L’histoire de Télé Free Dom : Rétrospective 1991. Episode N°6 : La saisie des émetteurs de Télé Free Dom (24 février 1991)

dans Actualités/Infos Réunion/Rétrospective 30 ans Télé Free Dom

Rappels des faits :
Télé Free Dom existe depuis cinq ans (elle est née le 13 mars 1986) avec le soutien de l’ensemble de la classe politique locale.
C’est une télévision gratuite qui émet 24 heures sur 24 et dont la liberté d’expression est la règle.
Télé Free Dom suscite un élan populaire considérable (manifestations monstres…)
Télé Free Dom a demandé l’autorisation d’émettre 3 fois : la première fois devant la Haute Autorité, puis devant la CNCL (la commission nationale de la communication et des libertés) et enfin devant le CSA (conseil supérieur de l’audiovisuel).
Malgré les promesses des élus et malgré le soutien de la population, les émetteurs de Télé Free Dom sont saisis le 24 février 1991.

Rappel de la Chronologie des faits :

1990
-2 mars : le projet  Télé Free Dom est rejeté. Le CSA tranche en faveur du projet de télévision payante Antenne Réunion–Canal+.
-4 mars : début des « Télé Riposte » (direct permanent)
-7 mars : manifestation des casseroles : 15 000 personnes au Barachois  en faveur de Free Dom. 12 municipalités apportent un soutien logistique. La manifestation dégénère en fin de soirée.
-20 mars 1990 : Camille Sudre rencontre à Paris Jacques Boutet le  président du CSA et Catherine Tasca ministre de la communication. Des assurances ont été données sur l’avenir de Télé Free Dom
-16 novembre :  le CSA porte plainte contre Télé Free Dom pour « émission illégale » et demande la saisie des émetteurs. Michel Rocard signe lui-même la lettre de saisie des emetteurs

1991
-3 janvier : réunion au sommet à la préfecture avec les représentants des 24 communes
-1er février : À la demande du CSA, Free Dom abandonne le canal 25 attribué à Antenne Réunion–Canal+
-13 février : le CSA demande l’arrêt des émissions de Tele Free Dom pendant au moins trois mois et maintient sa demande de saisie des émetteurs
-18 février : Camille Sudre appelle à la manifestation « pacifique et non violente » pour le 23 Février
-20 février : la manifestation est interdite par la préfecture en raison de risques  de « trouble à l’ordre public ». Camille Sudre annule la manifestation.
-21 février : arrêt des émissions de Télé Free Dom. Camille Sudre cède à la demande du CSA.
-23 février : 500 manifestants bravent l’interdiction préfectorale. Il y a eu quelques débordements sans gravité.
-24 février (dimanche matin) : saisie des émetteurs de Télé Free Dom. Début d’émeutes très graves et très violentes (pillages, incendies) qui dureront trois jours. On déplore huit mort dans l’incendie d’un magasin de meubles.

-27 février  : Europe 1 coupe la liaison avec Radio Free Dom
-26 février : visite éclair de Louis Le Pinsec, ministre des Dom Tom
-3 mars : Camille Sudre demande par référé la restitution du matériel saisi (Maître Jacques Vergès)
-10-12 Mars : Une commission d’enquête parlementaire arrive à la Réunion, elle est conduite par Michel Sapin
-17 Mars : visite éclair de Michel Rocard, premier ministre.
-18 mars : nouvelle vague de violences à Saint Denis. Les troubles durent une semaine.
-21 mars : visite de Danielle Mitterrand à la réunion. Le calme se réinstalle.
-7 avril : interview sur la cinq, à Paris, de Camille Sudre par Jean-Pierre Elkabach
-9 avril : Camille Sudre est reçu à l’Élysée par François Mitterrand.
-30 juillet : le procureur de la république à Saint-Denis refuse à la restitution du matériel saisi (Jacques Shiano).
-Septembre : mutation et départ du préfet Daniel Constantin.
-26 septembre : le procureur Schiano apparaît dans une sale affaire de trafic d’influence.
-1er octobre : le tribunal de Saint Denis se déclare incompétent concernant la saisie du matériel.
-14 octobre : le personnel de Télé Free Dom est mis en chômage technique.
Dans la vidéo qui suit vous allez voir une compilation des journaux de RFO, d’Antenne Réunion, de la Cinq et d’archives privées après la saisie des émetteurs de Télé Free Dom, notamment par ordre chronologique :

–RFO : le premier journal du soir après la saisie des émetteurs (Pierre Gault)
–Le préfet Constantin accuse Camille Sudre (Gilbert Hoair)
–Bruno Minas (RFO) : « possible couvre feu à St Denis »
-Louis le Pensec (ministre des DOM-TOM) accuse Camille Sudre
–Le préfet Daniel Constantin refuse une rencontre avec Camille Sudre
–Jean-Claude Fruteau accuse Camille Sudre de mégalomane
–Jean-Paul Virapoullé accusé Camille Sudre « d’aventurier venu d’ailleurs »
– le préfet Constantin : « radio Free Dom  est une honte pour notre démocratie »
–Jacques Vergès avocat de Freedom
–Paul Vergès alerte les autorités
–Guy Jarnac : « qui a ordonné la saisie des émetteurs ? »
–Alex Cromwell (RFO) : « Gilbert Annette a été informé de la saisie des émetteurs de Télé Free Dom »
– Déclaration de Jean Chatel (union patronale) qui avoue que c’est lui qui a organisé le boycott de Radio Free Dom (ce qui est complètement illégal, mais il ne sera jamais poursuivi malgré une plainte à la DGCCRF)
–Maître Jacques Vergès au Free Dom Club
-Picnic à la Jamaïque des partisans de Télé Free Dom  en attendant le passage de Michel Rocard (premier ministre) dans sa voiture  officielle, mais il a préféré prendre l’hélicoptère.
– interview de Camille Sudre par Jean-Pierre Elkabbach (la Cinq)
–Camille Sudre sur Antenne Réunion dénonce le scandale de la SEMPA et les magouilles du conseil Général qui a payé le matériel et les locaux d’antenne réunion (la SEM a été liquidée en catimini par la suite : personne n’a été poursuivi ni condamné ).
–Début des émission de Canal+ en CRYPTÉ !
– Image du procureur Schiano qui a ordonné la saisie des émetteurs de Télé Free Dom
–Camille Sudre à la préfecture avec le successeur de Daniel Constantin ( le préfet Jacques Dewattre)
– François Mitterrand s’exprime après les événements du Chaudron

Épilogue :
– le préfet Daniel Constantin a été muté (sa gestion de l’ordre public avec ses victimes a entraîné une grave crise gouvernementale et un affrontement François Mitterrand–Michel Rocard en plein conseil des ministres)
–Le procureur Schiano a été mis à la retraite anticipée (il a été mêlé dans une sale affaire de livraison de voiture de sport : une Toyota Celica rouge !), il a été remplacé par le procureur Legras qui a restitué les émetteurs de Télé Free Dom
–Le CSA  (Jacques BOUTET) a été sanctionné pour saucissonnage d’appel d’offres et a dû recommencer la procédure

-la SEMPA sera dissoute
– Jacques de Chateauvieux, patron de Antenne Réunion a été condamné à de la prison ferme pour corruption (le procès en appel qui s’est déroulé à Paris lui a évité la prison ferme)
– la classe politique a été décimée par l’opération « mains propres » anticorruption du procureur Legras

-Camille Sudre sera élu Président du Conseil Régional.


 

Pour rappel :

Voyez comment ont été présentés les événements du Chaudron sur France 2, avec ce reportage national de Véronique GAGLIONE , envoyée spéciale de France2,  sur les émeutes au chaudron à la Réunion en 1991

 

Camille Sudre reçu à l’Elysée (reportage France 2)

 

25 Février 1990 : après les émeutes du Chaudron, Camille Sudre sera reçu à l’Elysée par un collaborateur du président de la République.

 

Suite au prochain épisode le Samedi 7 Janvier 2017

Autres épisodes à revoir dans l’onglet LA SAGA sur freedom.fr

 

 

 

4 Commentaires

  1. Bonne prouesse de notre Camille qui a réussi à libérer les chaînes des infos ! On le remercie de tout cœur !
    Vive notre Freedom !
    Longue vie à Freedom !

  2. Ils ont donc osé ! Je savais qu’il allait y avoir une fin brutale de Télé Free Dom avec la saisie des émetteurs… Mais à ce point là !!!
    On a donc remplacé Tele FreeDOM une télévision gratuite par une télévision payante (Canal+) dirigée par De Chateauvieux…Et avec de l’argent public (la SEMPA)
    Bravo la magouille… Et tout le monde aurait donc trempé dans cette magouille : le préfet, le procureur, le CSA, le premier ministre, de Chateauvieux, les élus, le Conseil Général … Télé Free Dom ne pouvait pas s’en tirer…
    Mais le plus comique c’est que les émetteurs de télé Freedom ont été rendus 1 an plus tard !
    À l’époque on avait bien à faire à un état voyou au plus haut niveau, des élus et des chefs d’entreprise corrompus, mais les choses ont-elles changées aujourd’hui ?
    Ce qui est révoltant c’est que l’aventure de télé Free Dom s’est terminée par une véritable tragédie (8 morts) et on a tout fait pour étouffer cette histoire.
    En tout cas merci Freedom pour nous rappeler cette page noire de l’histoire de la réunion, même 30 ans apres…
    Et tout ça pour quoi ? : pour empêcher les Réunionnais de s’exprimer ou pour que Canal+ fasse du fric ?
    Je ne connaissais pas l’histoire de télé Free Dom dans les détails, j’étais trop jeune, mais là j’en ai des frissons dans le dos…Ce niveau de violence pour une troisième chaîne alors que aujourd’hui on en a 150, on se pose des questions…

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*