Lutte contre la conduite sous l’emprise de stupéfiants : utilisation de nouveaux tests salivaires

dans Actualités/Infos Réunion

La préfecture annonce l’utilisation de nouveaux tests salivaires dans  le cadre de la campagne de sensibilisation « fumer du zamal est illégal, sur la route ça peut être fatal » menée du 5 au 18 novembre 2018 à La Réunion. Il s’agit d’une nouvelle disposition pour renforcer les contrôles routiers sur la conduite sous l’emprise de stupéfiants.

Les forces de l’ordre utiliseront donc un nouveau kit de dépistage salivaire mis à leur disposition depuis le mois de mai dernier. Le test détecte les différents types de drogues en quelques minutes, que ce soit le cannabis, la cocaïne, les opiacés, l’ecstasy ou les amphétamines. En fonction des drogues prises et de leur usage, le conducteur peut être contrôlé positif plusieurs heures après la prise de stupéfiants voire jusqu’à plusieurs jours. Le nouveau procédé permet désormais d’éviter la prise de sang et d’emmener un suspect dans un milieu médicalisé.

Méthodologie du test salivaire :

1. Le dépistage salivaire est effectué à l’aide du test « DRUGWIPE 5 S », il consiste en un prélèvement succinct de salive. Ce test est un préalable incontournable pour la vérification salivaire.
2. Si le test est positif, un second prélèvement salivaire est effectué.
3. Ce dernier prélèvement est transmis à un laboratoire en métropole.
4. Les résultats sont ensuite adressés à l’unité verbalisatrice quelques jours après la constatation des faits.

Les risques de sanction sont lourds en cas de contrôle positif :

✔ Un conducteur contrôlé positif aux stupéfiants perd automatiquement 6 points sur son permis de conduire.
✔ Il risque jusqu’à 3 ans de suspension de permis, voire l’annulation avec interdiction de le passer durant au moins 3 ans. Il risque aussi jusqu’à 2 ans d’emprisonnement et 4 500 euros d’amende. Cette peine peut aller jusqu’à 3 ans et 9 000 euros d’amende si l’alcoolémie du conducteur est positive.
✔ Le conducteur impliqué dans un accident mortel après avoir fait usage de stupéfiants risque jusqu’à 7 ans d’emprisonnement et 100 000 euros d’amende, voire 10 ans d’emprisonnement et 150 000 euros d’amende si son alcoolémie est positive.
✔ Tout refus de se soumettre aux vérifications est passible de 2 ans d’emprisonnement et de 4 500 euros d’amende, c’est-à-dire les mêmes peines que dans le cas où le prélèvement confirme l’infraction.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar