Vidéo choc de L214 dans un élevage intensif de poulets

dans Actualité Nationale/Actualités

Ils vivent 35 jours. 35 jours de souffrance. Dans la saleté, parmi des poulets morts ou malades, des microbes, c’est là que les poulets destinés à l’industriel Doux survivent.

Selon L242, association pour le bien-être animal: « en seulement 32 jours (4 fois plus rapidement qu’en 1950), boostés par un accélérateur de croissance, ils atteignent le poids de 1,4 kg et sont envoyés à l’abattoir. Les poulets sont entassés à 29 par m2. Déformés, boiteux, déplumés, griffés, morts ou moribonds, les images sont sans appel quant à l’état général des oiseaux, qui payent au prix fort ce mode de croissance rapide et forcé. Sur les images, on constate également le parasitage important du bâtiment d’élevage (poux rouges et ténébrions) et l’utilisation de nourriture OGM (tourteau de soja). »

Dans un communiqué l’association explique: « Un militant de l’association, équipé d’une caméra cachée, a également occupé quelques jours un poste d’accrocheur de volailles dans un des abattoirs du groupe, l’abattoir de Chantonnay en Vendée, où sont tués 200 000 poulets par jour. Les poulets sont suspendus par les pattes, vivants et conscients, à la cadence de 240 à la minute. Des carcasses de poulets, tombées par terre, sont parfois ramassées et suspendues de nouveau à la chaîne.

L214 lance aujourd’hui une pétition adressée au ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation (Stéphane Travert) ainsi qu’au ministre de la Transition écologique et solidaire (Nicolas Hulot) pour exiger la fin de l’élevage à croissance rapide des poulets. Aujourd’hui, 75 % des 800 millions de poulets élevés chaque année en France le sont dans des conditions intensives semblables à celles qui sont montrées dans cette enquête.
La sortie de ces nouvelles images coïncide avec la mise en place des premiers ateliers des États généraux de l’alimentation, dont un des objectifs consiste justement à proposer des pistes pour “accompagner la transformation des modèles de production pour mieux répondre aux attentes des consommateurs”. »

Cette vidéo a été diffusée pour la première fois dans l’émission Quotidien de Yann Barthès ce mercredi 6 septembre.

 

2 Commentaires

  1. Et dire que de nombreux humains mangent des cadavres d’animaux bien présentés dans les boucheries … en rôti , shop suey , cari ou massalé ….
    C’est dégoutant !
    Mangeons des légumes au lieu de cadavres d’animaux morts !

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*