(VIDEO)/Cyrille Melchior a rendez-vous à l’Elysée et à Matignon

dans Collectivités/Conseil départemental/Politique/Vidéos

Le président du Département sera, demain en fin d’après-midi, à l’Elysée où il participera, à l’invitation du Président de la République, au Grand Débat National consacré à l’Outre-mer. Le chef de l’Etat a invité de nombreux élus Outre-mer. Une douzaine de maires de La Réunion et l’exécutif du Département en fera également partie. A l’Elysée, Cyrille Melchior parlera notamment du RSA et surtout du manque à gagner de l’Etat. En fait, depuis le versement de cette allocation à La Réunion, il manque chaque année plus de 150 millions d’euros car l’Etat ne compense pas à l’euro constant ce que le Département attribue à sa place. C’est donc un des principaux messages que le président Melchior va transmettre à Emmanuel Macron. Il est au micro d’Yves Mont-Rouge :

 » RSA : 6 000 bénéficiaires de plus en un an »

Après l’Elysée, vendredi, Cyrille Melchior sera à Matignon lundi matin où il prendra le petit-déjeuner avec le Premier ministre Edouard Philippe afin de défendre d’autres dossiers de La Réunion, outre le manque à gagner du RSA. (Voir la vidéo ci-dessous).

Avant de prendre l’avion ce jeudi soir pour Paris, le président du Département, au pouvoir depuis décembre 2017, a présenté ce midi ses vœux aux représentants de la presse locale lors d’un déjeuner à la Villa du Département.

L’occasion pour lui de rappeler les grands dossiers du Département. Tout d’abord le Pacte de solidarité territoriale (PST) :  » les 24 PST ont été validés et signés en l’espace de 6 mois, un temps record que je tiens à mettre à l’actif des services départementaux et des communes partenaires. C’était un marathon intense, parfois difficile, mais un marathon utile pour nos 24 communes. Ce sont pas moins de 90 millions d’euros de financements départementaux qui sont actuellement débloqués pour les territoires et leur population, dans le cadre de projets sociaux, d’aménagement et de développement. C’est une manne financière non négligeable qui bénéficie aussi directement à l’économie réunionnaise, au monde du BTP en particulier, puisque près de 60 millions d’euros sont consacrés à financer des travaux de construction, de rénovation de bâtiments et équipements, mais aussi à l’amélioration des voiries et des réseaux divers », a-t-il précisé.

Concernant le volet agricole, il a tenu à saluer « la forte mobilisation de notre vice-président Serge Hoareau et des services qui ont su être réactifs face à l’ampleur catastrophique de la saison cyclonique précédente. Notre agriculture aura rarement autant souffert des pluies et des vents ». Le président Melchior n’a pas manqué de rappeler que « la réaction de notre collectivité fut à la hauteur des attentes et des demandes du monde agricole. Nous nous sommes mobilisés, en lien avec la Chambre d’Agriculture, afin de débloquer 5,5 millions d’euros d’aides d’urgence, ce qui a permis d’accompagner 1300 producteurs de fruits et légumes, 50 éleveurs, 500 planteurs, et de réparer près de 80km de chemins d’exploitation. Cela illustre l’importance que nous accordons à l’agriculture réunionnaise. Cette agriculture nourricière pour notre île et notre population. Nous devons la soutenir, coûte que coûte, malgré les aléas, car l’avenir de notre territoire s’écrira nécessairement avec celui de l’agriculture réunionnaise. C’est la raison pour laquelle en 2019, comme les années précédentes, nous seront extrêmement volontaires dans ce domaine avec le déploiement des fonds FEADER qui sont d’ores et déjà engagés à plus de 50% (190M€ sur une enveloppe de 385M€), une présence toujours plus forte au Salon International de l’Agriculture qui s’ouvrira dans les prochaines semaines , et la poursuite de la réflexion que nous avons engagées au sujet de l’agriculture réunionnaise de demain. C’est un enjeu sociétal majeur qui exige notre mobilisation totale et constante ».

« 16,5 millions d’euros pour le Plan pauvreté »

Il a aussi été question du Plan pauvreté dont il sera question lors de sa rencontre, lundi, avec le Premier ministre.  » Notre Département a été choisi pour faire partie des dix territoires démonstrateurs. A ce titre, nous contractualiserons avec l’Etat afin de fixer des objectifs et une ligne budgétaire consacrée à un renforcement de la solidarité sociale en faveur des plus vulnérables. Nous entendons ainsi instaurer une réelle complémentarité entre nos dispositifs et les possibilités offertes par ce plan pauvreté sur trois volets : l’accompagnement renforcé des enfants de l’Aide Sociale à l’Enfance et des jeunes en situation de décrochage scolaire ou d’exclusion; Le soutien aux familles et à la parentalité afin que la cellule familiale soit préservée et vecteur d’épanouissement et de bien-être humain et Le renforcement de notre service public de proximité afin de mieux orienter nos publics et ainsi répondre efficacement à toutes les urgences possibles Ce sont près de 16,5 millions d’euros qui seront consacrés cette année à cette politique volontariste, ambitieuse et solidaire. Il s’agit de renouveler les fondements du pacte social qui nous lie aux Réunionnais, pour qu’il soit plus humain, plus altruiste et plus efficace. L’efficacité de ce pacte social est nécessairement conditionnée à une gestion saine, rigoureuse et responsable des finances départementales. Dans mes différentes fonctions, j’ai toujours porté un regard très attentif à cette bonne gestion des deniers publics. Je défends une logique de transparence qui se traduit par le respect des principes d’équilibre et de sincérité budgétaire », a insisté Cyrille Melchior.

Enfin, le président du Département a aussi mis l’accent sur la coopération régionale en saluant le travail de son vice-président Daniel Gonthier. Il a félicité chaleureusement le nouveau Président de la République de Madagascar, Andry Rajoelina. « Je salue une élection qui s’est déroulée sans heurts majeurs et une légitimité acceptée par tous, tant les candidats défaits que la communauté internationale. C’est une ère nouvelle qui s’ouvre pour Madagascar. Une ère, nous l’espérons de prospérité et de changement. Une ère qui augure également une grande lame de fond pour les relations internationales à bâtir pour l’avenir. Nous ne devons pas nous tromper sur les enjeux de ce développement avec la Grande Ile. Ce pays continent est une chance pour notre territoire, tant ses potentialités sont immenses dans bien des domaines. Je pense notamment au domaine agricole. Madagascar a toujours été le Grenier de l’Océan Indien. Je me rappelle d’ailleurs quand j’étais enfant, le riz que je mangeais ne venait pas d’Asie, mais bien de Madagascar. Aussi, dans cette réflexion qui s’engage, nous devons nous poser les bonnes questions. Comment faire, non pas, pour nourrir une ville, mais pour nourrir un bassin de vie ? Il y a des complémentarités à bâtir sur l’ensemble de la zone afin que nous puissions nourrir durablement nos populations, et ainsi renforcer la sécurité alimentaire de notre bassin. Saisissons nous pleinement de cette dynamique qui s’engage avec la Grande Ile pour porter une ambition nouvelle pour nos territoires. Il en va de l’avenir de notre communauté de destin ».

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Radinasse Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
Radinasse
Invité
Radinasse

Une réunion qui coûte un peu trop cher aux contribuables …. il est temps de fermer les robinets ! pardon les Vannes !