La licence IV, un outil pour limiter l’hécatombe sur nos routes

dans %s Courriers des lecteurs

L’alcool continue à faire des ravages dans nos foyers, dans notre société et sur nos routes. Malgré la multiplication des contrôles chaque week-end, et la répression, le nombre d’accidents et de décès liés à la consommation d’alcool ne cesse de grimper. Par ailleurs, on notera que les boissons alcoolisées sont de plus en plus accessibles aux ménages. Une énième hausse de la taxe fera-t-elle baisser l’ardeur des consommateurs ? Une énième campagne publicitaire choc pour dénoncer le danger de l’alcool portera-t-elle enfin ses fruits ? Ce n’est pas sûr.

Alors que faire ? Faut-il inventer de nouvelles mesures ? Non. Car certaines pistes, déjà prévues par les législateurs, pour lutter efficacement contre le fléau n’ont pas été suffisamment exploitées dans notre département. C’est le cas des dispositions légales relatives à la commercialisation des boissons alcooliques qui stipulent en termes simples que toute personne qui vend de l’alcool doit être en possession d’une licence III pour les boissons peu ou moyennement alcoolisées et d’une licence IV ou Grande licence pour les alcools forts comme le rhum ou le whisky.

Il faut savoir que les titulaires de la licence IV ont suivi au préalable une formation obligatoire imposée par l’article L3332-1-1 du Code de la santé publique. Le permis d’exploitation ne peut être délivré qu’à l’issue de cette formation qui aborde en profondeur les aspects prévention et responsabilisation des consommateurs. Malheureusement, bon nombre de restaurateurs, de cavistes, d’organisateurs de soirées dansantes ou de karaoké vendent de l’alcool en dehors des horaires autorisés et des cadres légaux. Cette situation explique en grande partie les hécatombes sur nos routes. Les autorités compétences ont le devoir d’amplifier le contrôle dans ce sens.

Nous devons tous être conscients que celui qui vend de l’alcool sans licence, donc sans formation, est hors-la-loi et s’expose à des sanctions lourdes prévues par la loi. Pour être dans la légalité, à défaut d’être titulaire, il suffit de louer une licence. Ce n’est pas difficile d’en trouver : il n’y a qu’à consulter les sites internet spécialisés dans les petites annonces comme leboncoin. En quelques clics, vous trouverez le précieux sésame qui vous ramènera sur le chemin de la légalité et qui, indirectement, vous permettra de sauver des vies.

Martin Hoarau

2
Poster un Commentaire

avatar
2 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
MAI 68Mardemoutou Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
Mardemoutou
Invité
Mardemoutou

Vraiement n importe quoi….encore une idée a la con d un panthin . Comme si les gens ne pourront pas se procurer de l alcool dans les autres commerce et grande surface

MAI 68
Invité
MAI 68

OUI LA France est championne du monde en ALCOOLEMIE ………en PREMIER la B——E ensuite arrive la N——-E pourtant le lait est vachement bon ensuite vient la T ——E……JE M’ EXCUSE mais nous ne devons pas donner ni de nom ni autre du reste …vous avez les noms des provinces Françaises alcoolique puis les O- – – – E M – – – – S ……..M- – – – – – – E G- — – E G – – – – e – – – – E R- – – – – N donc pou lutter contre l’alcoolisme mettre les… Lire la suite »