La Commission de l’océan Indien mobilisée à Madagascar

dans Actualité Internationale/Actualités

Face à l’épidémie de peste pulmonaire qui sévit à Madagascar, le réseau de Surveillance épidémiologique et de gestion des alertes (SEGA) de la Commission de l’océan Indien (COI) est mobilisé. Dès l’apparition des premiers cas, l’information a été partagée au sein du réseau régional afin de suivre l’évolution de l’épidémie. Compte tenu de la propagation de la maladie, notamment en milieu urbain, la COI a indiqué à l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) sa capacité à intégrer le dispositif mis en place par le réseau mondial d’alerte et d’action en cas d’épidémie (GOARN). Cet engagement de la COI se fait en concertation avec les autorités de la Grande Île.

Deux épidémiologistes de terrain de l’Unité de veille sanitaire de la COI participeront aux actions du GOARN pour une durée de quatre à six semaines. Disposant d’une connaissance fine du terrain pour y être intervenu et pour avoir participé activement au renforcement de la surveillance épidémiologique dans la Grand Ile, les épidémiologistes de la COI contribueront au renforcement de la surveillance épidémiologique, à l’organisation de la recherche de contact, à la formation des équipes de terrain ainsi qu’à l’amélioration du recueil et de l’analyse des données.

La mise à disposition de ces experts est complétée par des dons de matériels en appui à la direction de la Veille sanitaire et de la Surveillance épidémiologique du ministère de la Santé de Madagascar.

Ainsi, l’Unité de veille sanitaire de la COI prévoit :
– d’envoyer 200 équipements de protection individuelle de type 4 prépositionnés dans les
entrepôts de la Plateforme d’intervention régionale de l’océan Indien (PIROI) de la Croix-Rouge à La Réunion ;
– de soutenir financièrement les activités d’investigation et de recherche de contacts qui
mobilisent sur le terrain les épidémiologistes chargés de suivre l’évolution de la maladie,
d’identifier les foyers afin d’interrompre la transmission interhumaine ; et
– la livraison rapide d’un véhicule tout-terrain qui facilitera le déplacement des équipes
d’intervention sur le terrain.

Compte tenu du potentiel de diffusion de la maladie, l’Unité de veille sanitaire apportera également un appui aux autres Etats membres de la COI à travers :

– la fourniture aux administrations compétentes des Comores, de Maurice et des Seychelles, via l’Institut Pasteur de Madagascar, de kits de diagnostic rapide en cas de suspicion de peste chez un voyageur de retour de la Grande Ile ;
– La fourniture de 50 équipements de protection individuelle au ministère de la Santé des
Comores ;
– Le partage quotidien de la situation de la peste et le partage de protocoles de surveillance, de riposte et de prise en charge à travers le réseau SEGA de la COI.

L’appui de la COI, coordonné par son Unité de veille sanitaire et son réseau SEGA, s’inscrit dans le cadre du projet Veille sanitaire financé par l’Agence française de développement (AFD).

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*