Du « blabla » politique

dans Edito de Yves Montrouge/Politique

Menace ? Tentative d’intimidation ? Volonté de me faire taire ? Ça n’en finira jamais, ma parole ! Mais on ne capitulera pas pour autant, au nom de la liberté de la presse et d’expression. Freedom a reçu un « droit de réponse », hier dimanche, à 17h24 de Me Philippe Creissen, avocat de la Région dont l’exécutif pas apprécié notre article posté vendredi dernier sur notre site freedom.fr ; Article intitulé : « Vote des budgets, beaucoup de blabla et prise de bec autour d’une motion à la Région ». Je vous passe les fautes de conjugaison (« A la demande de la Région Réunion, représentée par son Président en exercice, et de Monsieur Didier Robert, en sa qualité de président de la collectivité, que J’ASSISTENT… ), écrit Me Creissen, en préambule.

Voici le « droit de réponse » en question que nous publions dans son intégralité : « la Radio Freedom a publié le 22 juin 2018 sur son site internet un article sur l’Assemblée générale du Conseil Régional de la Région de ce jour, dont l’excellente tenue manifeste notre capacité à faire vivre ensemble une démocratie juste et ouverte. Les termes de cet article, publié avant même que l’assemblée générale ne se soit achevée, qui résument la manifestation effective du bon fonctionnement de notre démocratie locale à du « blabla » et « de la prise de bec », sont particulièrement péjoratifs à méprisants à l’égard de l’ensemble des élus qui composent cette assemblée et où, avec dignité, ils viennent représenter les différentes sensibilités politiques de notre ile.

Une assemblée où la voix des Réunionnais s’exprime dans la plus grande liberté pour discuter des enjeux d’avenir qui sont les nôtres.

L’analyse de ces enjeux par les élus, en assemblée libre et démocratique, à pour support de réflexion l’important travail qu’accomplissent les femmes et les hommes qui sont les agents administratifs de la collectivité.

Ce travail de fond auquel il faut rendre hommage n’est pas un travail de girouette comme pourrait le faire un journaliste passant d’un titre à un sous-titre, d’un article à un édito.

L’analyse politique que retire la majorité Régionale de ce travail dont elle est l’inspiratrice a toujours été guidée par un haut sens des responsabilités en matière environnementale et de santé publique, de sorte qu’elle a toujours souhaité accompagner les communes du Sud dans la gestion de leur déchet dans le sens des plus grandes exigences environnementales possibles pour les habitants du Sud dont elles ont la responsabilité.

Le dénigrement gratuit et injuste auquel se livre l’auteur de l’article qui met en cause le sérieux du travail des élus du Conseil régional et de ses agents vient faire le lit du populisme moderne qui rejette les institutions démocratiques au profit d’un pouvoir autoritaire, injuste et liberticide.

Un tel dénigrement de la part de « radio Freedom » qui, loin des souhaiter l’épanouissement des libertés individuelles, cherche continuellement à attiser la voie du désordre et de la désunion entre les Réunionnais, doit être regardé comme inacceptable en ce qu’il menace l’avenir de notre paix civile.

Cela justifie que l’on s’indigne collectivement d’un comportement aussi déviant ».

Contrôle du commentaire et de l’analyse ? 

Ce « droit de réponse » rédigé par Me Creissen est signé de « Didier Robert, président de Région ». Je tiens à préciser que nous publions le « droit de réponse » tel que nous l’avons reçu. Pour toutes les autres fautes, outre celles de conjugaison, si vous avez des commentaires à faire, veuillez vous adresser à son auteur. Ça c’est pour la forme. Sur le fond maintenant, que nous reproche Me Creissen (ou Didier Robert) ? Tout simplement de n’avoir pas fait un compte-rendu tel que l’aurait souhaité l’exécutif régional. Autrement dit, au-delà du factuel que nous avons fidèlement retranscris (voir l’article avec les chiffres clés, les montants mandatés pour l’exercice 2017 sur les 7 piliers, les ambitions de Didier Robert tel que je l’ai fidèlement rapporté comme c’était écrit dans les documents, travail fourni par les administratifs de la pyramide inversée), la Région me reproche mes commentaires, voire mon analyse de la séance. Un peu comme si la Région voudrait aussi maîtriser, voire contrôler ce qui relève du commentaire, de l’analyse. De mon côté, je persiste et signe : au-delà du vote des budgets dont la substantifique moelle des documents comptables a été rapportée, oui, je confirme, il y a eu beaucoup de « blabla » politique et même une « prise de bec » au vu et au su de toutes les personnes présentes au sein de l’assemblée entre Huguette Bello et le président Robert sur certains dossiers et notamment sur la motion relative aux questions européennes présentée par Mme Yolaine Costes sur laquelle l’urgence avait été demandée et pour laquelle Didier Robert n’a pas obtenu l’unanimité comme il le souhaitait puisque 7 membres de l’opposition se sont abstenus. Tous les autres ont voté pour. Parmi ces autres élus, il y avait aussi Jacquet Hoarau, Jean-Gaël Anda, Monique Bénard, Axel Vienne et Virginie Gobalou comme cela a été écrit dans l’article. Enfin, je tiens à préciser que tout journaliste est (encore) libre de gérer son temps comme bon lui semble et d’assister ou pas en fonction de son emploi du temps à l’intégralité ou non d’une session plénière, qu’il n’est pas obligé de noter ou de retranscrire à la virgule près tous les discours prononcés, ni de boire comme du petit lait les paroles des élus, qu’ils soient de l’opposition ou de la majorité ou encore celles du président. N’en déplaise à X ou Y, tout le temps que Freedom me donnera l’occasion de le faire, je continuerai à exercer mon boulot de journaliste libre et indépendant. Je dis bien, mon travail de journaliste, et non de la lèche journalistique, quitte à prendre le risque de commettre peut-être parfois un crime de lèse majesté ! En tout cas, en ce qui me concerne, je n’enverrai jamais mes papiers à quiconque pour approbation avant publication. Comprenne qui pourra !

« Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis »

Puisqu’on parle de la session plénière de la Région, on y reste encore un instant, si vous voulez bien pour dire qu’il a beaucoup été question du Plan régional d’élimination des déchets, dossier amené sur la table par la conseillère régionale « Progrès 974 » Virginie Gobalou. D’un côté il y a le privé (Albioma) soutenu entre autres par la Cinor et la Région et, de l’autre, le public (Ileva) représenté par le TCO, le CASUD et la Civis. Deux process différents dans leur finalité. Un projet qui coûtera d’un côté 200 millions d’euros (celui public d’Ileva soutenu par la Civis, le TCO, le Casud) et celui privé d’Albioma (soutenu par la Cinor, la Région…) évalué à près de 240 millions d’euros. Pour résumer, on dira que d’un côté, on brûle et de l’autre, on enfouit. Or, il faut tendre au « zéro déchet d’ici à 2030 », en sachant qu’on n’a plus le droit d’enfouir et que le gouvernement vient d’annoncer qu’il va multiplier par trois la taxe d’enfouissement. On fait quoi en attendant ? Plus question aussi de brûler du charbon et du fuel, en sachant que La Réunion importe chaque année 700 000 tonnes de charbon. Bonjour la pollution ! Jusqu’à il y a peu, Didier Robert s’était rangé du côté d’Ileva de Michel Fontaine. Mais depuis, il a carrément changé son fusil d’épaule en matière de traitement de déchets, se mettant du côté d’Albioma avec Gérald Maillot (Cinor)… D’où l’expression « volte-face » qu’a relevé, vendredi dernier, en session plénière, la conseillère régionale Huguette Bello pour dire au président de Région que ses « positionnements sur certains dossiers se faisaient au gré des amours politiques ». Des amours ou désamours ! Il faut dire que depuis quelques temps, Didier Robert a pris ses distances avec les « dinosaures » Fontaine, Virapoullé, Sinimalé… Comme dirait l’autre, quel que soit son positionnement, le plus important est de croire en ce que l’on fait, même s’il arrive parfois de changer d’avis comme on change de culotte. Après tout, « il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis », se plaisait à dire feu Paul Vergès lorsqu’il était souvent pris en contradiction ! Personne ne peut donc reprocher à Didier Robert de changer d’avis. Vendredi dernier, en réponse à Huguette Bello sur le traitement des déchets, puis à Joé Bédier sur le TCSP, il a répondu que seul « l’intérêt général » comptait pour lui. Idem pour la NRL et, ce, en dépit des régulières montées au créneau de Karine Nabenesa, de Thierry Robert, de l’association « Touch pas nout roche »…

La SEMADER déficitaire comme la SODEGIS

Avant de vous parler des Assises de l’Outre-mer et du livre bleu, trois infos : la première, lue tout récemment dans « Capital » et, disons-le tout de suite, cela ne va pas du tout rassurer les planteurs de cannes. « Le groupe coopératif Tereos, premier sucrier français (marque Beghin Say), a enregistré une perte nette due à la chute des cours mondiaux lors de son exercice 2017/18, mais est devenu le deuxième producteur mondial de sucre et prévoit de continuer à grandir en ouvrant son capital. »Le groupe veut accentuer sa diversification et se développer », a déclaré mardi devant la presse François Leroux, président du conseil de surveillance, sans entrer dans les détails de ce projet qui sera présenté dans les jours qui viennent en assemblée générale devant les 12.000 agriculteurs-coopérateurs du groupe (…) « Afin de se préserver de ce type d’accident, le groupe a entamé une diversification tous azimuts et se félicitait mardi que le sucre ne représente plus que 46% de ses ventes l’an passé, contre 66% l’année d’avant ».

La deuxième : il n’y a pas que la SODEGIS (déficitaire de 15 millions d’euros) présidée par Tak qui est dans le rouge à La Réunion. Il y a aussi la SEMADER (- 20 M€) présidée par Jean-Claude Lacouture. Il est vrai que, entre la SODEGIS, la SEMADER, la SEDRE, la SEMAC, la SODIAC, la SIDR, la SHLMR… ça commence à en faire un peu beaucoup.

La troisième info : le conseil municipal de Saint-Louis programmé pour vendredi prochain risque d’être animé. A l’ordre du jour la « destitution » si on peut dire ça comme ça de la 9ème adjointe Juliana M’Doihoma et le remplacement des 1er et 4ème adjoints qui ont démissionné il y a deux semaines. C’est donc Mme Rose-May Vynisale, bras droit de Cyrille Hamilcaro qui remplacera la 1ère adjointe Emmanuelle Sinacouty. Brigitte Payet, autre élue très proche d’Hamilcaro, remplacera le 4ème adjoint Louis-Bertrand Grondin. Quant à Juliana M’Doihoma, le maire Patrick Malet et les autres élus la considèrent comme une élue de l’opposition. En tout cas, ils font tout à présent pour la pousser dans les bras de l’opposition municipale. Mais Juliana M’Doihoma qui ne négociera jamais sa liberté de penser ni celle de s’exprimer reste une fidèle avec ses valeurs et ses convictions.

« Grand-messe » à l’Elysée ce jeudi

Et j’en viens maintenant au fameux « Livre Bleu » qu’Annick Girardin, ministre des Outre-mers a déjà remis à Emmanuel Macron et sur lequel ce dernier, en personne, devrait s’adresser ce jeudi matin, à l’Elysée, aux élus ultramarins. S’il y en a au moins un qui attend avec impatience l’intervention du Président de la République, c’est bien Jean-Paul Virapoullé dont l’amendement (alinéa 5 de l’article 73) sera remis ou pas en cause. A quelle sauce sera mangé son amendement. Rappelez-vous : Annick Girardin avait précisé que son avenir sera décidé à l’aune du consensus dégagé au niveau de la représentation parlementaire réunionnaise. Mais voilà, les députés et sénateurs ne sont pas du tout unanimes sur cette question : Dennemont, le porte-parole d’En Marche à La Réunion, plaide pour la suppression de l’alinéa 5. Ratenon et consorts sont pour l’Assemblée unique. Lorion est pour son maintien (symbolique) mais à condition de pouvoir aller au-delà règlementairement parlant dans certains domaines de compétences… Réponse dans quatre jours. A mon humble avis, ce rendez-vous de jeudi ne sera ni plus, ni moins qu’une « grand-messe » qui va encore tirer des grands plans sur la comète, sans pour autant s’attaquer aux problèmes de la vie de tous les jours. Pour rappel, les plus pauvres vont perdre 5 euros sur l’APL, les retraités ont vu leur retraite ratiboisée, nos rivières, nos routes, nos quartiers, notre littoral ne sont plus nettoyés, les moustiques prolifèrent, l’épidémie de dengue qui en est la résultante se propage, nos enfants ne sont plus surveillés dans les écoles maternelles et privées faute de contrats aidés (il n’y a quasiment plus d’Atsem), nos pépés et mémés abandonnés (faute de garde à domicile), l’Etat ne cesse de diminuer ses dotations, il ne compense toujours pas les dépenses du RSA (demandez à Cyrille Melchior, président du Département), les agriculteurs risquent de perdre 11 millions d’euros et le prix de la tonne de canne pourrait baisser de plus d’un euro (les caprices de Bruxelles), le taux de chômage ne fait qu’augmenter… D’un côté le « blabla » politique, de l’autre la réalité. Mais bon, patientons encore quatre jours et, sans doute, qu’avec le « Livre Bleu » verra-t-on, enfin, la vie en rose ! Allez Manu, allez Manu… Oups, pardon ! Allez Monsieur le Président, allez Monsieur, Allez…

Je termine avec cette note de service du GHER (hôpital de Saint-Benoît qui dépend du CHU de La Réunion). Note de service interne signée Lionel Calenge, directeur du CHU et Dr Yves Jacques-Antoine, président de la CME, sortie suite à l’édito de lundi dernier sur votre site freedom.fr et qui, preuve à l’appui, faisait état d’une commande de médicaments passée à un laboratoire de métropole ; commande de 4 millions d’euros (rien que ça !), rattrapée de justesse non pas par la personne qui avait commis la grosse bourde mais grâce à la vigilance et au professionnalisme du laboratoire en question. La direction du CHU et la présidence de la CME n’ont rien trouvé à redire si ce n’est qu’elles apportent leur soutien aux personnes mises en cause. Sauf que, nommément, l’édito n’a mis en cause personne et que, en revanche, le bon de commande de 4 M€ publié dans l’édito circule dans tous les couloirs de l’établissement de santé de Saint-Benoît depuis lundi dernier. Les signataires de la note de service n’ont même pas fait état du bon de commande pourtant bien passé depuis un des ordinateurs de la pharmacie du GHER. Il n’y a pas plus aveugles que ceux qui ne veulent pas voir ! Pas très rassurant ça, dans un hôpital ! Mais ces « bourdes » n’enlèvent évidemment en rien le travail effectué par la direction du CHU pour remettre la grosse machine à l’équilibre. Justement, sans ce genre de « dérapages », les comptes du CHU auraient sûrement été en meilleure santé. Sur ce, je vous laisse et vous souhaite de passer de bonnes vacances. Quant à moi, si Dieu le veut, je vous retrouverai dans quelques semaines.

Y.M.

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "Du « blabla » politique"

avatar
plus récents plus anciens plus de votes
Dog i bag
Invité
Dog i bag

Monsieur Montrouge est le big boss qui écrit des articles hors du commun! Le lundi est mon jour préféré. Bat carré est mon mot d’ordre, Je love paris, je love Gainsbourg, je love l’Elysee Monsieur Yves! ! !

Koo2gle
Membre
Koo2gle

Didier Robert se macronise, il sent le vent du boulet !
Mais attention, la popularité de Macron s’effondre, et DR devra sans doute être encore moins imbécile, et à nouveau changer d’avis ?

Cat974
Invité
Cat974

Qui voit une faute ds les termes de cet article qui résument, ce sont les termes qui résument Mr Montrouge.

La vérité si je mens
Invité
La vérité si je mens

Article clair et précis !!!
L’ avocat et le mec de la pyramide inversée amuserons peut être un moyen de faire revivre les guignoles de l’info péi ?

sunny day
Invité
sunny day

Life is short FreeDomOfficiel , il faut faire appel à Maitre Creissen, ancien Avocat de Thierry ROBERT- les moments simples de la Life c’est travailler avant tout pour la tâche qu’on est payé d’effectuer. Sinon c’est de l’abus constaté par la population réunionnaise.

L'époque
Invité
L'époque

Et oui Monsieur MONT-ROUGE. Les menaces, intimidations, agressions voir plus, sont leur tasse de thé !!! Ne vous laissez pas faire!!! Il est temps de renverser la tendance…

kok bengal
Invité
kok bengal

Monsieur Monrouge ,avec un grand M. bravo à vous, ne vous laissé pas influencé par ce didier robert avec un petit d , l’ouest et le sud vont le déloger pour les prochaines regionales.