Pension marron de Ravine Creuse : détention réclamée contre la gérante

dans Actualités/Infos Réunion

La chambre de l’instruction a examiné hier l’appel du parquet concernant la décision de placement sous contrôle judiciaire de la gérante de la pension marron à la Ravine Creuse et de son employée.

Mise en examen pour hébergement dans des conditions indignes, maltraitances, exploitation d’un établissement d’accueil sans agrément et abus de faiblesse, la gérante de ce foyer hébergeant une dizaine de personnes âgées vulnérables n’avait pas été placé en détention provisoire

Hier, l’avocate générale a requis le placement en détention provisoire pour empêcher « pressions et concertations » ainsi que la réitération des infractions, indique la presse écrite.

Cette pension de famille Dijoux, gérée par Micheline, était située au chemin des Longozes, lotissement Paquiry, à la Ravine Creuse. La seconde personne placée en garde à vue, est une septuagénaire qui l’aidait à s’occuper des pensionnaires. Des lits sans draps, des pensionnaires livrés à eux-mêmes dans des odeurs d’excrément, sous la « surveillance » d’une pensionnaire Mauricienne de 72 ans, un bâton à la main.

La maison avait été aménagée en plusieurs petites chambres, qui accueillait des personnes âgées moyennant 800 euros mensuels pour la propriétaire des lieux. 11 personnes âgées de 45 à 70 ans, étaient installées dans cette maison.Le problème, c’est que les gramounes étaient maltraités, dans un état de dénutrition avancée, privés de soins et que ce lieu d’accueil était illégal, bien que signalé aux services sociaux du Conseil Départemental. Des maltraitances que la gérante, Micheline Dijoux, 62 ans, conteste toujours. 

La décision de la chambre est attendue pour demain.

 

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "Pension marron de Ravine Creuse : détention réclamée contre la gérante"

avatar
plus récents plus anciens plus de votes
chrisstjo
Invité
chrisstjo

pas de soucis… la cour de cassation veille sur eux 🙂

Saint Dikat priez pour nous
Invité
Saint Dikat priez pour nous

Les services du conseil départemental étaient au courant et n’ont rien fait. C’est de la non assistance à personnes en danger. Les responsables du conseil département sont aussi coupables que les tenanciers de la pension.

Mono
Invité
Mono

Acte criminel

Personne au rond point.