il choisit de jouer l’apaisement, la sagesse, la compétence, les connaissances des grands dossiers tout en irritant les autres « dinosaures », notamment Michel Fontaine, rien ne l’empêchera de placer Virapoullé-père à sa droite.
  • Dominique Fournel ? Un homme confiance, de dossier, qui porte notamment celui de la NRL. Ce n’est pas un élu de terrain. Il n’a pas souvent, pour ne pas dire jamais, mouillé sa chemise dans les campagnes électorales. Il passe plus pour un technicien que pour un politicien. Il a la confiance du président. Mais il a été auditionné dans l’affaire dite de la NRL. Et l’enquête n’est pas terminée. Les mauvaises langues prétendent justement qu’il pourrait être nommé à la première vice-présidence car en cas de complication sur le délicat dossier de la NRL, il pourrait servir de « fusible ».
  • Yolaine Coste ? Une fidèle parmi les fidèles qui porte des dossiers importants comme celui de la continuité territoriale, dossier qui tient à cœur le président de Région. Une élue qui a l’entière confiance de Didier Robert, même si son mari, médecin, est l’associé du radiologue… Michel Fontaine, par ailleurs président de « LR », l’ennemi de Didier Robert, juste après Thierry Robert. Certains estiment que le choix de Yolaine Coste ne serait pas vraiment un « choix d’ouverture ». Allez savoir pourquoi !
  • Vincent Payet ou Olivier Rivière ? Attention, la surprise peut venir de là. Parmi tous les jeunes de l’assemblée régionale, ces deux élus passent d’abord pour être des hyper fidèles du président mais aussi pour deux bosseurs dans leur domaine respectif. Et, dit-on de plus en plus, Didier Robert peut miser sur la carte de la jeunesse, de la préparation de l’avenir. Un choix logique qui serait conforme à sa volonté de renouvellement et de recomposition de la classe politique locale. Vincent Payet pourrait même se positionner par la suite sur la commune de Saint-Benoit dans la perspective de 2020.
  • Bernard Picardo ? Il a fait savoir plus d’une fois à Didier Robert que le poste de 1er vice-président l’intéressait. Mais les chances du président de la Chambre des métiers d’accéder à une telle place stratégique sont très minces.
  • Ibrahim Patel ? A vrai dire son nom n’a jamais circulé. Pour la simple raison que le poste de 1er vice-président de la Région ne l’intéresse pas du tout. Ce qui compte le plus pour le président de la Chambre de commerce et d’industrie de la Réunion (CCIR), c’est la mairie de Saint-Paul. Il n’a jamais caché ses velléités. Dans un premier temps, Didier Robert lui avait proposé la mairie de Saint-Denis. Il a refusé net d’après nos informations. Le président de Région l’avait alors proposée à Alain Armand (avant l’élection pour la présidence du Département). Finalement, Didier Robert aurait opté pour le « socialiste-macroniste » Gérald Maillot, le président de la Cinor qu’il verrait bien déloger Ericka Bareigts ou Gilbert Annette. Mais détrôner l’autre « socialiste-macroniste », c’est-à-dire Annette, de la mairie du chef-lieu risque de s’avérer être une tâche très compliquée. Quant à Ibrahim Patel, aux dernières nouvelles, Didier Robert lui a donné le feu vert pour Saint-Paul. Le seul mot d’ordre : « virer Sinimalé ». Mais Joseph commence à sentir l’ail. Il a proposé un « deal » à Patel : « tu me soutiens à la présidence du TCO en 2020 pour laquelle l’élection se fera au suffrage universel, comme pour tous les EPCI, et moi je te soutiens à la mairie de Saint-Paul pour le poste de maire ; Tu me laisseras le poste de 1er adjoint ». C’était, entre autres, la teneur de la dernière rencontre qui a eu lieu entre Joseph Sinimalé et Ibrahim Patel, samedi 3 février, à Saint-Paul. Initialement, la discussion ne devait porter que sur la rénovation du port de Saint-Gilles pour laquelle la CCIR, via l’Europe, va investir près de 10 millions d’euros dans les trois années à venir.
  • Jean-Gaël Anda ? Lui n’a jamais été pressenti pour le poste de 1er vice-président mais il devrait obtenir à coup sûr une vice-présidence. Depuis qu’il a rompu (politiquement parlant cela va de soi) avec Thierry Robert, patron du LPA (La Politique Autrement), il regarde Didier Robert avec des yeux de Chimène. Et vice-versa. C’est carrément le grand amour politique. Et c’est notamment via Jean-Gaël Anda, patron du groupe « La République En Marche » que Didier Robert va jouer la carte de l’ouverture et marcher davantage si on puis dire vers Edouard Philippe (Premier Ministre) et vers Emmanuel Macron. Jean-Gaël Anda qui, semble-t-il, a ses contacts auprès des conseillers du Président de la République, laisse entendre à son entourage qu’Emmanuel Macron apprécie vraiment la politique et le positionnement de Didier Robert. A l’inverse, ces mêmes conseillers n’auraient plus du tout confiance en Thierry Robert jugé « trop impulsif » et « plutôt dangereux car imprévisible ». L’Elysée n’apprécierait pas la posture politique du président du LPA et député MoDem de la 7ème circonscription qui clame haut et fort son ambition de travailler avec Michel Fontaine, patron de « Les Républicains », tendance Wauquiez. Cela n’est pas vraiment du goût du Château.
  • Juliana M’Doihoma (proche de Cyrille Hamilcaro), Alin Guezelo, Fabienne Couapel-Sauret, Faouzia Vitry… sont des élus très fidèles et loyaux envers Didier Robert. Nul doute, qu’ils pourraient prendre du galon au sein de la future commission permanente de la Région. Tout comme Aline Murin-Hoarau a été récemment nommée à la présidence de la commission Patrimoine. Ce qui fait tiquer Daniel Alamélou (collaborateur au cabinet de la Région). Ce dernier trouve que Didier Robert donne un peu trop d’importance à cette « communiste » de Sainte-Suzanne, laquelle commence à trop empiéter sur son terrain électoral dans la commune pour l’instant gérée par Maurice Gironcel. Fin du suspense ce vendredi pour la commission permanente régionale.

Cyrille Melchior : un président est né

Un coup d’œil à présent sur l’autre grosse collectivité, je veux parler du Département, présidé par Cyrille Melchior, pour vous dire que l’élu Saint-Paulois, petit protégé de Nassimah Dindar, de Michel Fontaine, de Joseph Sinimalé et de Jean-Paul Virapoullé effectue pour le moment un sans-faute. Il a présidé, mercredi dernier, sa première session plénière consacrée aux orientations budgétaires. Certes, il n’y a pas de vote sur les « OB », mais le débat s’est déroulé sans anicroche. Comme une lettre à la Poste et tout cela dans une ambiance bon enfant, conviviale qui redore le blason de la politique.

En douce, sans secousses, Cyrille Melchior impose son style et sa méthode de main de maître. Toujours avec le sourire. Avec des mots qui apaisent. Une (petite) main de fer dans un gant de velours. En a peine un mois, il a su trouver ses repères et conforter sa place de chef à la tête d’une assemblée où l’opposition ne s’opposera pas systématiquement comme l’a d’ailleurs souligné Jean-Claude Lacouture. Cyrille Melchior est bel et bien un homme de consensus. La preuve : Yvette Duchemann, l’écologiste, binôme du « socialiste-macroniste » Gérald Maillot et élue du « socialiste-macroniste » maire de Saint-Denis s’est inscrite au Département dans le groupe « Solidarité pour l’unité réunionnaise » présidé par Cyrille Melchior.

Mercredi dernier, à la fin de la première session plénière, la sénatrice Nassimah Dindar a pris Melchior dans ses bras et lui a dit : « t’as été vraiment à la hauteur, comme si t’avais fait ça toute ta vie ». Timidement mais avec le sourire, Cyrille Melchior lui a répondu : « j’ai été à bonne école sénatrice ». Un président est né. Il ne devrait pas non plus avoir grand mal à travailler en étroite collaboration avec son homologue de la Région. Les deux hommes se connaissent bien. En Politique, certes, mais ils se fréquentent aussi dans d’autres lieux, pour ne pas dire d’autre « temple ». Cyrille Melchior pourrait facilement avoir envie de remettre le couvert en 2021.

Encore un petit mot de politique pour vous dire que l’adjoint M’Voulama, chef d’entreprise et bras droit de Richard Nirlo, nouveau maire de Sainte-Marie, affirme, contrairement à ce que j’ai écrit dans l’édito de lundi dernier, n’avoir jamais bénéficié d’un quelconque marché de la part de la municipalité de Sainte-Marie et de la Région. Mais il y a des connaissances qui ont promis de m’apporter les preuves du contraire très prochainement. Wait and see cher Monsieur M’Voulama! On reste à Sainte-Marie où son maire pourrait être sollicité bientôt par Jean-Claude Lacouture pour prendre les rênes de l’Association des maires départementalistes (AMD), un machin qui ne sert visiblement pas à grand-chose. C’est peut-être pour cette raison que le maire de l’Etang-Salé, l’actuel président, a pensé à son camarade Nirlo.

Péripatéticienne de la presse locale

Passons à un tout autre sujet à présent. Il n’y a pas d’autres mots pour qualifier ce qui va suivre : de la mauvaise foi caractérisée, qui fait honte à la profession de journaliste ! Oui, je sais, et je m’en excuse par avance. Je vous avais promis dans mon premier édito de l’année 2018, celui du 29 janvier dernier, de tourner une page, de ne plus regarder en arrière, de prendre de la hauteur, de ne plus répondre à la provocation, à la médisance, à l’insulte.

Mais trop, c’est trop ! Qui ne dit mot consent et, lorsque je lis de telles aberrations, je ne peux rester insensible, indifférent. J’avais le choix entre : garder la posture d’une feuille songe et donc laisser couler en me disant que de toute façon ce journal subventionné, « à la botte de… », « marche-pied » d’une collectivité, était de moins en moins lu, à tout casser 7000 exemplaires le jeudi matin et un tout petit peu plus, le samedi, en raison du programme télé gratuit (plutôt bien fait cela dit, le programme télé !).

Je me suis dit que je n’allais pas perdre mon temps, pas me rabaisser au rang de caniveau.

L’autre choix, c’était alors de rendre coup pour coup en se disant qu’on n’est plus au temps de l’esclavage ou de la colonie, et que le Réunionnais que je suis, qui n’a jamais volé personne ni fait de mal à une mouche, n’avait pas à laisser quiconque et encore moins ces gens venus du froid, chasseurs de prime de surcroît, pétris de mauvaise foi, frustrés jusque dans leurs tripes, arrogants à souhait , venir me donner des leçons et m’insulter de la sorte. Car je n’ai pas de leçons à recevoir de ces schizophrènes aux « roubignoles plombées», de ces morpions sur pattes qui se prennent pour les justiciers des temps modernes et qui recourent à des méthodes de voyous en usant de l’intimidation, de menaces, de chantages, de provocation à outrance, de ragots, de « ladilafé » pour salir les autres.

S’il vous arrive de lire le JIR (ce journal que j’ai servi pendant 33 ans dont 8 en tant que rédacteur en chef), ce journal dont je suis fier de n’avoir jamais vendu à une collectivité, à un politique, parce que je tiens à garder mon âme et ma liberté tout en défendre celle des journalistes dont j’avais la responsabilité (selon le principe vaut mieux mourir debout que de vivre couché), vous avez sûrement remarqué que Sarah Patel (directrice de Sinusoïde qui gère le site internet de Freedom) et moi même avons eu droit, jeudi dernier, à un traitement particulièrement méprisant dans les pages « ladilafé » avec photos à l’appui. Un tissu de mensonges montés en épingle dans lequel le scribouillard en mission, une espèce de péripatéticienne de la presse, a pris ses fantasmes pour des réalités. Je ne lui ferai pas l’honneur de citer son nom, ce serait lui faire trop de pub. Lui-même n’a pas eu le courage de signer son ramassis de conneries. Mais vous le reconnaîtrez certainement (si vous lisez le JIR). Il se prend pour un grand « investigateur » (plutôt gateur qu’investi), moitié Sherlock Holmes et moitié Tintin Milou. Il n’hésite d’ailleurs pas à chausser des lunettes de soleil de couleur noires en pleine rédaction et en plein jour lorsqu’il croit travailler sur un dossier secret-défense… pour ne pas être vu par ses propres collègues. C’est pour dire l’état d’esprit du bonhomme qui est au garde à vous de son DG comme un adepte peut-être voué corps et âme à son gourou. Il se voyait déjà passer les menottes à Nassimah Dindar pour l’affaire inventée et montée de toutes pièces de la case du Bas-de-La-Rivière après avoir sorti « en exclusivité » un acte notarié qui figure dans le dossier consultable par n’importe quel quidam qui en ferait la demande. Il se réjouissait (et jouissait déjà) de voir descendre les enquêteurs du PNF pour « coffrer » l’ancienne présidente du Département. Tout compte fait, pas même un garde-champêtre n’a déboulé !

Je vous explique très rapidement : Sarah Patel et moi même avons comparu au tribunal correctionnel de Champ-fleuri le jeudi 1er février suite à deux plaintes en diffamation déposées par la Région. La première contre Sinusoïde pour avoir podcasté une déclaration de Thierry Robert après le « taggage » de son portail à son domicile saint-leusien ; La deuxième contre moi même pour un édito relatif à la NRL publié le 26 juin dernier sur le site internet de Freedom. Rien d’extraordinaire en fait… jusqu’à la publication, le jeudi 8 février dernier, dans les pages ragots du JIR d’un article intitulé : « Enquête sur la NRL : Free Dom fait profil bas au tribunal » dans lequel le porte-plume de son gourou se permet d’inventer, d’interpréter à sa guise, se fendant ainsi d’une narration complètement à côté de la plaque. Déjà dans le titre, qui relève de la pure invention provenant tout droit de son esprit manifestement dérangé. Ensuite, relève-t-il que je « n’en menais pas large à la barre dans ma chemise violette », que « j’avais la tête basse et que je ne pipais mot ». C’était une chemise de couleur parme (de marque Ralph Lauren). Ben oui, ça fait partie de ma culture, de mon éducation ça : être toujours présentable et propre quelles que soient les circonstances. Je sais que prendre au moins deux bains par jour et bien s’habiller ne fait pas partie des habitudes de tout le monde. Chez moi, (et je dirai même qu’à La Réunion), c’est une question de savoir vivre.

« Tête basse… » : Faudrait changer de lunettes mon gars. Au contraire, j’avais la tête haute puisque me trouvant en contrebas, je devais regarder en haut en m’adressant au président Hugues Courtial qui, en tout et pour tout, ne m’a posé qu’une question relative à ma date de naissance. Rien de plus. Le dossier préparé par Me Béatrice Boyer-Bigot était on ne peut plus clair. N’étant pas à un concours de karaoké, je n’allais tout de même pas pousser la chansonnette pour faire plaisir au grand « gateur investi » ! Ce dernier a aussi relevé dans son « jus de crâne de malade mental » que j’ai pris ce jour là « un air de chien battu » parce que l’avocate Me Béatrice Boyer-Bigot avait dit à voix haute que « Monsieur Mont-Rouge n’avait pas dormi depuis 3 heures du matin et que Mme Sarah Patel tremblait comme une feuille morte ». Oui, je confirme,  je n’avais pas dormi depuis 3 heures du matin mais pour des raisons privées qu’un pseudo journaliste ne peut pas savoir puisqu’il ne vit pas chez moi et ne connaît pas ma vie. Oui Sarah Patel n’avait pas non beaucoup dormi parce qu’elle se réveille quasiment à 3 heures tous les matins pour gagner sa croûte. Freedom n’a jamais été subventionné avec l’argent public ! Oui, on tremblait tous les deux comme une feuille dans cette salle climatisée comme dans une morgue et où on est restés assis sur des bancs en bois, les fesses meurtries, comme dirait l’autre, de 14 heures à 22 heures, sans avoir vraiment eu le temps de manger de toute la journée, puisqu’on était là, présents, depuis 14 heures, et parce que, contrairement à d’autres, à Free Dom, lorsqu’on est convoqué devant une juridiction (ce qui arrive quand même très rarement), on n’a pas l’habitude de se débiner, de se défausser.

On tient à être là, aux côtés de nos avocats, prêts, si besoin, à répondre aux questions des magistrats, quitte à trembler comme une feuille à cause de la clim’ mal réglée. Chez Free Dom, c’est jamais « courage, fuyons ». J’en connais d’autres qui flinguent gratos derrière leur Macintosh à l’abri, dans leur bureau, mais qui prennent la poudre d’escampette ou rentrent sous la table lorsqu’ils sont appelés à s’expliquer.

Dans son tissu de mensonges grossiers, le scribe de service a aussi vu ce jour là Sarah Patel à la barre aux côtés de… Thierry Robert. Faut croire qu’il ne fume pas que tu tabac celui-là ! Faux. Thierry Robert ne s’est jamais pointé au tribunal. Il était à Paris.

Ce genre d’énergumène qui fait honte à la profession a ainsi parlé de Sarah Patel et de moi-même, mais à aucun moment il n’a fait état dans son grand délire des trois affaires de diffamation évoquées ce même jeudi 1er février impliquant son directeur général, Jacques Tillier. Trois diffam’ concernant Nassimah Dindar, le gendarme Domen et Jean-Claude Lacouture. Les deux premières ont été renvoyées, comme c’est souvent le cas en matière de presse. La troisième a été appelée aux environs de 22 heures, juste après celle de « Free Dom/Région ».

Là encore, je m’inscris en faux sur ce qui a été écrit dans l’édito du JIR de samedi dernier où l’éditorialiste tombe à bras raccourcis sur le président du tribunal correctionnel Hugues Courtial qui, selon lui, aurait maltraité son avocat Me Rapady. Pauvre p’tite bête, li fé pitié  !

Faux, archi faux ! J’étais là jusqu’à la fin de la session, jusqu’à 22h40 précisément et j’ai tout vu, tout entendu, tout noté. Oui, Me Rapady, l’avocat du JIR, s’est fait « shooter » par le tribunal, non pas parce que le président Courtial ne l’aime pas ou aurait une dent contre le JIR et son DG qui se prend pour le centre du monde, mais c’était uniquement sur un point de procédure. Dans cette affaire de diffamation contre Lacouture, l’avocat de Tillier avait demandé un renvoi sous prétexte que ses témoins n’étaient plus là, parce qu’il était trop tard, parce qu’ils n’ont pas pu attendre (ce qui peut être compréhensible), mais Me Morel, l’avocat de Lacouture, est monté au créneau pour dire « stop ! » et qu’il commençait sérieusement à en avoir ras-le-bol que Rapady demande à chaque fois le renvoi de l’affaire. Déjà 16 mois que ça dure ! Il fait remarquer au tribunal « qu’il n’y a pas de citation de témoins enregistrée pour cette séance du 1er février ». Les deux témoins (Dominique D’Eurveilher, ex DGS de la mairie de l’Etang-Salé et Mireille Mallet, directrice du CCAS) sont effectivement venus au tribunal, ils sont restés de 16h30-17h (et non 14h) à 18h30 maxi, avant de repartir, mais à aucun moment l’avocat Rapady avait pris soin de notifier une quelconque citation auprès de la greffière. La citation avait certes été faite pour le 7 décembre 2017, mais nullement pour le 1er février 2018. Un oubli de la part de Me Rapady ? Raison pour laquelle, le président Courtial ne disant que le droit, rien que le droit a fait juger sur le fond cette affaire qui traînait depuis environ 16 mois en raison des renvois systématiquement demandés par l’avocat du JIR. Jean-Jacques Morel a ainsi obtenu gain de cause, non pas pour ses beaux yeux, mais parce que le droit était de son côté. Le président Courtial a tout simplement voulu montrer que la justice devait être la même pour tous les justiciables qu’ils soient délinquants tout court ou délinquants en col blanc et que l’on s’appelle Durand, Dupont, Duchemolle ou Tillier, il ne pouvait y avoir de passe-droit. Point à la ligne !

Pour clore complètement ce chapitre « judiciaire », je voudrais préciser que Sarah Patel et moi même avons été poursuivis par la Région pour avoir retranscris les propos de certaines personnes auditionnées par les enquêteurs du PNF dans le cadre de l’affaire dite de la NRL. Idem pour Thierry Robert. Michel Allamèle a été poursuivi par le conseiller régional Dominique Fournel dont tous les frais de justice sont payés par la Région. Allamèle est poursuivi sur la base d’un article de Clicanoo (site internet du JIR) qui avait quasi intégralement retranscris ses propos. Mais à aucun moment ce support médiatique ne s’est retrouvé à la barre pour avoir « colporté » les accusations, fussent-elles diffamatoires d’Allamèle. Bizarre, non ! La Région n’a poursuivi que Freedom qui n’a fait, comme Clicanoo, que rapporter les propos de certaines personnes auditionnées par le PNF dont Allamèle.

Enfin, et ça c’est pour rire, puisqu’on vous dit tout sur Freedom : la Région a payé deux avocats pour plaider contre Sarah Patel et moi-même (contre Free Dom). Il s’agit de Me Jean-Jacques Morel et d’un cabinet parisien, le nec plus ultra, paraît-il, dans les affaires de diffamation. Me Morel, très respectueux des autres et lui-même avocat très respecté par le tribunal, a fait son job. Le grand cabinet parisien a pour sa part dépêché une jeune et sans doute talentueuse avocate. Laquelle, en guise de plaidoirie contre Free Dom, a lu, entre autres, sur son téléphone portable l’intégralité d’un article de Pierrot Dupuy du site « Zinfos neux cent soixante quatorze » (c’est elle qui le prononce comme ça !) qui m’avait été consacré juste après la publication de mon édito du 26 juin dernier. Lequel édito, soit dit en passant pour le « gateur investi » du JIR, a été retiré non pas « récemment » mais depuis le 27 juin 2017. Pour revenir à cette jeune avocate dont le cabinet est sans doute très bien payé avec l’argent des contribuables réunionnais, il est vrai qu’à sa décharge, elle ne connaît de La Réunion (et de mon ami Pierrot Dupuy et de son site Zinfos neuf cent soixante quatorze) que le trajet en classe Business entre Paris et notre petit caillou, billet que lui paye là encore la collectivité régionale avec l’argent de nos impôts.

Rappelons qu’en dépit des affaires de diffamation examinées localement par le tribunal correctionnel, l’enquête préliminaire menée depuis 2014 par le PNF (Parquet national financier de Paris) n’a toujours pas été bouclée. Personne ne peut donc dire pour l’instant s’il y a eu oui ou non délit de favoritisme dans l’attribution des marchés de ce gigantesque chantier. Et l’on se demande bien sur quelles bases le tribunal de La Réunion va-t-il pouvoir délibérer dans ces affaires dites de diffamation étant donné que, dans l’absolu, nul ne détient pour l’instant la vérité sur ce dossier. A suivre !

Y.M.

([email protected])

 

Poster un Commentaire

17 Commentaires sur "De la mauvaise foi caractérisée !"

avatar
plus récents plus anciens plus de votes
GODEDROI1099
Invité
GODEDROI1099

Vraiment top votre édito. Le journaliste en question est en fait un journaleux totalement incompétent. S’il veut faire du Buzz qu’il enquête sur les rapports Tiller Hersant Cadjee…

Vera
Invité
Vera

Monsieur l’éditorialiste Vos vérités dérangent mais ceux qui vous lisent savent qu’il y a une grande part de verite- la NRL est toujours sous le coup d’une enquête, et c’est loin d’etre Terminé. Je m’interroge juste sur ce point: pourquoi aucun élu ne veut la commission d’appel d’offres à la pyramide inversée? Pourquoi? Mais pourquoi monsieur Montrouge !!!!! Habituellement on se dispute pour avoir les appels d’offres- à la region les élus fuient ce porte feuille !

RIPOSTE974
Invité
RIPOSTE974

Vendredi à la Région rien ne changera , on reprendra les mêmes et on s’embrasse sur la bouche !
Le cancan politique à la Région continuera

Poule lidzeur
Invité
Poule lidzeur
Bravo M MONTROUGE! Je trouve moi juste étonnant pour quelqu’un qui ne crache pas dans la soupe, de se vanter des ventes du JIR aujourd’hui ! N’avez-vous pas été à sa tête pendant cette « dégringolade commerciale »…? Mais quand je vois comment vous crachez allègrement sur vos anciens collègues en critiquant votre ancienne boite, dont vous êtes surement un peu responsable de la situation…. je me dit que vous êtes surement comme ces politiques d’un autre temps, déconnetés de la réalité et des responsabilités mais bien accroché à la bourse … Responsable mais pas coupable, non ? Heureusement que vous n’hésitez… Lire la suite »
GODEDROI1099
Invité
GODEDROI1099

Evidemment tout le monde veut savoir l’identité de ce journaleux.
Rien que pour voir ne serait-ce son parcours, son style, ses valeurs.
Intégrité, honneur et vérité commandent t’elles sa déontologie? ou bien alors
Connerie, jalousie et convoitise forment t’elles sa devise?
L’avenir nous le dira sûrement,
A moins que quelques évènements, prévisibles ou imprévisibles découlant se son extrême Incompétence ne viennent contrecarer ses petits projets ou « enquêtes » inutiles.
N’empêche, on se cache bien sous le coup de « la liberté d’expression » pour détruire les autres.
Et bien moi, c’est sous le coup de la liberté d’opinion que je me place.

Mive MAPART
Invité
Mive MAPART
Puisque les bulletins de vote font la fortune des élus et de ce qui font de la politique , désormais je ne serai plus le dindon de la farce et je revendique aussi ma part et des indemnités . Je ne veux plus passer pour plus couillon .. Le citoyen lambda n’a plus rien à attendre des élus , ce sont les élus qui raflent le pactole par le vote des électeurs . Et cela leur rapporte gros , souvent à vie , le tout partagé entre familles , copains et amis . Le flot d’informations nous montre que les… Lire la suite »
By lolo
Invité
By lolo

Qui veut la commission d’appels d’offres de la region vendredi? Ah je crois que ce sera OLIVIER RIVIERE le 1èr VP, on parie combien monsieur Montrouge! Personne n’en voulait sauf lui …. mdr

gil
Invité
gil

ça c’est envoyé!! Chapeau bas Oté la Reunion

Titi
Invité
Titi

De toute façon c’est les petits comme nous.. Que va reste sur le carreau… Zot va fait a zot sauce.. Copinage..

Minerve pu
Invité
Minerve pu

Si DIdier Robert y compte fé campagne bras PANON avec benne bras cassé comme Nin…, ben mi voit li bien gagné un bon baisement avec Daniel gonthier. La haine n’est jamais bonne pour réussir en politique, seule la raison l’emporte

opopo!!!
Invité
opopo!!!

La mémoire courte Nina !!!!.
Celle là même qui a eu un travail à la Région grâce au maire de Bras-Panon…et maintenant NIn i veut renverse Daniel GONTHIER pour les municipales 2020 !!!! ….Vraiment pas crédible car n’a jamais travaillé et vit de la politique…et se serre de la politique pour avoir un meilleur poste !!!! …Pas crédible dutout Nina …atchapa ….!!!!!

Manuel
Invité
Manuel

Objectif reunion en chute libre, vous pensez que Macron au niveau national a besoin de 1000 adhésions. Vive les républicains et vive michel Fontaine patron de la droite à la réunion.

Bérangère
Invité
Bérangère

vira ne sera jamais 1er VP. Didier Robert a peur de lui, et à peur d’un nouveau coup de pattes. Seul celui qui marchera dans ces combines, aura ce poste c’est à dire peut etre le maire de saint Philippe.
Anda aura une belle vice présidence pour ses actions en sous marins à paris auprès des conseillers de Macron ?
et contre Michel Fontaine en 2021?
L’avenir nous le dira mais ce sera extrêmement compliqué pour Anda

Les Rapetoux
Invité
Les Rapetoux
 » Et c’est notamment via Jean-Gaël Anda, patron du groupe « La République En Marche » que Didier Robert va jouer la carte de l’ouverture et marcher davantage si on puis dire vers Edouard Philippe (Premier Ministre) et vers Emmanuel Macron. Jean-Gaël Anda qui, semble-t-il, a ses contacts auprès des conseillers du Président de la République, laisse entendre à son entourage qu’Emmanuel Macron apprécie vraiment la politique et le positionnement de Didier Robert… » mdrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr Adieu veau vache cochon couvées….. Castaner vient d’envoyer un courrier assez bref avec en pièces jointes 2 petits bois pour Anda, pour aller jouer dan caca… Lire la suite »
kok bengal
Invité
kok bengal

Non mais c’est quoi ce petit jeu je te donne la mairie ,l’autre je te donne la mer, l’autre je te donne le soleil , mais nous les citoyens on doit suivre les consignes de didier robert ??? on n’es pas dans une dictature !! il faut arrêter .

voulala
Invité
voulala

ohlala yvon! t’as tenu que le temps d’un édito! Ne pas savoir tenir ses résolutions , ça porte pas chance!!!! Et, tu serais pas un tantinet raciste????

THOR
Invité
THOR

Comme d’habitude un très bon édito, mais comme le dit très justement kok bengal, depuis quand on « donne » la mairie, ou un autre poste d’élu ? si nos hommes et femmes politiques sont TOUJOURS dans cet état d’esprit il va y avoir des surprises aux prochaines élections (toutes confondues).
Ce peuple , ces électeurs bien silencieux actuellement, car plongés dans leurs problèmes du quotidien, leur rappelleront que les politicars ne sont propriétaires d’AUCUNE VOIX, que le temps des élus despotes et paternalistes est révolu, que dans l’isoloir tout est permis. Oui surprise, surprise……