L’édito d’Yves Mont-Rouge : la renaissance du PS est… En Marche !

dans Edito de Yves Montrouge/Politique

19 mars 1946-19 mars 2018 : cela fait 72 ans aujourd’hui que notre petite île de La Réunion est passée du statut de colonie à celui de département. Et pourtant, de par notre insularité et tout un « tacon » d’handicaps, nous ramons encore, si on puis dire. Nous ramons encore dans bien des domaines car tout est loin d’être parfait. Nous ne vivons pas encore comme le Français de l’hexagone. Nous ne disposons pas tout à fait des mêmes avantages. Un exemple parmi tant d’autres : en matière de transport. Rien que ça ! C’est dire s’il y a encore des progrès à faire. On devrait tous aujourd’hui remercier Paul Vergès et le PCR pour le combat mené à l’époque face Michel Debré. Sans ces luttes sociales, il n’y aurait sans doute pas eu les avancées qu’on connaît à présent. Bien sûr, on ne va pas tout mettre au profit du Parti communiste. Loin de là, mais il faut reconnaître et admettre que la gauche, communiste notamment, aura permis de « booster » la départementalisation. Rappelez-vous, dans les années 60 la grande bataille de la revendication de l’autonomie contre une départementalisation en panne. « Nou lé pas plus, nou lé pas moin… ». Les choses avancent petit à petit. La lutte continue à Paris précisément, dans les ministères et au Parlement, pour faire entendre nos doléances, nos droits de Français ultramarins car, n’ayons pas peur des mots, l’Egalité réelle, pour l’instant, çà reste quand même du pipeau dans la réalité réelle. N’en déplaise à notre gentille ancienne ministre et aujourd’hui députée Ericka Bareigts.

Tout cela pour vous dire que si, 72 ans après nous en sommes toujours à nous battre pour essayer d’effacer, d’éliminer toute trace de colonisation bloquante, eh bien, nos petits camarades Mahorais ne sont pas sortis de l’auberge. Une façon très polie pour dire qu’ils sont très mal barrés, comme nous le prouve d’ailleurs l’actualité sociale brûlante dans leur département, le 101e de France, statut voulu par eux-mêmes d’abord (référendum de 2009 et élection en 2011) dans le cadre d’un contrat signé sous Chirac (et non Sarkozy) depuis 2001. Nicolas Sarkozy n’a fait qu’appliquer ledit contrat tendant vers ce processus de départementalisation à petits pas (ou bout par bout) qui a trouvé son issue en 2011. Ce qui se passe aujourd’hui à Mayotte n’est rien de plus, rien de moins qu’un concentré de problèmes de la colonisation : problème de religions, d’explosion démographique, de mépris du colonial pour le colonisé, problème de sous-développement. Si la France veut réellement régler la situation à Mayotte, il lui faut d’abord aider les Comores à se développer via un accord car tant que la misère sévira dans l’archipel, tant les Comoriens se feront la malle par kwassa-kwassa entier, souvent au péril de leur vie. Il faudrait que la France propose aux Comores un « package » comprenant à la fois un plan de développement économique et une collaboration pour lutter contre l’immigration clandestine. Il faudrait des gendarmes français à Anjouan pour renforcer cette lutte aux côtés des gendarmes anjouanais afin de bloquer les kwassa-kwassas en partance vers Mayotte. Tant que les frontières comoriennes seront comme des passoires, le problème mahorais restera insoluble. Et ce n’est pas la pauvre mission mise en place par la ministre des Outre-mers Annick Girardin flanquée d’un vieux général à la retraite et d’un ancien préfet mal aimé par les Mahorais qui va ramener le calme. Il faut une approche politique, diplomatique et surtout économique d’autant que l’Union européenne a dégagé des crédits pour cela. Autrement, le conflit risquera de perdurer et les Mahorais ne risqueront pas de changer leur regard envers les Anjouanais en disant : « vous avez voulu l’indépendance, démerdez-vous, restez chez vous et ne venez pas nous les casser ». La France doit prendre ses responsabilités. Les gouvernements qui se sont succédés n’ont pas pris le problème à bras-le-corps. Raison pour laquelle, tout leur pète à la figure aujourd’hui. Ce qui se passe à Mayotte aujourd’hui pourrait se produire à La Réunion demain. Jean-Hugues Ratenon n’a pas tort. Pas pour les mêmes raisons certes. Nous ne sommes pas concernés par l’immigration clandestine. Mais si rien ne se fait, les Comoriens « envahiront » (je n’aime pas ce mot) Mayotte et les Mahorais, qui sont français, viendront trouver refuge à La Réunion où, faut-il le rappeler, les clignotants sont toujours au rouge dans bien des domaines (social, économique…), où la moitié de la population vit toujours en dessous du seuil de pauvreté (400 000 pauvres) dans notre île aux 150 000 chômeurs, aux 110 000 illettrés, aux 60 000 mal logés (30 000 familles sont toujours en attente d’un logement) et aux 22 000 jeunes sortis du système scolaire et qui n’ont aucune perspective d’avenir. Une île où les contrats aidés vont être supprimés…

« Pas question de dire : met’ zoreils déor ! »

Une île de plus en plus confrontée également à une autre problèmatique qui, doucement mais sûrement, commence à faire son apparition sur la place publique via un groupe de Réunionnais diplômés (qui ont tête bien vissée sur les épaules) et qui animent chaque semaine des réunions dans les communes aussi bien chez l’habitant que dans les collectivités qui veulent bien ouvrir leurs portes sur « la nécessaire créolisation des emplois ». Ces causeries relativement discrètes pour l’instant intitulées « le grand rassemblement » et animées par Philippe Cadet, prof d’économie, et certains de ses camarades mettent en lumière, chiffres de l’Insee à l’appui, ce que les « conférenciers » appellent une « métropolisation progressive » des emplois à La Réunion à toutes les strates de l’entreprise et de l’administration, c’est-à-dire depuis le serveur du resto au directeur de grandes sociétés en passant par le jardinier dans certaines collectivités locales. Comme le souligne un des interlocuteurs que nous avons rencontré, « le but n’est pas de dire : met’ zoreils déor. Ils sont Français dans un département français. En revanche, nos élus devraient se mobiliser et tout mettre en œuvre afin de lutter contre cette discrimination à l’embauche. Une discrimination qui est bien réelle quoi qu’on en dise. Dans les administrations et même dans les entreprises privées, il faut arriver à casser le système de réseau, de cooptation, de métrocentrisme avant que la situation ne dégénère un jour. Il n’est pas normal que dans certaines entreprises publiques ou privées des directeurs fassent venir leurs copains voire les femmes de leurs copains bloquant ainsi l’accès de ces postes aux Réunionnaises et Réunionnais diplômés ». Selon l’animateur d’une de ces réunions du samedi aux quatre coins de l’île, le problème soulevé récemment par les gendarmes réunionnais par rapport à leurs collègues métropolitains n’est qu’un début d’une contestation qui, si rien n’est fait, pourrait se généraliser et se propager à d’autres corps de métiers où les non-Réunionnais sont mieux lotis que les locaux alors qu’ils font exactement le même job. « Encore une gestion colonialiste » des emplois ! Plus que jamais, cette petite phrase de feu Laurent Vergès devra être méditée : « nou lé pas plus, nou lé pas moin… »

Voilà qui m’amène à vous parler du congrès du PS, lequel s’est déroulé samedi dernier à la Nordev à Saint-Denis où devant 400 personnes dont beaucoup issues du chef-lieu, Ericka Bareigts et Philippe Naillet n’ont pas manqué d’insister sur « la dimension réunionnaise » dans leur discours en revendiquant « l’émancipation » ainsi que la « créolisation des emplois ». Mais le discours le plus vibrant… de convenance aura été de loin celui de Philippe Le Constant, le secrétaire fédéral qui a décidé de passer la main après six années de mandat à la tête d’un PS complètement démantibulé, sans âme, sans identité, sans odeur, sans saveur. Une rose rabougrie, fanée. Mais ce n’est pas que de la faute à Philippe Le Constant. Lui n’a fait qu’exécuter des ordres. Chacun sait que le PS local est dirigé par Saint-Denis, comprenez par là par son maire Gilbert Annette. Chacun sait que sans les sections de Saint-Denis, il n’y a plus de fédération PS. Le PS est et sera ce que Gilbert Annette voudra bien en faire. Dans l’immédiat, Annette veut reprendre la main, raison pour laquelle la fédération passera bientôt (le 29 mars) sous la houlette de Philippe Naillet, « lieutenant » d’Annette (pas Christian, le colonel, mais Gilbert).

Alors quand Philippe Le Constant, avec solennité et sans doute aussi beaucoup de sincérité, profite de ce « congrès de la refondation » pour appeler, du haut de la tribune drapée de rouge, « au rassemblement de la gauche », pas grand-monde ne le croit dans la salle. Ni au premier rang où avaient pris place tous les représentants de la gauche émiettée (Bédier, Séraphin, Yee Chong-Chi-Kan, Gironcel, Hoarau Claude et son fils Fabrice, Michel Picot, Piot…), ni au dernier. Au passage, vous aurez remarqué que la gauche réunionnaise compte autant de partis ou mouvements politiques ou groupuscule qu’elle a d’élus. Presqu’un parti par élu. Je caricature. Même Monique Orphée, l’ancienne députée de la 6ème circonscription, a créé son propre mouvement politique.

Pour revenir à l’appel à l’union de la gauche de Philippe Le Constant, mon petit doigt me dit qu’il a prêché dans le désert. Ou, si vous préférez, qu’il a pissé dans un violon. Pourquoi ? Je vais essayer de vous la faire simple : pas la peine de remonter en l’An 40. Décembre 2015, régionales : le PS d’Annette s’allie avec le PLR de Bello ; Le PCR de Vergès s’allie avec le Progrès de Lebreton. Au deuxième tour, Bello, Annette, Lebreton et Thierry Robert (MoDem) pactisent. Le PCR reste sur le bord du chemin. Depuis Thierry Robert a pris ses distances. Lebreton aussi. Présidentielle d’avril 2017 : les socialistes Gilbert Annette, Jean-Claude Fruteau, Michel Vergoz, Gérald Maillot, Monique Orphé, Philippe Le Constant (1er secrétaire fédéral)…lâchent le candidat PS et soutiennent Emmanuel Macron dès le premier tour. Ne dit-on pas que l’exemple vient d’en haut ? Les militants socialistes observent et nombre d’entre eux s’abstiennent. Législatives de juin 2017 : Annette et Thierry Robert se fâchent notamment dans la 1ère circonscription. Thierry Robert présente Karine Nabénéza contre Ericka Bareigts. Quant au chef de file communiste, Maurice Gironcel, il fait voter Nadia Ramassamy « Les Républicains » contre Monique Orphé, passée du PS à En Marche selon le bon vouloir de Gilbert Annette… Septembre 2017, sénatoriales : Annette préfère les centristes Thierry Robert et Michel Dennemont à la tête de liste socialiste Wilfrid Bertile soutenu par le PLR d’Huguette Bello alors que Gilbert Annette fait partie du groupe de Mme Bello à la Région. Vous suivez toujours. Ben, bravo, vous êtes vraiment très forts car moi, ça fait un « baille » que j’ai décroché parce que je m’y perds dans cette tambouille politicienne. Et tout ce beau monde (ou ce petit monde) était présent, samedi, au congrès du PS à la Nordev, tous sans exception ont applaudi quand Philippe Le Constant a appelé à la création d’un « Pôle de gauche », quand Philippe Le Constant a déclaré que « Macron est un opposant au PS » (ou vice-versa). Même Annette et Fruteau (Jean-Claude) ont « batté la main », comme diraient les Mauriciens. Vergoz, Gérald Maillot (qui ont officiellement rejoint La République En Marche) ainsi que Patrick Lebreton qui a créé « Progrès 974 » n’ont pas assisté au congrès. Là, au moins, c’est clair et plutôt cohérent. En revanche quand ceux-là mêmes qui, ont voté Macron l’année dernière, ceux-là mêmes qui ont torpillé la gauche selon une stratégie politique à géométrie variable pour servir des trajectoires personnelles appellent aujourd’hui comme si de rien n’était les militants à « totocher » Macron et à construire « l’union de la gauche », je me dis que, soit ces responsables politiques marchent sur la tête, soit ils prennent vraiment les militants socialistes pour des imbéciles. Ou peut-être les deux !

« L’ambition personnelle divise, l’intérêt général rassemble », a dit, samedi, Philippe Naillet. Sans blague ! En tout cas, on retiendra après le congrès, comme l’a souligné Philippe Le Constant, que « les socialistes sont bien vivants mais convalescents » et que la « renaissance du PS est en… route » (il aurait pu garder l’expression en marche !). Trop comique, ce Le Constant ! Mais Gilbert Annette n’a pas rit…

Les élus de Sini se tirent dans les pattes à Saint-Paul

Les retraités aussi ne rigolent pas beaucoup par les temps qui courent. Pas du tout même. Des retraités dans la rue ! Qui l’aurait crû ? Des hommes et des femmes qui ont bossé quasiment toute leur vie et qui, au lieu de profiter du temps qui leur reste à vivre avec leurs petits enfants sont contraints aujourd’hui de battre le pavé sous le soleil pétant pour supplier le gouvernement de ne pas diminuer leur petite pension. Trop tard ! Macron avait déjà promis un beau cadeau fiscal aux patrons, à ceux qui ont financé sa campagne électorale. Fallait bien trouver l’argent quelque part. Ce sont les retraités, les grands-pères et grands-mères qui morflent. Après les étudiants (APL), les familles souhaitant accéder à la propriété (APL accession), les chômeurs (suppression des contrats aidés)… Et ce n’est pas fini. Les réformes ne font que commencer !

Dans ce contexte social qui n’est pas rose, il y en a qui arrive malgré tout à trouver du boulot. On me dit que Valérie Auber, nouvelle conseillère régionale, vient d’obtenir un contrat de 3 mois signé par Dominique Fournel au Parc service des routes géré par la Région. Pour tout vous dire, et Mme Auber m’en excusera, je n’ai pas vérifié. Si les employés de ce service disent faux, nul doute que la conseillère régionale de la majorité ne manquera pas de nous adresser un rectif que nous passerons évidemment volontiers ! Ce sera plus rapide qu’un procès, n’est-ce pas Mmes Bello et Bareigts ? Les deux parlementaires comparaîtront fin mars devant le tribunal correctionnel. Didier Robert, le président de Région, en a décidé ainsi, n’ayant pas apprécié « le coup de force » des deux députées, le 3 mars dernier, à l’ancienne médiathèque de Saint-Paul qu’elles voulaient visiter, mais la Région en avait interdit l’accès. Contre monnaies sonnantes et trébuchantes des contribuables réunionnais, la justice va devoir se pencher sur ce dossier. Sûrement aussi parce que cette nouvelle association « Bello-Bareigts » doit un peu agacer à un certain niveau, lorsqu’on sait notamment que la pyramide inversée intéresse beaucoup au moins l’une d’entre elles. On peut donc imaginer un « deal » suivant : « je t’aide pour reconquérir la mairie de Saint-Paul et toi tu m’aides à prendre la Région ».

A Saint-Paul, on y est, on y reste un instant : ça balance grave du côté de la mairie. Joseph Sinimalé aurait, dit-on, un peu de mal à tenir ses bonhommes qui n’arrêtent plus de se tirer dans les pattes, les uns accusant les autres et vice-versa. Si la justice est vraiment juste et ne se laisse pas parasiter par certains groupuscules « mafieux », on me dit qu’un des élus de Sini devrait avoir quelques soucis d’ici peu. Il s’agirait d’un élu qui a démissionné de ses délégations au TCO mais qui en a gardé toutes les autres au niveau de la mairie dont celle de signer les marchés publics et d’ouvrir (souvent seul) les plis concernant ces mêmes marchés. Cet élu aurait bientôt à rendre des comptes auprès des gendarmes de Saint-Paul sur la SPL Oté (chargée de l’évènementiel). Le président ainsi que le directeur de cette SPL ne lui auraient pas fait de cadeau, paraît-il. Ils auraient tout balancé. Il ne reste plus aux gendarmes qu’à faire le tri. Toujours à Saint-Paul où Joseph Sinimalé a décidé de repartir à la bataille de 2020, d’autres se positionnent : Ibrahim Patel, Alain Bénard et Fabrice Marouvin, tous les trois encouragés par le président d’Objectif Réunion. La République En Marche s’organise également avec à sa tête un autre élu de la majorité municipale, à savoir Marc-André Hoarau qui préfère d’emblée mettre les points sur les « i » pour éviter tout amalgame : « je ne serai pas candidat en 2020». L’ancien greffier a eu pour mission d’organiser En Marche à Saint-Paul, section qu’a rejoint récemment Jean-Yves Sinimalé, le frère du maire. Marc-André Hoarau a déjà fait les frais d’avoir pris en main l’organisation du mouvement présidentiel sur le territoire saint-paulois, après avoir quitté Didier Robert. Anciennement président de la commission d’appel d’offres et titulaire de neuf délégations, il ne lui reste plus qu’une seule aujourd’hui. Sini lui lui retiré, à l’exception de la coopération régionale et de la présidence de la SPL Cyclea qui gère la collecte des bacs jaunes. La présidence de la commission d’appel d’offres a été refilée depuis belle lurette à Fabrice Marouvin, le 3ème adjoint chargé des questions économiques dans la plus grande commune de La Réunion.

Marc-André Hoarau a aussi été réélu il n’y a pas si longtemps à la présidence de la fédération océan Indien des EPL (entreprises publiques locales qui regroupe les SEM et SPL) ainsi qu’à celle de la commission Dom des EPL. Et tout ça pour zéro indemnité. Mieux, c’est lui qui a la délégation « Coopération régionale » à la mairie de Saint-Paul, mais à son insu, c’est Fabrice Marouvin qui est allé signer une convention avec Port-Louis il y a quelques semaines. Qui dit mieux ! C’est comme ça à Saint-Paul.

On comprend pourquoi Cyrille Melchior doit respirer au Département où le travail ne manque pas, mais l’ambiance doit être un peu plus cool quand même. En à peine trois mois de présidence, Cyrille Melchior effectue un parcours exemplaire. La semaine dernière, il a même réussi l’exploit d’obtenir l’unanimité pour le vote de son premier budget primitif. Un vrai homme de consensus, un élu discret, humble, honnête et sincère, qui n’élimine pas ses amis pour avancer, ne coupe pas des têtes, ne règle pas des comptes, qui ne pratique donc pas la politique de la terre brûlée ; Un élu qui, au contraire, a un très grand respect pour ceux qui l’ont mis en place quelque soit leur âge, qui ne gère pas la collectivité départementale comme s’il s’agissait d’une affaire familiale ou d’un club de camarades de promo et qui ne se nourrit pas de vengeance, de haine, de mesquinerie et de cynisme pour mener à bien sa mission politique ; Un élu qui respecte par dessus tout la liberté de la presse et qui travaille avec tous les médias, sans favoritisme. Bref, Cyrille Melchior, qui incarne la force tranquille, a tout l’air d’un élu bien dans sa peau, ni frustré, ni complexé, avec un ego bien ajusté, ni atrophié ni surdimensionné, sans doute aussi parce qu’il se contente de son costume de président de collectivité et qu’il ne s’est jamais pris pour le Président de La Réunion. L’ambiance lors des sessions plénières dans l’hémicycle de la collectivité qu’il préside s’en ressent : à la fois studieuse et d’un calme apaisant où les coups bas et autres manigances sont proscrits.

Y.M.

([email protected])

 

 

 

Poster un Commentaire

15 Commentaires sur "L’édito d’Yves Mont-Rouge : la renaissance du PS est… En Marche !"

avatar
plus récents plus anciens plus de votes
Rosefanee
Invité
Rosefanee

Ps le mort
Koca la fait lot zigoto hollande !
Zot la vote Macron !
La marche !
Allez tire in ball dans zot pied

Ti cok la kour
Invité
Ti cok la kour
Il n’y a pas que Auber qui suce la moelle de l’os de la Région. Il y aussi son accolyte qui fout le bordel dans son service. Depuis que Auber est conseillère régionale il met la pression sur tout le monde et voudrait devenir Calife à la place du Calife. Le mec était technicien il y a quelques années et maintenant il veut être ingénieur en chef sans avoir jamais passé un seul concours ! Tout ça par copinage ! Il fait monter Auber au front et emmerdé tout le monde même le DRH et le cabinet ne savent plus… Lire la suite »
Tionohè
Invité
Tionohè

Juste pour dire qu’au dèlartement le chef d’orchestre c’bien michel fontaine mr mont rouge, au regard du nombre de contrats qui à ètè attribuè à ladeairie de st pierre.sini doit doit ètre mdr.

La vérité si je mens
Invité
La vérité si je mens

Ces socialistes pays , c’est comme les pigeons : Tu les aides à s’envoler et une fois en l’air , ils te chient .
Une bien triste nouvelle du congrès du PS, lequel s’est déroulé samedi dernier à la Nordev à Saint-Denis : La rose ne sera plus l’emblème du Parti Socialiste elle va être remplacée par le MUGUET c’est la seule tige capable de supporter autant de cloches !!!

ORBITE INFOCOLONIALE
Invité
ORBITE INFOCOLONIALE
La loi de départementalisation est issue de trois propositions de lois : la première, présentée par LEOPOLD BISSOL, concernait la Guadeloupe et la Martinique ; la deuxième, présentée par GASTON MONNERVILLE, concernait la Guyane ; et la troisième, présentée par , RAYMOND VERGES concernait La Réunion.Le 19 mars 1946, La Réunion, la Martinique, la Guyane et la Guadeloupe deviennent des départements d’outre-mer. Un changement de statut qui officialise la fin des colonies, tout en conservant dans le giron de la France ces confettis de « l’Empire ». La loi de départementalisation est une loi française adoptée en 1946 érigeant en… Lire la suite »
LE FAUCON
Invité
LE FAUCON

RIGOLO INFOCOLOGNALE ………..La Réunion indépendante deviendrait comme sa cousine MADAGASCAR ……..UN NID à MACRELLES et les Réunionnais iraient chercher la nourriture dans les décharges ……vive la FRANCE et notre drapeau .pauvre imbécile heureux .

thierry
Invité
thierry

Bien dit FAUCON !!!!

Oasis
Invité
Oasis
Valerie Auber n est pas une alimentaire de la politique contrairement à certains qui n hésitent pas à s entretuer pour avoir certaines faveurs. Cette femme a fait son chemin toute seule pour ceux qui la connaissent. Elle a du mérite et peut regarder les autres en face. Quand on veut noyer son chien on dit qu il a la rage. Malgré les difficultés elle a su garder la tête Hors de l eau même (certains detracteurs se reconnaitront facilement). Ti femm là y avance ti pas ti pas si zot y fouille bien zot va voir comment li debatte… Lire la suite »
Oasis
Invité
Oasis

J avais oublié de préciser le point suivant : M. Melchior Président du Conseil Departemental aujourd hui avait fait le choix de prendre Valérie Auber comme colistière lors des dernières législatives. J ai bien écrit choix. Alors posez vous la question de savoir qui elle est et pourquoi elle a été choisie. Ce mot vous fera reflechir je suppose.

La Souris
Invité
La Souris

Je partage tout à fait votre avis Oasis. Valérie Auber s’est forgée toute seule. Et si elle en est arrivée là aujourd’hui, c’est grâce à sa ténacité et à son courage, contrairement à certains « arrivistes » et/ou « alimentaires » voguant dans les hautes sphères…et cela également, malgré les coups bas!
Car de la ténacité et du courage, croyez-moi, il en faut pour faire de la politique au Port…
J’admire sa force de caractère! Ne lâchez rien Valérie Auber!

ORBITE INFOCOLONIALE
Invité
ORBITE INFOCOLONIALE

Le gros titre fait faux cul… quel rapport le P S est en marche avec la Départementalisation du 19 Mars 1946

RÉUNIONNAIS
Invité
RÉUNIONNAIS

Bravo Monsieur,

Monsieur MONTROUGE, c’est un réel plaisir de vous lire et de lire entre les lignes également. La photographie me semble objective sans parti pris -quoique- difficile cependant de ne pas donner son avis en tant que journaliste. Il y a des élus que vous citez et que je découvre les qualités ici (Monsieur MELCHIOR par exemple). Je comprends également pourquoi vous pouvez gêner certaines personnes. Bonne continuation à vous et au plaisir de vous lire.

LE FAUCON
Invité
LE FAUCON
un PS NOUVEAU TU PARLES nous l’avons eu avec HOLLANDE FAISANT UNE POLITIQUE CENTRE DROIT …..COMME MACRO….N…….la preuve peu de socialistes même très peu ont rejoint HAMON quand voulu s’associer à Mélenchon aux dernières élections …….ils ont quitté le navire pour MACRO…N ………CENTRE DROIT ET DROITE PURE DURE …….. alors ou est le renouveau du P S ……CENTRE . et centre gauche tu parles voilà les personnes de la gauche véritable LO ,NPA ,PCF ,,les insoumis de Mélenchon ,EAN LASSALE ,B HAMON ,ARNAAUD MONTEBOUR , Madame TOBIRA . OUI REUNI , il formerait le partis de gauche le plus puissant… Lire la suite »
Jeff
Invité
Jeff

la renaissance du PS ????? Quell bonne blague ! Arretez de mentir un peu non ? la politique est morte , y a plus de en marche de ps , de droite, il ne restent que de vendeurs de reve, des voleurs corrompus jusqu’a l’os , avec des sourire tranche papaille !

MICHOU
Invité
MICHOU

http://www.ipreunion.com/courrier-des-lecteurs/reportage/2018/03/10/tribune-libre-de-daniel-lauret-la-reunion-de-l-extreme,78320.html juste pour étayer votre rubrique.
Pensez vous vraiment que le souci du citoyen est dans les querelles intestines et lutte pour le pouvoir.
Ce qui intéresse aujourd’hui, c’est de trouver des élus, de quelque bord que ce soit , intègres, là pour servir la cause du pays, capables de travailler ensemble.
On peut avoir des divergences d’opinion mais comment fait on quand on est une famille, des colocs, des salariés, on compose, on respecte, on réfléchit ensemble pour le bien commun, c’est tout, pas besoin de sortir de l’ENA pour ça