[Alt-Text] [Alt-Text]

L'actualité de la Réunion en direct

NRL: pourquoi la Région ne signe-t-elle pas l’ordre de service pour la grande digue ?

dans Actualités/Edito de Yves Montrouge/Infos Réunion/Politique

« Il y a l’édito du samedi, il y a maintenant l’édito du lundi qui rétablit les vérités et répare de nombreuses contre-vérités » : c’est vous qui le dites. Loin de moi cette prétention. Mais il n’empêche que cette petite phrase me va droit au cœur. Et vous êtes de plus en plus nombreux à me le dire, à m’appeler, à me solliciter, à m’encourager surtout. A me remercier aussi pour ce travail humble dont le but est avant tout de faire « respecter » les Réunionnaises et les Réunionnais qu’ils soient de la Réunion d’en haut ou de la Réunion d’en bas, qu’ils soient noirs ou blancs, « ti colons » ou « gros blancs », qu’ils soient nés ici ou venus s’y installer.

Vous êtes de plus en plus nombreux à apprécier ce nouveau regard porté sur l’actualité locale et nationale, sur l’actu politique, économique, sociale, culturelle… A en juger par vos mails, vos commentaires, vous êtes de plus en plus nombreux à apprécier cette façon d’informer, cette façon de dire les choses telles qu’elles sont et non pas en insultant, en calomniant, en dénigrant les autres, en s’acharnant parfois ou souvent pour des raisons obscures. Parce que informer, ce n’est pas écrire à charge sur celles et ceux que l’on voudrait éliminer. Parce que un directeur de presse ou un rédacteur en chef n’a jamais été un procureur de la République et parce que les journalistes ne sont pas des magistrats.

A ce propos, je voudrais vous signaler que les lignes bougent, que les choses évoluent. Pas une seule insulte dans l’édito du samedi. Pas une seule fois le mot « donzelle », « amazone », « greluche »… Comme quoi, quand on veut, on peut. On peut informer sans insulter, sans faire preuve d’agressivité envers les pères et mères de famille de La Réunion. Force est de constater qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire et qu’on n’est jamais trop vieux pour apprendre…

Souhaitons que ça dure, et notre profession de journaliste en sortira grandie. C’est simple, il suffit pour ce faire de toujours de tremper sa plume dans un encrier rempli de respect et non de haine ; Il suffit de se dire que tous les citoyens que certains jettent volontiers en pâture sur la place publique sont toujours présumés innocents avant même d’avoir été jugés par la justice (et non par la presse) ; Il suffit aussi de se dire que personne ne détient le secret de la science infuse, de se dire encore que l’on apprend tous les jours et il ne faut jamais penser ou croire que l’on peut être doté d’une culture supérieure par l’unique fait d’avoir enterré son nombril ailleurs que dans une île tropicale, une ancienne colonie.

Gardons toujours à l’esprit cette petite phrase de feu le député communiste Laurent Vergès : « nou (Réunionnais) lé pas plus, nou lé pas moins, respecte à nou ! ». Comme l’a dit également, pas plus tard que ce week-end, à l’Elysée, Nassimah Dindar à Emmanuel Macron, lors du discours de ce dernier consacré à la lutte contre les violences faites aux femmes : « ce que je crains, ce n’est pas le choc des civilisations, c’est le choc de l’ignorance, c’est la médiocrité ». Et la sénatrice UDI de préciser : « certains éditos dans la presse réunionnaise ne sont rien d’autres que des résidus du colonialisme ».

Rappelons que la sénatrice UDI ainsi que Karine Nabenesa ont été reçues vendredi par Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre femmes et hommes. Elles ont par ailleurs été invitées à l’Elysée où il a été question de violences faites aux femmes, de propos sexistes aussi. Marlène Schiappa a promis à Karine Nabenesa de passer par La Réunion dans le cadre de son tour de France afin de préparer la loi que préconise Emmanuel Macron pour lutter contre toutes formes de violences faites aux femmes (voir article sur ce même site).

« Le torchon de la Région »

Encore un mot pour parler de la femme, d’une femme : Corinne Beaulieu-Robert, l’épouse de Didier Robert, président de Région. C’est une attachée territoriale (comme il en existe des milliers à La Réunion). Elle a eu l’honneur de figurer en page 3 (rien que ça !) de son journal préféré, le JIR de jeudi dernier. Tant mieux pour elle. Elle n’a rien de Mère Térésa, de Simone Veil ou encore de Marie Curie, mais on imagine que pour le journal en question elle a dû jouer un rôle important depuis le poste stratégique qu’elle occupait à la Région, en tant que cheffe de cabinet et directrice de la Com’. Il n’est nullement question ici de mettre en doute ses compétences certaines d’attachée territoriale, ni son relationnel sans doute apprécié par grand nombre, mais il va aussi sans dire que nombreux sont ceux également qui, à la pyramide inversée, y compris chez les élus (es) de la Région, sont très contents (es)de la voir partir. Loi sur la moralisation de la vie publique oblige, Corinne Beaulieu-Robert dont la rumeur prétend qu’elle émargeait à près de 10 000 euros mensuels (sans oublier les voyages et hébergements en hôtels de luxe aux frais de la princesse) à chaque déplacement hors du département aux côtés de son mari (pour raisons professionnelles cela va de soi) va atterrir à partir de cette semaine à la médiathèque de Sainte-Marie où le sénateur « Constructifs » (et toujours maire Objectif Réunion) Jean-Louis Lagourgue vient de lui créer et un service et un poste. Ce sera la direction du service « culture et patrimoine ». De l’avis de beaucoup à la Région, « c’est elle qui faisait la pluie et le beau temps, c’est elle qui coupait, hachait et tranchait ». D’autres diront encore « qu’on l’appelait la présidente-bis » ou « qu’il fallait impérativement passer sous ses fourches caudines pour approcher le président ». Si tel était réellement le cas, nul doute que la pression (ou la tension) va retomber et que certains élues (es) vont pouvoir reprendre des contacts normaux avec leur président qu’ils (et elles) ont quand même aidé à faire élire en décembre 2015.

Et pour revenir à cette fameuse page 3 du JIR, ça me rappelle une histoire qui m’a vraiment marqué. C’était un dimanche 22 mai 2016, en tant que rédacteur en chef du JIR j’ai eu le malheur de mettre en page 3 une photo sur laquelle on voyait Didier Robert, Jay Inslee, gouverneur de l’Etat de Washington, Jean Miguel Santos, représentant américain de Boeing et Marie Joseph Malé, Pdg d’Air Austral. Air Austral et la Région accompagnés d’une forte délégation de Réunionnais triés sur le volet étaient partis réceptionnés un Boeing 787 à Seattle. En marge de cette visite, Didier Robert avait été reçu par le gouverneur de l’Etat de Washington. D’où la photo de cette rencontre en page 3 du JIR dont j’avais la responsabilité rédactionnelle.

Le lendemain, lundi 23 mai, en voyant cette photo en page 3 et les quelques lignes en guise de commentaire, le directeur-adjoint du JIR, rouge de colère et le regard noir tel un nervis aviné a déboulé dans mon bureau, avec la bénédiction du grand patron Abdoul Cadjee, accompagné de trois chefs de service de la rédaction (dont deux ont été promus depuis mon départ) pour me dire textuellement, sans même que je ne puisse en placer une : « c’est scandaleux ce que tu as fait. Tu nous fais honte. T’es en train de transformer ce journal en un torchon, en un journal militant de la Région. C’est devenu le journal de Didier Robert. T’es en train de discréditer le titre… ».

Pour rappel, ce même directeur-général adjoint est devenu depuis l’intervieweur officiel de Didier Robert, « accrédité » Région. C’est lui qui fait (ou qui signe) quasiment toutes les interviews du président. Sans compter que le directeur de la rédaction de ce même journal n’est autre qu’un ancien collaborateur du cabinet de la Région ; Laquelle collectivité a, faut-il le rappeler, subventionné ce journal à hauteur de 2 millions d’euros. Raison pour laquelle, l’hagiographie ainsi que la photo « 3 colonnes » d’une attachée territoriale en page 3 du JIR n’a manifestement choqué personne au sein de cette rédaction, pas même le directeur-général adjoint et les chefs de service qui, à l’époque, m’avaient fait à haute et bruyante voix une leçon d’objectivité journalistique, tout en piquant une colère terrible au point de faire une crise cardiaque dans mon bureau. Comme dirait le proverbe, « c’est pas les p… qui manquent, c’est l’argent ».

En parlant d’argent, je voudrais revenir sur un sujet où il en a beaucoup été question cette dernière semaine. Je veux parler du congrès des maires. 200 personnes dépêchées à Paris pour l’occasion, c’est franchement scandaleux. Cela relève bien du gaspillage d’argent public. Stéphane Fouassin et ses collègues maires devraient y remédier très rapidement. Un ou deux élus maxi par mairie suffisent amplement pour aller représenter notre île à ce congrès, surtout en ces temps de vaches maigres que les maires eux-mêmes ne cessent de dénoncer. Mais de là à pointer du doigt une secrétaire d’une petite mairie qui a eu le malheur de poster sur sa page Facebook quelques photos prises juste avant le congrès ou le soir après les réunions, c’est pas très correct. La faire passer pour un bouc-émissaire, c’est pas juste. Les innocents payent pour les coupables. Il faut condamner d’abord les « donneurs » de billets d’avion avant de fustiger ceux qui en bénéficient. Et cette secrétaire n’a eu qu’une seule fois dans sa carrière un billet d’avion de la part de son maire. En revanche, je connais des employés (ées) de certaines collectivités locales, des attachées territoriales, qui voyagent régulièrement aux frais de la princesse et qui font souvent voyager des journalistes et patrons de site internet pour un oui, pour un non en usant et abusant de l’argent des contribuables. Tout cela pour dire que les grands donneurs de leçons qui aiment cibler l’arbre qui cache la forêt en se défoulant sur une pauvre secrétaire devraient d’abord regarder la poutre qui est dans leurs yeux avant de voir la paille qui se trouve dans l’œil de leurs camarades. Eux-mêmes ont déjà voyagé plus d’une fois (aux Seychelles ou dans bien d’autres destinations) aux frais de la princesse… (voir photo ci-dessous)

« Tout est flou dans le dossier de la NRL »

Venons-en maintenant à la NRL. Un très bel ouvrage que les Réunionnais ont eu le privilège de visiter, hier, lors du « NRL Tour » organisé par le maître d’ouvrage, à savoir la Région. Une belle initiative de Didier Robert qu’on ne peut qu’applaudir des deux mains. Selon le chef des « Grands chantiers », 700 Réunionnais ont pu visiter le chantier alors que 2500 demandes avaient été enregistrées. Selon Didier Robert, c’est plus d’un millier de personnes qui ont eu droit à la visite, alors que 4000 autres s’étaient inscrites. Qui dit vrai ? Faudrait que le chef des « Grands chantiers » et le président de Région prennent le temps d’accorder leur violon. Mais c’est un détail. Cette route, légitimée par une majorité de Réunionnais lors des régionales de 2010, au détriment du Tram-Train, il fallait donc la faire. De toute façon, il fallait trouver une alternative à l’actuelle route qui a déjà tué plus d’un automobiliste et qui devient impraticable par mauvais temps.

Là où des voix s’élèvent en revanche, c’est concernant le coût (et les surcoûts à venir) de cette réalisation dont les travaux ont débuté avant la deuxième élection régionale de 2015 : plus de 1,6 milliard d’euros financé dans le cadre du Protocole de Matignon conclu le 14 octobre 2010 (Etat : 532 M€ ; FCTVA : 248 M€ ; Union européenne : 151 M€ et Région Réunion : 669 M€). Sauf que la note de la Région risque de monter crescendo.

Demain mardi, à l’occasion de la commission permanente, Didier Robert va demander aux élus d’engager la somme de 250 millions d’euros supplémentaires (autorisation de programme) inscrite à la décision modificative numéro 1 par l’assemblée plénière du 16 juin dernier. « Cette AP est destinée principalement à la constitution des provisions pour risques et aléas sur les marchés de travaux en cours d’exécution sur les ouvrages maritimes ainsi que des mesures environnementales nouvelles ou complémentaires qui s’imposent au Maître d’ouvrage dans le cadre de l’opération Nouvelle Route du Littoral », précise le rapport de la Région. Mais via les élus du groupe « Le Rassemblement », des incompréhensions se manifestent. Ces derniers devraient être rejoints ce mardi par les élus du groupe « La Réunion en marche ». Ils dénoncent une facture qui ne cesse de grossir : de 1,6 milliard d’euros, celle-ci atteint déjà quasiment les 2 milliards d’euros. Or, plus d’une fois, le président de Région a juré la main sur le cœur que cette route ne coûtera pas un euro de plus aux contribuables de La Réunion, que tout a été prévu dans le budget de 1,6 milliard d’euros pour cette route qui, selon le Canard Enchaîné (édition du 12 juillet dernier, voir photo ci-dessous) sera « la plus chère de France : plus de 130 millions d’euros le kilomètre de macadam ».

Un chantier qui a manifestement pris beaucoup de retard aussi, à en croire les élus de l’opposition qui ne comprennent pas pourquoi la Région ne signe toujours pas l’ordre de service permettant de commencer les travaux de la grande digue allant de la Grande Chaloupe à l’entrée Ouest de Saint-Denis. Ce chantier confié à Vinci-Bouygues a débuté fin 2014 et devrait normalement s’achever, selon le cahier des charges, en 2020. Mais à ce rythme, pas sûr que la route soit livrée dans les délais. Il manque des roches massives pour installer les piles de la grande digue. Une carrière, celle de Dioré à Saint-André, a bien été ouverte avec toutes les autorisations et les expertises positives de l’Etat. Mais cette carrière est gérée par le concurrent de l’entreprise bénéficiaire du marché de la NRL. Celle-ci attend l’ouverture de la carrière de Bois-Blanc à Saint-Leu où il existerait des roches massives mais à 40 mètres de profondeur. Il va falloir aller les chercher ces roches une fois que la carrière sera ouverte. Petit bémol : ce ne sera pas demain la veille.

La solution ? Prendre les galets de Dioré en attendant Bois Blanc pour avancer sur le chantier. Visiblement, la Région bloque. Elle ne donne toujours pas l’ordre de service pour poursuivre le chantier. Pourquoi ? « On ne comprend pas. Didier Robert a toujours crié haut et fort que l’approvisionnement de ce chantier n’était pas l’affaire de la collectivité mais bien celle de Vinci-Bouygues. Or, on a bien l’impression aujourd’hui que l’exécutif régional est un peu gêné aux entournures, qu’il se décarcasse pour trouver des galets à la place de l’entreprise bénéficiaire du marché, qu’il fait pression pour que l’Etat ouvre la carrière de Bois-Blanc », souligne une élue de l’opposition régionale. « Ce n’est pas à la Région d’aller chercher des galets et ce n’est pas aux contribuables réunionnais de payer les surcoûts qui seront liés à l’approvisionnement. La Région n’a qu’à signer l’ordre de service et on verra bien quelle entreprise sera capable de poursuivre le chantier. Si elle ne le fait toujours pas, c’est peut-être parce qu’il y a anguille sous roches, peut-être parce qu’elle a promis à l’entreprise bénéficiaire de lui trouver le matériau nécessaire. Nous ne connaissons pas les conditions du marché qui a été passé entre la Région et cette entreprise. Nous constatons tout simplement que la facture devient de plus en plus salée et nous nous posons aujourd’hui la question de savoir si les Réunionnais seront en mesure de faire face aux dépenses engagées par la collectivité, sans compter les surcoûts à venir. En tout cas, en dépit de toute la campagne de com’ savamment entretenue autour de ce chantier dont par exemple l’opération NRL Tour organisée, hier, tout est flou dans ce dossier », insistent les élus de l’opposition. A noter qu’une enquête du PNF (Parquet national financier) de Paris est toujours en cours sur les conditions d’attribution de ce marché.

Y.M.

([email protected])

 

 

Poster un Commentaire

9 Commentaires sur "NRL: pourquoi la Région ne signe-t-elle pas l’ordre de service pour la grande digue ?"

avatar
plus récents plus anciens plus de votes
jean
Invité
jean

on y roulera en quelle année sur cette NRL?
les mensonges ne les étranglent pas

Noe97444444
Invité
Noe97444444

Excellente analyse !
Les vérités blessent mais on s’en fiche !
Le peuple doit savoir !

Félicitation !

michel
Invité
michel

Ce matin ,le papier de Monsieur Montrouge ressemble un peu un tract des solidaires avec l’écriture inclusive. Dans la lecture courante ça pose problème. En activité professionnelle, je les critiquais, mais là, j’ai l’impression que la maladie gagne du terrain. Nous avons une jeunesse qui a du mal à lire, que sera demain?

Moi
Invité
Moi

Ce lundi, l’édito était trop court 😉 j’ai finit mon café avant de le lire.
SInon bonne continuation!

Simplet
Invité
Simplet

« le président de Région a juré la main sur le cœur que cette route ne coûtera pas un euro de plus aux contribuables de La Réunion »

A la réunion Comme ailleurs les nez ne s’allongent pas quand on fait un mensonge !

…mais laiss ali travail… il travaille tellement bien qu’il porterai les roches lui même notre Président de région enfin ils ne les portera pas dans sa poche car il met déjà la fortune qu’il amasse grâce à la crédulité de certains

bébellehourtin
Invité
bébellehourtin

Yves, mon kaf malabar, j’attends tes éditos du lundi avec impatience! Toi, je me rends compte que tu lis, celui du titilleur d’en face, assidument!!!! tu règles toujours tes comptes avec le jir! qd tu dis que corinne i coupe, i hache i tranche : qui n’a pas abuser de sa position de chef pour apostropher régulièrement ses collègues? sûrement par jalousie, par maloki… à méditer Yvon! nu, artrouvanous devant l’éternel!!!

Gajamuk
Invité
Gajamuk

Heureusement que Nassimah lé pas maire, sinon ou té baisé pou critique le gaspillage des maires ! hi …hi…hi…

Timillien
Invité
Timillien

3 colonne à la une. Règlement compte à OK chorale. La honte enchaînés par les chaînes de l’argent roi.

kok bengal
Invité
kok bengal

à l’époque quand Mr. didier robert pendand la campagne éléctoral face à la fronde disait : (et j’ai garder l’enregistrement ) que cette route ne dépasserai pas les 1.6ML . et aujourd’hui le résultat est là ,et ce n’est pas fini.c’etais le mensonge pour se faire élire . boug là fini gras avec mensonge

Derniers de Actualités

Aller en Haut