Huguette Bello: « Il faut maintenir l’Allocation logement accession »

dans Actualités/Politique

Le maintien de l’allocation logement-accession dans les Outre-mer a été remis sur le tapis par la députée de la Réunion, Huguette Bello lors de la dernière séance des questions au gouvernement.

« La réponse du Ministre Julien Denormandie, qui a constamment frôlé le hors-sujet, m’oblige à revenir sur cette question et à préciser les raisons qui rendent indispensable le maintien de l’AL accession dans les Outre-mer », a-t-elle expliqué.

«Dans sa réponse le ministre ne ménage pas sa peine pour nous renvoyer à différents dispositifs existants : PTZ, ANAH, ANRU, et lutte contre les marchands de sommeil. Mais, aussi légitime et performant soit-il, aucun de ces outils n’a vocation à remplacer l’AL accession », communique l’élue de La Réunion.

En cinq points, elle explique pourquoi  l’AL accession doit être maintenue:

-C’est le seul outil qui permette à des milliers de familles parmi les plus modestes de devenir propriétaires en dépit de leurs ressources très faibles et parfois irrégulières. Qu’elle soit sollicitée dans le cadre d’un programme de construction de LES, d’une opération d’amélioration lourde de l’habitat (RHI) ou de la vente de logements locatifs anciens, cette aide versée directement par la CAF aux organismes prêteurs n’a pas d’équivalent pour rendre compatibles le montant du prêt, et donc des remboursements, avec les revenus des bénéficiaires (70% d’entre eux ont des revenus inférieurs au SMIC). Sans AL accession, les Logements évolutifs sociaux sont menacés : sur les 1000 dossiers de LES en instruction au 1er janvier 2018 pour l’ensemble des Outre-Mer, seulement 200 pourraient aboutir. Qui connaît le rôle primordial des LES dans nos sociétés imagine aisément les multiples conséquences liées à sa remise en cause.

-Ne pas aggraver la crise dans le BTP qui a déjà perdu plus de 10 000 emplois et, par conséquent, ne pas augmenter le chômage. À la Réunion, on estime que 300 petites entreprises sont menacées et que près de 1000 emplois directs risquent de disparaître. En fait, ce sont des véritables filières locales, avec de multiples métiers et des compétences reconnues, qui risquent d’être anéanties uniquement du fait de l’application d’une mesure inappropriée et… certainement fort coûteuse pour le budget de l’État

-Une mesure qui se révèle antiéconomique au moins à deux niveaux. D’abord, et c’est le plus évident, au niveau des investissements qui seront ainsi rayés d’un trait de plume. Pour la Réunion, le manque à investir est estimé à quelque 40 millions d’euros par an. Pour la Martinique, à plus de 10 millions.Ensuite, fermer la porte de l’accession aux plus modestes, c’est aussi les contraindre à se maintenir dans le locatif et donc à percevoir l’allocation de logement aussi longtemps qu’ils seront locataires. Celle-ci n’est évidemment pas limitée par la durée d’un crédit comme l’AL accession.

-Ne pas alimenter la crise du logement Outre-mer La situation du logement dans les Outre-mer est particulièrement tendue. Les chiffres qui comptabilisent les demandes de logements non satisfaites se situent toujours et encore à un niveau très élevé : à ce jour, plus de 40 000 ménages ultra-marins n’ont pas obtenu un logement, souvent plusieurs années après en avoir fait la demande.  Désarticuler les politiques publiques qui s’efforcent, depuis 1986, de ne pas corréler revenus et accès à la propriété via un dispositif spécifique d’aides, d’interventions et de logements, aggravera à coup sûr une crise déjà redoutable

-Une dérogation est déjà prévue dans la loi de finances 2018. Contrairement à ce que l’on croit, l’AL accession n’a pas été totalement supprimée : se référant aux zonages 1/2/3 utilisés pour le calcul des aides personnelles au logement, le gouvernement a décidé de maintenir cette allocation pour une durée de deux ans dans les zones 3 lorsque le logement est ancien et fait partie du parc social. Les Outre-mer, que cette typologie qualifie « d’îles non reliées au continent » sont en zone 2.Une unanimité s’est spontanément dégagée tant du côté des professionnels du logement que des élus de nos territoires pour maintenir l’AL accession. Le « pacte girondin » du Président et le « réflexe outre-mer » du Gouvernement m’incitent à croire que rien n’est joué et que notre parole commune a encore toutes les chances d’être entendue.

Poster un Commentaire

6 Commentaires sur "Huguette Bello: « Il faut maintenir l’Allocation logement accession »"

avatar
plus récents plus anciens plus de votes
Noe97444
Invité
Noe97444

Beaucoup de gens qui travaillent dur actuellement , n’auront pas assez de fric pour investir dans une villa et terrain qu’il faudra payer pendant plus de 20 ans …
Est-ce normal que des personnes qui ne font rien , bénéficient d’une aide payée avec les impôts des autres , pour avoir une villa ???????

ninine
Invité
ninine

tout a fait d accord avec vous noe il y a beaucoup d aide a la reunion il est temps que le presiden macron mette de l ordre dans tout sa et se n est pas fini

lobill
Invité
lobill

ces aides on permis le développement de la réunion et l ‘accession a la propriété au descendant d ‘esclave de la réunion qui sont en train d ‘enrichir les shlmr , sidr et divers , on donne une main et on reprend l’autre main avec les taxes divers , pour les marchands de sommeilles comme le ministre dit il faut faire des contrôles , et c’est le travaille des agents de la CAF ou des planqués des impôts .

lobill
Invité
lobill

encore de mal au cu

;SUBITE
Invité
;SUBITE

Chère, Bello tout part à l’eau ……..Et encore… un sinistre et tous les accessions partent à l’eau……..
Le trésors c’est la vie,mais non les accessions…….
A votre mort vous comprendrez…….

Marie
Invité
Marie

je travaille, je vis dans une maison qui fuit avec mes 2 enfants, j’ai un dossier d’amélioration qui traine depuis 2014, J’ai de très gros travaux à effectuer et sans l’allocation logement qui est pour moi de 35 euros par mois, la banque refuse maintenant le prêt. refuser mon prêt à cause de ses 35 euros, à cause de cette loi de finances. A quand une loi des finances et de restrictions pour ces politiciens qui se bourrent les poches et qui vivent dans la luxure?