[Alt-Text] [Alt-Text]

L'actualité de la Réunion en direct

Le collectif de défense du domaine public interpelle le Préfet

dans Courriers des lecteurs

« Monsieur le Préfet,

Nous nous permettons de nous adresser directement à vous ce soir car l’évolution du dossier du DPM vient de franchir une nouvelle étape ce soir.

En effet, la journée a été assez dense sur le plan médiatique avec 3 dossiers de fond dans la presse :

  • la chasse aux constructions Illégales par la DEAL sur la zone sud alors même que les paillotes sont toujours présentes sur la plage avec pour 2 d’entre elles le COCOBEACH et la MAMA une situation reconnue d’occupation sans titre car l’AOT n’est pas au nom du gérant,
  • l’étude du BRGM sur l’érosion côtière de la côte OUEST qui vient confirmer l’état d’urgence sur la nécessité de retrait des paillotes et de tout élément qui viendrait bloquer la montée du sable jusqu’à l’arrière plage,
  • l’existence d’une nouvelle rondavelle construite par TAMARUN. Rondavelle qui pour nous ne respecte pas la LOI et trop proche du rivage de la Saline les Bains. Rondavelle qui a bénéficié d’un permis avec le non respect de la LOI,
  • nous apprenons et l’avons déclaré au Sous-Préfet et au Directeur de la DEAL l’existence de travaux sauvage sur la zone de la Saline les Bains.

et ce soir la goutte qui fait déborder le vase, qui fait monter la colère et l’incompréhension chez les REUNIONNAIS, le geste irresponsable et scandaleux du propriétaire de la rondavelle « Lé Pié dan l’O ».

Comme vous l’avez vous-même pu constater dernièrement sur la situation des plages de l’Ermitage, le poids des mots et le choc des photos sont bien présents sur la pièce jointe.

Vous pouvez découvrir que le restaurateur s’est octroyé le droit de couper les filaos de la plage qui se trouvaient au dessus d’une de ses terrasses (terrasses qui par ailleurs ont été construites sans autorisation comme les agrandissements).
Nous tenons à rappeler que ce restaurant de 120 couverts ne respectent pas le Décret Plage et que de jour en jours ils s’étendent sur le DPM sans contrôle, qu’ils pratiquent une discothèque à ciel ouvert avec DJ, ce qui est contraire à l’activité sur le DPM.

Monsieur le Préfet, vous comprenez que la situation ne peut plus durer, un laisser aller perdure sur la zone balnéaire, les initiatives se multiplient dans la plus grande impunité, aucune loi n’est respectée et les Réunionnais commencent à saturer de voir cette situation s’amplifier de jour en jour. Chaque dimanche, une activité nouvelle s’installe sur nos plages sans autorisation. Nous pouvons nous poser la question, y’a t’il un pilote dans l’avion pour sauver notre lagon.

Monsieur le Préfet, nous comptons sur vous pour ramener une certaine sérénité sur le DPM, c’est notre lagon qui souffre de ces abus.
Nous vous remercions et vous informons que nous transmettons ce courrier à la presse. Ce n’est pas par manque de respect pour vous, mais nous voulons prendre à Témoin les RÉUNIONNAIS de cet acte irresponsable et irrespectueux du « pié dan l’O ». »

Cordialement,
Le Collectif de Défense du DPM.

 

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Le collectif de défense du domaine public interpelle le Préfet"

avatar
plus récents plus anciens plus de votes
grondin
Invité
grondin
b le serieux ,nout mer le pi a nous zot i croit ici st tropez et le maire y ferme dancing roche noire ,boite de nuit kreol mais band na i sorte ailleurs ,i fe cek zot i ve ici et nou kreol le interdit tout zaffaire nou fe le pi bon :coupe zanimau ,plante, peche met la misik juska tard i telephone gendarme rien nou la pi lo droit Mr le prefet ,fait un peu out travail rend a nou nout mer nout boite de nuit kreol et lo maire st paul i laisse band do moune la fait… Lire la suite »
grondin
Invité
grondin

ekout chanson sens unique et fou dehors nout racine ,willy deficalisation kan Mr firmin viry la dit ;kreol rouve zot zyeux b t pas menter ,a nous kreol i met a nou dan beton mais terrain nena pou band na costruit gros villas ,ote fo arete band zelus le en place fo fou dehors

Derniers de Courriers des lecteurs

Aller en Haut