Le pôle industriel portuaire de Bois Rouge se dessine

dans Collectivités/Infos Réunion/Saint André

Jeudi 29 juin, le Groupement d’Intérêt Public (GIP) Pôle Portuaire Industriel Energétique de Bois Rouge a tenu un point presse dans la salle du conseil à Saint-André. Ce GIP est composé de La Région Réunion, La CIREST et la commune de Saint-André.

A l’ordre du jour : l’énergie thermique des mers, la déserte, l’aménagement et la sécurisation de la plaine de Bois Rouge afin de mieux desservir l’usine et le futur centre de gestion multifilaires de déchets qui y sera installée. Enfin, une rencontre avec un bureau d’études spécialisé dans la création de port dans le monde entier.

Avant que des travaux débutent, c’est actuellement les études de faisabilité qui sont lancées afin de formaliser le projet. De nombreuses formalités administratives doivent être respectées.

L’eau des mers : Un matelas d’énergie encore inexploité

Jean-Paul Virapoullé souhaite valoriser une des richesses de notre île l’eau des mers. Pour cela il a missionné SPL Energie Réunion pour la mise en place des études de faisabilité. L’objectif est ici la création d’une source d’énergie nouvelle et renouvelable. L’énergie de l’eau est la porte ouverte de nombreux projets possible : cosmétiques, développement des soins, mise en bouteille de l’eau…

houle3

L’accessibilité de la plaine de Bois Rouge

La plaine de Bois Rouge est une zone inondable qui va faire l’objet d’une étude et d’aménagement. Cette partie du territoire de la ville qui va devenir un poumon économique de l’île nécessite des modifications en concertation avec les industriels et les propriétaires terriens.

L’objectif est ici de mettre hors-eau le quartier de la Marine en accord avec la ville de Sainte-Suzanne. Ainsi 1,7 kilomètres de route vont subir des travaux de sécurisation du côté de la plaine de Bois Rouge. Le pont Bailey actuel sera remplacé par un ouvrage d’art plus spacieux et plus apte à la circulation. Pour tous ces aménagements, l’ensemble des moyens de transports ont été pris en compte : les poids lourds qui alimentent l’usine mais aussi les modes de transports doux.

Cet axe permettra de desservir le futur centre de gestion multifilaires de déchets. Coût de l’opération : 10 millions d’euros. Les travaux devront débuter en juin 2018 pour une fin des travaux prévues dans le premier semestre 2020.

virapoulle-portboisrouge

La porte maritime de l’Europe dans l’Océan Indien

La Réunion bénéficie d’une stabilité politique et d’un climat serein et sécuritaire, ce qui en fait un lieu idéal pour y installer un port dans l’Océan Indien et inciter les armateurs à collaborer avec notre île. Les études qui vont être menées ont pour but de travailler sur son accessibilité et sa possible rentabilité deux axes majeurs essentiels à sa naissance. Grâce à ces études, on verra émerger les opportunités économiques, humaines, et aussi les règlementations environnementales à respecter. En étudiant les flux portuaires mais aussi la situation du site du Port, le développement économique de l’île et les besoins futurs c’est ici une stratégie portuaire régionale, nationale et internationale qui s’élabore. Ce port sera inscrit dans l’autoroute de la mer et le réseau de transport européen.

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "Le pôle industriel portuaire de Bois Rouge se dessine"

avatar
plus récents plus anciens plus de votes
Arno.x
Membre
Arno.x

Vive le nouveau port de l’Est !

KUNTA Kinté
Invité
KUNTA Kinté

De John Pol Virapoullé , du pipeau !

Arno.x
Membre
Arno.x

Mon Arche aura son ancrage dans ce port !