DAC OI : « Priorité aux candidatures locales ! »

dans Actualités/Infos Réunion/Politique

C’est ce que réclame le CREFOM qui a interpellé son président national lequel a, à son tour, écrit au Premier ministre pour lui demander de « prioriser » les candidatures locales » à compétences égales dans le cadre du futur recrutement du directeur de la Direction des Affaires Culturelles de l’océan Indien (DAC OI) dont le poste sera vacant à La Réunion en juin prochain. Voici le communiqué du CREFOM (Conseil représentatif des Français d’Outre-Mer), représenté dans l’île par le délégué régional Richel Sacri : « dans un courrier du 3 avril 2018, le Président du CREFOM, Jean Michel MARTIAL, sollicité par la délégation de La Réunion, vient de demander au premier ministre qu’une attention particulière soit accordée aux candidatures locales dont les compétences et l’expérience se révèleraient en adéquation avec le profil de l’emploi à pouvoir. L’emploi de Directeur.trice des Affaires Culturelles de La Réunion est vacant à compter du 29 juin 2018, et les candidatures locales ne manquent pas.

Dans son courrier, le Président du CREFOM précise : « Nous sommes en effet convaincus qu’à compétences égales, la connaissance du terrain, ainsi qu’une pratique du dialogue social dans un contexte ultramarin marqué par des échanges directs et fréquents avec les autorités locales, dont peuvent se prévaloir les candidat(e)s de La Réunion, représentent un atout majeur dans la conduite des missions confiées aux personnels d’encadrement sur notre territoire. »

Face aux deux défis majeurs auxquels est confronté le secteur culturel à La Réunion que sont

  • le soutien aux structures et équipements déjà impliqués dans l’action culturelle
  • et l’aide à l’émergence de nouvelles formes qui exigent encouragement et accompagnement,

Le CREFOM considère en conséquence, que « le poste de DAC revêt une importance capitale car la connaissance du territoire et des partenaires institutionnels locaux (collectivités locales en particulier) représente un avantage indéniable afin de créer les conditions favorables à une réflexion commune voire partagée entre Etat et collectivités. » Et de préciser que « l’enjeu est de taille au regard du contexte budgétaire contraint dans un territoire où la dépense culturelle moyenne par habitant n’excède pas cent euros par an selon la dernière étude Nexa. » 

Le défi à relever est immense tant la culture incarne, plus que jamais peut-être, le terreau et les valeurs de notre République. »

Dans son courrier au premier ministre, Jean Michel MARTIAL souhaite que la représentation des outre-mer en tant que composante de la diversité de la population de notre pays soit poursuivie et améliorée car « il est primordial que les cadres locaux puissent prendre des responsabilités dans leur territoire ; il en va de l’équilibre de notre société ou le bien vivre ensemble ne doit pas être qu’un slogan mais trouver une juste application de partage. »

« L’occasion est ainsi donnée pour que Le Ministère de la culture participe, sous votre impulsion non seulement à la résorption du déficit du nombre de réunionnais dans les postes de haut niveau de la fonction publique d’Etat à La Réunion, mais aussi au rééquilibrage attendu par rapport aux nombreux recrutements extérieurs effectués ces dernières années » écrit-il à Edouard PHILIPPE.

Le CREFOM attend une décision conforme à ses vœux et par conséquent favorable à la nomination d’un réunionnais à ce niveau de responsabilité afin « de concrétiser dans les faits le chantier récemment ouvert à l’initiative du Président de la République dans le cadre des « Assises de l’Outre-Mer » où les territoires sont invités à prendre toute leur place au sein des instances. »

Poster un Commentaire

8 Commentaires sur "DAC OI : « Priorité aux candidatures locales ! »"

avatar
plus récents plus anciens plus de votes
esméé974
Invité
esméé974

Celà me semble évident, que pour une compétence égale, un « local » soit prioriser pour tout poste.
Que ce soit dans n’importe quel département ou pays d’ailleurs.
Pourquoi chercher ailleurs ce qu’on a sous la main….à moins que le copinage ne soit passer par là comme bien souvent.

loulou
Invité
loulou

il est temps de se réveiller le réunionnais doit retrouver sa place , les jeunes sont formés donc il est grand temps que ça change, une suite logique après tant d’années de mépris et de différence,, pour une harmonie il est grand de changer la donne , l’histoire donne et donnera toujours raison , soyez fiers créoles et marcher la tête haute avec plus d’assurance ayez confiance en vous

kboplate
Invité
kboplate

fctionnaie la plim oui

Seychelles Marie
Invité
Seychelles Marie

Ce sera la même musique….

loulou
Invité
loulou

ayez confiance en vous arrêter de douter c’est le terrain faible du réunionnais , avancez vous êtes des hommes comme les autres vous avez votre place; le doute est l’ennemi du cerveau et de la réussite confiance confiance, arrêtez de jouer le rôle du petit à l’échine courbée c’est votre façon d’être qui fera de vous des hommes compétents vivre et faîtes vivre votre avenir personne le fera à votre place.

Souton
Invité
Souton

Tout à fait d’accord, mais à quand une réelle application !

Cader
Invité
Cader

Kwè m’romana bezer paket là y fè là sous plè

Devineur
Invité
Devineur

Bien sûr qu’il faut arrêter d’aller chercher ailleurs ce qui est disponible chez nous. On n’a pas besoin de #jesaistout qui, dès qu’il pose le pied à Gillot, sait mieux que nous ce qui est bon pour nous. Mais ne nous trompons pas, parmi les locaux il y en a pas mal dont les dents rayent tellement le parquet, qu’ils sont prêts à écraser leur voisin non pas pour le bien de La Réunion mais bien pour le leur et celui de leur réseau. J’ai toute une liste de noms en tête…