Retour de l’édito d’Yves Mont-Rouge le 4 février

dans Actualités/Edito de Yves Montrouge/Infos Réunion/Politique

C’est déjà Noël ! L’année est passée vite, très vite. L’occasion pour moi, comme le veut la tradition, de vous souhaiter un Noël sain, joyeux aussi, même si le cœur n’y est pas toujours, car pour de nombreuses familles, la crise des gilets jaunes est passée par là. Elle était nécessaire. Elle n’est pas finie. Loin s’en faut. Elle reprendra sûrement après la trêve, ou après les vacances scolaires.

Après quinze jours d’arrêt de travail en novembre pour cause de barrage de routes, le salaire a été amputé de moitié pour nombre de Réunionnais. Le prix à payer pour une prise de conscience générale. Cela ne sera sans doute pas sans conséquences sur le côté festif de Noël. Mais il n’y a pas de hasard dans la vie ! Peut-être que cette situation de crise sociale est là pour nous ramener aux fondamentaux. Noël, c’est certes un moment festif, à passer dans la joie et la bonne humeur, en famille surtout, mais Noël ne doit pas forcément être synonyme de foie gras, de champagne, de caviar (pour ceux qui en ont les moyens)… Bien sûr, pas plus tard qu’hier, dans les grandes surfaces de l’île, nous avons assisté à des ruées sur les langoustes en promotion. Le rush ! Des rayons pris d’assaut. Que voulez-vous ? C’est quasi-surréaliste, mais c’est humain malgré tout.

Ce fut un temps, Noël se fêtait, après la messe pour les chrétiens, autour d’un bon cari (canard ou poulet la cour cuisiné au feu de bois); Une branche de filaos faisait office de sapin décorée avec des guirlandes en papier de catalogue confectionnés par les enfants. Et la longue nuit de Noël s’animait autour d’un ballot de letchis et des histoires, le tout en musique et dans la bonne humeur. Pour les tamouls, Noël se fête au temple. En famille toujours. Dans une ambiance spirituellement festive. Dans la joie.

Ne perdons jamais de vue qu’avant d’être la fête de la surconsommation (comme c’est aujourd’hui le cas), Noël est d’abord la fête de la Nativité, l’occasion de célébrer l’Amour, la fraternité, ces valeurs que nous ont inculquées nos parents, nos grands-parents mais qui, manifestement, foutent le camp.

« Une embarcation remplie de migrants n’a rien à voir avec la croisière s’amuse »

Il n’y a qu’à voir les commentaires balancés sur les réseaux sociaux à propos des migrants Sri-Lankais dont une soixantaine ont échoué, la semaine dernière, sur nos côtes. Des commentaires inhumains, comme si ces Sri-Lankais avaient volontairement choisi de quitter leur pays par un beau matin ensoleillé, presque sur un coup de folie, en mettant ainsi leur vie en péril. Non, une embarcation de migrants qui fuient la terreur dans leur pays n’a rien d’une croisière qui s’amuse. Evidemment, nous avons tous nos problèmes, nous avons souvent les yeux rivés sur notre nombril et les bras bien serrés sur notre cœur d’égoïste, mais de grâce s’il vous plaît, retrouvons nos valeurs de partage, de solidarité, d’entraide, de générosité, de bonté, de tolérance, de simplicité, d’humilité aussi vis-à-vis de ceux qui souffrent encore plus que nous. Et ils sont nombreux, bien plus nombreux qu’on ne le pense. Je ne parle pas que des migrants Sri-Lankais.

Chez nous aussi, les souffrances perdurent mais ce n’est pas une raison pour stigmatiser ceux, venus d’ailleurs, solliciter une aide. En cette fête de Noël, je ne peux m’empêcher d’avoir une pensée pour toutes les personnes, jeunes et moins jeunes, qui sont sans famille ; Pour les personnes malades, hospitalisées, pour les personnes âgées, ces papas et mamans, délaissées, « oubliés » de leurs proches qui ne prennent même plus un temps pour s’occuper de leurs aînés, mais qui, en revanche, gardent un regard très attentif sur les biens (terrains et autres richesses) de ces derniers et restent prêts à bondir, comme des chats sur un tas de graisse, aux cas où nos « vieux » passeraient de vie à trépas.

En cette fête de Noël, permettez-moi de partager avec vous ces quelques paroles d’une chanson que j’apprécie tout particulièrement de Frédéric François : « il faut dire je t’aime, à tous ceux qu’on aime, quand ils sont vivants ; Il faut dire je t’aime, à tous ceux qu’on aime, tant qu’il en est temps, encore temps… La vie n’est qu’un éclair, une illusion, qui s’évanouit dans l’air ; L’amour, celui qu’on donne, est une clé qui fait vivre les hommes ». A méditer !

Tout va tellement vite ! Comme cette année 2018 qui s’écoule, à l’image d’un coucher de soleil, disparaissant en une poignée de secondes derrière la ligne d’horizon. Puisse 2019 être l’année de l’espoir car, comme l’a dit, vendredi dernier, Cyrille Melchior, président du Département dans un discours empreint d’émotion : « le moment est grave et solennel… Le mouvement citoyen de ces dernières semaines a bousculé le système, il a exprimé un profond besoin de changement, il a exprimé un besoin d’écoute et de considération… Nous devons écouter les gens et la population et nous interroger consciencieusement sur leurs attentes ».

Ecoute, attention, considération, c’est ce que demande le peuple. Que les élus prennent réellement conscience de toutes les souffrances et ne gaspillent pas l’argent de leur dur labeur, mais qu’ils mettent tout en œuvre pour améliorer les conditions de vie sociale et économique. Puissent les paroles de nos politiques se transformer en acte ! Puisse le plan « Pauvreté » annoncé par le président Macron, le 13 septembre dernier, se concrétiser et les 8,5 milliards dédiés à ce dispositif être intelligemment orientés pour, qu’enfin, les 9 millions de personnes pauvres en France, dont 3 millions d’enfants, puissent espérer sortir de la galère!

C’est sûrement beaucoup demandé, mais puisse notre classe politique nous apporter (aux gilets jaunes) satisfaction en arrêtant de prendre des décisions farfelues. Loin de moi l’envie de remuer le couteau dans la plaie, mais tant au niveau national que local, la goutte d’eau qui avait fait déborder le vase, c’était bien l’augmentation du prix des carburants afin de lutter soit disant contre le dérèglement climatique. Une belle supercherie quand on sait ce que pèse réellement la France dans le cadre des émissions mondiales de CO2, censées être à l’origine du dérèglement climatique. Jugez-en vous mêmes ! D’après l’Agence internationale de l’énergie, la France n’émet que 0,29 milliards de tonnes de CO2 contre 9,06 milliards de tonnes à la Chine ; 4,83 aux Etats-Unis ; 2,08 à l’Inde ; 1,44 à la Russie ; 1,15 au Japon ; 0,73 à l’Allemagne ; 0,59 à la Corée du Sud… Loin devant la France se trouvent également des pays comme l’Iran, le Canada, l’Arabie Saoudite, le Brésil, l’Indonésie, le Mexique, l’Afrique-du-Sud, l’Australie, le Royaume-Uni, la Turquie et l’Italie.

« Prix des carburants : la belle supercherie française ! »

Autrement dit, même en admettant que la France divise par deux ses émissions de CO2 grâce à la disparition des voitures à essence ou diesel (transports routiers), l’impact sur le dérèglement climatique mondial serait quasiment négligeable. En clair, tout est prétexte pour « plimer » (en créole) les consommateurs. Sauf que s’il y a encore des gens vilains, il n’y en a plus beaucoup de couillons. Tout cela pour dire que nos dirigeants devront réfléchir par deux fois dorénavant avant de pondre des mesures-prétextes qui consistent à ponctionner les plus pauvres pour donner aux plus riches, et pour éviter des crises comme celles des gilets jaunes avec tous les dérapages qui vont avec. S’il y a bien un mot qui revient sur le devant de la scène suite à cette crise sociale, c’est bien « transparence ». Les citoyens ne veulent plus de ces décisions qui se prennent en « misouk » derrière la cuisine. C’est l’objectif même du « Comité Ethique et Transparence » voulu par le Département et qui a été réactivé lors de la session plénière de vendredi dernier. C’est sans doute également l’objectif du Conseil consultatif citoyen (CCC) mis en place par la Région, mais je ne pourrai vous dire plus. J’aurais tant aimé en effet vous relater les décisions prises lors de la session plénière de la Région, mercredi dernier, mais, même si Didier Robert s’est fait, il y a deux semaines, le chantre de la liberté de la presse, Free Dom n’a pas été, à l’instar d’Imaz Press et de Témoignages.re, invité à cette réunion qui se voulait pourtant transparente. En revanche, alors même que la session venait à peine de s’achever, nous recevions sur notre mail un compte-rendu déjà tout préparé, savamment concocté par le service « Com’ de la Région. Communiqué que nous n’avons évidemment pas passé car Free Dom dispose de journalistes qui savent encore regarder, observer, écouter, entendre et analyser objectivement. Puisse certains de nos élus (et certaine direction de com’) retrouver la raison en 2019 et ne pas considérer tous les médias de l’île, y compris ceux qui ne sont pas subventionnés, comme leurs « obligés » ! Nous sommes bien en France, dans une démocratie, et non en Corée du Nord. Ces politiques ne devraient jamais oublier que le pouvoir n’est pas éternel et qu’un mandat est avant tout un CDD et non un CDI.

Du pouvoir à l’argent, il n’y a qu’un pas. Je finirai avec une histoire de pognon. La semaine dernière, photo et casier judiciaire à l’appui, je vous avais parlé de ce promoteur dionysien Teddy Narayanin Mamindy qui expliquait, contrairement à ce qui avait été écrit dans un édito (du samedi), n’être redevable à personne. Documents à l’appui, il prouvait par A+B que la seule personne qui l’avait poussé en procès pour réclamer la somme de 25 000 euros, c’était Michel Soucramanien (fonctionnaire au Département) mais que ce dernier avait perdu tous ses procès devant les tribunaux (en 1ère instance, en appel et en cassation).

Mr Soucramanien (notre photo ci-dessous), qui est un fidèle de l’édito du lundi, a tenu à réagir aussitôt en précisant qu’il n’avait pas du tout l’intention de tirer un trait sur les 25 000 € que lui avait « soutirés » en 2013 Teddy Narayanin Mamindy. « Juste avant de partir en voyage en Inde, je lui avais fait deux chèques : un de 15 000 et un autre de 10 000 €. Ne me demandez pas pourquoi, je ne saurai vous l’expliquer ; J’étais comme ensorcelé. Une fois arrivé en Inde, je me suis posé la question suivante : mais pourquoi ai-je donné cet argent à cet homme que je ne connais à peine ? Dès mon retour à La Réunion, je suis allé le voir pour récupérer mes chèques, lui expliquant que je ne voulais plus faire partie de son projet immobilier de la Technopole. Il m’a alors remis un chèque de 10 000 euros que je n’ai jamais pu toucher jusqu’à présent… Il y a eu des choses bizarres dans cette affaire : ce coup de fil d’un major du commissariat de Malartic qui m’appelle en pleine enquête, suite à mes plaintes, pour me proposer une négociation avec le promoteur en me demandant de me contenter d’un chèque de 20 000 euros. Ce que j’ai refusé bien entendu. Et puis, lors du procès en Correctionnelle, la juge explique que mon dossier s’est égaré quelque part entre le commissariat Malartic et le tribunal… ».

Michel Soucramanien annonce que son avocat Me Vincent Hoarau va bientôt entamer une autre procédure, une citation directe. « Comment peut-on piquer 25 000 € à quelqu’un et croire que tout est terminé ! Ce n’est pas possible ça ! ». Michel Soucramanien a bon espoir de récupérer son argent en 2019. Voilà ! A Free Dom, nous donnons la parole à tout le monde, sauf à celles et ceux qui ne veulent pas la prendre.

Sur ce, je vous souhaite un bon réveillon. Un petit conseil : ne vous fiez pas aux prévisions météorologiques ! Nombre de manifestations de Noël ont été annulées ces derniers dans des communes de l’île car les services Météo avaient prévu cyclone et tempête. Or, jamais le temps n’aura été aussi beau et chaud. C’est fou comme partout ailleurs, dans tous les pays du monde, les services Météo peuvent donner des prévisions sur une semaine, alors qu’ici, nos prévisionnistes ne sont même pas foutus de prévoir le temps qu’il fera demain ! Je vous souhaite également de paisibles fêtes de fin d’année ainsi qu’une nouvelle année pleine de santé ! Et n’oubliez pas la chanson de Frédéric François : « il faut dire je t’aime… ». A l’année prochaine, si Dieu le veut !

Y.M.

([email protected])

 

Poster un Commentaire

10 Commentaires sur "Retour de l’édito d’Yves Mont-Rouge le 4 février"

avatar
plus récents plus anciens plus de votes
noé
Invité
noé
Joyeux Noël… Mes chères amies, mes chers amis ! Noël nous réserve à tous, des surprises de toutes sortes : que ce soit des paroles douces, ou des amis à la porte ; une belle soirée tranquille, ou de beaux cadeaux utiles. Comme un arbre, l’amitié grandit au fil des ans. Ses racines prennent de la vigueur et lui permettent de devenir grande et forte. C’est de cette façon que la nôtre s’est développée, et malgré nos hauts et nos bas, nous avons vu grandir ce partage de notre quotidien. Aujourd’hui, pour s’apercevoir que l’autre a besoin d’un peu d’attention… Lire la suite »
L'époque
Invité
L'époque

Merci pour vos bons vœux. Nous vous les souhaitons également. A l’année prochaine cher Monsieur Mont-Rouge.

Aniès Marie
Invité
Aniès Marie

Pas invité freedom à la dernière assemblée plénière pourtant très très mouvementée ! J’ai adoré madame BELLO, Madame NATIVEL surtout , madame Nabenesa et monsieur bedier! Une majorité en très mauvaise posture et cela se voit! Joyeux noël freedom en espérant une année politique aussi mouvementée voir pire que celle ci pour certains « transparents »…….

Galerie Art mon cul
Invité
Galerie Art mon cul

Une belle année 2019 et un PNF qui s’intéresse à nos Élus davantage. Mon souhait le plus cher monsieur Montrouge , nou a trouv’ !

Kettyscarlett
Invité
Kettyscarlett

Vous avez raison Yves Montrouge, toute ma vie je regretterai de ne pas avoir suffisamment dit je t’aime à mes parents quand ils étaient encore de ce monde , mes proches, mes amis (qui y ont vu de la froideur alors que ce n’était que de la retenue) . Alors je le leur écris aujourd’hui : je vous aime de tout mon cœur !

La voix
Invité
La voix

« J’étais comme ensorcelé. Une fois arrivé en Inde, je me suis posé la question suivante : mais pourquoi ai-je donné cet argent à cet homme que je ne connais à peine ? »

La vrai question est pourquoi vous êtes parti en INDE???

Qui va chercher des sorciers???

« Il y a eu des choses bizarres dans cette affaire »

Foyer de terre rouge???? 6 mois de sursis, Relax!!! Sa c’est très bizarre?

Je dis sa je ne dis rien…

A méditer

Gérard Jeanneau
Invité
Gérard Jeanneau

Il faut dire à Didier de la pyramide inversée : « Je t’aime, moi non plus ».

http://www.courriers-reunion.fr/Fromagerie.html

Rose
Invité
Rose

Une très belle chanson de Jean-Pierre Boyer aussi : N’attend pas qu’il ferme les yeux… A écouter encore et encore…

Rémy
Invité
Rémy

Salut et bonne année 2019 à tous les réunionnaises et réunionnais. Dans son édito Y Montrouge dit tout haut ce que je penses tout bas. La seule chose où ça m’a interpellé, c’est au sujet des migrants : la personne en métropole qui avait accueilli chez lui un migrant, ne pourra pas me dire le contraire, étant donné que ce migrant l’a tué de plusieurs coups de couteau : cela laisse à méditer

Jacky LECHAT
Invité

Monsieur Montrouge J’ai le plaisir de vous faire connaitre à vous ainsi qu’à tous mes fan’s et amis que mon nouveau CD 2019 est disponible  » uniquement avec moi ». Celui çi contient 15 titres et l’album s’intitule  » Dernier Volonté »
Pour se le procurer un seul numéro de gsm (le mien): 0692205333
Il ne sera pas dans les bacs des disquaires, ni dans les grandes surfaces ni diffusé sur les radios. conformément à ma volonté.
Pour tous renseignements : 0692205333