USA – Dérive de la chirurgie esthétique, des patients exigeraient une version «filtrée» de leurs visages.

dans Actualité Internationale/Insolite

Un article publié jeudi dans le Journal de l’Association médicale américaine, nous apprend que le phénomène de «dysmorphophobie de Snapchat» serait en pleine croissance aux USA.

«Avant, les patients arrivaient en consultation avec des photos de célébrités pour leur ressembler. Un nouveau phénomène, baptisé « dysmorphophobie de Snapchat », les amène à vouloir ressembler aux versions filtrées d’eux-mêmes», a écrit le dermatologue Neelam A Vashi.

Les patients exigeraient donc des médecins une version «filtrée» d’eux-mêmes avec des lèvres plus pulpeuses, de plus grands yeux et un nez plus fin.

«Cette tendance est alarmante, car les filtres appliqués aux selfies font apparaître un physique inaccessible et réduisent la frontière entre la réalité et le fantasme pour ces patients. Dans de tels cas, on ne préconisera pas une intervention chirurgicale  mais un traitement psychologique.»

Une enquête menée en 2017 montre que 55% des chirurgiens esthétiques rapportent avoir vu des patients qui voulaient améliorer leur apparence sur leur selfie contre 42% en 2015.

ARTICLE COMPLET DU JAMA

 

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar