Dengue : 32 cas autochtones signalés à La Réunion, 3 communes concernées

dans Actualités/Infos Réunion

Depuis le début de l’année 2017 à la Réunion, 32 cas de dengue autochtones et 5 cas importés (de retour de voyages) ont été signalés.
Les enquêtes réalisées par l’ARS Océan Indien ont permis d’identifier plusieurs situations de contamination distinctes, dont 3 ont pu être reliées à un cas importé de voyage.
A ce jour, 3 communes sont concernées par une circulation active du virus :

  • Le principal foyer de transmission est situé à Saint-Paul (quartier Crève-cœur). Il est maintenant actif depuis la mi-avril et représente 18 des 32 cas autochtones identifiés à ce jour.
  • Deux autres foyers ont été identifiés plus récemment et ne concernent pour l’instant qu’un nombre limité de cas :
    • l’un à Saint-Pierre (circulation active du virus dans le quartier de Basse terre – Ligne Paradis et survenue de cas isolés à la Ravine des cabris et Terre Sainte) ;
    • l’autre à Saint-Louis (Quartier de La Palissade).

La circulation du virus reste modérée. Elle pourrait toutefois s’étendre davantage et s’intensifier en cette période où les conditions météorologiques sont encore favorables au développement des moustiques vecteurs. Aussi, l’ARS Océan Indien maintient l’activation du niveau 2A du dispositif ORSEC de lutte contre la dengue : « Identification d’une circulation virale modérée autochtone – apparition d’un ou plusieurs regroupements de cas ou de plusieurs cas sporadiques. »

Actions de Lutte Anti-Vectorielle

Les équipes de Lutte Anti-Vectorielle de l’ARS OI sont actuellement fortement mobilisées dans les quartiers concernés et procèdent à de nombreuses interventions afin de :

  • rechercher de nouvelles suspicions de dengue et demander à ces personnes de consulter un médecin sans tarder,
  • éliminer ou traiter toutes les situations de proliférations de moustiques (eaux stagnantes dans les pots, soucoupes, déchets, …),
  • informer les personnes rencontrées sur le risque de transmission de la dengue, et les moyens de prévention : éliminer les gîtes larvaires et se protéger contre les piqûres de moustiques,
  • procéder à des traitements insecticides de jour dans les cours et jardins,
  • procéder à des pulvérisations insecticides de nuit dans l’ensemble des zones concernées.

Depuis le début de l’épisode, les agents de lutte anti-vectorielle ont procédé sur ces zones à plus de 1200 visites domiciliaires dont plus de 1000 traitements de cours et jardins complétés par des traitements de nuit.

Du fait du passage en niveau 2A du dispositif ORSEC, un renforcement de la mobilisation des communes et intercommunalités concernées, aux côtés de la Lutte Anti-Vectorielle, est engagé pour l’élimination systématique des situations de prolifération des moustiques vecteurs, et des réunions de coordination sont organisées en sous-préfecture.

Informations auprès des Professionnels de Santé

Les médecins des secteurs concernés sont sensibilisés à l’importance de continuer à prescrire des confirmations biologiques auprès des cas suspects pour permettre de suivre l’évolution de la situation épidémiologique dans les zones de circulation virale.

Des gestes simples à adopter

La période actuelle est propice au développement des moustiques, et notamment du moustique tigre, vecteur de la dengue. Ce dernier pond dans de petites collections d’eau stagnante, souvent créées par l’Homme autour de son habitation.

La lutte contre les moustiques repose avant tout sur des gestes simples à mettre en œuvre au quotidien :

  • éliminer les eaux stagnantes dans son environnement (vider les soucoupes, vérifier l’écoulement des gouttières, respecter les jours de collecte des déchets, vider les petits récipients, …),
  • éliminer les déchets pouvant générer des gîtes larvaires,
  • se protéger des piqûres (port de vêtements longs, utilisation de répulsifs et de moustiquaires), y compris quand on est malade pour ne pas contaminer son entourage.

Cette lutte collective est le moyen le plus efficace pour limiter les risques de propagation de la dengue.

Consulter un médecin en cas d’apparition des symptômes

Pour éviter la propagation du virus, l’ARS Océan Indien rappelle qu’il est impératif, en cas d’apparition brutale de fièvre éventuellement associée à des maux de tête, douleurs musculaires, éruptions cutanées, nausées, vomissements, saignements ou fatigue :

  • de consulter rapidement un médecin,  
  • de continuer à se protéger des piqûres de moustiques

La dengue est une maladie transmise par les piqûres de moustique (à La Réunion, par le moustique tigre, Aedes albopictus).

Dans sa forme classique, la dengue se caractérise par une fièvre d’apparition brutale accompagnée d’un ou plusieurs des symptômes suivants :

  • frissons,
  • maux de tête,
  • douleurs articulaires et/ou musculaires,
  • nausées,
  • vomissements.

 

 

4 Commentaires

  1. Oui la démoustication me fait rire, ils ne passent pas dans les impasses et me voilà cloué au lit… En attendant les résultats des analyses et une éventuelle action dans mon chemin les moustiques continuent leur travail ! Ça ne m’étonne pas que l’épidémie progresse…

  2. démoustication ok mais quand ou na que des terrains privée coté ou et que les propriétaire y fait rien bien ou peu fait pique a ou et bana pas la ek sa car l’oms y sa que place public et y désinfecte pas la case particuliers na un tard y laisse zot cour envahi les sales netoie pas un merdes

  3. C’est pareil dans mon quartier j’habite la Bretagne, la ou j’habite il y a un terrain privé, pas nettoyé du tout, j’ai déjà contacter la mairie de la Bretagne à plusieurs reprise rien n’y fait, pleins de rats, des moustiques et cela dure depuis des années.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*