Karine Nabenesa « Lettre ouverte au Président de Région : Calmez les ardeurs de votre employé à l’égard de vos élues »

dans Courriers des lecteurs

Monsieur le Président,

Nous assistons à une période passionnante où les femmes n’ont plus peur, élèvent la voix, cherchent à savoir quels sont leurs droits et à les revendiquer. Certaines font appel à des tribunaux et dans ce cas, les policiers sont là pour enquêter, les parties se faire entendre et les juges dire le droit à l’issue de l’enquête, quand il y en a une.

Je fais partie de cette majorité de femmes qui compose la société réunionnaise. Hélas, je fais aussi partie de cette minorité de la majorité  qui ose s’exprimer pour défendre leurs idées, exiger le respect quand cela est nécessaire. Et plus encore… je fais partie  de cette infime minorité de femmes, de couleur, et nées de conditions sociales très modestes, qui a pris des responsabilités et s’est engagée. Ce que je porte et ce que je défends dépasse largement le cadre de la politique politicienne servile que l’on peut voir ici où là. Je sais, et j’ai eu l’occasion de me rendre compte à quel point vous êtes attaché comme moi, aux valeurs de la démocratie, à l’intérêt général, à l’expression et à l’écoute de ces minorités.

Je sais aussi combien vous êtes sensible au renouvellement de la classe politique, et à l’émergence des femmes en politique et particulièrement de celles qui osent s’exprimer. Certains de vos collaborateurs y sont comme vous aussi sensibles à cela et, comme vous, ils contribuent à cette reconnaissance.J’ai déjà eu l’occasion de vous le dire Monsieur le Président, ma place d’opposante au sein de votre Assemblée contribue à me faire connaître à la population.  Certains journalistes qui se disent « amis » à la Région ont su montrer l’intérêt qu’ils portent à ma position d’opposante au point de faire du sponsoring gratuit de ma page Facebook qu’ils relayent souvent.  Rendez-vous compte Monsieur le Président, un tirage à quelques milliers d’exemplaires… dans un journal,  qui plus est subventionné, c’est de la publicité gratuite  et  tout cela Monsieur le Président, c’est grâce à vous. Vous participez à me faire connaître à la population et je vous remercie.

Ces derniers temps, Monsieur le Président, force est de constater que cet élan d’intérêt gagne aussi vos employés, enfin pour être plus précis un de vos employés.  La définition précise de son emploi m’échappe mais sachez qu’il est investi et réellement préoccupé par la Commune de Saint-Leu. Des caniveaux où il y est souvent, aux opérations d’aménagement dont il a du mal à en comprendre le sens, il se démène, à comprendre ce que l’employée de la Commune de Saint-Leu que je suis, fait bien, ce que j’aurais pu mieux faire, ce que je peux penser de l’actualité… C’est presqu’un contrôle continu qui ne vient pas de mon employeur.

Ne sachant pas quelle société civile il représente à Saint-Leu,  je profite de cette lettre pour l’inviter, ainsi que certains de vos amis journalistes, à la pose de la première pierre de la RHI du Plate courant mars. J’ai pu lire à plusieurs reprises leur désarroi et leur inquiétude sur cette petite opération attendue depuis plus de 20 ans par les habitants modestes du  Plate. Peut-être a-t-il comme l’ancien Maire Jean Luc Poudroux, celui-lui là même qui avait colporté cette information, des terrains familiaux à faire déclasser dans cette opération,  et donc des intérêts privés à se réjouir de voir cette opération de RHI sombrer? Je suis sûre que comme moi, vous vous réjouissez que ces « on-dit » ne soient pas fondés et que cette opération de résorption de l’habitat insalubre verra bien le jour et dès le mois prochain.

Curieusement je me suis rendue compte que votre agent,  est aussi un élu non pas de Saint-Leu mais de la commune de l’Etang-Salé. Visiblement,  son travail de conseiller municipal de l’Etang- Salé lui importe peu, il ne pipe mots, bien qu’il semble préoccupé par le courage des hommes et des femmes politiques. Du sien, il ne semble pas s’en questionner. Par contre sa réactivité est extrême dès lors que je vous interpelle en tant qu’élue du Conseil Régional, on dirait presque, dans le jargon et sans mauvais jeu de mots, « qu’il est payé pour ça ». Quand  je m’adresse à vous en tant qu’élue du Conseil Régional, cet employé du Conseil Régional, se morfond dans la presse de mes activités professionnelles à Saint-Leu, de ce que je peux penser de l’actualité, toujours en le mettant en parallèle avec mon positionnement sur les dossiers régionaux…

Y- aurait-il Monsieur le Président, un lien de cause à effet ? Je ne peux penser Monsieur le Président, que vous puissiez  demander à certains employés d’invectiver personnellement certains de vos élus. Imaginez-vous ce que cela pourrait avoir comme conséquence en cas de plainte contre cet agent,étant moi-même, une élue de cette assemblée ?

Sans doute n’êtes vous pas informé que cet agent de notre collectivité, qui est conseiller municipal à l’Etang- Salé, mais qui  représenterait une société civile à Saint-Leu,  serait très sensible à surveiller votre conseillère régionale dès lors que cette élue de la République ose s’exprimer sur des sujets régionaux et à l’invectiver dans sa vie personnelle.

Je sais Monsieur le Président  que vous êtes de ceux  qui pense que le courage en politique, ce  n’est pas de vouloir faire taire, par de basses manœuvres, toute voix dissonante qui s’élève pour régner comme un seul homme. Je sais et j’ai eu à l’expérimenter que ce n’est pas votre conception de la démocratie. C’est la raison pour laquelle je me permets d’attirer votre attention sur le fait de cet agent.

Aussi Monsieur le Président, je compte sur vous pour calmer les ardeurs de votre employé vis-à-vis de vos conseillers régionaux, en lui rappelant le principe fondamental du droit de réserve des agents de la fonction publique territoriale employés par la Région Réunion.

Je vous prie de croire, Monsieur le Président, en l’expression de mes salutations distinguées.

Karine Nabénéza, conseillère régionale

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "Karine Nabenesa « Lettre ouverte au Président de Région : Calmez les ardeurs de votre employé à l’égard de vos élues »"

avatar
plus récents plus anciens plus de votes
kok bengal
Invité
kok bengal

vincent defau(x) c’est des mentalités comme vous qui va fait perdre didier robert son fauteuil. moi même ni vous ,ni didier robert je vous dit même plus monsieur . les hommes qui s’acharne sur les femme sont des (M) non pas macro!! macho.

christope
Invité
christope

quelle hypocrisie lol pour calmer les ardeurs du député harceleur, on l’entend pas!!le plus drole c’est que sur sa lette publiée sur facebook, ou elle parle d’interet général, du combat des femmes, juste en dessous on l’a voir en photo en compagnie du condamné pour harcelement sexuel!!elle s’indigne juste quand il s’agit d’opposant politique!à son age, elle a déjà le toupet et l’hypocrisie de ces ainés

christope
Invité
christope

et les ardeurs du député condamné pour harcelement, elle en parle quand?ah c’est son mentor en politique, donc la les droits des femmes, ca compte plus lol

Kréol974
Invité
Kréol974

Laissez l etang Salé Tranquille!!!!
Allez ocuppe out Maire Corrompue, frauduleux, Escrocs…..

Et combien de temps pour écrire ce torchon? ah oui au Frais du Contribuable…
un des ces jours passez a l Etg Salé avec out Mégalo!
nous naura 2 mots pou dire a zot

christope
Invité
christope

Faudrait préciser que l’agent qui se fait attaquer par cette Madame, lui a fait remarquer qu’elle etait hypocrite, car le défenseuse des femmes réunionnaises et un soutien de Mr Robert et qu’elle a refusé de comndamner le député harceleur!!!Une grosse hypocrite cette dame lol

Babouk le soir
Invité
Babouk le soir

li va res trankil maintenant! Normalement, de part son statut de fonctionnaire (catégorie A) de la FPT, il devrait en toute logique être poursuivi sur le terrain disciplinaire (au moins 2nd groupe!) pour manquement avéré de son devoir de réserve TOUT particulièrement envers une élue de cette assemblée régionale (dont il fait partie du personnel, certes affecté au CAB depuis peu, avant DGA routes maison Grands chantiers où il n’y était pas trop souvent présent…).
Que va faire son autorité territoriale : cautionner ou sanctionner? (il n’y a pas trois choix possibles…)

FAIVRE Daniel
Invité
FAIVRE Daniel
Je ne soutiens ni l’un ni l’autre ne voterais jamais Defaud mais Mme Nabenesa qui est parait-il directrice de cabinet du Maire de ST LEU surtout pour le salaire trop élevé quel perçois mais ST LEU est une ville abandonné les employé et les chef de services ne veulent plus travaillé je ne juge pas le Maire qui est dans une situation délicate mais les cadres et employé qui ne font pas d’effort, mais c’est toute une populations qui souffre, et qui paye des taxes plus salé que l’eau de mer, je signale pour les commentaires, qu’il y a des… Lire la suite »