(VIDEOS)/ Cosmetic Valley, N° 1 mondial de la cosmétique, signe avec la Cirest

dans Collectivités/Saint André

La convention a été signée ce matin à la mairie de Saint-André par Jean-Paul Virapoullé, président de la Cirest et par Jean-Luc Ansel, directeur général et fondateur de Cosmetic Valley, premier réseau mondial de la filière parfumerie et cosmétique. Cyrille Melchior, président du Département a également pris part à la signature de cette convention dont la finalité, au-delà du territoire Est, est de tendre vers le développement de la production des plantes à parfum et des plantes médicinales (filière Papam) à l’échelle de toute l’île. Idem pour la Région, dont le président était absent ce matin, mais qui reste néanmoins un partenaire institutionnel très actif dans le cadre de ce projet porté par la Cirest et la commune de Saint-André.

Tout comme la Chambre d’agriculture, représentée, en l’absence du président Frédéric Vienne, par l’élu Thierry Henriette et le technicien, responsable de la chambre verte dans l’Est, Jismy Mont-Rouge. Nombre d’acteurs et d’organismes œuvrant dans le milieu agricole (DAF, Safer, Qualitropic, ARMEFLHOR, Parc National…) ont également assisté à la signature de ladite convention. Sans oublier Claude Marodon de l’Aplamedom (Association pour les plantes aromatiques et médicinales).

Avant de procéder à la signature de la convention, Eric Camatchy, responsable du service Economique à Saint-André a rapidement présenté le contexte dans lequel intervient ce partenariat. « Dans le cadre du développement stratégique du territoire en général et de l’Est en particulier, cinq axes ont été définis par la commune de Saint-André et la Cirest (Communauté intercommunale Réunion Est) : le numérique à travers la création du Pôle régional Est numérique, le service portuaire, via le projet d’Ecotechnoport de Bois-Rouge, le tourisme à travers le réaménagement du Parc du Colosse, l’énergétique à travers le projet d’exploitation des énergies thermiques des mers (ETM) au niveau de l’Ecotehcnoport et les ressources naturelles et agroalimentaires à travers le projet d’exploitation de l’eau océanique profonde et de l’eau de source pour l’exportation et la production locale ».

Eric Camatchy, responsable du Service Economique en compagnie de Lynda Ponapin-Pony, responsable du Service Agricole à la mairie de Saint-André

Quel rapport avec les plantes à parfum ? L’exploitation de la filière PAPAM (Plantes à parfum et des plantes médicinales) figure parmi les actions majeures du 5e axe de développement stratégique de la Cirest. Le service Economique de Saint-André a, pour se faire, multiplié les approches en direction des partenaires institutionnels et privés tant à l’échelle locale que nationale. En janvier 2018, une convention de partenariat a été signée avec Sophia Antipolis, la première technopole européenne.

Cosmetic Valley : 1 500 entreprises en France, 30 milliards d’€ de chiffre d’affaires

En Juin 2018, Jean-Paul Virapoullé a été reçu à Chartres par Jean-Luc Ansel, directeur général et fondateur de Cosmetic Valley. Les deux hommes ont beaucoup échangé et sur les potentialités de La Réunion en matière de PAPAM et sur les moyens que Cosmetic Valley est prêt à engager pour permettre aux Réunionnais de développer cette filière, afin, comme l’a redit, ce matin, Jean-Luc Ansel, « pouvoir construire un Made in France fort », grâce aux produits de La Réunion.

Pour vous donner une petite idée de l’importance de la convention qui a été signée ce matin, il faut savoir que Cosmetic Valley (créé en 1994) représente 30 milliards d’euros de chiffre d’affaires (second secteur exportateur de l’économie française, après la construction aéronautique). Cosmetic Valley, ce sont aussi 150 000 emplois en incluant tous les métiers de la filière cosmétique, matières premières, formation, conditionnement, contrôles et tests, PLV, injection plastique, packaging, logistique. C’est encore 8 universités membres du pôle Recherche un peu partout en métropole, 220 laboratoires de recherche avec plus de 8 000 chercheurs, 273 projets de recherche collaboratifs labellisés, 320 millions d’euros investis en recherche, une quinzaine d’établissements de formation avec 136 cursus de formation, 98 000 étudiants, 4 000 recrutements au cours des quatre dernières années, 1 500 entreprises sur le territoire national pour la filière française de la parfumerie-cosmétique dont 80% de PME et une centaine de grandes marques et groupes de renom comme l’Oréal, Clarins, Guerlain et Dior, Hermès, Nina Ricci, Yves Saint-Laurent, Chanel…

La convention signée ce matin a pour but de favoriser le développement des acteurs concernés, de créer un réseau d’échanges et d’informations en capitalisant l’interclustering et d’apporter aux entreprises un support à l’export. Autre axe important de ce partenariat, c’est la cosmetopée en sensibilisant le territoire sur son patrimoine naturel et culturel pour sauvegarder la biodiversité et les savoir-faire, sur le développement d’une activité économique locale en favorisant l’innovation cosmétique par la recherche de nouveaux ingrédients et principes actifs d’origine végétale qui viendront enrichir l’offre de matières premières.

Mais quel intérêt pour le numéro mondial de la cosmétique de s’engager au profit d’une petite île comme La Réunion ? Yves Mont-Rouge a posé la question à Jean-Luc Ansel, directeur général de Cosmetic Valley :

Jean-Luc Ansel, directeur de Cosmétic Vallée, a signé ce matin une convention de partenariat avec la mairie de St-André et la Cirest pour le développement de la filière plantes aromatiques. Tous les détails à retrouver dans l’article d’Yves Mont-Rouge sur Freedom.fr

Publiée par Yves Mont-Rouge sur Jeudi 14 mars 2019

Pour Jean-Paul Virapoullé, cette convention relève de l’évidence car « notre île a toujours été une vitrine de la pharmacopée mondiale ». Sans compter que, selon lui, cette convention va « révolutionner » l’agriculture réunionnaise. Il s’en explique :

Jean-Paul Virapoullé, maire de St-André et président de la Cirest, explique à Yves Mont-Rouge (pour Free Dom) les avantages de la convention signée ce matin avec Cosmétic Vallée, qui pèse 30 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

Publiée par Yves Mont-Rouge sur Jeudi 14 mars 2019

Cyrille Melchior soutient activement cette initiative. Le président du Département a pris l’engagement de réunir toutes les conditions possibles afin de permettre le développement de la filière Papam à La Réunion. Il le dit au micro d’Yves Mont-Rouge :

Signature de la convention Cirest/Cosmétic Vallée ce matin à la mairie de St-André. Réaction de Cyrille Melchior, président du Département, au micro d’Yves Mont-Rouge pour Free Dom.

Publiée par Yves Mont-Rouge sur Jeudi 14 mars 2019

A noter que dans le cadre de la signature de cette convention, la commune de Saint-André organisera une journée de découverte, ce samedi 16 mars, à la forêt de Dioré. Journée sur laquelle, nous y reviendrons en détails ultérieurement.

Poster un Commentaire

16 Commentaires sur "(VIDEOS)/ Cosmetic Valley, N° 1 mondial de la cosmétique, signe avec la Cirest"

avatar
plus récents plus anciens plus de votes
garry
Invité
garry

Et qui vas s’enrichir une fois de plus ??? je vous laisse deviner …..tout les cadres seront des métros, grassement payés et les bénéfices de la société ne seront pas injecté dans l’ile….de la poudre aux yeux….mais ils vaut mieux ça que rien….

juin
Invité
juin

…et oui ! devant l’argent des puissants Vira baisse encore son pantalon,ces entreprises venant breveter les plantes locales avec sa bénédiction en sus d’ exonérations de toutes cotisations. Tisaneurs de tout sortes prépares zot l’arzant pou les procés y arrive !! Mais vote encore pou lu en 2020 , pou un seau lo sab mi donne a lu mon billetin !! mdr

hermione
Invité
hermione

… »tendre vers le développement de la production des plantes à parfum et des plantes médicinales… », peut-être un bon débouché médicinal pour notre chanvre indien ?

Paix
Invité
Paix

Mr virapoulé fait bcp de pub en ce moment, il a tjrs un bb a faire naitre a la reunion…fait zenfan lé bon mais oubli pas donne manzé.

Natacha
Invité
Natacha

Bonjour. Il paraît qu’il va faire bloquer avant la visite de Macron pour avoir son Port. C’est vrai ou pas cette info ? Est-il vrai ou faux qu’il a payé beaucoup pour faire arrêter le mouvement des gilets jaunes à Saint-André ? On n’entend tellement de choses.

Paix
Invité
Paix

Bonjour a toi,je sais que lui et le chef de la police nationale de sa ville mge souvent a la meme table et se bourre la gueule et se vente de son insigne car il est le chef et personne ne peut lui donner de sanction a part un gendarme lointain…un coucou au chef,J.M.

Lemondedemain
Invité
Lemondedemain

Noute l’environnement est en danger bana i coné, certains espèces lé endémiques i di anou fé pa si fé pa sa mais zot néna le droit, ce sont des braconniers en bande organisé. heureusement bon dié lé au coourant Romains, 8:22 – Or, nous savons que, jusquà ce jour, la création tout entière soupire et souffre les douleurs de lenfantement.

noe
Invité
noe

On voit sur les photos que ces personnes ont besoin de « cosmétiques » pour paraître au top !!! Elles ont abusé tellement de bonnes choses sur le dos des autres , que la vieillesse est au rendez-vous avant l’heure !

Popol
Invité
Popol

Chargeur de l’eau d’un jour chargeur de l’eau toujours .Michel Debré

Hubert
Invité
Hubert

Pourquoi donc à Dioré ? Tout le monde le sait. Quand va-t-il arrêter de travailler pour lui et les siens et penser à l’intérêt général ? Quand va-t-il parler des dégâts environnementaux générés par ses projets ? Notamment de la faible maîtrise des conséquences de la géothermie qui génère des séismes ? Jusqu’où ira-t-il ?

Boudahbar
Invité
Boudahbar

Ah d’accord. C’est pour ça qu’il a voulu faire une carrière à Dioré en détruisant la rare forêt de Saint-André ? C’est pour ça qu’il n’a pas classé ses terres forestières dans le Parc national ? Tout ça est tellement illogique.

ETM ?
Invité
ETM ?

Et les risques tant pour le milieu marin que pour la sécurité en mer ? 1/ Des questions demeurent quant aux conséquences sur la faune sous-marine de l’environnement sonore nécessairement dégradé par l’installation. 2/ Les bruits engendrés par ces installations peuvent perturber l’écosystème. 3/ Ces centrales actuelles utilisent de l’ammoniac comme fluide caloporteur. 3/Enfin, la dernière inquiétude pourrait concerner l’électrochloration, un procédé qui consiste à générer du chlore à partir de l’eau de mer pour supprimer les algues notamment dans les échangeurs. Ce procédé, effectué en continu, suppose par définition un rejet de chlore dans le milieu marin.

Horrible projet - Jour sombre
Invité
Horrible projet - Jour sombre
Au lieu de mettre en valeur le savoir faire de nos parents et grands parents par un projet local de valorisation, on organise le pillage de nos espaces naturels et de nos savoir-faire par des grands groupes mondiaux qui se développent en récupérant les connaissances très pointues en pharmacopée des populations mondiales souvent des pays pauvres ou peu instruits. Se féliciter de ce projet pour la Réunion montre à quel point les politiques sont dans une dynamique économique qui écrase l’humain et l’exploite pour s’enrichir. Ce n’est pas du tout un modèle adapté au développement de la Réunion sur du… Lire la suite »
Le Bouffon
Invité
Le Bouffon

En quoi dépenser à nouveau pour le Colosse, plutôt que de l’avoir entretenu correctement, est-il un projet d’envergure pour l’Est ?

Hugo
Invité
Hugo

Et les garanties précises contre la biopiraterie ? La mise en place du protocole de Nagoya ? Il nous en parle Virapoullé ?

BEURK
Invité
BEURK

Il est important dit un rapport officiel d’  » inférer aux descriptions scientifiques d’usages traditionnels des produits végétaux locaux une présomption de droit de propriété partiel aux populations objets des enquêtes, qui deviendrait alors op- posable aux sociétés exploitant ces produits. Ce travail juridique reste entièrement à ré- aliser. Or, son absence crée un climat défavorable aux projets d’exploitation des flores locales dans plusieurs DOM ou COM. » Un tel projet de la CIREST ne peut pas se passer de la mise en place de ces gardes-fous juridiques. (rapport à consulter : http://www.odeadom.fr/wp-content/uploads/2009/02/rapport-general_papam.pdf )