Marie-Rose, la grand-mère d’Eliana : « ma petite fille ne méritait pas ça ! »

dans Actualités/Infos Réunion

Une marche blanche sera organisée ce samedi à partir de 15 heures, place de la mairie de Saint-André, pour rendre hommage à la petite Eliana et pour dénoncer toutes formes de violences en général et la maltraitance des enfants en particulier.

19 heures, hier soir, jeudi 12 avril, l’heure des actualités à la télé. Marie-Rose, la grand-mère paternelle de la petite Eliana, décédée le 28 mars dernier suite à des coups selon un rapport médical, a les yeux rivés sur son écran. Elle regarde le journal d’Antenne Réunion. Premier gros titre du JT : la maman et son compagnon, le ti-père de la petite Eliana déférés au parquet de Saint-Denis, après avoir été en garde à vue durant deux heures au commissariat de police de Saint-André, viennent d’être mis en examen pour violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Les deux adultes ont été écroués à la prison de Domenjod.

Marie-Rose, le visage triste, le regard vide, écoute, impassible et silencieuse. Mais son silence est assourdissant tant sa colère intérieure mâtinée de tristesse est profonde. Elle aurait envie de crier sa douleur mais elle n’a plus de force. Depuis la mort de la petite Eliana, elle est sous anti-dépresseur. « Je ne dors plus et je ne mange plus », dit-elle, assise dans le canapé dans son salon d’un petit appartement où elle a été provisoirement relogée le temps de la réhabilitation de sa case du côté de la Rivière-du-Mât-les-Bàs à Saint-André.

Marie-Rose n’arrive plus à trouver le sommeil car elle ne peut s’empêcher de penser au « calvaire » qu’a dû endurer durant tous ces mois la petite fille Eliana, l’enfant de son fils ; Lequel se trouve en prison depuis huit mois car il avait frappé d’un coup de poing un homme avec qui sa compagne, la maman d’Eliana, l’avait trompé.

Depuis huit mois le papa d’Eliana n’a plus revu sa « petite princesse ». Quant à Marie-Rose, elle ne l’a plus revu non plus depuis au moins un an. « Sa maman ne voulait pas que je la fréquente », lâche la grand-mère paternelle. Avant de poursuivre : « j’avais vu Eliana pour la dernière fois en janvier 2017, c’était le 1er jour de l’année. Sa maman l’avait conduite jusqu’à devant chez moi. Elle a vu mon petit chien, un Pinscher, dont elle ne voulait plus s’en séparer. Au final, je le lui ai donné. Elle était contente. Ce jour là, même sa maman était rentrée s’asseoir un instant… J’ai appris plus tard que l’homme avec qui il était lorsque mon fils est rentré en prison avait tué le Pinscher. Eliana était malheureuse. Je n’ai plus jamais eu, depuis cette date, l’occasion de l’approcher, de lui parler. Sa maman ne voulait pas ».

Marie-Rose se souvient : « j’avais compris que quelque chose n’allait pas. Lorsque j’avais vu Eliana, ma petite fille, ce 1er janvier 2017, sa robe était sale, ses cheveux pas peignés. J’avais compris que la petite était en danger. A plusieurs reprises, j’ai alerté les services sociaux, j’ai composé le numéro vert. Rien n’a été fait ou n’a pas été fait à temps. Eliana a eu le temps de mourir dans les conditions qu’on connaît aujourd’hui ». Le rapport d’autopsie confirmé par des examens supplémentaires effectués en métropole est sans appel : foie perforée, blessures internes sur plusieurs organes, hématomes… « Ma petite fille ne méritait pas ça. Même si elle était sale, pas du tout entretenue lorsque je l’ai vue, elle respirait malgré tout la joie de vivre, celle d’un enfant de son âge. Elle avait un peu plus d’un an. Je la vois encore sourire devant le paquet de gâteaux que je lui avais donné. Elle était toute contente ».

« La maman d’Eliana est de nouveau enceinte »

Marie-Rose ne comprend pas pourquoi les services sociaux n’ont pas réagi plus rapidement, pourquoi ils n’ont pas « libéré » la petite Eliana de « l’enfer que lui ont fait vivre sa maman et son ti-père, un homme connu des services judiciaires pour être un violent, quelqu’un qui avait déjà maltraité un autre gamin ? Quand je pense aujourd’hui aux souffrances que ma petite fille a endurées, mon cœur est gros, je n’en peux plus ». Marie-Rose ne comprend d’autant pas l’inaction des services habilités pour la simple raison que cette « maltraitance » se faisait apparemment aux yeux de tout le monde. « La maman de la petite Eliana buvait, tout comme son compagnon. Tous deux fumaient des joints. Ils étaient quasiment tout le temps sous l’emprise de l’alcool et des stupéfiants. Ils trainaient dans les bars avec la petite poussette qu’ils leur arrivait d’oublier sur place. D’après les voisins, la petite fille était régulièrement battue, sa maman ne changeait pas souvent sa couche… Le 28 mars dernier, lorsque les pompiers sont arrivés chez eux, Allée des Robert, à Rivière-du-Mât-les-Bàs, la fillette, dit-on, était déjà morte depuis 4 heures avant l’intervention des secours. Que s’est-il passé exactement ?…

Elle a été enterrée le jour du vendredi Saint. Et comme par hasard, le jour de son décès, les services sociaux ont retiré son petit frère, âgé de moins d’un an, de la garde de sa maman avant d’être placé dans une famille d’accueil. Eliana n’a pas eu cette chance. Elle en est morte… Le papa d’Eliana, mon fils, qui est emprisonné, a demandé à assister aux obsèques de sa princesse. Il voulait dire adieu à Eliana, la prendre une dernière fois dans ses bras. La justice a refusé. Il ne va pas bien du tout ».

Lorsque la télé a annoncé la décision du juge d’instruction d’écrouer les deux adultes, Marie-Rose n’a pas tout de suite réagi. Quelques secondes plus tard, elle a déclaré : « que justice soit faite ! On m’a dit que la maman d’Eliana était de nouveau enceinte, cette fois de son nouveau compagnon. Visiblement, le juge n’en a pas tenu compte. Preuve que les charges qui pèsent contre elle doivent être considérées comme très sérieuses. La roue finit toujours par tourner un jour ou l’autre », soupire Marie-Rose.

La grand-mère paternelle ainsi que ses enfants qui vivent à La Réunion, sans oublier ses sœurs et frères, se mobilisent actuellement pour que la marche blanche prévue ce samedi 14 avril, à partir de 15 heures sur la place de la mairie de Saint-André, rassemble le plus grand nombre possible de personnes afin de dénoncer toutes les violences et, en particulier, la maltraitance des enfants. « Ce sera notre façon à nous de rendre hommage à Eliana qui ne méritait pas de mourir ainsi ».

Y.M.

Poster un Commentaire

8 Commentaires sur "Marie-Rose, la grand-mère d’Eliana : « ma petite fille ne méritait pas ça ! »"

avatar
plus récents plus anciens plus de votes
Jeune maman triste
Invité

Courage madame,au papa,la famille…ma poin d’otre mot le coeur trop gros (je suis aussi maman d’une petite)
Mi t atend que de sa!que les résultats t ariv vite et t foute en dans!
Que justice soit faite!!la bas dans mi souhaite et mi Spère que personn va file azot band malediction!
Carré V.I.P en enfer i atend azot

Rip petite ange,repose en paix.

Paille en queue
Invité
Paille en queue

Pauvre petite ça ne devrait jamais arriver de telles atrocités…comment les services sociaux justifient ils leur inaction dans cette affaire? Honte à eux! Courage à la grand mère et au père de cette petite qui j’espère trouvera là haut l’amour et la paix qu’elle n’a pas eu ici.

Mina
Invité
Mina
Étant maman moi même j’ai les larmes au yeux en lisant cette information ! Courage à Marie rose la mamie et au papa d’ Eliana j’ai pas d’autre mot , même si je ne vous connaît pas je suis triste parce que un enfant est innocent elle n’a pas demander sa naissance fallait l’abandonner avec sa mamie mais pas l’a maltraitée. il y a des gens qui n’ arrive pas à faire d’ enfant!! et zot zot néna la chance et le bonheur de gouter la joie d’être parent et regarde quoi zot i fait !!!!!c’est triste J’en ai gros… Lire la suite »
Observateur
Invité
Observateur

Ce genre de parent est pauvre a tout niveau. Ce genre de parent utilise l’enfant pour prétendre des allocations, argent des autres. Ce genre de parent n’a jamais rien pour soigner, enfanter, câliner, aimer, adorer, protéger, éduquer, nourrir correctement…
Ce genre de parent connaît la souffrance d’être minable

Virginie
Invité
Virginie

Pauvre petite
Repose en paix petit ange
Bravo à la justice française d’avoir privé un père de l’enterrement de son enfant!!! Jai honte …
J’ai été bouleversé en lisant cette histoire

Tomawak
Invité
Tomawak

Les triste seulement tout ca pauvre tibout choux, d toute facon en prison la tjour exister un code,malgres les la geole, i aime pas violeur,tueur d’enfant,agression grasmoune, cava juge azot un deuxieme fois labas dan, meme si i ramera pas le ptit ange, courage madame et hesite pas porte plainte contre tout ceux qui ont eu un role( service sociaux et la clic…)mi pose amoin la kestion comment demoune gagn fait un naffaire com ca, ca be’bete ca!!

Defois la vérité fo Di
Invité
Defois la vérité fo Di

Perso mi comprend pas pk i dit le papa la rentre en prison pck la trompe à l’i hors ke n avait des plainte de maltraitance envers le monmon ek le z’enfant à plusieurs reprises demoune préfère oir cette i Di cette i ecrit perso le grand mère li konai la vérité pkouer t oi pas malheureux pou cette la arriver mes faux dit la vérité aussi madame non

LE FAUCON
Invité
LE FAUCON

malheur à celui qui touche un enfant dit la chanson de ENRICO MACIAS …..