[Alt-Text] [Alt-Text]

L'actualité de la Réunion en direct

L’usine sucrière de Bois Rouge toujours à l’arrêt. Les planteurs posent un ultimatum

dans Actualités/Infos Réunion

Les ouvriers de l’usine de Bois Rouge à Saint André sont toujours en grève ce jeudi matin.  Ils réclament une augmentation de leur prime d’intéressement et les négociations entamées hier n’ont pas abouti.

Les planteurs reçus ont posé un ultimatum à la direction afin de trouver un accord rapidement. Sinon, il y aura un durcissement de la manifestation à l’usine de Bois-Rouge.

Si TEREOS appelle au bon fonctionnement de ses structures en cette fin de campagne sucrière, les ouvriers eux, ne l’entendent pas de cette oreille et paralysent la campagne dans l’est depuis mardi, soutenus par l’intersyndicale CGTR/CFDT/FO. A ce jour, 8000 tonnes de cannes n’on pas été broyées, les moteurs de l’usine sont coupés.

La Chambre d’Agriculture, qui pour l’anecdote devait hier voter son budget 2018 et qui n’a pas pu le faire faute de quorum, a donc un nouveau « problème à gérer ». Dans un communiqué, Jean Bernard GONTHIER, son président précisait que « cet arrêt des machines, consécutif au lancement d’un mouvement de contestation par des salariés du groupe Tereos, risque inéluctablement d’entraîner de nouveaux retards dans une campagne sucrière difficile en raison des différents incidents déjà recensés.  Sans volonté aucune d’interférer dans les positions relatives à ce conflit, la Chambre d’Agriculture de La Réunion souhaite l’apaisement et l’avancée rapide des négociations qui permettraient de relancer les machines et, par extension, la prise en charge des cannes coupées dans un délai raisonnable. En ma qualité de président de la Chambre d’Agriculture et dans l’intérêt de nos ressortissants et planteurs, j’en appelle à la raison des parties pour que ce conflit ne pénalise pas davantage des agriculteurs confrontés aux difficulté après, notamment, un lancement tardif de la campagne suite aux négociations de la Convention Canne. A ce stade, ce sont des milliers de tonnes de cannes coupées qui se retrouvent en souffrance alors que la campagne sucrière touche pratiquement à sa fin. J’en appelle donc à la raison et à l’apaisement dans la perspective d’un consensus et d’une sortie de conflit que nous espérons la plus rapide » conclue JB Gonthier.

De son côté TEREOS appelle  à faire preuve de responsabilité pour redémarrer la campagne sucrière dans le Nord Est de l’ile expliquant que depuis deux jours, il  est confronté à un double mouvement de blocage du centre de réception de cannes de Beaufonds par un petit groupe de planteurs et de l’usine sucrière de Bois Rouge par une partie du personnel.

Blocage du centre de réception de cannes de Beaufonds
Le blocage survenu mardi 5 décembre fait suite à une opération de contrôle de conformité des chargements de cannes à la réglementation établie par l’interprofession.
Ces chargements non conformes sont le fait d’une très petite minorité de planteurs qui volontairement rangent leurs cannes de façon à fausser la représentativité de l’échantillon et donc la mesure de la richesse.
Dans le cadre des instances interprofessionnelles, une réunion s’est tenue mercredi matin 6 décembre entre les planteurs et les industriels.
Les planteurs qui rangent leurs chargements ont alors pris l’engagement de ne plus présenter à l’achat des chargements non conformes.
Les parties sont guidées par la volonté que la campagne sucrière puisse reprendre le plus rapidement possible.
Blocage de la sucrerie de Bois-Rouge par le personnel
Depuis mardi 5 décembre, l’usine de Bois-Rouge est bloquée par une partie du personnel qui remet en cause les modalités d’application de l’accord d’intéressement en vigueur dans l’entreprise, accord signé par l’ensemble des syndicats.
En toute responsabilité, la direction de la Sucrerie a tenue trois réunions de concertation et à proposer des solutions réalistes au conflit.
Alors que les autres organisations syndicales sont entrées dans une logique de discussion, la CGTR, par trois fois, a refusé de négocier et a pris l’initiative de quitter la salle de réunion.
Nous ne pouvons que déplorer la brutalité de cette action déclenchée, sans préavis, et qui met la sucrerie dans l’incapacité de réceptionner les cannes du bassin Est de l’ile, conclue l’usinier.

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Derniers de Actualités

Aller en Haut