Le Département prépare un « Plan séniors » pour « mieux prendre en charge nos gramounes » (Audio)

dans Collectivités/Conseil départemental/Politique

Longue session plénière du conseil départemental, ce matin, au palais de la Source. Laquelle a débuté avec un  peu de retard en raison des perturbations de la circulation liées à la fermeture des deux voies côté mer de la route du Littoral.

Les membres de la famille de la conseillère décédée interprètent une chanson pour lui rendre hommage

En début de séance, à la demande du président Cyrille Melchior, une minute de silence a été observée par l’assistance en la mémoire de Paulette Adois-Lacpatia, conseillère départementale et 1ère adjointe au maire du Port, décédée brutalement, à l’âge de 60 ans, en juin dernier. Un hommage lui a été rendu par les membres de sa famille présents dans l’hémicycle.

Une minute de silence à la mémoire de Paulette Adois-Lacpatia, décédée en juin dernier (Photos Bruno Bamba)

Les élus ont ensuite examiné l’ordre du jour. En commençant par le gros dossier de cette session, à savoir le plan séniors, en présence de Mme Aude. L’occasion pour Nassimah Dindar, la sénatrice et ex présidente du Département, de revenir sur la politique départementale en faveur des personnes âgées et ce, depuis plusieurs années déjà, à travers notamment des dispositifs innovants tels que le chèque-santé, les Maisons d’accueillants familiaux… L’occasion aussi pour elle d’attirer l’attention de l’assemblée sur les disparités existant entre la situation des personnes âgées de métropole et celles d’ici : « taux de dépendance plus élevé ici qu’en métropole » (près de 13% des personnes âgées d’au moins 60 ans, contre environ 10% en métropole), « situation de pauvreté plus importante à La Réunion » (40% de la population ici contre 14% en métropole; 45% des 65-74 ans déclarent des revenus en dessous du seuil de bas revenus contre 14% de la population en métropole), « situations d’isolement qui augmentent »…

D’autres élus à l’instar d’Hermann Rifosta a mis l’accent sur l’insuffisance des aides en faveur des personnes âgées telles que « 30 heures seulement par mois, soit une heure par jour » pour une aide à domicile. L’élu de Saint-Pierre invite les parlementaires à s’unir et à présenter ensemble un amendement « pour le mieux-vivre à domicile » des personnes âgées.

Cyrille Melchior a abondé dans le même sens des intervenants. « Nous devons tout mettre en œuvre en faveur d’une meilleure prise en charges de nos gramounes qui ont aussi besoin d’affection, d’amour. Ce sont eux qui ont construit La Réunion, ils ont travaillé dur pour cela. Le président du Département explique au micro d’Yves Mont-Rouge le pourquoi de ce plan séniors.

Rappelons que La Réunion connaît une accélération du vieillissement de sa population. La part de la population âgée qui était de 132 000 personnes en 2016 passera à 225 000 en 2030, soit une augmentation de près de 6000 personnes âgées par an. Quant à la part des personnes âgées dépendantes, elle devrait doubler en 2030 pour atteindre le chiffre de 26 700.

Il est noter également que, de manière générale, trois quarts des dépenses d’aides sociales, qui sont en augmentation, sont dédiées aux personnes âgées vivant à domicile. Ces dépenses étaient de l’ordre de plus de 135 millions d’euros l’année dernière. En effet, La Réunion enregistre une forte prééminence du maintien à domicile des personnes âgées : 88% des allocataires de l’APA sont à domicile contre 56% en métropole. « La conjugaison de ce vieillissement et des caractéristiques propres à la population âgée soulèvent des enjeux qui imposent une stratégie partagée et une optimisation des moyens des divers acteurs », a souligné Cyrille Melchior. D’où le Plan Séniors dont le but, comme l’a indiqué le président du Département, « s’inscrit dans la droite lignée des différentes orientations nationales pour la prise en charge des personnes âgées c’est-à-dire la loi d’adaptation de la société au vieillissement, la feuille de route « Grand Age » et le Livre Bleu Outre-mer ». Ce Plan Séniors posera les orientations de l’actuelle mandature pour les prochaines années; Il structurera les politiques départementales qui seront menées auprès de ce public et il sera le support d’un partenariat fort avec les autres acteurs institutionnels (Etat, ARS, Caisses de retraite, CGSS, collectivités locales, associations sociales et médico-sociales…).

Pour mettre en œuvre ce Plan Séniors, le Département a fait le choix d’externaliser sa réalisation dans le cadre d’une consultation de divers prestataires. Outre le travail qui a déjà été réalisé par la Direction de l’Autonomie et qui sera à compléter, le prestataire devra également réaliser un diagnostic des besoins des personnes âgées sur l’ensemble du territoire, des orientations stratégiques et des objectifs généraux traduits sous forme de fiches projet. La validation du Plan Séniors est prévue pour la fin du 1er semestre 2019. Le rapport a été adopté à l’unanimité.

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "Le Département prépare un « Plan séniors » pour « mieux prendre en charge nos gramounes » (Audio)"

avatar
plus récents plus anciens plus de votes
Starwars
Invité
Starwars

Euh plan pour le personnel du département uniquement ! Merci

mistermaximum
Invité
mistermaximum

A partir de quel age on est gramoune ? ça craint, cela vas devenir une île de vieux !!! les docteurs vont se gaver….

noé
Invité
noé

J’espère que ce « plan » ne sera pas une sorte de « mouroir » pour gramounes !