La Réunion s’est trouvée un leader : son peuple !

dans Actualités/Edito de Yves Montrouge/Politique

Pourquoi cette crise sociale des « gilets jaunes », qui dure depuis maintenant dix jours, ouvre-t-elle une nouvelle page de notre histoire et marque-t-elle le début de ce qu’il est convenu d’appeler « l’émancipation réunionnaise » ? Une émancipation qui est incontestablement en marche (sans jeu de mots) et qui met sur le devant de la scène des jeunes et moins jeunes décomplexés, n’hésitant pas à montrer au créneau pour se faire entendre car ne voyant plus en nos élus des porte-paroles crédibles. Des citoyens qui osent et qui s’indignent face à une situation qu’ils jugent « intolérable ». Une chose est sûre, il n’y aura certes pas de miracle immédiat au terme de ces manifestations, malgré tout, plus rien ne sera comme avant tant cette crise est venue bousculer les codes et les consciences. Explications.

Mais avant tout, nous ne le dirons jamais assez et nous le répéterons autant que faire se peut : nous condamnons évidemment toutes les violences qui émaillent les manifestations des « gilets jaunes ». Nous dénonçons avec virulence les « casses » nocturnes perpétrés par des malfrats durant les trois premières nuits de ce mouvement débuté le 17 novembre dernier. Nous déplorons les exactions été commises par quelques « mal éduqués » qui se sont mis à racketter les automobilistes bloqués dans certains barrages. Ceux-là seront sanctionnés par la justice.

Mais jamais, nous ne ferons l’amalgame entre les vrais « gilets jaunes », les « casseurs » et les « mal élevés ».Depuis le début cette révolte citoyenne et pacifique, les « gilets » jaunes » opéraient surtout en journée, alors que les « casseurs » intervenaient durant la nuit. Aussi, c’est avec soulagement que la décision du préfet d’instaurer un couvre-feu dans quatorze communes a été bien accueillie par la grande majorité de la population, notamment par les commerçants, qui s’est sentie rassurée. De même que l’arrivée des forces de l’ordre en renfort pour assurer la sécurité des personnes et des biens a été raisonnablement perçue dans l’ensemble.

Le préjudice des violences, des casses, des pillages est lourd, très lourd. Les conséquences de ce mouvement, qui n’est d’ailleurs pas encore terminé, ne seront pas sans incidence sur les budgets des collectivités, donc sur les impôts de ceux qui travaillent.

Mais cette manifestation des « gilets jaunes », qui dure encore, vient aujourd’hui écrire une nouvelle page de notre histoire. Elle a mis sur nos routes des pères et des mères de famille, des jeunes et des moins jeunes, des actifs et des chômeurs, des retraités, des agriculteurs, des artisans… bref une grande partie de citoyens représentatifs de la population réunionnaise dans sa globalité. Des gens issus des classes modestes, des classes moyennes aussi, humiliées, méprisées, maltraitées par la politique antisociale d’Emmanuel Macron depuis son accession au pouvoir il y a un peu plus d’un an. Bien entendu, il n’est pas seul responsable d’une situation qui dure depuis des décennies, mais sa politique est venue, très rapidement, renforcer l’écart des inégalités existant entre les riches et les pauvres. Et cette politique privilégie clairement « les premiers de cordée » au détriment des citoyens de la France (de La Réunion) d’en bas.

« Le déclencheur de la crise : l’augmentation de la taxe régionale sur les carburants »

Incontestablement, elle a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase de la colère. Au plan national, n’oublions pas que c’est l’augmentation des taxes sur les carburants dans le cadre de la transition énergétique qui a mis le feu aux poudres et qui a entraîné cette manifestation des « gilets jaunes » dont l’objectif est de protester de façon générale contre la vie chère et contre la baisse du pouvoir d’achat. Cet appel à la manifestation a été, comme il fallait s’y attendre, relayé localement où tous les clignotants, qui plus est, sont au rouge : niveau de pauvreté hors norme (plus de 40% de la population vivant en dessous du seuil de pauvreté), coût de la vie plus cher qu’en métropole, taux de chômage record dont 60% de jeunes de moins de 25 ans, contrats aidés en nette diminution et moins financés par l’Etat, augmentation de la fiscalité, hausse de la CSG sur les petites retraités, situation de monopoles dans plusieurs domaines, dans celui des carburants notamment, pénalisant sérieusement le porte-monnaie des consommateurs, dotations des collectivités en diminution… ».

A La Réunion, plus particulièrement, l’enchaînement de trois faits a attisé le ras-le-bol des « gilets jaunes » : la révélation par le site internet Imaz Press d’une des rémunérations du président de Région (6 800 euros), l’annonce de l’application de la hausse de la taxe régionale sur les carburants et la conférence de presse de Didier Robert, le mardi 13 novembre, avec cette annonce d’une aide annuelle de 100 € pour les familles les plus modestes. Les plus démunis ont vu rouge et ont, du coup, stigmatisé une classe politique faite globalement selon eux, de « profiteurs qui ne pensent qu’à eux, qu’à leurs poches, qu’à leurs proches aussi ». D’où le réveil citoyen via une manifestation qu’ils ont voulue « apolitique ». Très vite, ce mouvement des « gilets jaunes » s’est transformé en un miroir du malaise social, en un révélateur de toutes les frustrations, de tous les traumatismes vécus par une partie de la population depuis des décennies et de toutes les injustices subies par certaines catégories sociales, par ce peuple qui a faim, qui souffre, qui en a marre de payer ; Ce peuple qui est descendu dans la rue pour faire entendre sa colère face à ceux qui sèment la misère. D’où le slogan qu’on a pu voir et entendre sur les barrages : « qui sème la misère récolte la colère ! ». Et c’est parce que, directement, il porte, avec sa majorité, la responsabilité de l’augmentation de la taxe régionale des carburants, que le président de Région a été, dès le départ, politiquement ciblé par les manifestants.

« Gestion la crise : retard à l’allumage, côté Etat »

N’ayons pas peur des mots : tel un moteur diesel, le préfet a eu un peu de retard à l’allumage. La manifestation a démarré samedi. Les « casses », n’ayant strictement rien à voir avec les « gilets jaunes », ont démarré quasiment la première nuit. Ce n’est que le mardi matin que le préfet a officiellement pris la parole pour annoncer l’arrivée des renforts venus de Mayotte et expliquer, via sa directrice de cabinet, que « le dialogue était ouvert ». Sauf que, lorsqu’arrivent les premiers « gilets jaunes » à la préfecture, il n’est pas disponible, occupé à une réunion avec les maires, les élus, ceux-là mêmes en qui les « gilets jaunes » ne croient plus. A cette réunion à laquelle ont répondu tous les maires, physiquement ou par visio-conférence, ainsi que d’autres élus (le président du Département), Didier Robert s’était excusé. Pourtant présent dans l’île, le président de Région a préféré vaquer à d’autres occupations. Le préfet, représentant de l’Etat, aurait pu insister pour qu’il y participe étant donné que le déclencheur de cette crise a quand même été une décision prise par sa collectivité, à savoir la hausse de la taxe régionale sur les carburants. Rien ! Dès les premiers jours et, avant même de parler des renforts de force de l’ordre, le préfet aurait pu également intervenir à la télé sur un plateau de son choix (Réunion La 1ère ou Antenne Réunion), ou les deux, ainsi que sur la radio la plus écoutée dans l’île pour passer un message solennel aux « gilets jaunes » en leur demandant publiquement de former une délégation de représentants. Rien ! Le premier entretien avec les « gilets jaunes » n’interviendra qu’au 7ème jour à la préfecture. Et ce n’est qu’au 8ème jour, samedi matin, que le préfet décide de partir à la rencontre des « gilets jaunes » regroupés en masse sous ses fenêtres, au square Labourdonnais.

Parallèlement, la ministre des Outre-mers qui reçoit quelques élus (les sénateurs Nassimah Dindar, Viviane Malet, Michel Dennemont, Jean-Louis Lagourgue, le président de l’AMDR Stéphane Fouassin, le maire du Tampon André Thien-Ah-Koon), annonce qu’elle se rendra dans l’île « dans quelques jours ». A sa décharge, localement, le préfet n’a pas beaucoup été aidé par les élus, qui avaient perdu leur langue, sans doute victimes de « la jaunisse ». Nombreux sont ceux qui « la gagne la patte » ou que « la parti cachiette ». C’est du pareil au même !

« Fiasco de la com’, côté Région »

Un peu partout dans l’île, certains élus sont descendus sur les barrages : Jean-Hugues Ratenon, David Lorion, Cyrille Melchior, Michel Fontaine, et bien d’autres encore, des maires ou leurs adjoints dans leur commune respective. Dès le lundi, Cyrille Melchior, président du Département, a invité les élus à se mettre autour d’une table pour réfléchir dans l’urgence à un mémorandum, un document non figé, donc ouvert à toutes les bonnes volontés afin de présenter dix propositions au gouvernement. Plus d’une quarantaine d’élus signent, des élus de tous bords politiques. Mais pas Didier Robert. Les députées Huguette Bello et Ericka Bareigts émettent également des propositions. Les sénateurs interviennent à la tribune pour interpeller le gouvernement. Cyrille Melchior adresse la contribution de tous les élus pétitionnaires au préfet de La Réunion (c’est la moindre des choses) puis à la ministre des Outre-mers. Le président de Région, pour sa part, écrit directement au Président de La République, Emmanuel Macron. Du genre, on ne mélange pas les torchons et les serviettes. Lui joue dans une autre cour. Dès les premiers jours de la crise, il aurait pu essayer d’apaiser les tensions en réunissant par exemple une commission permanente extraordinaire pour re-débattre, ici, localement, de cette augmentation de la taxe régionale sur les carburants qui pose manifestement problème. Rien !

En revanche, la Région fait annoncer « en exclusivité » par la presse subventionnée avoir obtenu de l’Etat « l’autorisation de geler » cette augmentation. De la com’ gros doigt, qui ne passe visiblement pas dans les rangs des « gilets jaunes ». Ces derniers savent que la Région n’avait pas besoin de l’autorisation de l’Etat, ni de dérogation gouvernementale pour intervenir sur cette hausse, de la même façon que le président de Région n’a jamais eu besoin de Paris lorsque lui et sa majorité ont décidé, en décembre 2017, malgré les multiples et insistantes mises en garde de l’opposition régionale, notamment de Karine Nabénéza, d’augmenter cette taxe. Premier fiasco de la com’.

Autre pilule qui n’est pas passée : l’argument défendu par le président de la pyramide et ses partisans selon lequel « si augmentation de la taxe il y a eu, c’est de la faute à Ericka Bareigts, la députée socialiste ». Deuxième fiasco. Les « gilets jaunes » n’ont pas gobé cette explication, sachant que la loi de 2015 relative à la transition énergétique qui, dans l’absolu, part d’un bon sentiment, n’obligeait aucunement la Région Réunion d’augmenter la taxe eu égard à la situation sociale réunionnaise.

Même la ministre des Outre-mers, Annick Girardin, dans une interview accordée au Quotidien, vendredi matin, désavouera l’argumentaire régional : « A La Réunion, dit-elle, le gouvernement n’a pas la compétence de fixer le taux de la taxe spéciale de consommation sur les carburants (TSCC). C’est une décision accordée par le président de Région en vertu des compétences qui sont les siennes ». C’est ce qu’elle avait déjà déclaré, deux jours auparavant, aux élus réunionnais qu’elle avait rencontrés à Paris.

Troisième fiasco de la com’ : la tentative de victimisation personnelle avec cette histoire de « menaces de mort » sur la personne du président de Région et de sa famille. Laquelle a été reprise au plus haut niveau de l’Etat, par le Président de la République qui, alors que ça pétait de partout dans l’île, n’avait rien trouvé de mieux que de déclarer à la tribune, devant 2000 maires réunis à l’Elysée, que « l’exécutif réunionnais » (parce que La Réunion a un président !) avait le « soutien de toute la Nation ». Ainsi donc, le chef de l’Etat, à la grande surprise de la population réunionnaise, venait de ramener la situation explosive vécue dans l’île à un problème de personne, en l’occurrence à celle du président de Région. Ce qui n’a pas manqué de susciter une avalanche de « moucatages » sur les barrages routiers entre « gilets jaunes », faisant passer ainsi « l’exécutif réunionnais » pour « un kapon qui va se plaindre auprès du Président Macron » lorsque le peuple se réveille. D’où certaines ironies du genre : « comment ou ral sah ou président ? ».

A sa décharge, Didier Robert n’est évidemment pas le seul responsable de cette crise sociale qui était prévisible depuis longtemps déjà. Tous les élus de sa majorité ont voté en faveur de cette taxe, y compris ceux-là mêmes (Nathalie Bassire, Nadia Ramassamy, Jean-Gaël Anda, et même les Nassimah Dindar, Stéphane Fouassin, Jean-Louis Lagourgue,…une trentaine de conseillers régionaux au total) qui ont tenté vainement une explication auprès des manifestants. Raisin pour laquelle, Didier Robert aurait dû organiser cette commission permanente extraordinaire, afin d’identifier publiquement la responsabilité collective de cette décision d’augmentation, afin de reconnaître que cette hausse était mal venue (faire son mea culpa, ce n’est pas se rabaisser, bien au contraire) et proposer enfin de revenir sur cette décision non pas pour la geler mais pour la supprimer, en expliquant par la même occasion que les recettes de cette hausse n’allaient pas profiter qu’à sa collectivité mais à toutes les autres aussi. Or, il est resté cloîtré dans sa tour d’ivoire laissant cette impression d’un élu peureux se réfugiant derrière un Président de La République déjà lui-même déstabilisé vu l’état de « chienlit » dans lequel se trouve la France. En évitant tout contact avec le peuple des « gilets jaunes », en se comportant tel un élu-salon ou un élu de « l’ancien monde », Didier Robert a cristallisé sur lui tous les mécontentements, toutes les déceptions d’une politique qui date pourtant de plusieurs décennies et dont il n’est pas (le seul) responsable. Notre département souffre de retards structurels qui ne sont pas de son fait. Sauf qu’à l’image de Macron, Didier Robert donne l’impression de celui qui assène les derniers coups de marteau pour enfoncer le clou de la crucifixion (fiscale) sur un peuple déjà « saigné » ; Un peuplequi attendait plutôt de lui un changement de vision, de posture, en raison de sa jeunesse. Raté ! Mais en politique, il faut savoir que rien n’est jamais figé. A condition de faire gaffe de ne pas se prendre les pieds dans une politique « gros ker » ou revancharde, tel qu’on peut le voir depuis ce week-end sur les réseaux sociaux où, pour faire diversion, certains (ou certaines) « arrosent » leur page Facebook de photos montrant Nassimah Dindar, Michel Dennemont, Stéphane Fouassin, Jean-Louis Lagourgue à Paris ou encore le député Jean-Hugues Ratenon assis dans le salon VIP d’une compagnie aérienne avec une coupe à la main, comme si, lui, l’ancien Rmiste, contrairement à d’autres élus, devaient voyager en soute et n’aurait jamais dû avoir droit au salon VIP. Franchement pitoyable ! En plus, Ratenon avait adressé un mail depuis le matin aux rédactions pour annoncer qu’il prenait l’avion dimanche car il doit intervenir en séance publique à l’Assemblée nationale sur cette crise sociale vers 16 heures, heures de La Réunion, lundi (aujourd’hui) avant de reprendre l’avion le soir même pour être de nouveau aux côtés des « gilets jaunes » dès demain, mardi.

« Tentative de récupération politique, de manipulation »

Tout au long de cette semaine, certains ont reproché aux « gilets jaunes » d’être « désorganisés », « pas structurés », « d’aller dans tous les sens ». Ce qui n’est pas faux. Pourquoi ? Parce que justement, ce mouvement des « gilets jaunes » n’a rien d’un mouvement politique ou syndical. C’est un mouvement citoyen, spontané sans arrière-pensée politique ou électorale. Un mouvement qui échappe donc à « l’establishment », au système. Et c’est bien cela qui, quelque part, agace, les autorités tellement habitués aux mêmes interlocuteurs depuis des années. C’est un mouvement émanant de la base, du peuple qui n’a rien à faire des « querelles de chapelles », des ambitions de tel ou tel élu. C’est un mouvement fait de « monsieur et de madame tout-le-monde », de jeunes et de moins jeunes, de gens qui souffrent et qui n’en peuvent plus de mettre la main dans leur porte-monnaie quasi vide pour payer toutes les extravagances, les privilèges, les passe-droits de la classe dirigeante et de leurs proches. Ce sont des jeunes et des moins jeunes totalement décomplexés qui ont décidé de se prendre en main et de parler en leur nom au préfet ou même aux ministres sans avoir besoin des élus qu’ils suspectent d’être « complices du système » depuis des décennies. Raison pour laquelle, si les « gilets jaunes » appellent à la contribution de tout un chacun pour une prise de conscience qui puisse changer la donne, ils refusent toute récupération politique d’où qu’elle vienne. Aussi, ont-ils refusé d’être accompagné chez le préfet par des collaborateurs de telle ou telle collectivité; Aussi ont-ils « chassé » Thierry Robert du Port Est samedi. Aussi, ont-ils remis très vite à sa place Jean-Bernard Caroupaye, qui s’est « réveillé » au 7e jour seulement des manifestations… Les « gilets jaunes » s’organisent et se structurent doucement mais sûrement. Ils ne font plus confiance aux élus qui, selon eux, « faillottent trop » avec le pouvoir parisien en « se contentant » de la bise et du sourire de la ministre des Outre-mers ou des autres membres du gouvernement. Annick Girardin arrive ici, tape la bise à quasiment tous les élus, de droite, du centre et de gauche, du genre mi aime zot tout’ ou peace and love, et tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, et le tour est joué. Pendant ce temps, elle repart à Paris et rabotte sur tout ce qu’elle peut rabotter sur le budget Outre-mer. Idem pour le Premier ministre et le Président de la République à qui nos politiques font des yeux doux. Certains caressant même l’espoir de devenir ministre quitte à sacrifier le peuple réunionnais sur l’autel de leur parcours personnel. Dans ces conditions, comment voulez-vous qu’ils obtiennent satisfaction pour La Réunion..

Dans de telles conditions, nos élus auront beau crier qu’il faut des contrats aidés financés à plus de 85%, qu’il ne faut supprimer l’AL Accession, qu’il ne faut pas remettre en cause l’abattement fiscal de 30%, qu’il ne faut pas augmenter la CSG sur les retraites, qu’il ne faut pas baisser les dotations des collectivités, que la situation devient explosive etc… mais tant qu’ils iront négocier à Paris avec la fleur au bout du fusil et le sourire en tranche papaye, le gouvernement les prendra pour des comiques soucieux de leur intérêt personnel. En revanche, le jour où nos élus, toutes tendances politiques confondues, comprendront qu’il faut, après les élections, se mettre autour d’une table pour parler d’une même voix et en tapant du poing sur cette même table des négociations dans l’intérêt général, l’intérêt collectif, nul doute que le gouvernement réagira différemment.

« Le sourire ne suffira pas pour les amadouer Mme la ministre ! »

En attendant, en guise de réponse, Annick Girardin et Emmanuel Macron renvoient systématiquement nos élus au Livre Bleu des Assises de l’Outre-mer, c’est-à-dire aux calendes grecques. Cette fois, Mme la ministre, vous qui avez reconnu que « La Réunion est la région la plus inégalitaire de France », ce n’est pas avec les « élus complices » qui se sont jusqu’ici fait passer pour les chefs de La Réunion que vous allez discuter dans les salons dorés et feutrés de la République à Paris, mais avec le nouveau leader de l’île, à savoir son peuple dans toute sa diversité et avec son langage authentique et sincère de la rue. Un peuple qui gagnera à être encore plus solidaire. Avant de venir, lisez attentivement les revendications que les « gilets jaunes » ont fait parvenir vendredi soir au préfet Amaury de Saint Quentin. A priori, elles peuvent paraître un peu confuses voire « farfelues », mais ces revendications traduisent une volonté de changement à tous les niveaux. Il y est question de cherté de la vie, de pouvoir d’achat, du coût de la vie, de fiscalité, de monopole, de plan de lutte contre le chômage, de préférence régionale dans une île rongée gangrénée justement par le chômage, de jeunes réunionnais qui ne trouvent pas d’emplois alors que les « réseaux » les « entre soi » fonctionnent bien au profit d’une catégorie de personnes non réunionnaises ; Il y est aussi question d’embauches familiales, de recrutements de complaisance, de rémunération légale mais insolente et indécente des élus… L’envie d’une vraie révolution citoyenne en somme ! Ils veulent des réponses concrètes, madame la ministre. Pas sur tout, tout de suite, mais rapidement. Et avec « les gilets jaunes », pas sûr que la bise et le sourire suffiront pour les amadouer !

Y.M.

([email protected])

 

 

Poster un Commentaire

85 Commentaires sur "La Réunion s’est trouvée un leader : son peuple !"

avatar
plus récents plus anciens plus de votes
noé
Invité
noé

Le « PEUPLE » n’a plus besoin d’interlocuteur chargeur de l’eau … il est lui-même ! il se défend lui-même ! c’est le « peuplocratie » !!!!!

MARIE- JOSEE ANGE GARDIEN
Invité
MARIE- JOSEE ANGE GARDIEN

À force de faire le mal,
le boomerang là retourné en direct on diré!!!!!!!!! la justice divine existe pour celle qui se croyait au-dessus de tout!!!!!!!!! Madame & co préparé votre départ anticipé, le peuple s’est réveillé et le peuple est contre vous. Il ne vous reste que 70 /100 followers sur la toile, preuve que la chute est fatale !!!!!!!!! Quelques hi po crites qui vous suivent c’est tout. Le reste vous a montré son mépris total . Excellent cet édito monsieur Yves!!!!!!!

Karma
Invité
Karma
Ils annoncent rassembler plus de 10 000 personnes, et alors ??? Même s’ils étaient 40 000 cela ne représenterait que moins de 5 % de la population réunionnaise. C’est une minorité de gratteurs de c… qui profite du système français : le préfet laisse faire pour se donner bonne conscience car ce n’est pas lui qui se fait chier dans les embouteillages, il n’intervient que lorsqu’il s’agit de véritables points de blocage stratégique mais il n’en a rien à secouer si l’économie s’effondre et si des femmes et des hommes réunionnais perdent leur emploi. Moins de 5 % ce n’est… Lire la suite »
KAFRINE DOFE
Invité
KAFRINE DOFE
Karma a entièrement raison. Actuellement on voit des tyrans prendre le contrôle de la Réunion et une bande d’écervelés applaudir. En attendant toutes les PME réunionnaises non spécialisées dans l’alimentaire et l’alcool boivent la tasse. On incite les jeunes à ne rien faire, à bloquer, à casser quand ils ne sont pas contents. Qu’est-ce qu’ils veulent ? Un emploi public pour tout le monde, sans passer par la case recrutement et sans fournir d’effort en échange. Le tout payé à 3000€ par mois. C’est bien connu, c’est en tuant le secteur privé qu’on arrivé à fournir de l’emploi pour tout… Lire la suite »
lobill
Invité
lobill

moi je pense que c ‘est la majorité plus 400000 réunionnais qui ne lâchent pas , pas de gratteurs le système français est a nous et nous cotisons et payons des taxes , sinon il y a l ‘ aéroport et le port pour se casser.

marre
Invité
marre

Karma, tu as vécu une semaine d’embouteillages et alors????
certains sont bloqués toute l’année chez eux car ils ont pas les moyens de sortir.
et si les choses changent se ne sera pas grâce a des mauvaise langue comme toi.
tu as raison karma te va très bien

DENISE
Invité
DENISE

T’est à l’agonie karma?

Réunionnais
Invité
Réunionnais
On est sur une petite île et je dirais sur un caillou,mais les magouilles sont plus énorme que l’île,je viens pas les cités mais on les connaît,entre d’un côté qui s’enrichit et de l’autre côté qui s’appauvrit,et on nous dit que tout va bien,ce n’est qu’un écran de fumée,on arrange sa ville avec les derniers équipements comme à Saint-Pierre sans regarder la misère humaine et on remplit les poches comme le Président de Région et il propose une aide de 100,00€ annuel et dire que,iune mauvaise gestion dans le bon de la continuité territoriale ou encore les bourses des étudiants… Lire la suite »
Lol
Invité
Lol

Vous faites pitié avec votre éditorial qui évoque un peuple qui prend la plus grande population par une petite en otage. Et vous alimentez cela par vos commentaires orientés. L’économie tombe par terre : qui la relèvera vous? Et les emplois perdus? C’est vraiment inadmissible

Yves
Invité
Yves

Je propose une mesure claire, précise, pour augmenter les moyens financiers des Réunionnais les plus défavorisés, petits salaires, RSA, petites retraites. Et qui n’a pas grand chose à voir avec une énième liste de course de produits attrape-couillon que nous avons connu jusqu’ici.
35% de vie chère accordé aux plus démunis avec baisse de 35*% des charges patronales pour ces emplois concernés, charge compensée par l’État. ( je pense à salaire par couple jusqu’à 1.5 ou 2 fois le SMIC).
Surtout n’y allez pas avec des propositions floues car en face ce sont des pro de l’embrouille.

Jean cullelavie
Invité
Jean cullelavie

Moi je dis qu il faut une bonne fois pour toute mettre le coup de pied bans la fourmilière pour ensuite faire le menage

Vomi John
Invité
Vomi John

Cette bande de Maloki jaune est en train de pourrir la vie du vrai peuple réunionnais.

Jean
Invité
Jean

Il faut demander une dissolution de l’Assemblée nationale et des elections
Le mouvement s’arrêterait dans l’instant , ce serait l’économie de bien des dégats à venir

Qui fait les lois .? L’Assemblée nationale
Que voulez vous qu’il sorte de cette rencontre avec Mme la Ministre ? Soyons serieux ? Si elle nous fait encore attendre c’est sans doute parcequ’il n’y a pas urgence ?

Des elections anticipées , vite , avant de nouveaux dégats !

BRIGITTE
Invité
BRIGITTE

Karma revoies ton karma il est très pourris…

Melissa
Invité
Melissa

La facilité tapée sur Didier Robert. Chez toi c’est simple tu lui en veux. Et pourtant tu sais très bien qu’il a fait bien plus pour son peuple. Il n’a pas tout pouvoir. Il n’est pas bon dieu.

AFZ
Invité
AFZ

Les taxes sur les carburants dépendent de la region, c’est pour cela que M.Robert se cache !

LAROUSSE
Invité
LAROUSSE

Merci Mr Yves Montrouge de trouver les verbes pour le Peuple…..

Salaire
Invité
Salaire

Ben moi c’est pas Didier qui me paye ni free dom ni gilets jaunes ni casseurs il faut mo leve pour aller travaille

cafriplainoise
Invité
cafriplainoise

où était le peuple réunionnais quand il y a eu les élections nationales ou régionales ? il avait les armes en main pour virer les élus ? non, y disait « mi sent pas moin concerner par la politique car mi gagne pas rien », mi préfére aller en pique nique, et maintenant ce ne sont pas les élus qui sont embêtés, c’est le petit peuple.

Emilie
Invité
Emilie

Article criant de vérité M Mont rouge.M Philippe Cadet avait prédit ce soulèvement du peuple réunionnais.Vive la préférence régionale!A bas l exploitation coloniale!

Citoyenne
Invité
Citoyenne

Les gilets jaunes ne représentent pas la population au vu du nombre. Vive la république, ZOT qu’a aller voté, au lieu resté zot case!

Sandou
Invité
Sandou

Prochaine élection , le vote contre la region est de mise et cette équipe de bras cassés . Vive Huguette Bello

gilette
Invité
gilette

que les élus arrête de de boire champagne avec l’argent du contribuable si nous on peux vivre avec 1000 euro pourquoi pas eux ?

lobill
Invité
lobill

Réunion première ne fait pas son travail en laissant parlé les personnes qui revendiquent or nous payons la taxe de télévision radio .

Strop
Invité
Strop

Ce  » peuple qui a faim » ??!? Et c’est comment dans les autres pays autour ?

Baboeuf
Invité
Baboeuf

Avant donn’ larzent Madagascar père Pedro, donn ton péi foutor

not in my name
Invité
not in my name

Exact. Pleurer la bouche pleine….

lobill
Invité
lobill

le gouvernement doit supprimer la taxe audiovisuelle pour les personnes qui on la box , et parabole et doit nous rembourser ces taxes depuis que les paraboles et box existes parce-que nous payons la taxe sur deux et c ‘est trop.

Strop
Invité
Strop

Une minorité qui entrave la liberté des gens, un populisme lié à des démonstrations de force, cela ressemble aussi à un début de fascisme. Imaginez la Reunion indépendante avec ces gens au pouvoir…

lobill
Invité
lobill

On paye 60 € et divers de taxe de tva sur la box ou parabole et bien sur 80 € de taxe audiovisuelle pour réunion première .

Claire
Invité
Claire

Leader = son peuple
Les têtes sont gangrénées jusqu’à la moelle, plutôt !!

effet "gilets jaunes"
Invité
effet "gilets jaunes"

Effet « Gilets Jaunes » : Le Peuple pour le Peuple et par le Peuple !
L’Homme de masse=la Masse=le groupe=le peuple, peut très facilement commettre les pires crimes sans y réfléchir une seconde. L’individu est dépouillé de son indépendance d’esprit qui est effacée par la communauté. Tout ce qu’il a de mauvais, de destructif et d’anarchique se fait alors remarquer. L’identification au groupe est la voie la plus simple. L’individu est porté par « la vague générale du sentiment d’être identique aux autres ».

Thierry
Invité
Thierry

Je suis Réunionnaise, mais je ne désolidarise de cette manifestation et ce depuis le début.
Montrouge, vous devriez faire un article et reportage sur les réunionnais qui ne cautionnent pas leur mouvement.

pourquoi tant de haine ?
Invité
pourquoi tant de haine ?
A lire cet édito, tout est la faute de Didier Robert. Le mouvement des gilets jaunes est national il me semble. Tout ce qui se passe là bas et notamment ce qui s’est passé samedi à Paris c’est aussi la faute à Didier Robert alors ??? ça dure toujours là bas comme ici, et c’est la faute à Didier Robert ??? c’est lui qui fixe les prix des produits de consommation à La Réunion ? C’est lui qui fixe tous les impôts locaux ? C’est lui qui fixe les charges des entreprises et l’impôt sur les société et donc qui… Lire la suite »
Bertille
Invité
Bertille

6800 e c’est saint Expedit qui s’est attribué cette somme indécente devant le peuple qui crève de faim

Thierry
Invité
Thierry

Sans compter les emplois de complaisances dont on entends parlé ci et la. C’est une idée de l’état également, et qui va payé ses emplois qui ne nous servirons pas.

lily mel
Invité
lily mel

Superbe édito Mr Mont-Rouge, tout est dit et bien dit. Merci de faire passer ce que pense, ce que subisse le peuple avec de si joli mot. peut être que nos mots ne sont pas assez pertinents et explicites pour eux. C est peut être pour ça, qu’ils ne nous comprennent pas. Mais j’espère que ces élus liront au moins votre édito. Surtout notre président de région.
MERCI Mr Mont-Rouge

deyres
Invité
deyres

merci M. Montrouge pour cette analyse pleine de bon sens, sincère à l’image des revendications des gilets jaunes dont je fais partie. Comme quoi la roue tourne… Et celui qui a semé le vent récolte aujourd’hui la tempête !

TYRANNOSAURES
Invité
Il est grand temps que didier robert comprenne qu’il n’est pas le roi ou le pharaon de la réunion et qu’il arrête de gaspiller l’argent des réunionnais à faire n’importe quoi. On l’a bien deviné qu’il nous mente et rejetant la faute sur le gouvernement des taxes qu’il a fait voter. Il ne faut pas que les gilets jaunes aillent discuter avec la ministre dans le salon feutré de la préfecture, avec des petits fours, sur son terrain qu’elle connait bien mais assise sur une roche dans « bord la mer le port », un bout de manioc bouilli dans la main,… Lire la suite »
Souana
Invité
Souana

La moin le d’accord li même pou prend l’argent après li met loter su Macron i tarde pas la tête i ça sa sauté Kan Mme la ministre va prend son temps pour fouille

OLIVIER
Invité
OLIVIER

La reunion NÉGATIVE, la reunion qui PERDS avec lui

not in my name
Invité
not in my name

Quel peuple?? Qu’ils fassent un référendum pour voir la quantité de gens qui soutiennent le mouvement pour rester en démocratie, et ils pourront parler au nom du peuple. Une belle bande de mini-dictateurs…

Baret
Invité
Baret

6800 EURO et augmentation des taxes = lu la fé déborde le vase

éric
Invité
éric

Gilet jaune obligatoire. Si on met le gilet jaune, c’est qu’on est en situation de danger, c’est un appel au secours. Il a bien été décidé ainsi par les autorités (sécurité routière).

Gelito
Invité
Gelito

Monsieur MontRouge, donnez des cours à l’évêque stp. Votre analyse écrase sa tentative de mettre 3 mot sur cette crise. Bon vous n’allez pas publier ce commentaire mais au moins je vous fait passer le message.

Un Réunionnais
Invité
Un Réunionnais
Mr Montrouge, le titre de votre édito pose question. D’après vous un leader se reconnait donc à sa capacité de nuisance et à la mobilisation qu’il peut engendrer? Il me semble pour ma part qu’un leader se reconnait surtout par la vision qui est la sienne et par la bienveillance qu’il porte pour le plus grand nombre et en particulier pour les plus faibles et démunis. Aujourd’hui quelle vision porte ce mouvement? Vivre mieux! Si tant est que cela soit une revendication ça n’en fait pas une vision… Que veut-on pour la Réunion, comment voit-on la Réunion dans 1 an,… Lire la suite »
Tonton
Invité
Tonton

Pour quand l’Assemblée unique??

Jo de la grande ravine
Invité
Jo de la grande ravine

Guitare made un usa ça sonne usa tout le monde aime ça

stef
Invité
stef
Sachez M.Montrouge que certains gilets jaunes ont des ambitions politiques. Sur un grand barrage de l’Est ça distribue des paquets de cigarettes, ça achète des chariots de viandes pour les grillades à Jumbo (après i crie ferme la moukate là). Organisé, ils ne le sont pas et ce n’est pas prêt d’arriver. Motif : trop de tête frais. Pourquoi ils sont toujours dispatchés aux 4 coins de l’île? Pourquoi le rendez-vous devant la préfecture n’était pas unanimes parmi les « révolutionnaires »? Parce que certains cherchent la gloire. Quand il faut être sèrieux devant le Préfet y a plus personne. Quand il… Lire la suite »
Aline
Invité
Aline

C’est simple,le peuple FRANÇAIS on en MARRE.il demande la démission de Macron ,le gouvernement, l’Assemblée nationale et ses élites

Kaf Malbar
Invité
Kaf Malbar

Le peuple français non mais juste une bande de fanatiques qui n’ont toujours digérés la défaite de leurs candidats à l’élection présidentielle soit disant très intelligents par un jeune gars qui n’avait jamais été élu ! La honte quoi ! Le meilleur est à venir avec les mises en examen de leurs champions ! D’oû cette fausse colère qui n’est rien de plus qu’un sentiment de frustration politique ! Les Gilets jaunes très pacifiques feraient mieux d’accepter une bonne foi pour toute leur défaite…

Didier Robert rend l'argent
Invité
Didier Robert rend l'argent

Pour information, c’est le préfet qui a demandé à ce que les enseignants reprennent. La consigne vient de Paris. Le Recteur n’y est pour rien.

Au secours Paul Vergès
Invité
Au secours Paul Vergès

Le titre est excellent. Bravo

Koo2gle
Invité
Koo2gle

C’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches.

[Victor Hugo – L’homme qui rit ]

goutamoins
Invité
goutamoins

Donc si les pauvres prennent la place des riches, les riches seront pauvres et …….
« L’histoire est un perpétuel recommencement »

[Thucydide]

Merlucharoo
Invité
Merlucharoo
Non soyons honnête je félicite Monsieur Montrouge pour cette très belle analyse et encore, je trouve qu’il y aurait plus a dire, mais je suis persuadés qu’il s’est retenue ! Casse pas ton tête Monsieur Montrouge, pour tous ceux qui ne sont pas d’accord avec cette brillante analyse, Dites vous bien qu’il y aura toujours qui seront de votre avis et certainement d’autres qui seront contre vous : Sauf, que le temps, vous donnera raison Monsieur Montrouge, car le pire reste encore a venir, il suffit de regarder vers le Venezuela, la Bolivie, le Honduras et tout prés de nous,… Lire la suite »
Gate
Invité
Gate

Mr RATENON marche dans les pas de son mentor Jean luc mélenchon
Devant c’est un personnage et une fois ne le vois plus il profite de ces avantages
RéunionnaiS RéveilleZ VouS !!!!!

phil435
Invité
phil435
bonjour a toutes et a tous j’entend bien vos commentaires concernant la situation catastrophique de la Réunion depuis belle lurette « ça ne date pas d’hier « concernant les hommes politiques c’est pou la gueules des militants de chaque formation politiques .vous mettez quelqu’un en place en croyant que vous aurez un emploi ! ça ne marche pas comme ça. être militant c’est d’avoir une conviction en son partis pour une meilleur façon d’aller de l’avant .votez pour un maire, un député ,un président de région ou un président de département ce n’est pas pour avoir un boulot , pole-emploi est la… Lire la suite »
Alcatraz
Invité
Alcatraz

Excellent papier. Et que dire de notre pauvre politique locale qui à son bon vouloir se gave d’impôts locaux en incessante augmentation.

raoult
Invité
raoult
Aret rever kreol, ban propositions a venir va etre juste po un temps de la reconciliation car nou ley dans un droit commun ek lois nationales……c a zot deputé de fé amedement kan lé pas bon, si i passe…LREM deputé na point la Reunion. Sinon, fo aller su Assemblée unique, ke zot i veut pas. Alor supporte. Po la preference regionale, i dit, Caillé a la radio, ke c des cadres métro car ici na point et ke ban kreol i prefere reste en metropole et etranger, la realité c ke zoreils i ferme zot bouche plus facilement….po le reste… Lire la suite »
dada
Invité
Merlucharoo
Invité
Merlucharoo

BIEN VU DADA et un grand merci pour le lien

dada
Invité
dada

Juste pour la différence de prix de la voiture 10 000 euros en métropole et 17 000 euros la même à la Réunion !!! Vous voulez bien nous offrir un bon d’achat de 7000 euros ???? En plus sa doit coûter cher une voiture écologique ?,!,!,?!?

Quand on voit les taxes, contrôle techniques et autre et l’OBLIGATION d’acheter un « véhicule » et celui QUI LE VENT il pourrait bien nous offrir carrément « l’essence » quand on voit LA SOMME QUE L’ON PAYE EN PLUS SUR LA VOITURE !!!!!

Merci aux monopoles des grands groupes à la Réunion qui sont exonérés sur la fortune !

KAFRINE DOFE
Invité
KAFRINE DOFE

Qu’est-ce qui vous permet de dire que c’est le « peuple » qui a parlé dans ces manifestations ???…

C ‘est pas parce que na 10 000 mécontents i fou le bordel que c le « peuple » qui a parlé !

Encourage encore le bann créol à faire n’importe quoi et les terroristes à prendre le contrôle !

Gillet jaune = bordel = force de l’ordre dépassé = casseurs = Réunion détruite

kaf salon
Invité
kaf salon

Parce que les gilets jaune sont apolitiques et que c’est un mouvement populaire et spontané à la Réunion ainsi qu’en France métropolitaine, que les sondages donnent à plus de 70 pour cent d’opinions favorables le soutien aux mouvement des gilets jaune population = peuple ! Terroriste = terreur, peur ! (on a peur de ce gouvernement !)…

Josée
Invité
Josée

Té woui veu dire 6800e + les autres salaires + les avantages- et Creole i dort à terre ek ti contrat 6 mois. Vergés ressuscite à zot

thomas
Invité
thomas

Mr Montrouge, qui est le responsable de la com’ pour la région,svp?

RAL SA
Invité
RAL SA

Hi hi hi marie Josée !

Huguette
Invité
Huguette

6800 patates de plus par mois pour Robert, et une sardine par mois pour le peuple. SPL, SPL, SPL et encore SPL, je t’adore SPL.

dada
Invité
dada
Juste pour la différence de prix de la voiture 10 000 euros en métropole et 17 000 euros la même à la Réunion !!! Vous voulez bien nous offrir un bon d’achat de 7000 euros ???? En plus sa doit coûter cher une voiture écologique ?,!,!,?!? Quand on voit les taxes, contrôle techniques et autre et l’OBLIGATION d’acheter un « véhicule » et celui QUI LE VENT il pourrait bien nous offrir carrément « l’essence » quand on voit LA SOMME QUE L’ON PAYE EN PLUS SUR LA VOITURE !!!!! Merci aux monopoles des grands groupes à la Réunion qui sont exonérés sur la… Lire la suite »
Marredesgratteki
Invité
Marredesgratteki

C’est facile de bloquer les ronds points quand on est assisté et qu’on touche les aides tous les mois. Aides qu’ils touchent car NOUS on se lève tous les jours pour aller travailler et cotiser pour ces grattes c…

Sullivan
Invité
Sullivan

Vaut mieux être au RSA qu’un emploi fictif dans cette collectivité: désormais de maintenant nous nous attacherons à faire des photos et à vous les transmettre M.Monrouge. Vous y verrez des « vrais » gratteur de cul , qui sont grâcement rémunéré avec nos impôts.