Les ministres passent, le chômage augmente…

dans Edito de Yves Montrouge/Politique

Avant d’attaquer le menu, permettez-moi de m’arrêter un instant sur l’apéro, pour vous dire que cette guerre des taxes que se livrent depuis deux semaines certains de nos parlementaires devient tout simplement « soûlante ». Ça commence avec le collectif des députés antillais qui, dans un communiqué, jeudi, se félicite que le gouvernement ait botté en touche un amendement tendant à augmenter les taxes sur les alcools forts (rhum) en Outre-mer. Idem pour Nadia Ramassamy qui ne souhaite pas une taxation du rhum pour « raisons économiques » explique-t-elle. Annick Girardin, ministre des Outre-mer, abonde quasiment dans le même sens. Mais dans la nuit de jeudi à vendredi, l’amendement défendu par Ericka Bareigts sur l’augmentation de la cotisation sociale dans la fiscalité relative aux alcools est adopté. Les élus antillais qui, la veille, étaient montés sur la table en se tapant sur le ventre et en criant victoire, redescendent de la table, avec la gueule de bois. Nadia Ramassamy fait, elle aussi, grise mine. En fait, si l’amendement Bareigts se maintient, cela voudrait dire que le prix du litre de rhum augmenterait de 2 euros. Or, d’ici au vote de la loi, il y a encore beaucoup d’eau (ou d’alcool) à couler sous les ponts obscurs de la politique. On prend même le pari que l’amendement « sautera » au moment du vote final car les lobbies sont hyperpuissants. Ce qui est incompréhensible surtout c’est que des parlementaires réunionnais puissent s’élever contre une éventuelle taxation des alcools dans une île où le rhum et autres spiritueux tuent chaque année près de 450 personnes et où les pathologies alcooliques (crimes, accidents, …) sont nombreuses. Pourquoi diable défendent-ils les rhumiers plutôt que les victimes de ce fléau qu’est l’alcoolisme ? On serait presque tenté de croire que c’est parce qu’une campagne électorale, ça coûte cher et que, pour faire de la politique, il faut de l’argent. On n’en dira pas plus !

« Mme la ministre tape la bise à tous les élus de droite »

Après l’alcoolisme, parlons chômage maintenant. Annick Girardin, la ministre des Outre-mer, n’a pas de bol. Les chiffres du chômage sont tombés pile-poil le lendemain de son arrivée dans notre île. Elle a débarqué jeudi et, vendredi, l’on apprend que le nombre de chômeurs à La Réunion a passé la barre des 140 000. Autrement dit, en dépit des beaux discours et de déclarations ronflantes de nos élus, ministres y compris, capables de nous vendre de l’eau avec une fourchette, le nombre de chômeurs ne cesse de grimper. En dépit des salons organisés ici et là, dans l’île ou hors de l’île, malgré les grosses subventions par millions votées en faveur des satellites (SEM et SPL) de certaines collectivités locales chargées d’organiser des rencontres dernier-cri en matière d’emploi tant localement que dans l’hexagone voire même à l’international, malgré les millions investis dans les modules de formation dont certains manifestement « bidons », le nombre de chômeurs ne cesse de croître. En dépit de tous les dispositifs que déploie Pôle emploi, le nombre de chômeurs monte en flèche.

Il y a donc un réel problème qui mérite plus que des salons, plus que des « séminaires-voyages«- bat’caré » véritables gouffres financiers qui, visiblement, ne servent strictement à pas grand-chose si ce n’est que de gaspiller l’argent public. Il y a donc urgence à prendre le problème à bras-le-corps au plus haut niveau du gouvernement plutôt que d’organiser à chaque changement de majorité de grandes réunions intellectuelles qui ne débouchent sur rien de concret, comme les Assises de l’Outre-mer. Concrètement, ça a changé quoi ? Ça permet ux élus de se rendre à Paris pour assister à une grand-messe à l’Elysée et pour serrer les paluches au Président de la République ! Mais à part ça ? On l’a bien vu, pas plus tard que ces derniers jours avec la visite de Mme Girardin, ministre des Outre-mer, dans l’île. Trois jours pour écouter, observer, comprendre. Attention, cette remarque n’a rien de péjoratif à l’égard de Mme la ministre qui est une dame, disons-le tout de suite, très sympathique (elle tape la bise à tous les élus de droite, Virapoullé, Didier Robert, Melchior, Gonthier…), cool, accessible, souriante, simple, attentive, disponible… Le problème n’est pas là. Le problème – et c’est valable pour quasiment tous les ministres de tous les gouvernements qui sont venus et qui sont repartis – c’est que les ministres passent mais les difficultés locales qu’elles soient économiques et sociales perdurent pour ne pas dire empirent. Je n’invente rien. Les chiffres sont là : plus de 140 000 chômeurs. Pas besoin d’avoir fait l’ENA ou Sciences-Po pour comprendre.

A combien de contrats nos collectivités locales ont-elles mis fin récemment ? A des centaines et des centaines ! Pour des raisons politiciennes souvent, surtout après les élections. Avant les échéances électorales, les collectivités locales embauchent un maximum et, après, elles « virent » un maximum de contractuels, cette « masse électoraliste ». Ce mouvement influe forcément sur les chiffres du chômage. Nos élus ont l’explication facile : ils virent les contractuels parce que l’Etat a supprimé les contrats aidés au profit des PEC (Parcours emploi compétence), pas assez financés par l’Etat.

Raison pour laquelle, vendredi dernier, nombreux sont les élus qui ont demandé à Mme Girardin de « faire un geste » en la matière en mettant plus d’ACI (ateliers chantiers insertion) à La Réunion que les collectivités pourraient utiliser notamment comme « emplois verts » par exemple pour lutter, entre autres, contre la dengue via l’éradication des gîtes larvaires. Sauf que Mme Girardin, avec le sourire, a répondu que « les emplois aidés n’ont pas crée d’emplois». Si, Mme la ministre, ils ont créé des emplois… aidés. Ils ont permis à des pères et des mères de famille d’avoir un p’ti 4 sous afin de nourrir les enfants et de les envoyer à l’école le ventre plein.

Mme Girardin, tout comme son président, Emmanuel Macron, n’a qu’un mot à la bouche : « créer des emplois pérennes ». D’accord, mais en attendant de créer ces « emplois pérennes », il faut bien vivre. Et, mine de rien, les contrats aidés permettaient à des milliers de Réunionnaises et de Réunionnais d’avoir un petit boulot. Certes, ce n’était pas la panacée, mais ils dépannaient. C’est mieux que d’aller pointer à Pôle emploi et de faire grimper le nombre de chômeurs qui passe aujourd’hui la barre des 140 000. Pendant ce temps Mme Girardin, elle, a son job et elle bénéficiera d’une belle retraite lorsqu’elle n’exercera plus. Il y a aussi quelque chose qui me turlupine : comment se fait-il que certaines collectivités n’ont pas d’argent pour donner du travail aux chômeurs réunionnais alors qu’elles trouvent toujours les moyens pour aller ouvrir des antennes partout, y compris dans certains « paradis fiscaux » où les échanges économiques avec notre île sont quasiment inexistantes ?

Pour conclure sur la visite de Mme Girardin, on dira qu’elle n’a rien annoncé d’extraordinaire si ce n’est l’accession à la propriété (APL), dispositif transitoire jusqu’en 2020. Le problème se reposera d’ici là. Les acteurs du logement et ceux économiques devraient se revoir d’ici à la fin de l’année à Paris pour une grande conférence sur les sujets en question. Encore une grand-messe ! En clair, la ministre vient nous voir mais quand il s’agit de trouver des solutions aux problèmes qui se posent avec acuité d’année en année, il faudrait que nos acteurs politiques et économiques aillent à Paris. Encore du « bat’ caré » ? Tant mieux pour les compagnies aériennes ! Ils auraient pu, tous, essayer de régler ça à La Réunion, autour d’un rougail saucisses ! Cela aurait coûté moins cher. Les données sont là. Les chiffres sont connus. Le gouvernement dispose de tous les éléments. Des diagnostics de la situation économique, sociale, sont réalisés, puis régulièrement réactualisés, par les services locaux de l’Etat. Pas besoin encore d’une énième grand-messe à Paris sous les lambris dorés et ponctuée de repas copieux pour faire semblant de se pencher sur nos maux qui sont connus et archi-connus depuis des lustres.

Au risque de me répéter, je redirai donc que les Présidents de la République et les gouvernements se succèdent, les ministres (à l’instar de la gentille Mme Girardin) passent, des hommes et des femmes sont élus localement, puis « dégagés », avant d’être réélus et, pendant ce temps, « cabris i mange salade » : nos problèmes sempiternels – à l’image de notre chômage endémique – demeurent. Ainsi va la vie politique !

« Saint-Leu : Thierry Robert a « bougé » »

Sur le coup, ça me fait penser à Saint-Leu et à toutes ces personnes qui commencent déjà à « rager » pour avoir confondu élections législatives et municipales. Tous les militants qui ont porté en triomphe Jean-Luc Poudroux n’arrivent plus à le joindre, alors que pendant la campagne électorale c’était « copains-coquins », bras dessus-bras dessous avec tout le monde. Jean-Luc Poudroux a été élu. Sans doute doit-il faire son job à l’Assemblée nationale, donc à Paris et non à Saint-Leu. Et encore moins à la mairie où il n’est plus conseiller municipal. Idem pour tous ses mentors qui l’ont soutenu durant la campagne. Disparus de la circulation ! Il y a le temps de l’élection où les sourires tranches papayes et les tutoiements et les tapes dans le dos sont légion. Puis, il y a l’après-élection, l’après-victoire, où c’est chacun pour soi et « on ne mélange pas les torchons et les serviettes » ! Rien de bien surprenant, en somme. A Saint-Leu, à droite, dans le camp de Poudroux, la situation ne sera pas simple pour les municipales : qui de Joël Pontalba, de Johan Guillou, de Herbert Vergoz (mari de Graziella, suppléante du nouveau député de la 7ème circonscription), de Gérard Indiana, sera le candidat de Poudroux-Didier Robert ? Attention « bèsement dans la cour Patel ! » Et là, il n’est question que des candidats de droite. Pas des autres.

On reste à Saint-Leu pour vous dire que Thierry Robert a « bougé » cette semaine. « Li bouge encore » mais uniquement via sa page Facebook. Après quasiment un mois de silence, de recul, de réflexion, de méditation, apellez-ça comme vous voulez, l’ancien député sortant et sorti (suite au couperet du Conseil Constitutionnel en juillet dernier) a posté un message sur son Facebook. « Je suis plus déterminé que jamais à poursuivre mon combat pour faire avancer mon pays », dit-il. Avant de poursuivre : « Je voudrais, ici, m’adresser à tous ceux qui apprécient mon combat politique ; Aux autres, ceux qui ont pu être déçus par certaines de mes erreurs, j’espère qu’ils me feront à nouveau confiance, nul n’est parfait. Cependant, tous doivent savoir que j’ai toujours été honnête, loyal, sincère et franc avec eux ». Le message est assez long. Je vous invite à jeter un œil sur son FB. « La Réunion ne doit plus être ce département où certains « codes » sont dignes d’une « République bananière ». La Réunion doit être un département Français à part entière, « mèm si nou lé loin nou lé pas moin », écrit-il encore. Et Thierry Robert de conclure : « pour les Réunionnais, le LPA s’améliorera, se restructurera sur l’ensemble des communes et se renforcera pour mieux répondre aux attentes de tous. Pour les Saint-Leusiens, je resterai au conseil municipal, à ma place et sans ingérence. Ils m’ont élu en 2014 avec 75% des voix au 1er tour, je n’ai pas le droit de les abandonner. Ma proximité envers eux se verra renforcée ». Alors Thierry Robert, bientôt nouveau directeur de de cabinet du maire Bruno Domen à la mairie de Saint-Leu, comme on a pu le lire sur un site local ? « Un grand délire digne de l’auteur de l’article paru sur le site d’info en question », répond l’entourage de Thierry Robert.

« Chez les Virapoullé, Jean-Marie se « Jean-Paulise » pour 2020″

Puisqu’on parle des prochaines municipales, allons faire un tour dans l’Est, à Saint-André plus précisément où Jean-Marie Virapoullé (le fils de Jean-Paul) s’affirme de jour en jour. Son père le laisse de plus en plus se débrouiller tout seul comme un grand garçon, qui se prépare d’ores et déjà pour l’échéance. Le 2e adjoint municipal et 1er vice-président du conseil départemental a changé de look vestimentaire (jean et veston pour faire plus cool et plus « d’jeun’s)), a maigri de quelques kilos, se veut plus rassurant, est plus à son aise avec le micro, intervient sur tous les sujets (Route des hauts de l’Est, Maison des accueillants familiaux…), essaye de ponctuer ses discours de quelques blagues. Bref, il y a incontestablement du changement dans l’air : plus décontracté, plus souriant, plus ouvert. Jean-Marie se « Jean-Paulise ». Il y a manifestement une volonté de pris en main de l’appareil municipal, avec à ses côtés certains fidèles du conseil municipal dont sa collègue du Département et adjointe au maire, Viviane Ben Hamida, que certains voient déjà comme 1ère adjointe si Jean-Marie Virapoullé parvient à se faire élire aux municipales. On dit même que, en cas d’élection, Jean-Marie Virapoullé « prendrait » la présidence de la Cirest (comme son papa actuellement) et laisserait son canton de la Cressonnière/Ravine-Creuse/Champ-Borne à un certain Bruno Ramsamy (président de l’école de musique, du Case Cressonnière). Info ou intox ? A suivre !

En face, Eric Fruteau, l’ancien maire (2008-2014) occupe le terrain autant que faire se peut, profite des vacances scolaires pour se rendre dans l’île car il travaille en métropole (éducation nationale). Il compte bien revenir à La Réunion en août prochain, pour la nouvelle rentrée scolaire. A-t-il encore une chance de se rasseoir un jour dans le fauteuil de maire de Saint-André ? « Tout dépendra des moyens dont il disposera pour faire campagne face à la machine municipale que détiennent les Virapoullé», laisse entendre un de ses soutiens, persuadé que « Eric Fruteau aura un coup de main de… la Région ». De la Région ? Quid de Sylvie Moutoucomorapoullé, vice-présidente du conseil régional que Didier Robert avait fait monter dans la hiérarchie politique de la pyramide inversée au plus fort du « bèsement dans la caz » en début d’année entre lui et Virapoullé-père ? Inutile de dire que la position de l’avocate est pour le moins inconfortable dans la mesure où elle a le postérieur entre deux chaises. Entre son patron de la Région, Didier Robert, et son maire Jean-Paul Virapoullé dont elle est l’adjointe – souvent « évitée » d’ailleurs qu’invitée sur les manifestations organisées par la municipalité – elle est contrainte à une contorsion assez douloureuse d’autant que le crêpage de chignon de décembre 2017 et janvier 2018 entre Didier Robert et Jean-Paul Virapoullé n’est aujourd’hui plus d’actualité entre les deux plus grands « amis » du monde. Ce qui fait qu’une discussion-clarification s’impose à présent entre Sylvie Moutoucomorapoullé (qui a un peu l’impression d’^tre considérée comme une marionnette) et le président de Région, puis entre l’avocate et le maire de Saint-André. Dans cette commune, il faudra aussi compter aux municipales sur l’autre candidat Joé Bédier, l’ancien 1er adjoint d’Eric Fruteau, devenu chef de fil de l’opposition municipale depuis 2014. Bédier et Fruteau, les deux communistes, ne se parlent plus. Il est aussi question de la candidature de Michèle Caniguy, l’actuelle conseillère départementale de Cambuston.

« Saint-Denis : Vincent Payet ou Faouzia Vitry ? »

Municipales encore, pour vous parler de Saint-Denis. Dans sa longue lettre qu’il adressa le 18 septembre dernier aux militants « LR », parti qu’il a quitté depuis, Jean-Jacques Morel, écrivait : « seul un rassemblement regroupant la droite et le centre et puisant de nouvelles forces au sein de la population restée jusque là indifférente (les abstentionnistes) pourra déboulonner le maire actuel ». Bien vu ! Ce qui veut dire que, pour l’instant, Gilbert Annette est donc indéboulonnable. Pourquoi ? Parce que ce « rassemblement de la droite et du centre » n’est pas encore né sur Saint-Denis. Ibrahim Dindar (Droite sociale) a déjà annoncé sa candidature à la mairie de Saint-Denis. René-Paul Victoria, l’ancien député-maire du chef-lieu pour sa part n’est plus dans le circuit. Il a été embauché à la Région justement pour se mettre hors-circuit et laissé la place aux jeunes. A Jean-Jacques Morel ? Pas sûr ! Ce dernier écrivait toujours dans la même lettre du 18 septembre : « chers amis dionysiens, ma volonté de mettre un terme à la gestion calamiteuse d’une équipe socialiste en fin de règne reste intacte. 2020 sera une nouvelle étape. Qui sera notre candidat ? Au jour d’aujourd’hui, je n’en sais rien. Je peux seulement vous dire que Didier Robert, dionysien depuis presque 9 ans, n’est pas indifférent au destin de Saint-Denis ».

Tout comme Didier Robert ne serait pas indifférent au destin du Tampon, de Saint-Paul… Et sans doute à son propre destin aussi, en sachant qu’un mandat politique n’est pas un « CDI » mais un « CDD ». Pour revenir à Saint-Denis, selon nos informations, le président d’Objectif Réunion veut un jeune. Il a déjà causé avec ses deux vice-présidents de la Région, à savoir Vincent Payet et Faouzia Vitry, le « Monsieur numérique » et la « Madame coopération régionale ». Cette dernière étant aussi conseillère municipale de l’opposition dionysienne. Qui des deux aura la préférence de Didier Robert ? Que deviendra Jean-Jacques Morel ? Je vous le disais, Gilbert Annette peut encore dormir sur ses deux oreilles.

Une petite dernière pour finir : un DGS d’une importante collectivité locale a été entendu le 3 octobre dernier dans le cadre d’une enquête pour harcèlement. Mais je n’ai pas réussi à savoir si c’était harcèlement moral ou sexuel ? Selon mes rapides investigations menées dans les couloirs de ladite collectivité, j’ai appris que le DGS en question serait du genre « priapique » et que, quand il voit passer des femmes devant lui et un peu trop près de lui, il aurait du mal à se contrôler. Bref, « son main na point le frein », comme on dit en créole. A suivre ! A la semaine prochaine. Et peut-être que d’ici là, Emmanuel Macron aura encore perdu quelques points. Le Président de la République est au plus bas dans les sondages. Les Français le trouvent « trop arrogant ». Mais qu’il se rassure ! Il n’est pas le seul. A La Réunion aussi nous avons des élus « arrogants », qui se prennent pour des rois.

Y.M.

([email protected])

Poster un Commentaire

37 Commentaires sur "Les ministres passent, le chômage augmente…"

avatar
plus récents plus anciens plus de votes
Dindar
Invité
Dindar

La ministre passe , embrasse et la Réunion trépasse toujours !
Je partage votre analyse sur les emplois aidés : en attendant que le taux de chômage baisse à la Réunion , c’est une formule utile en terme d’insertion professionnelle ,de services à la population ( sous réservé effectivement qu’ils soient bien encadrés).

Maloqi
Invité
Maloqi

Il fallait juste voir la pyramide inversée collée à là ministre pour avoir des pistoles supplémentaires…. cinéma pour Bat karé ! Hypocrisie quand tu nous tiens

Sabrina
Invité
Sabrina

Fawzia VITRY ou vincent PAYET à saint dénis!!!!!!! Vive la réélection d’annette Au 1er Tour. Ce sont deux personnages imbus de leur personne, très distant de la population et surtout qui adorent les indemnités. Annette 3ème mandat haut la main

Ti Gayar974
Invité
Ti Gayar974

Lé garanti Sabrina ! si robert i met en têt VITRY ou PAYET , zot na poin l’esperiens, Ti Annete i ropass 1er tour …

mistermaximum
Invité
mistermaximum

Boufff….j’ai pas tout lu !!! concernant les emplois verts, ben désolais, la moitié ou plus des branleurs !!! assis à 9 h du mat en attendant Midi et je cite : Grand Bois, la pointe de Langevin ….
Un peu de respect svp….la ministre tape la bise ????
Le chômage et la pauvreté ??? MDR …regardez l’explosion de vente des voitures neuves à la Réunion….et l’augmentation des crédits conso….
La réunion n’est pas une terre de création d’emploi….et c’est une réalité….si vous croyez mieux faire, ben demandez l’indépendance et vous fouillerez les poubelles pour manger …..bande de …

Ti GUARD
Invité
Ti GUARD

Vincent PAYET à saint Denis : MDR 15 personnes le suivent ( derrière reunion en date sur la plage à saint Gilles lors des régionales où la honte la monte su lu). Essaye toujours n’a rire un bon peu

Ti Gayar974
Invité
Ti Gayar974

mi ve la honte la monte su li !! domou st Zil lé pa la ek gars la !! rod fé dentell dan kartié la plaz. vo mieu li rest sindni lé déza bien….

L'époque
Invité
L'époque

Le Vincent payet blanc comme neige mélangé avec la terre. Mais il sera celui qui sera porté car il en connaît beaucoup trop sur les magouilles de son Dieu… Comme les autres d’ailleurs…

Ti Gayar974
Invité
Ti Gayar974

té L’époque !! … ton MSG lé un pe racist contr lé Yab 974…

L'époque
Invité
L'époque

Non non blanc comme neige mélangé avec la terre est une métaphore. Cela signifie qu’il n’est pas un saint comme il le prétend.

Trompaze
Invité
Trompaze

Si on sait lire un petit peu entre les lignes, on comprend assez facilement que le sujet sur les élections municipales à Saint-André et le titre Jean-Marie se Jean Paulise n’est que de la propagande. Plus les élections se rapprochent, plus vous lirez des articles insidieux sur le fils de celui qui gère la ville de Saint-André depuis un demi siècle et qui attend l’héritage de papa. C’est la population qui décidera et non celui qui aura la plus grosse valise ou le plus gros financeur comme on le laisse entendre.

kamu
Invité
kamu
Rien sur le placement en garde à vue de Luc Guy Fontaine, Mr MONTROUGE? Pourtant vous l’avez défendu il me semble à l’époque où il a débuté son mandat de conseiller régional. Déjà condamné pour abus de bien social, vous aviez indiqué si je ne m’abuse « qu’il n’était pas pire que les autres »! Ah bon? Cette fois on parle de fraudes électorales il me semble… Cela ne fait pas un peu beaucoup pour un élu lambda? Pour rappel, contrairement à ce que pense la majorité des gens, + 95% des élus locaux n’ont jamais été condamnés et ne le seront… Lire la suite »
Koo2gle
Invité
Koo2gle

Oui, je ne veux pas dire du mal de Madame Girardin, mais, effectivement, elle est gentille !

TYRANNOSAURES
Invité

Ibrahim Dindar est toujours dans le collimateur de la justice dans l’affaire de la case de tati Nassimah achetée pour une bouchée de pain. C’est bien celui là même qui voulait faire passer des tests d’ADN aux mahorais.

L'époque
Invité
L'époque

Bel analyse. Concernant les antennes placées dans les paradis fiscaux par cette collectivité sert ni plus,ni moins à mettre un peu de sous des réunionnais de côté pour s’engraisser…..
Concernant le harcèlement, où en est l’affaire du harcèlement sexuel et moral où DR et son cabinet sont impliqué¿
Combien vont-ils donner au procureur pour classer l’affaire cette fois-ci

Ti Gayar974
Invité
Ti Gayar974

sériéu ??

Cocorico
Invité
Cocorico

Otwoi !

noé
Invité
noé

Bof ! Y a-t-il encore des emplois ????

Pro no stick
Invité
Pro no stick

Rien sur la dame promue par son mari cette semaine? Faut il interroger le proc’ sur cette situation…?

Steph
Invité
Steph

Mi conné pas si lé vrai pou Johan guillou. Mais si vraiment c’est le cas, franchement c’est un super gars. Jeune, y gagne koz devant do moune, le gars y connai défendre Band projet et nena les épaules. Li lé populaire. Mi vote pas dhabitude mais là mi va fai un effort pou li. Par contre devien pa un autre Thierry robert. Li té jeune et son tête la gonflé. Défende à nou GUILLOU et nou sera ek ou.

Ti Gayar974
Invité
Ti Gayar974

kissa i lé gars la ?

Boulouk
Invité
Boulouk

Jean marie virapoussin s’affirme de jour en jour, à tel point qu’à la Cressonnière lors d’une réunion tenue à la salle Pierre Rosely quand des jeunes souhaitent lui parler, il fait appel à un fourgon de policiers. Pou zot i suffi mèt in palto pou fé croire domoune ce poupète lé kapab. Zot i fé le plan si la comète, ben hamida 1er adjoint, bruno ramassamy conseiller départemental… si seulement zot té i coné le fonctionnement le case de la cresso que li préside, baro la prison lé grand rouver san tro tarder.

Aïe aïe aie
Invité
Aïe aïe aie

La droite à st leu y perd les élections depuis des années à cause de poudroux. Face à robert bana la jamais eu de candidat qui vaut le coup. Otey désolé mais pontalba indiana et vergoz franchement arrête ça! jamais nous votera pou zot.

La oui!
Invité
La oui!

Une copine me dit de lire l’édito car ça parle des candidats en 2020 à st leu. Dans ma tête je me dis ça sera toujours les même zoizo. Surprise je vois un nom que je connais un peu et qui sort du lot. Johan GUILLOU. J’espère que c’est vrai car c’est le seul de tous capable de me réconcilier avec la politique. Il est jeune, beau, humble. Il a aidé ma famille quand il était chez les forces de l’ordre. Allez M. GUILLOU ma famille et moi on vous soutient.

Retour du sport à st leu
Invité
Retour du sport à st leu

Au moins il y aura à nouveau du sport à st leu. Johan guillou à montré à quel point il défend le sport. Vite fait que 2020 arrive et que st leu retrouve ses belles années avec le volley, le foot mais il y a aussi d’autres sports comme le basket et le hand et les sports individuels qui vont pouvoir enfin revivre!

Ti Gayar974
Invité
Ti Gayar974

un z election su lé sport !! ben nou lé arrivé !!

Olivier
Invité
Olivier

– Pontalba pas à la hauteur du tout mai li pe être su un liste
– Indiana nou connai ke li pense qu’à li et li ve gagne pou profiter
– Vergoz fo pas deconner! Un 2eme Thierry robert gars là. Gros égo!
– Guillou ouais pourquoi pas. Mi connai pa trop mai mi voi kossa li fai. A li le plus crédible.
Mi demande à moin qui sa le lpa y sa mète et pareil pou la gauche. Y sa fai rire la gueule.

Saint André les à nous !
Invité
Saint André les à nous !

À saint André le fiston i peut jean Paulise a li, met chemise teeshirt pantalon short basket c’est pas l’apparence que va convaincre le peuple. Li l’es incapable de reprendre la relève, li sourit devant et critique derrière… tout le monde i connaît son vrai visage… avec le plus gros appareil derrière li c’est la démocratie et le peuple i décide dans l’urne.
À 2020 comme en 2008 !

Le changement
Invité
Le changement

Mme Moutoucomorapoulle devrait se présenter à la mairie de Saint André. On a besoin de changement, d’une femme, d’une jeune, d’une intellectuelle,d’une personne proche de la population et qui connaît bien les dossiers plutôt que ces opportunistes, ces hommes arrogants, avides de pouvoirs et de notoriétés et qui n’ont rien à faire de la population.
En 2020 une femme ?

The Mask
Invité
The Mask

Par le terme « se jean paulise » je comprends « essaie de se changer en une autre personne que l’on est pas ».
Porter un masque, jouer sur l’apparence, sur une certaine allure, un certain style vestimentaire, un air investi, poli, attachant ne sert à rien quand on voit l’héritage que votre père vous a laissé (une ville en ruine). « Se jean pauliser » n’est donc pas à votre avantage et le vrai personnage que vous êtes également.

RIVIERE
Invité
RIVIERE

Depuis l’élection de Monsieur Jean Luc poudroux le peuples st leusiens commencent à comprendre l’erreur qu’ils ont fait
Mais voilà que 2020 , arrive à grand pas et là ils apprennent qu’un nouveau candidat se positionne alors que celui ci n’est pas de st leu et qui ne connaît rien dans les affaires de la commune
A part connaître et encore le poids d’un ballon de basket
Et surtout un ancien gendarme s’ approuve que c’est pas un politicien
St leusien et st leusiennes faites très attention c’est un 2 ieme MACRON

A médité

Trop fort ou
Invité
Trop fort ou

Et Thierry robert avant d’être maire li té politicien li??loooll
Et bruno domen quel politicien li té avant? D’ailleurs li lé toujours pas loool

St leusien
Invité
St leusien

Mi connai à li très bien mais à ou non on dirait. Où dit c pas un politicien mais où fini en disant li lé un 2eme macron.
Où dit li habite pas st leu et pourtant li habite pas loin la case.
Et li jure le gouvernement tout le temps dan médias et réseaux sociaux.
Tracasse pas. Li fai peur à ou tant ke sa monsieur faux rivière mais vrai futur candidat?

Sardine
Invité
Sardine

Allez GUILLOU mette sardine dehors. Et si la droite y ve gagner c su ou fo miser.

Ni droit ni gauche
Invité
Ni droit ni gauche

À st leu on ne veut pas de parachuter, ni d’aspère cuit

St leu
Invité
St leu
Belle ouvrage Yves montrouge peut être ou les dans la réalité mais ts à fait je dirais pour St leu les vrais ou met un tas coq dans le rouge mais où même où mis pas puisque ou incertitudes ou défini pas réellement n’ena les dans rond pour faire dentelle n’ena les dans rond et ça depuis des années pour travailler pour démontrer le vrais du faux pour le peuple et n’ena ça y tire au Qui comme dit la romance et ça y fait de vrai non pas pour faire le fion ou dentelle ou le clown mais y… Lire la suite »
Johnny
Invité
Johnny

La mairie n’est pas un bien de fond.
Comment peut on dire que que Jean paul peut passer la mairie à son fils ?
Il n’a pas les capacités pour et on le lui fera comprendre car la mairie appartient aux habitants de saint André et on l’a déjà démontré auparavant.
La presse n’a pas subi ce qu’on a vécu pendant 5 ans, donc faites vos plans sur la comète, nous sommes toujours maîtres de notre destin.