Didier Robert ou les caprices d’un enfant gâté de la politique

dans Edito de Yves Montrouge/Politique

Le président de Région aurait-il pété un câble ? Aurait-il la victoire aussi amère et la colère aussi mauvaise pour anéantir à ce point tout ce qui bouge autour de lui ? En tout cas, à force de vouloir couper des têtes, à force de vouloir éliminer toutes celles ou tous ceux qu’il considère comme des « traitres », « ennemis », « adversaires », il va finir très vite par se retrouver tout seul au milieu du désert.

Le retrait des délégations à Jean-Paul Virapoullé, le 3ème vice-président de la Région, survenu hier soir, via un communiqué envoyé aux rédactions, était plus que prévisible, après l’élection de Cyrille Melchior à la tête du Département lundi matin.

Didier Robert n’a pas supporté l’échec de son candidat Jean-Claude Lacouture (66 ans), avec qui il voulait renouveler la classe politique locale. Il n’a pas non plus supporté la présence de Jean-Marie Virapoullé (fils de Jean-Paul) en tête des vice-présidents du nouveau patron de la collectivité départementale. Pour Didier Robert, il a eu « trahison ». Raison pour laquelle, dès le lendemain mardi, il a donc pris, avec son cabinet, la décision de couper la tête au maire de Saint-André qui, au sein de la majorité, était chargé des Affaires européennes et institutionnelles, de l’expérimentation et du nouveau modèle de développement économique de La Réunion ; Sans compter que c’est ce dernier qui a co-rédigé avec lui le programme de la Région (2015-2021), programme qui a été validé par le suffrage universel dans le cadre d’un vote démocratique. Vox populi, vox déi ? Apparemment non, Didier Robert serait encore plus fort que Dieu. C’est lui qui coupe, qui tranche et qui hache, selon le fonctionnement très basique du genre : « tu ne fais pas ce que je te dis, tu es donc contre moi et je vais te punir ».

Aussi, après l’élection de Cyrille Melchior (56 ans), un cafre-métis de Bois-de-Nèfles Saint-Paul deux jours avant le 20 décembre, Didier Robert, complètement en pétard, d’avoir échoué dans sa tentative de main mise sur le Département, a réuni le soir même au 5e étage de la pyramide inversée ses « têtes pensantes » du cabinet pour décider des punitions à infliger aux « traitres », à ceux qui ont osé ne pas l’obéir. Selon un informateur, au sortir de cette réunion, le mot d’ordre était donné : « il faut couper la tête aux traitres, on va couper la tête à Virapoullé ».

Ainsi, après avoir « tué » le père (André Thien-Ah-Koon), après avoir voulu évincer Nassimah Dindar (il avait pris son téléphone pour appeler le Sénat et pour demander de ne surtout pas la nommer au poste de Rapporteure pour l’Outre-mer), le voilà qui « vire » aujourd’hui Virapoullé de sa majorité. En tout cas, c’est tout comme. Didier Robert ne veut plus de tous ceux qu’il voit comme une menace potentielle sur sa route. De la paranoïa politique ? Il n’y a pas d’autre nom.

Cela s’appelle de l’opportunisme

En fait, le mal est plus profond. Tout laisse à penser aujourd’hui, au vu de son comportement autoritaire et de ses décisions jusqu’au-boutistes pour ne pas dire extrémistes, qu’il veut être le seul à diriger, à commander. Il en est arrivé à considérer la Région un peu comme son « joujou » et il s’est mis en tête qu’il n’avait besoin de personne pour gagner car il est le seul – c’est ce que son cabinet raconte à qui veut l’entendre – à avoir battu feu Paul Vergès par deux fois. Le pouvoir lui est manifestement monté à la tête. Et tout cela pourquoi ? Comme l’explique Jean-Paul Virapoullé à Free Dom, son fils Jean-Marie a été approché par les deux candidats en lice Melchior et Lacouture. Les deux lui ont proposé le poste de 1er vice-président. Et il a choisi l’équipe avec laquelle il a le plus d’affinités et avec laquelle il travaille depuis des années déjà. Une équipe avec laquelle, il a repassé un contrat de confiance en avril 2015. Ce sont tous des élus de droite et du centre. La majorité qui est sortie des urnes lundi au Département est formée d’élus LR, de l’UDI 974 et des centristes d’André-Thien-Ak-Koon, comme on peut le voir dans la composition de la commission permanente. Personne n’a trahi personne. Il n’y a ni des élus de gauche, ni des élus de Thierry Robert « l’ennemi » parmi les vice-présidents. Que peut bien reprocher Didier Robert à cette majorité du conseil départemental ? Rien, à part le fait de ne pas la présider et de ne pas la maîtriser.

Et c’est bien ce qui l’a mis hors de lui. Car il avait déjà promis au pouvoir parisien une Région et un Département, sans oublier un sénateur. Faut-il rappeler que Jean-Louis Lagourgue s’est inscrit au groupe « Les Constructifs » au Sénat ? Comme par hasard, le groupe mené par Lacouture au sein de l’opposition du Département s’appellera aussi « Les Constructifs ».

Il n’y a pas de doute. Didier Robert va là où il y a de la lumière. Il était Sarkozyste quand Nicolas Sarkozy était Président de La République. Lors des primaires à droite, il était également Sarkozyste quand celui-ci avait le vent en poupe dans les sondages ; Il avait même renié François Fillon, suite à un dérapage de ce dernier sur «l’esclavage et la colonisation », avant de re-sauter à pieds joints dans les bras de Fillon vainqueur des primaires à droite. Didier Robert se voyait sans doute déjà ministre d’un gouvernement de droite. Il avait fait le déplacement jusqu’au Trocadéro pour soutenir François Fillon contre vents et marée quand Nassimah Dindar, Jean-Paul Virapoullé, Margie Sudre et bien d’autres élus locaux avaient soutenu Alain Juppé dès le premier tour du scrutin.

Didier Robert – « qui veut en finir avec ces hommes politiques qui sont d’un bord politique aujourd’hui et d’un autre demain » (pour reprendre l’extrait d’un article de mon ami Pierrot Dupuy sur Zinfos)- après avoir roulé pour Sarkozy et Fillon veut passer à présent dans le camp de Macron parce qu’il n’aime fréquenter que ceux qui gagnent, que ceux qui sont au pouvoir. Cela s’appelle de l’opportunisme. Avec des élus comme Jean-Alain Cadet (qui était PS, puis Verts), Jean-Gaël Anda, le fils spirituel de Virapoullé (qui était UDF, puis LPA), bref que des élus qui ont viré casaque (ou qui coupent des deux côtés comme feuille vacoas)… Didier Robert veut prendre les commandes de La République En Marche à la Réunion. Pour y arriver, il est prêt à tout. Même à couper toutes les branches auxquelles il s’était accroché jusqu’ici pour atteindre la lumière. Mais à force de les supprimer, sous le coup de la colère, tel un enfant gâté et capricieux, il risque d’assécher la sève de cet arbre nourri par les « anciens » qui lui aura permis de grimper jusqu’au sommet. La chute pourrait lui être fatale. Comme l’avait si bien écrit Publilius Syrus, ce poète latin né en Syrie, avant JC : « l’homme, quand un excès de colère l’égare, court lui-même au-devant du mal qu’il se prépare »…

Y.M.

([email protected])

 

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "Didier Robert ou les caprices d’un enfant gâté de la politique"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Moi
Invité
Moi

Ca se voit qu’il ne connait pas jean paul. Attendons la contre attaque de vira,fontaine et autres

Anonyme
Invité
Anonyme

Eh ben le prochain à quitter le « commandement » espérons que ce sera lui il en a assez fait non?

macac
Invité
macac

li té ve le département pou pend l’argent pou metre sur la route litorale

Moi
Invité
Moi

C’est mauvais perdant et il montre juste à ceux qui ne suivent pas son opinion qu’il peut les éjecter direct qu’il à ce pouvoir ……. il montre juste qu’il est maitre…….
Il ne respect pas le choix et opinion des autres la preuve ……
Il faut le suivre point……
Et la liberté de penser???
Bref……

cerco
Invité
cerco

mr robert je vous demande de prendre contact avec les vrai militans de st paul
cdt elie cerco

SABUCO Alexis
Invité
SABUCO Alexis

Didier Robert devrait écouter la chanson de Monsieur Charles Aznavour : « j’me voyais déjà en haut de l’affiche », et faire taire son égo de jeune loup de la politique qui ne cherche que le pouvoir et l’ambition…

grondin
Invité
grondin

le president pense que sa chaise de president n’est pas ejectable ,Mr se prend pour DIEU ?Quel grosse erreur Mr maire du tampon ,ou la donne a li 1 doigt aster li mange tout doigt band kreol LE PRESIDENT se prend pour un gand homme ,mais faire comme MR VERGES jamais il n’arrivera pas a son ongle jamais de jamais lui c’etait un homme d’honneur ,