[Alt-Text] [Alt-Text]

L'actualité de la Réunion en direct

Tribune Libre/ « De la démocratie sociale en 2018 »

dans Courriers des lecteurs

« Dans une île où le taux de chômage est un des plus élevés de France, le travail est une denrée aussi rare que précieuse. Le travail est donc devenu ce luxe si nécessaire qu’on ne peut le célébrer sans prendre conscience de la chance qui est nôtre d’occuper un emploi et d’exprimer nos voeux pour que tout un chacun puisse trouver sa place sur le marché, prendre part au développement de son île et contribuer à son rayonnement.

Aussi, lorsqu’on occupe un emploi dans la fonction publique territoriale, il est plus qu’important de prendre conscience de la force du capital humain et de sa contribution essentielle dans tout projet de service, action économique ou caritative conduits au profit de notre île. Dans notre entreprise de défense des intérêts des travailleurs et de ceux aspirant à travailler, nous devons oeuvrer avec d’autant plus de courage et de détermination que, la société dans son entier, se défend selon une logique fondée sur les groupes homogènes d’intérêt (à l’instar des syndicats patronaux, syndicats de profession libérale, fédérations sportives entre autres). Dans l’opinion publique, on appelle cela faire du lobbying. Et, vu sous cet angle, les actions conduites par ces groupes, loin d’être mal vues, sont acceptées, comprises voire même encouragées.

En ce 1er Mai, il est donc essentiel, que l’on puisse réaffirmer la nécessité absolue du lobbying syndical en faveur des salariés, de ces masses laborieuses plus malmenées que jamais par la robotisation et les nouvelles technologies, par les fausses promesses d’indépendance et de liberté vendues par l’ubérisation, par le mythe de la défense par de nouvelles formes de revendication électronique (pétition en ligne), par l’entreprise délibérée des gouvernements successifs qui n’ont cessé de saper l’assise syndicale des salariés. Souvent, on vante le modèle allemand, autant qu’on oublie d’évoquer le fait qu’en Allemagne, les syndicats sont forts, respectés et pleinement associés à la vie économique du pays. L’actualité nationale de la perspective de démantèlement du ferroviaire français nous démontre, s’il en était besoin encore, que la “start up” France doit opérer sa révolution des mentalités, non pas en cassant la ligne de défense des salariés, pas davantage en s’en prenant avec minutie à la dissolution de la vitalité syndicale existante, mais plutôt en remettant l’humain au centre de toutes les considérations pour oeuvrer au “bien intégral”. Ce combat relatif à la légitimité syndicale est un combat quotidien, pas à pas, dans chaque entreprise ou organisation, sur chaque projet, dans chaque transformation. Plus que jamais, le syndicalisme a besoin de démontrer sa capacité à organiser la lutte, à mener des combats nécessaires, à accroître ses capacités de résistance. C’est l’affaire des syndicats certes, mais c’est aussi l’affaire de chaque contributeur à la réussite de son employeur, de son île et de la Nation France.

L’année 2018 sera marquée par l’organisation des élections professionnelles en fin d’année, et je profite de cette tribune pour lancer un appel solennel à tous les salariés à prendre une part active dans ce moment de démocratie sociale. Ceci est d’autant plus important que nous mesurons les dégâts du désintérêt de nos concitoyens quant aux échéances électorales visant à la désignation des membres de notre représentation politique à chaque niveau décisionnel de notre pays. Que chaque travailleur se sente davantage concerné par ce qui se passe dans son entreprise, dans sa collectivité ou dans son organisation en votant le jour J, se révélera être un acte d’autant plus salutaire que ce geste témoignera de la capacité d’ensemble des salariés à faire bloc, à ne pas faiblir et à s’organiser mieux face aux enjeux de demain.

Le syndicalisme, c’est la lutte de chacun, le combat de tous, la résistance commune, c’est aussi la reconnaissance de ce qui va comme de ce qui ne va pas. C’est pourquoi, en tant que Déléguée CGTR du Conseil Départemental, je voudrais plus particulièrement m’adresser aux collègues du Département (5 000 agents environ) pour leur dire que si l’autorité territoriale, dans la continuité des préconisations de la grève du 7 Avril 2016, a missionné le cabinet d’études “Neeria” en vue de conduire une enquête de satisfaction quant à la Qualité de Vie au Travail dans l’objectif d’une meilleure prise en compte des Risques Psycho-Sociaux dans la collectivité, il convient que chaque agent se sente concerné par cette démarche vertueuse. Pour celles et ceux qui n’ont pas encore pris part à cette enquête, sachez qu’il vous faut prendre 10 minutes de votre temps, jusqu’au 7 Mai prochain, pour vous exprimer en répondant à une série de questions et pour que vous puissiez aussi apporter vos idées en fin de questionnaire. Aucune contribution n’est inutile, aucun effort n’est vain, c’est pourquoi la CGTR vous encourage à participer à ce moment personnel qui donne du sens et de la consistance au “dialogue social”. Sachez que nous avons également rendez-vous pour les élections de Décembre prochain, pour donner ses plus belles couleurs à la démocratie sociale.

Je souhaite donc une excellente Fête du Travail à toutes et tous, en espérant que la démocratie “sociale” sera plus vigoureuse encore en 2018 qu’elle ne l’a été jusqu’alors ».

Virginie POÏNIN GOBALOU
La Secrétaire Générale CGTR-CGT et son équipe au Conseil Départemental de La Réunion

Tags:

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Tribune Libre/ « De la démocratie sociale en 2018 »"

avatar
plus récents plus anciens plus de votes
michel
Invité
michel
Je ne suis plus en activité, certes mais je trouve les salariés tant à la Réunion qu’en Métropole, depuis les années 2010, très en sourdine par rapport aux politiques menées, au plan local que national. Le taux de syndicalisation est semblé t-il pas mal dans l’Ile, mais soit il manque de formation et d’information syndicale ou alors une nonchalance vis à vis des revendications portées par les différents syndicats. Il y a par ci par là des bastions, mais dans l’ensemble la pression patronale demeure forte et les nouveaux embauchés et notamment les jeunes ont peur de se syndiquer, de… Lire la suite »
envoie retraité zot case ou promener
Invité
envoie retraité zot case ou promener
V .GOBALOU est une élue qui devrait demander au président de REGION , DU DEPARTEMENT , DES MAIRIES et autres assemblées d ‘ envoyer tous ces fonctionnaires retraités et / ou anciens élus qui cumulent toutes sortes d’indemnités en vacances ou zot case . Par cette démarche , elle montrera qu’elle veut que les postes libérés profitent à ceux qui sont emploi et qui veulent mettre leurs compétences au service de la population . Ne pas le faire c’est cautionner ces favoritismes et se rendre complice de cette injustice . Dans la vie , il n’y a pas que la… Lire la suite »
LE FAUCON
Invité
LE FAUCON

IL Y A TOUJOURS UNE SOLUTION INTELLIGENTE IL SUFFIT De la bonne volonté de nos POLITIQUES ELUS de la Réunion ..
Mais aussi des Réunionnais eux mêmes …..INSTRUCTION……EDUCATION ….FORMATION ……AYANT UN RAPPORT AVEC LES BESOINS ECONOMIQUES GEOGRAPHIQUE ….POLITIQUE .DU DEPARTEMENT Français de la Réunion .

kbo974
Invité
kbo974

double casquete : Departement c tirage au ki!!! et CGTR? dison li travail pu!!!!!

LE FAUCON
Invité
LE FAUCON
Bien…….Démocratie j’ écrit ton nom ……bien LE CHÔMAGE à la Réunion vient qu’ aucun audite n’a été fait sur les emplois ayant un rapport avec et la situation géographique ,ni en rapport avec les besoins économiques de l’ile ni les besoins des Réunionnais .pour commencer . QUAND un département importe plus qu’il n’exporte il y a très grand déséquilibre de la balance commerciale ….donc moins d’entrées de devises …en plus il y a trop de charges en impôts indirectes droit de la mer , taxe portuaire , taxes douanières ,il faudrait METTRE CE DEPARTEMENT EN ENTIER ZONE FRANCHE .D’une part… Lire la suite »

Derniers de Courriers des lecteurs

Aller en Haut