L’édito d’Yves Mont-Rouge / NRL : Didier Robert a-t-il menti ?

dans Actualités/Edito de Yves Montrouge/Infos Réunion

Mais avant de parler de la Nouvelle Route du Littoral (NRL), retour sur l’attaque terroriste qui a de nouveau endeuillé l’Angleterre et qui vient nous rappeler que Daesh continue de semer la mort partout où il le décide car l’Etat islamique entend défier tous les puissants de ce monde en volant de multiples vies humaines innocentes via ses attaques toujours aussi lâches. Et après chaque attaque meurtrière, on voit toujours nos puissants verser leurs larmes de crocodile et promettre de combattre le terrorisme. Que d’hypocrisie ! Comment peut-on prétendre s’attaquer aux terroristes quand, dans le même temps, les grandes visites présidentielles ont aussi pour objectif de décrocher de gros marchés en matière de vente d’armes ? On l’a vu encore récemment lorsque Donald Trump – celui-là même qui s’est barré de l’accord de Paris relatif à la protection de notre planète – s’est rendu en Arabie Saoudite. Mais la France n’est pas en reste. N’a-t-on pas souvent entendu des chefs d’Etats, y compris les nôtres, féliciter publiquement leur ministre de la Défense pour avoir réussi de grosses opérations commerciales estimées en milliards de dollars en matière de vente d’armes ? Et à qui vend-t-on ses armes qui tuent ? N’est-ce pas à ces pays qui – directement ou indirectement – ne sont autres que les bras armés de Daesh ? A un moment donné, il faudra savoir ce que l’on veut et arrêter les grandes hypocrisies de ce monde en pleurant sur des cadavres innocents tout en vendant des armes à des pays complices des terroristes.

En parlant de cadavres, un Président de la République devrait se garder de plaisanter sur la mort. Emmanuel Macron, lui, ne s’en est pas privé. Et avec le sourire s’il vous plaît, content de sa blague à la con (faut appeler un chat, un chat) qui a fait aussi éclater de rire, un peu comme des crétins, tous ceux qui l’entouraient ce week-end lors de sa visite au centre régional de surveillance et de sauvegarde atlantique d’Etel en Bretagne. De vrais crétins, j’insiste, qui plaisantent sur la mort de ces centaines, voire de ces milliers de Comoriens qui ont péri dans l’océan Indien entre Mayotte et les îles de l’archipel des Comores. A l’instar de nombreux citoyens, Faouzia Vitry, la conseillère régionale « française d’origine comorienne et européenne » comme elle le souligne dans une lettre adressée à Emmanuel Macron a bien raison de s’indigner de cette posture présidentielle face à la mort, qui ne doit jamais porter à plaisanterie.« Est-ce donc cela votre vision du drame humain qui se déroule dans ce département français ?»,demande-t-elle au chef d’Etat français qui, pour rappel, avait déclaré en rigolant lors de sa visite en Bretagne : « le kwassa-kwassa pêche peu, il amène surtout du Comorien, c’est différent ! ».  Content de sa réflexion à deux balles, Emmanuel Macron tel un gamin sans cervelle s’est esclaffé. Comme quoi, et je l’ai toujours dit, on peut être diplômé de grandes écoles, on peut être très instruit, tout en étant parfois bête comme un balai.

On reste dans l’océan Indien, mais plus près de nos côtes, on reste aussi à la Région pour parler d’un tout autre sujet qui a fait également couler beaucoup d’encre ces derniers jours. Il s’agit de la NRL (Nouvelle Route du Littoral) pour laquelle la collectivité présidée par Didier Robert s’apprête à voter une enveloppe budgétaire supplémentaire de 250 millions d’euros à l’occasion de la prochaine assemblée plénière prévue le 16 juin prochain. L’opposition régionale par la voix du groupe « La Politique Autrement » (LPA), plus précisément par celle de Karine Nabenesa (également candidate à la députation dans la 1ère circonscription) crie sinon au scandale, du moins au mensonge. « Le chantier de la NRL est un contre-exemple de moralisation de la vie politique », écrit-elle. « Le chantier de la NRL coûte déjà 250 millions d’euros de plus que prévu. A peine parvenu à 1/10ème du chantier, voici donc la première facture de dérapage, la première rallonge qui viendra affaiblir le budget de la Région ». Selon Karine Nabenesa, « Les Réunionnais vont payer la facture du président de Région qui s’est empressé de signer un marché dans la précipitation et sans galets, juste pour tenir le calendrier électoral et garder le pouvoir ». La conseillère régionale de l’opposition, la seule à monter au créneau – le PS étant complètement atone – n’y va pas de mains mortes. « Est-ce à nous de payer sa bêtise ? » (ndlr : celle du président de Région), s’interroge Mme Nabenesa. Avant de déduire que « Didier Robert a menti aux Réunionnais et qu’il n’a pas eu la délicatesse de s’en excuser. Souvenez-vous, il a juré la main sur le cœur qu’il n’y aura aucun surcoût, ni dépassement budgétaire sur la NRL (…).  Demander une rallonge de 250 millions d’euros, c’est priver les Réunionnais de la construction de 6 lycées, de 2 ans de budget consacré à la formation professionnelle ou encore de 5 ans de continuité territoriale… ».

Alors, Didier Robert a-t-il menti sur la NRL ? Avant toute chose, rappelons que ce chantier « pharaonique » a démarré en 2014, que cette nouvelle route construite sur la mer est souvent qualifiée de « route la plus chère du monde » car les 12,5 kilomètres reviendront aux contribuables à plus de 2 milliards d’euros soit près de 140 à 150 millions d’euros le kilomètre linéaire. Rappelons également que l’ancienne route a déjà coûté la vie à plusieurs automobilistes de La Réunion ; Que l’actuel chantier avance, qu’une dizaine de piles ont déjà été construites et que, si tout va bien, le chantier devrait s’achever d’ici à 2020-2021.

Jusqu’ici relativement muette sur la rallonge de 250 millions d’euros, la Région est sortie de son mutisme après la publication vendredi dernier d’un article du « Quotidien », seul organe de presse jusqu’à présent à poser publiquement le problème sans « ramper ventre à terre » devant le conseil régional. Cela dit, on comprend certains autres de « la presse bien pensante » (écrite ou web) qui n’existent que parce qu’ils sont sous perfusion financière de la Région via une grosse, très grosse enveloppe Pub, laquelle leur permet de survivre. Mais c’est légal et là n’est pas le débat. La Région, disions-nous, après cet article du « Quotidien » est sortie de sa réserve pour expliquer qu’il n’y a rien de nouveau sous le soleil et que ces 250 millions d’euros étaient déjà provisionnés depuis 2014. Donc « pas de dépense nouvelle, supplémentaire et imprévue », insiste le communiqué émanant de la Région. Qui explique que ces 250 millions d’euros constitue un « financement garanti assorti de mesures environnementales complémentaires et de nouvelles exigences ».

didierrobert-chantiernrlLa Région explique encore que « dès 2014, cette enveloppe de 250 millions d’euros avait déjà été provisionnée pour pallier les financements d’éventuels aléas : 200 millions d’euros pour les aléas de chantier ; 50 millions d’euros en complément pour les mesures environnementales. L’inscription d’une autorisation de programme de 250 M€ est compatible avec la trajectoire d’équilibre de 2012. Il ne s’agit donc en aucun cas d’une dépense nouvelle supplémentaire et imprévue. Aussi, afin de répondre aux mesures environnementales, aux prescriptions complémentaires et aux nouvelles exigences imposées par les arrêtés d’autorisations (nouvelles mesures sur l’impact paysager, sur les milieux naturels terrestres et maritimes, démontage d’une partie de la route actuelle, réduction des nuisances routières), la collectivité délibèrera le 16 juin prochain en assemblée plénière pour mobiliser cette enveloppe de 250 millions d’euros. Cette enveloppe complémentaire doit ainsi garantir la continuité du chantier en palliant notamment les aléas géotechniques et ceux en matière d’approvisionnement en matériaux. Il ne s’agit donc pas d’un surcoût ». Et la Région de conclure  : « il est important de rappeler que, dans le contexte économique difficile auquel n’échappent pas les entreprises réunionnaises, le chantier de la Nouvelle Route du Littoral est incontestablement une opportunité de relance de l’activité par la commande publique, ce qui figure bien dans le programme du président de la République, un enjeu également pour l’emploi et la formation des jeunes. Ce sont près de 3000 emplois directs et indirects générés et plus de 800 jeunes Réunionnais en formation aux métiers du BTP ».

Qui dit vrai ? L’opposition ou l’exécutif régional ? Ces 250 millions d’euros vont-ils faire grimper l’addition déjà salée ou étaient-ils déjà comptés dans la note prévue initialement ? L’on se rappelle quand même que Didier Robert était monté plusieurs fois au créneau au moment du démarrage du chantier et de la polémique sur l’approvisionnement en galets pour jurer (cracher) qu’il n’y aura pas un euro supplémentaire – outre les 1,6 milliard d’euros – dépensé sur cette route et que le problème de roches et autres aléas n’était pas celui de la collectivité mais des entreprises bénéficiaires de ces gigantesques et juteux marchés. Autrement dit, que la Région avait fait son job et tout le reste incombe à la responsabilité des entreprises adjudicataires. Donc, que les contribuables n’avaient plus à subir un quelconque surcoût. Une chose est sûre, le débat de la séance plénière s’annonce animé entre le LPA et la majorité d’autant que certains élus de la majorité laissent même entendre, dans les coulisses, que « ces 250 millions d’euros auront du mal à passer ». Didier Robert a finalement eu raison de bien se défouler avec madame et les potes, ce week-end – guitare à la main – au Sakifo (largement subventionné par la collectivité régionale) car la musique risque d’être beaucoup plus bruyante pour ses oreilles, le 16 juin prochain, au sein de l’hémicyle de la pyramide inversée.

Yves Mont-Rouge

banniereyves728x90

23 Commentaires

  1. M. Yves Mont-Rouge a raison de nous informer , tout en étant objectif / FreeDom974 … N’en déplaise les K’bo de service planqués derrière The ordinateur en commentant !
    Ce chantier NRL va ce mal terminer économiquement parlant , Didier Robert n’a jamais été un gestionnaire de son passage à la mairie de St Paul , du temps A. Benard , à la mairie du Tampon , du temps TAK , puis maire par accident …
    Cet individu est léger , aucune vision , en faisant de la politique à la p’tite semaine dans un style à vouloir plaire pour garder uniquement The power en distribuant des emplois « contrôlés  » , assouvir les intérêts des carpettes de municipalités .
    La NRL donne des frissons avec notre pognon durement gagné !!!
    A bon entendeur salut !

  2. Après avoir profiter de sa situation de mentor au JIR, il crache dans la soupe, mais là c’est une autre histoire. Pour la NRL, depuis le début, on savait le financement aléatoire, beaucoup d’études pour finalement admettre que plusieurs rallonges budgétaires seront nécessaire pour satisfaire l’appétit financier de ces grands groupes de BTP. Ils trouveront toujours des arguments pour dire que la mer n’est pas salée.

    • O t Michel G , Lorsque nous critiquons, il faut le faire avec une humilité et une courtoisie qui ne laisse subsister aucune amertume.
      Gandhi , Homme politique, Philosophe, Révolutionnaire (1869 – 1948)
      A nous de vous remercier Michel G , car M. Mont-Rouge a raison de nous informer
      NuArtouV !!

    • Monsieur Michel G, j’espère que vous êtes suffisamment indépendant et libre pour ne jamais cracher dans votre soupe. Mais vu vos critiques, il me semble que vous n’avez pas profité des largesses des nouveaux élus de la Région, comme en profitent les grandes sociétés de BTP, comme ça a toujours été le cas, sous l’ancienne mandature les choses étaient pareilles, ce sont toujours les gros qui se sont toujours goinfrés dans ces projets pharaoniques, comme le basculement d’eau d’est en ouest, route des Tamarins, et j’en passe. Pour trouver une mer plus salée, vous devriez vous rendre en mer morte, vous pourrez flotter dans cette soupe bleue où même les morues ne peuvent pas y vivrent… En espérant que vous pourrez toujours jouir de votre liberté sans avoir à ramper et lécher les bottes de qui que ce soit. Mais pour ce qui est de Monsieur Montrouge, il a travaillé comme un nègre du matin au soir sans compter ses heures, en ne prenant presque jamais de congés, pour un salaire de smicard, quand on ramène le nombre d’heures qu’il passait au boulot, avec ce qu’il gagnait comme salaire… André Malreaux disait  » Hâtons de juger avant de comprendre car si on comprenait on ne jugerait point »…
      Un ami qui veut rétablir la vérité au sujet de cet individu qui est d’une humilité que ce ne serait pas une insulte à le comparer sans se tromper au Mahatma Ghandi en personne, en plus il le ressemble!!! Celle là, c’est une histoire vraie, vous pouvez me croire…

  3. Kan il y avait un gars t di ça tout haut zot t critique à li mais kan ça vient de la plume d’un journaliste zot i commence à pose à zot les bonnes questions pppff trop tard les dépenses lé la

  4. Encore un exemple de journaliste à 2 balles qui vient donner sont avis pour enflammé les opposants .
    donc rien d’alarment sa causera pour rien même après la fin du chantier

  5. Jonathan RIVIÈRE a bloqué entrée de roches malgaches. Pour permettre de conserver emploi des réunionnais. Il a révélé un rapport qui dit qu’on peut trouver des roches ici sans ouvrir la carrière de Bois Blanc.

  6. Je rappelle que SUDRE, du temps où il était à la Région, ne cessait de dénoncer les mensonges, les magouilles, de ROBERT à propos de la RL et autres projets… ROBERT a même porté plainte (avec l’argent public, votre pognon) contre SUDRE pour diffamation !!!

  7. Autre mensonge en vue : il y aura bien un péage sur la NRL, malgré les grands « Juré, promis, craché » du super menteur Robert !

  8. Montrouge votre éviction du JIR ne change pas vos vieilles méthodes… vous hésitiez entre un cabinet et La presse… vous êtes digne d’un mercenaire (merci de ne pas me censurer)

  9. Bravo Mr Montrouge j’étais persuadé que vous alliez échouer dans une collectivité ou quelque chose de ce genre au lieu de cela vous avez choisi un nouveau défi c’est tout à votre honneur il faut savoir aussi qu’en Arabie ils ont fait 4 klms de route sur la mer et on a eu toutes les peines du monde à le terminer.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*