[Alt-Text] [Alt-Text]

L'actualité de la Réunion en direct

Le français évadé de Madagascar affirme être victime d’un complot

dans Actualité Nationale

Début janvier, la photo de Houcine Arfa avait fait le tour du web malgache, après la publication d’un avis de recherche le concernant sur les médias de la Grande Île.

Ce ressortissant français était « incarcéré à la Maison de Force Tsiafahy depuis le  23 juin 2017 pour détention illégale d’arme à feu et de munitions, tentatives de Kidnapping, association de malfaiteurs et usurpation de fonctions », d’après l’avis de recherche posté après son évasion.

On apprenait qu’Hourcine Arfa était parvenu à quitter Madagascar, selon Ouest-France, qui a pu contacter son avocat (qui a confirmé qu’il était rentré en France).

L’homme de 53 ans, ex-conseiller du président de la République de Madagascar, a passé six mois dans la pire prison de l’île avant de s’évader.

Il confie au Parisien : « J’ai été aidé au plus haut niveau de l’Etat malgache. J’ai versé 70 000 € à la ministre de la justice, 30 000 € au procureur en charge de mon dossier. Cela m’a permis d’être transféré dans un établissement plus souple, et d’être emmené à l’hôpital avec une escorte allégée« .

Il aurait continué sa fuite sur une pirogue jusqu’à Mayotte.

L’homme dénonce aujourd’hui, un procès biaisé et un coup monté qui lui a valu d’être condamné en novembre à trois années de détention. Il dit aussi avoir été torturé.

« J’ai été roué de coups de poing et de pieds par les gardiens. Régulièrement, j’étais frappé avec une courroie d’alternateur, entourée d’une serviette éponge pour que ça ne laisse pas de marques. J’ai été laissé dans une cage, surplombée par des gardiens qui vous insultaient ou vous urinaient dessus« , confie-t-il au Parisien.

Une procédure d’appel est en cours. Elle sera examinée en février par les autorités malgaches. Une plainte devrait être déposée en France pour « séquestration arbitraire ».

 

Derniers de Actualité Nationale

Aller en Haut