Migrants Sri Lankais : Thierry Robert interpelle le préfet

dans Courriers des lecteurs

C’est en tant que président de la nouvelle association « Dobout…& Solider » que Thierry Robert interpelle, dans une tribune libre, Amaury de Saint-Quentin, représentant de l’Etat à la Réunion sur la situation des migrants Sri Lankais. Voici sa tribune :

« Depuis fin 2018 le problème des migrants s’est invité dans l’actualité réunionnaise.
Osons faire un récapitulatif de la situation réelle.
Il n’existe pas de définition juridique officielle du terme.Selon les Nations Unies, le mot « migrant » désigne « toute personne qui a résidé dans un pays étranger pendant plus d’une année, quelles que soient les causes, volontaires ou involontaires, du mouvement, et quels que soient les moyens, réguliers ou irréguliers, utilisés pour migrer »
Compte tenu de ce flou, nous nommerons ici « immigré » (clandestin ou non) celui qui vient d’un pays autre que le pays d’accueil dans lequel il s’est installé et « migrant celui qui accompli l’action de migrer mais qui ne sait pas encore si il sera finalement clandestin ou pas. C’est exactement cette dernière catégorie qui concerne La Réunion.
Deux éléments clés sont à prendre en compte dans ce phénomène spécifique, à savoir le point de départ des migrants et la capacité d’accueil du point d’arrivée. Seuls ces deux éléments peuvent concrètement motiver une réaction rationnelle et dépassionnée du « point d’arrivée ».

Le point de départ est connu : le Sri Lanka 65 610 km2 et plus de 22,5 millions

d’habitants. La capacité d’accueil du point d’arrivée aussi: 2512 km2 dont seulement 1758 Km2 environ (70%) sont réellement habitables et bientôt un million d’habitants. C’est l’île de La Réunion

Le point de départ :

Rappelons que ce 21 avril, dimanche de Pâques, une série d’ attentats à la bombe a fait près de 300 morts et plus de 500 blessés (c’est le bilan provisoire ce lundi 22). Voila l’actualité récente du Sri Lanka rien que ce mois-ci. en seulement 24 heures!
Le pays est en proie à une flambée de violence terroriste et est politiquement instable depuis que les « Tigres » ont démarré leur offensive globale en 1987. La fin officielle de la guerre civile en 2009 a laissé, comme vous le savez, le pays dans un état de délabrement social avancé. Des populations entières sont laissées pour compte dans des régions entières.

Le taux de pauvreté y est préoccupant. Et l’on sait que les terroristes sont recrutés parmi la population pauvre, celle qui n’a rien à perdre.
Sans stigmatiser les migrants parmi lesquels se trouvent sans aucun doute des personnes honnêtes, mais il relève quand même du bon sens élémentaire de considérer qu’un ou deux parmi eux peuvent appartenir à la mouvance terroriste. A un moment donné il faut ouvrir les yeux, être réaliste et dire les choses sans langue de bois.

Etes-vous conscient qu’une partie du réseau maritime des « Tigres » s’est précisément reconverti en réseau de passeurs pour les migrants à partir de 2011?
Pouvons-nous accepter de laisser ces personnes venir faire voler en éclat le modèle de vivre ensemble réunionnais?

Indépendamment de ce problème, Les migrants arrivant ici sont, dans leur quasi-totalité, des personnes en situation de précarité économique. Ils vont donc devoir bénéficier de l’argent public. Ce même argent public qui, selon l’Etat, donc vos services, est insuffisant pour régler les problèmes de La Réunion.

Le point d’arrivée :

Notre île est en proie à une véritable situation de crise en ce sens qu’une grande partie de la population vit dans la précarité. Ceci essentiellement à cause de vos décisions ou absences de décisions qui ont conduit à un surcoût des denrées essentielles pour les habitants.
Par ailleurs la crise sociale actuelle en France a souligné les incohérences entre les besoins locaux réels et les solutions insuffisantes mises en place.

Une chose est cependant certaine : La Réunion ne peut pas absorber la partie de la population qui voudra quitter le Sri Lanka pour se réfugier ici.

Alors pourquoi viennent-ils? Certainement parce que notre île est devenue attractive. Pourquoi?
Voilà le véritable objet de ce courrier et la véritable question à se poser.
Mais nous avons tous la réponse si nous ne nous voilons pas la face.

Malgré les 4232 kms qui séparent le Sri Lanka de l’île de La Réunion, les tempêtes, les requins et les horribles conditions de voyages, les migrants savent qu’il seront mieux accueillis ici qu’ailleurs et qu’en plus ils ont une grande chance d’arriver à destination contrairement aux autres pays qui les interceptent en haute mer.

Pouvez-vous expliquer au peuple réunionnais que nous représentons, comment, alors même que vous avez renforcé votre présence militaire dans l’Océan Indien, c’est justement à ce moment là que les migrants arrivent à passer?

Du Sri Lanka à La Réunion, les routes maritimes des passeurs sont connues. Pourquoi passent-ils quand même?

Il y a là une incohérence qui interpelle.

Vous l’avez compris ce courrier n’est pas une plainte. C’est une demande officielle d’information et d’explications que nous vous demandons au nom de la population.
Nous serons très attentifs à votre réponse que nous examinerons sans a priori et que nous soumettrons ensuite à nos experts.

Pouvez-vous notamment nous indiquer :

– Quelles sont concrètement les mesures prises en mer pour stopper les bateaux des migrants ? – Cette surveillance est-elle opérationnelle 24 heures sur 24?
– Quelle est la zone surveillée et par combien de bâtiments?
– Vous manque t’il des moyens? si oui précisément lesquels?

– Quels sont les ordres que vous avez réellement reçus concernant ce problème?
– Sur la base de quels chiffres avez-vous déployé les éventuelles solutions?
– Avez-vous engagé les ressources du Détachement air 181 sur ce dossier?
– Les 2 airbus CN 235 du Détachement sont-ils en version MPA et font-ils, oui ou non, partie du dispositif?

Ce courrier à fait l’objet, par nos équipes, d’un travail sérieux et documenté en amont et les mots le composant sont pesés et en aucun cas anodins. Nous recommandons à vos services de le traiter avec célérité car la situation a incontestablement un caractère d’urgence.

De nombreuses personnes m’ont sollicité sur le sujet car leur inquiétude est réelle et elles demandent des réponses. De plus en plus de citoyens sentent que la société réunionnaise est en train de se mettre en danger.
Tous, politiques, représentants de l’Etat et responsables d’associations avons un devoir de transparence et d’information envers notre population. Il ne s’agit pas de la rassurer mais de ne pas lui mentir ».

Thierry Robert
Président de l’association DOBOUT….& SOLIDER

4
Poster un Commentaire

avatar
2 Comment threads
2 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
3 Comment authors
VanessasoleilPipiv Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
Pipiv
Invité
Pipiv

Vous au moin vous avez le courage dans parler…et vous avez raison.

Vanessa
Invité
Vanessa

Bonsoir je soutients les propos de Thierry qui a résumé nos craintes je veux que mon île avance avec un avenir meilleur Merci pour son courage et son intelligence et son franc parler

soleil
Invité
soleil

bonsoir s’il est si intelligent peut etre qu’il ignore que la race dravidienne est intelligente et pacifique, il suffit de regarder l’histoire de l’inde pour comprendre…

Vanessa
Invité
Vanessa

Pourquoi partir aussi loin en pensée historique et philosophique restons simplement au fait qu’ il faut être réaliste vu le contexte économique et sociale de notre belle île cet homme soulève des problèmes qu’ il ne faut pas minimiser car au long terme tout cela pourrait engendrer des tensions au sein d’une population déjà bien affaiblie tant par le système sociale que politique