Le ras le bol des pêcheurs artisans de la Réunion

dans Actualités/Infos Réunion

Incompréhension et mécontentement. C’est ce qui pouvait se lire sur le visage d’une trentaine de pêcheurs artisans. Ils s’étaient rassemblés devant le siège de la Direction de la Mer Sud océan Indien (DMSOI) en ce mercredi 20 septembre. Leur revendication : respecter leur voix, représentant la majorité de marins pêcheurs, en faveur du programme « Légine pour Tous », voté en février 2017. D’ailleurs,
une session de travail est prévue le jeudi 21 septembre avec la préfète des TAAF (Terres australes et antarctiques françaises) en compagnie des pêcheurs artisans.

Conformément aux engagements pris lors de la campagne des élections professionnelles de janvier 2017, le CRPMEM s’est engagé dans un processus d’accompagnement de la pêche artisanale réunionnaise avec le soutien financier des armements historiques de pêche à la légine regroupés au sein du Syndicat des Armements Réunionnais Palangriers Congélateurs (SARPC). Conscients des enjeux et des retombées d’un tel projet pour la pêche réunionnaise, 79,5 % des professionnels ont pris part au scrutin constituant ainsi le plus fort taux de participation au niveau national. Ce programme se retrouve aujourd’hui fragilisé par les allégations médiatique de l’armement Réunion Pêche Australe (RPA).

« Si l’on en croit les « engagements » de RPA, le projet vise notamment à s’ancrer durablement dans la société réunionnaise pour une « réappropriation des ressources du bassin océanique par les professionnels ». Faut-il vraiment parler de « réappropriation » par les « professionnels » ou ne serait- ce pas plutôt d’« accaparement » par quelques actionnaires majoritaires de cet armement, qui bénéficient d’un accès aux aides du Plan de Compensation des Surcoûts en dirigeant l’organisation interprofessionnelle ARIPA (Association Réunionnaise Interprofessionnelle de la Pêche et de
l’Aquaculture) et qui veulent tirer bénéfice de la longue structuration d’une filière, celle de la légine, à laquelle ils n’ont pas contribué ? Le maintien de RPA dans les quotas de pêche remet en cause le bon fonctionnement et la durabilité de toute la filière pêche basée à l’île de la Réunion » a déclaré, pour sa part, Bertrand Baillif, Président du Comité Régional des Pêches Maritimes et des Elevages Marins de la Réunion (CRPMEM).

« D’où la démarche entreprise par de nombreux pêcheurs artisans ce matin devant le siège de la DMSOI. Ils m’ont contacté afin que je vienne les soutenir car ils se sentent utilisés par RPA. D’ailleurs, une personne a témoigné n’avoir perçu à ce jour aucun dividende de l’argent qu’il avait investi au sein de la RPA. Ce sont de petites sommes du point de vue des gros actionnaires de RPA, mais représentant beaucoup d’argent pour ces pêcheurs artisans », a poursuivi Bertrand Baillif.

Pour Serge Deboilliers, pêcheur artisan qui compte plus de vingt ans d’éxpérience dans le métier, il faut remédier à la situation le plus rapidement possible car il en va non seulement de l’avenir des pêcheurs mais aussi celui de leurs familles. « Tous les pêcheurs bénéficieront du programme Légine pour Tous du Comité Régional des Pêches Maritimes et des Elevages Marins de la Réunion (CRPMEM).

Ce projet n’est pas un nouveau projet car il avait été proposé avant les élections de janvier 2017. Nous sommes à la base des artisans et c’est pourquoi nous demandons un soutien afin de structurer et professionnaliser notre métier. Ce programme de Légine pour lequel nous avons voté à 79,5 % en février 2017 nous permet de réaliser ces objectifs et nous tous, pêcheurs artisans, sommes convaincus des retombées positives d’un tel programme sur nous et nos familles », a soutenu Monsieur Deboilliers.

Bien que les pêcheurs artisans représentés au CRPMEM de la Réunion aient eu l’écoute des Affaires Maritimes et obtenu un entretien avec la Préfète des TAAF pour le lendemain, ils n’entendent pas en rester là : ils comptent bien revenir à la charge pour obliger l’Administration à faire toute la lumière sur la tentative de hold-up du système ARIPA-RPA sur la pêcherie de légine australe sur le dos des pêcheurs artisans, alors qu’un audit diligenté par la Direction des Pêches Maritimes et de l’Aquaculture en 2016 sur les conditions d’attribution des aides publiques octroyées à l’ARIPA n’est jamais sorti de ses tiroirs.

2 Commentaires

  1. Reconvertissez-vous, cessez de participer à la destruction de la vie dans les Océans, qui au rythme actuelle seront mort d’ici 2035/2050 ; Océan mort = fin de l’humanité et pas que :s

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*