Centre de gestion : Michel Dennemont voit rouge

dans Actualités/Politique

Dans  une tribune envoyée à l’ensemble de la presse ce dimanche, le tout nouveau sénateur Michel Dennemont, et maire des Avirons, dit s’étonner que  » dans une certaine presse du samedi matin, des journalistes, sous couvert « d’investigation », puissent commettre des erreurs d’appréciation aussi grossières, en apportant au lecteur des éléments d’information déformés et erronés.On y voit là manifestement une volonté délibérée de créer la confusion, et ce, dans le seul but de nuire à mon image.L’objectif est de mettre en cause mon intégrité et ma qualité de gestionnaire pourtant reconnue depuis trente ans par l’ensemble des institutions et par la population. »

Je tiens à préciser, indique encore Michel Dennemont, que c’est moi qui ai conseillé à la Présidente du CDG, Madame Viviane MALET de saisir la Chambre Régionale des Comptes, suite à la période de gabegie sous la présidence de Thierry VAÏTILINGOM. Je souligne que lorsque j’ai quitté la présidence de cet établissement, le compte administratif enregistrait un excédent cumulé de 7 millions d’euros.

Mon mandat s’est achevé en juin 2014. Or, les faits reprochés par la CRC (recrutement de personnels de cabinet, quasi doublement des effectifs, embauches clientélistes, voyages dispendieux…) concernent le Président qui m’a succédé. Pour ma part, j’affirme solennellement avoir géré cet établissement « en bon père de famille », soucieux des deniers publics, de l’intérêt des collectivités, des agents et de ceux qui les représentent, tout en reconnaissant humblement que la perfection n’est pas de ce monde.Ainsi, je suis fier d’avoir, notamment, renforcé le service de médecine préventive afin d’assurer le bien être au travail des agents territoriaux. De même, je suis fier d’avoir signé la première convention avec le Fonds pour l’insertion des personnes handicapées, afin d’intégrer dans la fonction publique les personnes porteuses d’un handicap et de mieux préserver leurs droits.Une lecture attentive et objective du rapport de la Chambre régionale des comptes permettrait, sans difficulté aucune, de clarifier la responsabilité de chacun des présidents du CDG, au regard de la période considérée.

Si les « investigateurs » avaient pris le soin de lire ce document en toute objectivité, plutôt que de se l’échanger sous le manteau, sur un coin de table d’une taverne, je suis convaincu que leur « papier » aurait été écrit avec plus de sincérité et d’honnêteté.

Cela étant, il est fort regrettable que des liens occultes puissent ainsi prévaloir sur l’éthique, les droits et devoirs auxquels tout fonctionnaire est tenu de par la loi.

De même il est fort regrettable que certains « journalistes », peu nombreux il est vrai, puissent s’écarter à ce point de leur devoir de vérité et de vérification des informations dispensées aux lecteurs, au mépris de toute déontologie, dans le seul dessein de servir des intérêts particuliers » conclue le sénateur.

LIRE AUSSI / Nassimah Dindar et le JIR

2 Commentaires

  1. Le Revenant du JIR – on le sait, il était parti et il est revenu – le Revenant du JIR, je le répète, c’est grand-père KAL des cocotiers, notre bon papy KAL. Il aime faire bruire ses chaînes, à minuit pile. Il a ses foies jaunes. Il les torture comme faisait grand-mère KAL. Et qui sont ses foies jaunes ? Les cocos bien rouges et ceux qui ont pactisé un jour ou l’autre avec les diables de cocos. Dennemont est de ceux-là. D’où le bruissement fracassant des chaînes de grand-père Kal. Horribile dictu, dirait-on du côté de la roche tarpeienne !

    Et le Revenant des cocotiers a son grand copain, le phénix des cocotiers, Didier Robert. Et les ennemis du phénix sont automatiquement des foies jaunes. Bien les assourdir, c’est une manière d’encenser le merveilleux phénix. Merveilleux, il l’est, en effet : du haut de sa pyramide inversé, il a laissé tomber un gros fromage, qui s’est glissé accidentellement entre les pattes du rusé renard du JIR, deux millions d’euros ! Entre copains, il faut savoir s’entraider !

    Vous en saurez davantage en consultant, via Google, les « courriers de La Réunion ».

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*