Suspicion de corruption à Maurice : « allégations » contre un ancien fonctionnaire de la préfecture de La Réunion

dans Actualité Internationale/Mayotte / Océan Indien

Daniel Raymond, ancien du bureau de la Réglementation à la préfecture de La Réunion, serait-il victime « d’allégations de corruption » ? Sa photo est parue dans le journal « l’Express » à Maurice avant-hier. Au début des années 2000, Daniel Raymond a quitté la préfecture de La Réunion pour un poste de Road Safety Coordinator (conseiller à la sécurité routière) à l’île Maurice. Actuellement, il travaille sous la responsabilité de Nando Bodha, ministre des Infrastructures publiques et du Transport en commun. C’est donc lui qui conseille l’actuel ministre mauricien sur tout ce qui relève de la sécurité routière dans l’île sœur où, rappelons-le, la route a déjà tué plus de 100 personnes depuis le début de cette année.

Selon nos confrères du journal « l’Express » de Maurice, mardi dernier, le 31 juillet, le ministre Nando Bodha a été publiquement interpellé au Parlement par Salim Abbas Mamode sur son conseiller à la sécurité routière, Daniel Raymond. Il est question d’allégations de corruption contre le Réunionnais à l’Indépendant Commission Against Corruption (ICAC).

D’après nos confrères, Manoj Rajcoomar, secrétaire de la Fédération des moniteurs d’auto-école s’est rendu, le vendredi 13 juillet dernier, à Réduit, dans les locaux de l’ICAC (Commission anti-corruption) pour dénoncer « les agissements » d’un conseiller du ministre. Selon lui, il y aurait eu « conflit d’intérêts » dans l’octroi de contrats pour la formation des moniteurs d’auto-école. Des contrats qui portent sur plusieurs dizaines de millions de roupies. Celui qui est aujourd’hui visé (à tort ou à raison ?) par le secrétaire de la Fédération des moniteurs d’auto-école serait le conseiller à la sécurité routière du ministre Bodha. Mais pour l’instant rien ne vient confirmer les dires du secrétaire de la Fédération des moniteurs d’auto-école. Les autorités mauriciennes compétentes n’auraient encore démarré aucune enquête sur ce dossier.

Interrogé au Parlement, le ministre des Infrastructures publiques et du Transport en commun a catégoriquement balayé d’un revers de main ces « allégations » portées à l’encontre Daniel Raymond, en déclarant qu’il n’a jamais été destinataire d’aucune correspondance de l’ICAC concernant un cas de corruption impliquant son conseiller. Des « allégations », il explique en avoir vues « dans les médias » mais pas au niveau de l’ICAC. Le ministre a donc nié toute correspondance de l’ICAC. Pour l’instant.

Nando Bodha a également fait remarquer à son interlocuteur au Parlement que Daniel Raymond n’est membre ni du « Departement Bid Committee »ni du « Bid Evaluation Committee », deux instances chargées d’étudier les appels d’offres et d’attribuer les marchés. Une affaire qui fait actuellement grand bruit à l’île Maurice. A suivre !

(Crédit photo : L’Express Maurice)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar