Dordogne-Licencié pour avoir mangé une banane dans la remise d’un magasin Leclerc

dans Actualité Internationale/Actualités

Selon nos confrères du journal Sud Ouest, Un ancien salarié de l’hypermarché Leclerc Trélissaca en Dordogne été vu mangeant une banane dans la réserve. Un motif qui a conduit à son licenciement.

Licencié pour faute grave pour avoir mangé une banane. C’est le dossier qu’examinait, lundi, le conseil des prud’hommes de Périgueux.
Un ex-salarié de l’hypermarché Leclerc de Trélissac a engagé une procédure à l’encontre de son ancien employeur. Les faits qui ont justifié son licenciement se sont produits le 29 décembre 2016. Il travaillait alors au rayon fruits et légumes :
« La journée se passait bien, on était entre les fêtes et il y avait beaucoup de monde. Cela m’était déjà arrivé de faire une hypoglycémie alors je suis retourné à mon casier vers 14 h 30 – 15 heures prendre une banane », explique Raphaël Beauvieux, contacté mardi matin.
Il s’est saisi du fruit qui, assure-t-il, lui appartenait, puis est parti avec dans la réserve : « Un cadre m’a vu la manger et m’a dénoncé. »
S’en est suivie une mise à pied puis le licenciement pour faute grave. « C’était ma banane, pas une du magasin ou de la réserve. Et quand bien même, licencier pour ça ! Pour faute grave ! Je ne suis pas d’accord », peste le jeune homme de 21 ans. « J’ai le sentiment d’avoir été sacrifié pour servir d’exemple. »
Contacté, le patron des Leclerc de l’agglomération, Fabrice Faure, ne souhaite pas s’étendre sur le sujet :
« Quoi que je dise, médiatiquement, je serai le méchant patron. J’ai 500 salariés qui me connaissent et qui savent parfaitement qui je suis. »
Il renvoie aux propos de l’avocat du groupe, rapportés par France Bleu Périgord qui assistait à l’audience lundi : « À partir du moment où il y a un règlement intérieur affiché dans les locaux extrêmement précis, il doit être respecté par tout le monde, a expliqué Me Pascale Gokelaere au micro de Valérie Dejean. Que ce soit une banane, un manteau ou autre chose, c’est un vol. Consommer dans les réserves est interdit. La société en faisait une question de principe. »
La décision sera rendue le 11 décembre.

7 Commentaires

  1. « La société en faisait une question de principe »
    Entre une question de principe et un brin d’humanité, il me semble qu’on pouvait trouver un terrain d’entente sans en arriver là !

  2. Honte à cette enseigne de licencier une personne juste parcequ’il a manger une Banane ? Ca pouvait se régler autrement que part un licenciement. L’humain détruit l’humain. Dieu est grand !

  3. Pour une banane il est licencié ! De nos jours . Et dire dans les cantines …réfléchissez un peut .il sera puni et il perdra plus .il sera détruit à la rue je le souhaite courage à se monsieur

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*