Vous avez dit « embauches politiques » ?

dans Edito de Yves Montrouge/Politique

Elevons le niveau, comme l’a si bien fait ce week-end la Sainte-Rosienne Lucie Ignace, devenue, en Serbie, championne d’Europe de Karaté pour la 3ème fois. Magistrale Lucie ! La Réunionnaise qui ne recule devant rien, pas même devant les concurrentes les plus redoutables, a fait briller au plus haut niveau les couleurs de son île et par la même occasion celles de la France en s’imposant comme la Meilleure (The best Lucie) sur la scène européenne. Ce genre de titre ne s’obtient évidemment pas en un « coup de patte-la-roulette » mais bien au terme d’un long « combat » si on puis dire ; Entendez par là des années de travail, de sacrifices, d’entraînements parfois décourageants car éreintants, qui nécessitent au-delà de la condition physique une force certaine de caractère, un état d’esprit combattif, une conviction et une volonté à toute épreuve. Lucie Ignace, petite demoiselle issue d’un milieu socialement très modeste du côté de Sainte-Rose et longtemps entraînée à Bras-Panon a su grâce à sa « gnaque » surmonter tous les obstacles pour parvenir à son objectif, celui de côtoyer le haut niveau en décrochant, au final, le Saint-Graal, à savoir la victoire. Et son ascension sportive n’est pas finie ! Cette victoire devrait servir de leçon à toutes les Réunionnaises, à tous les Réunionnais qui, parfois, pourraient avoir tendance à baisser les bras ou la tête, face à des « murs » qui leur paraissent insurmontables. La victoire de Lucie Ignace est un message, une leçon de vie : « n’ayez pas peur, croyez en ce que vous faites et battez vous jusqu’au bout même si on doit prendre des coups ! ». Des coups, elle en a pris aussi bien sur le tatami que dans la vie. Mais elle a appris aussi, au fil de ses échecs, que le plus important n’était pas de tomber mais de savoir se relever. Ce qu’elle a fait avec brio car l’effort, la ténacité, la détermination, le respect de soi même finissent toujours par payer, par balayer le désespoir et la déception pour laisser place à la confiance.

Paillottes : Antony et Clément devant la justice

Et c’est avec confiance et sérénité que Antony et Clément, ces deux jeunes « gaillards » Réunionnais devraient se présenter, demain, mardi, devant la justice de leur pays. Ils n’ont pas détourné de l’argent public ; Ils n’ont pas piqué dans la caisse ; Ils n’ont pas fiscalement fraudé des millions ; Ils n’ont pas volé, violé, tué. Ils ont démoli des paillottes qui avaient été illégalement construites à l’Ermitage avec la complicité de certains élus et fonctionnaires d’Etat sur des terrains publics appartenant à toute la population réunionnaise. Bien entendu, ça ne se fait pas. La violence n’a jamais été bonne conseillère. Ce n’est pas un exemple à suivre. Personne n’a le droit de s’armer d’une masse pour aller casser des constructions fussent-elles illégales et déjà condamnées à être démolies par la justice. Ils n’ont jamais manqué de respect aux représentants de la loi, n’ont jamais caillassé la police comme cela arrive dans certains quartiers de l’île. Ils ne trafiquent pas de la drogue. Ils ne trafiquent rien du tout. Tous deux, Antony et Clément sont des activistes de la cause réunionnaise, des militants politiques et des travailleurs, des gars qui bossent dur du matin au soir dans les champs de cannes et dans des magasins pour nourrir dignement leur famille. Ils n’ont jamais fait de mal à une mouche. En revanche, oui, ils ont spectaculairement cassé des paillottes illégales sur lesquelles Dame Nature n’a pas hésité à son tour à se « défouler » quelques semaines plus tard en rendant la plage aux Réunionnais et en réparant une injustice. Les regards d’une bonne partie de la population réunionnaise seront donc tournés, demain, vers le palais de justice de Saint-Denis où justice sera rendue. Comme le dit si bien le KUUR « ou sa na point zistis na point la pé ». Le préfet l’a bien compris. Rappelons que dans une lettre signée le 2 mai dernier, il a demandé aux restaurateurs hors-la-loi de l’Ermitage de dégager les lieux et de libérer la plage publique.

Il serait surprenant de voir la justice condamner sévèrement les deux activistes sans toucher à un cheveu de ceux qui ont illégalement construit ces paillottes et de ceux qui ont permis ces constructions hors la loi ! Donc, je le redis, faisons confiance en la justice. Ne soyons pas, comme certains, « gros ker » ! Pas « zordi, pas demain » la justice finit toujours par passer.

Définitivement relaxés par la justice

Nassimah Dindar, Jean-Jacques Vlody et Bachil Vally en savent quelque chose. 10 ans plus tard, la justice française vient de les relaxer définitivement dans l’affaire dite du Foyer de Terre Rouge pour laquelle le tribunal correctionnel de Saint-Pierre les avait condamnés à des peines de prison avec sursis, de l’inéligibilité et des amendes. La Cour d’appel de Saint-Denis les avait ensuite innocenté. Mais le parquet général avait fait un pourvoi en cassation. Les juges de la chambre criminelle de la Cour de Cassation à Paris a rendu son arrêt lundi dernier en relaxant complètement les trois élus accusés d’avoir effectué 17 embauches dites « politiques ».

Si l’on devait faire de la prison ou devenir inéligible pour « embauches politiques » ou « familiales », j’en connais quelques uns et non des moindres qui seraient déjà au trou à l’heure qu’il est tant leurs cousins, épouses, neveux, nièces, maîtresses ou amants occupent des postes importants et très bien rémunérés dans les collectivités dont ils ont la responsabilité. Des embauches dont certaines n’ont même pas fait l’objet d’un appel à candidatures. Ce qui veut dire que non seulement ce sont des embauches « politiquement familiales » ou « familialement politiques » pour lesquels, de surcroît, il y a manifestement eu de la discrimination flagrante pour ne pas dire du favoritisme caractérisé. Je connais même – et je ne suis pas le seul car c’est un secret de polichinelle dans le microcosme politique local – des collectivités dont le cabinet politique déborde de collaborateurs, collaboratrices « multi services » ; Des collaborateurs et collaboratrices dont certains (es) ont aussi des sociétés (de restauration du côté de Saint-Paul, de danse du côté de Saint-Denis, de l’édition à Saint-Denis également, de bâtiment, de station service dans l’Ouest, de tourisme dans l’océan Indien etc, etc…). Je connais aussi des collaborateurs de cabinet de certaines collectivités qui font travailler en priorité leurs époux pour les marchés d’édition. Je connais aussi des agents dont certains chauffeurs d’anciens vice-présidents qui émargent sur le budget d’une collectivité et qui « oublient » de se rendre au boulot à tel point que le directeur de cabinet est souvent obligé de les appeler pour leur supplier de venir pointer, parce que ça cause beaucoup entre collègues, dans les couloirs et dans les parkings.

Je connais des agents, plus précisément un chauffeur qui officie dans une collectivité locale et qui se comporte comme un vrai petit roitelet sous prétexte qu’il serait protégé par l’exécutif. Même en matière d’emplois, notamment de contrats aidés, il lui arrive de couper, d’hacher et de trancher. Lui règne en maître dans beaucoup de domaines au sein de la collectivité tandis que sa femme (la deuxième) règne en véritable maîtresse de cérémonie dans tout ce qui concerne réception, bouffe et compagnie. A la fin de chaque cocktail, c’est d’ailleurs la madame du chauffeur qui embarque toute la boustifaille, boissons, même le champagne, et bouquets de fleurs y compris dans les voitures personnelles. Et même pour les cocktails déjeunatoires ou dînatoires pour lesquels la collectivité fait appel à un traiteur, c’est toujours la madame, agent de la collectivité, qui gère tout. Et qui, bien entendu, à la fin de chaque repas, remballe tout « le manger ». Il y aurait de quoi, paraît-il, ouvrir une superette entière avec tout ce qu’elle a ramassé comme « restes » depuis qu’elle a été embauchée. Ce même chauffeur a par ailleurs souvent droit à des voyages « professionnels » à Madagascar, à Maurice, en métropole… Mais l’histoire ne dit pas s’il est contraint d’amener à chaque fois la voiture de l’exécutif (son outil de travail) dans sa valise pour faire son job une fois qu’il arrive sur place. Vous l’aurez compris que tout cela se fait avec l’argent des contribuables.

« Monsieur Propre »

Mais bon, personne n’ayant encore déposé plainte, la justice ne peut donc pas intervenir. Et n’étant pas moi même justicier, ni procureur de la République, je ne vais donc pas les jeter en pâture sur la place publique. Chacun à sa place et les vaches seront bien gardées. Tout le monde aura compris que si la justice devait condamner tous ceux qui recrutent politique, nombre de maires, de présidents de collectivités, de chambres consulaires, d’EPCI, de SPL, seraient depuis longtemps à l’ombre à Domenjod, au Port ou à Cayenne. Cela dit, on me raconte que certains élus responsables de certaines collectivités commencent à baliser sans doute par crainte d’être bientôt rattrapés par la patrouille au cas où certains de leurs collaborateurs à double (voire triple) casquette professionnelle se feraient coincer par la justice. Donc préférant prendre les devants en s’érigeant en « Monsieur Propre », certains commencent déjà à faire le ménage autour d’eux… A suivre !

Rien à voir avec ce qui précède. J’ai appris par un journal régional de la place que deux agents de la Région « ont été virés pour faute grave professionnelle ». Les noms de ces agents sont donnés dans l’article. Je ne fais que reprendre : il s’agit de Jean-Philippe Karouby, qui fait fonction de responsable de l’agence parisienne de la pyramide inversée et d’Olivier Bassand, collaborateur de cabinet. Toujours selon l’article du journal en question, leur employeur vient de se rendre compte, après des années, que les deux collaborateurs avaient chacun une société. C’est pas bien ça ! Leur employeur n’était pas au courant, dit-on. Reste à prouver maintenant qu’ils avaient bien chacun une société et qu’ils étaient surtout rémunérés par leur société respective. On me dit que ces derniers, qui ne sont pas des enfants de chœur, ne vont pas se laisser faire et qu’ils pourraient même entreprendre une démarche judiciaire pour constater la « nullité » de la procédure employée par leur employeur car, avant même de recevoir leur pli par huissier et avant même de pouvoir apporter la contradiction à ce qui leur est reproché, ils ont appris leur « licenciement » sec,sans indemnités par le journal. D’habitude, en pareille situation, c’est soit l’huissier de justice, soit le facteur de la Poste qui est chargé de transmettre la nouvelle… Je ne vais pas m’étendre davantage sur ce sujet. Je sais que l’un des collaborateurs est très malade. Il souffre sérieusement du cœur.. Quant à l’autre, celui de Paris, il paraît qu’il est tombé des nues en apprenant la nouvelle d’autant que celle-ci, par journal interposé, émane de quelqu’un qu’il connaît très bien, c’est-à-dire de son employeur qui est aussi son témoin de mariage. Enfin, il est dit également qu’il pourrait s’agir là d’un règlement de compte politique car l’un des collaborateurs est très proche à la fois de Nassimah Dindar et de Jean-Paul Virapoullé, et l’autre très proche de Michel Fontaine. Autrement dit, ils sont proches de ce que certains pourraient qualifier de « dinosaures ». Laissons à la justice faire son travail. Mon petit doigt me dit que cette affaire devrait prendre très rapidement la direction des cabinets d’avocat. Et qu’elle pourrait même constituer une espèce de déclic, de début d’ouverture de la boîte de pandore dont on dit que les dommages collatéraux risqueraient d’être douloureux. Mais promis, je ne vais pas m’étendre sur le sujet. Il y a la justice pour ça.

Un cocktail gargantuesque pour la Chambre des Métiers

Toujours rien à voir avec ce qui précède… Il paraît que l’anniversaire des 50 ans de la Chambre des Métiers a été un véritable succès. Un grand moment d’émotion au point que l’ancienne épouse de feu Hilaire Maillot (celui qui a présidé cette Chambre durant 20 ans) est carrément tombée dans les pommes vendredi soir sur la scène du théâtre de Champ-Fleuri sous les yeux ahuris des 900 personnes présentes parmi lesquelles les officiels de La Réunion (préfet, président de Région, représentants des autres collectivités, Huguette Bello, maires…). Une élue présente, médecin ophtalmo de profession, est venue à la rescousse de la dame qui, fort heureusement, a assez rapidement repris ses esprits. Après les discours, beaucoup trop longs pour certains, tout le petit monde, visiblement affamé, s’est rué sur le cocktail dînatoire servi par un traiteur sous les tentes dressées sur le parvis du théâtre. Il y avait à boire et à manger. A gogo. Pas moins de seize plats. Et le champagne a coulé à flot. Plus de 200 bouteilles auraient été commandées. Un des chauffeurs présents, visiblement amateur de l’eau coco (il s’est servi plus d’une fois dans le frigo du traiteur) est allé même apporter à manger à une employée de la fonction publique territoriale restée chez elle sur les hauteurs du chef-lieu. Devinez qui a joué à la cheffe pour gérer sur place ce cocktail livré par le traiteur ? Je vous le donne en mille. Et devinez qui s’est chargée de tout embarquer dans sa voiture, bouteilles de champagne y compris, à la fin du cocktail ? Idem, je vous le donne en mille. Galanterie oblige, son mari lui a donné un bon coup de main. Au fait, qui a payé la facture pour ce beau et gargantuesque coquetèle ? Il n’y a certes plus d’argent pour renouveler des petits contrats de travail dans les collectivités locales, mais force est de constater qu’on finit toujours par en trouver lorsqu’il s’agit de faire la fête. C’est souvent comme ça ! S’il y en a bien un qui ne regrette pas d’avoir fait le déplacement, c’est sûrement le président Didier Robert dont la collectivité est très sensible à l’artisanat. Il n’y avait qu’à voir le nombre d’élus et de collaborateurs de cabinet présents à cette grande fête des artisans réunis autour du conseiller régional et vice-président de la Région Bernard Picardo, visiblement très heureux de la réussite de cet événement. Des mains Didier Robert en a serrées par centaines ce soir là. Bizarre, le Département s’est montré très discret sur cette manifestation. La collectivité avait dépêché Viviane Ben Hamida-Payet, qui ne s’est pas attardée. Il faut dire que Cyrille Melchior avait beaucoup donné pour sa part dans l’agricole en se rendant par deux fois à la foire de Bras-Panon aux côtés des agriculteurs et éleveurs locaux.

Bello-Bareigts : coup de foudre politique

Didier Robert avec les artisans, Cyrille Melchior avec les agriculteurs et Huguette Bello-Ericka Bareigts avec les agents hospitaliers du CHU en grève manifestant contre la suppression envisagée de leurs primes. Nous n’avons pas beaucoup vu pour une fois Jean-Hugues Ratenon, qui a demandé en début de semaine à la ministre de la Justice de jeter à la poubelle l’amendement Virapoullé (alinéa 5 de l’article 73 de la Constitution). Laquelle lui a fixé une mission : aller à la recherche d’une « convergence » entre tous les députés locaux avant de revenir à la charge. Pour l’instant, ce n’est pas encore gagné. Mais ça « brûle » ! Ratenon ne désespère pas.

Revenons à Bello-Bareigts. Avez-vous remarqué comme moi que ces deux là ne se quittent plus d’une semelle. « Pas un pas sans Bata », comme dirait la pub. L’une est patronne de PLR (Pour La Réunion), l’autre est PS-En Marche, en fonction de la direction du vent. Un peu comme M.Orphé (en deux mots : Monique Orphé), présidente de « La Réunion en avant ». En avant-Marche !

Bello-Bareigts, le nouveau duo, ensemble main dans la main. On les voit un peu partout en première ligne. Comme à l’ancienne médiathèque de Saint-Paul. Elles comparaîtront d’ailleurs ensemble au tribunal. Elles ne se quittent plus. Un vrai coup de foudre politique qui laisse augurer des actions communes à venir ? Huguette Bello n’est pas rancunière. Gilbert Annette lui avait claqué la porte au nez lors des sénatoriales, lui préférant les centristes Michel Dennemont et Thierry Robert afin d’obtenir un demi poste au Palais du Luxembourg à une élue socialiste de Saint-Denis, mais Mme Bello lé pas là ek ça ! Une élection en chasse l’autre. Il faut maintenant préparer les municipales et les régionales. Et rien ne dit que PLR et PS version Annette-Naillet-Bareigts c’est-à-dire un « PS En Marche » ne referaient pas un bout de chemin ensemble afin de tenter de contrecarrer le pouvoir d’influence que semble se bâtir progressivement la France Insoumise avec Ratenon au sein d’une frange de la population socialement modeste qui ne peut déjà plus « sentir » Macron après seulement un an de règne. Bello-Bareigts, un duo à ne pas perdre de vue. L’une aurait déjà les yeux rivés sur Saint-Paul et l’autre sur la pyramide du Moufia, mais les deux pourraient s’entraider en usant de leur statut de parlementaire dont le mandat court jusqu’en 2022.

Patel, Morel, Dindar, des élus à « abattre »

Puisque l’on parle des municipales, et de Saint-Paul en particulier, restons-y pour évoquer le cas Patel Ibrahim, le président de la CCIR, non pas pour vous narrer la « chiasse » qu’il s’est chopée dans la Grande-Ile il y a bientôt trois semaines après avoir mangé quelques camarons avariés au détour d’une mission (ça peut arriver à n’importe quel estomac occidental et je ne vais évidemment pas éditorialiser sur un tel sujet), mais pour interpeller le vice-président de la Région qui continue à croire qu’il va être aidé justement par le président d’Objectif Réunion pour conquérir Saint-Paul. Soit Patel est dupe, soit il est bête comme un balai. Pas plus tard que vendredi dernier, lors d’un cocktail gargantuesque à Saint-Denis il était toujours en quête de ce soutien. Il laissait clairement entendre à son interlocuteur qu’il fallait demander « à Bénard de rentrer dans les rangs » (comprenez Alain Bénard, collaborateur de cabinet à la Région) car Patel est persuadé d’avoir déjà pignon sur rue à Saint-Paul, que son mouvement « Saint-Paul autrement » est déjà bien ancré dans la commune, que « Giovani Poire, Fabrice Marouvin » et lui même mènent déjà activement campagne sur le terrain, que plus rien ne pourra l’arrêter dans sa course vers la mairie de Saint-Paul. Patel le grand rêveur. Il n’a rien compris au film. Et pourtant, c’est simple comme bonjour. N’importe qui à sa place aurait tout de suite compris pourquoi il « dérouille » et pourquoi il va encore « dérouiller » hebdomadairement dans une certaine presse. Il lui faudrait se poser certaines questions : d’où viennent les boulets de canon (remplis d’eau) ?  Qui pourrait bien vouloir  sa perte ? Ne commence-t-il pas à prendre un peu trop de place sur Saint-Paul ? Ne commence-t-il pas à faire de l’ombre à d’autres qui ne disent encore rien pour l’instant mais qui n’attendent que le moment venu pour se présenter dans cette commune de l’Ouest en sachant que le chemin qui mène vers certains châteaux ne sera plus pavé de roses d’ici à 2021 ? Patel subira les mêmes foudres médiatiques ciblées qu’a subies jusqu’ici (et que subira sans doute encore) Nassimah Dindar. Tout comme Jean-Jacques Morel sur Saint-Denis – bon avocat soit dit en passant -, parce qu’il faut couper toutes les têtes qui dépassent à droite. Et il y a des mercenaires qui ont été payés (ou subventionnés) pour faire le sale boulot. En tout cas si Ibrahim Patel veut gagner Saint-Paul – ce qui n’est pas encore fait – car Sini n’a pas encore dit son dernier mot, il ne devra compter que sur lui même.

Pour finir, un mot sur Annick Girardin, la ministre des Outre-mer qui est arrivée à Mayotte, hier. Elle y restera jusqu’à demain, mardi pour, peut-on y lire sur le Facebook du préfet Dominique Sorain, « rencontrer les Mahorais, élus, syndicats, représentants des organisations patronales ». On y apprend encore qu’elle devrait évoquer « les engagements de l’Etat autour de la jeunesse, de l’éducation, des transports, de la santé et de l’habitat ». Quid de la sécurité et de l’immigration Mme la ministre et Monsieur le préfet ! Ces deux gros dossiers ne figurent pas à l’ordre du jour. En tout cas, pas sur la page Facebook de la préfecture de Mayotte. A en juger par cette même page, on dirait que tout va à présent pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles à Mayotte où l’on peut voir Annick Girardin et Dominique tout sourire avec un collier de fleurs autour du cou. On finirait presque par oublier que la terre a tremblé par deux fois en à peine trois jours d’intervalle là-bas. Des colliers de fleurs et des danses pour accueillir des ministres ou des hauts fonctionnaires d’Etat dans une collectivité territoriale qui croule sous le poids de la misère sociale et économique. Franchement pathétique ! Pitoyable ! A-t-on déjà vu ça dans un département français de l’hexagone ? Faut croire qu’en France ultramarine, certains n’ont pas encore brisé les chaînes ! S’il y en a un qui ne se soucie guère de toutes ces « valseuses de la République », c’est bien le Président Macron qui, depuis jeudi, se repose avec Brigitte dans le Fort de Bregançon à Bormes-les-Mimosas dans le Var. A chacun sa vie. De bidonville pour les Mahorais. De château pour le chef de l’Etat et son épouse. A chacun sa vie !

Y.M.

([email protected])

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Poster un Commentaire

24 Commentaires sur "Vous avez dit « embauches politiques » ?"

avatar
plus récents plus anciens plus de votes
Clindoeil
Invité
Clindoeil

Merci ! Merci ! De bien bonne ligne lu… tip top !
Mais comment vous savez tenir le suspens pff
Ouep Bello-Bareigt sont devenu copine comme cochonne toute les 2… une affaire à suivre !!!
Pour les embauches, plus rien nous étonne. Vous nous dévoiler les dessous des couillices de la Région et par des moindres, le bon comme le mauvais côté… c’est bon ça !!! Lol et de plus ptdr j’avais compris (mon esprit malsaine sûrement) que celle qui ramassait « le manger » à la fin de tout les évènements, c’était Farah Caillé ptdr oh que c’est méchant !!!

popol
Invité
popol

Monsieur Monrouge, à vous lire il ne se passe rien à Saint André et pourtant: à fayard, chemin l’étang, l’insécurité dans la ville, l’état d’insalubrité rien.Arrêter d’enfumer les gens et les endormir, je ne sais pas qui vous paye alors !

Drein a lui
Invité
Drein a lui

Regarde côté route Cilaos, rien n’avance pas depuis 10 ans, fallé gagne galet sur zot tête pour Rouvert et tire maloye dans les cannettes . Allais marcher foutord laisse VIRAPOULLE tranquille dont

Manioc foutor Marre
Invité
Manioc foutor Marre
C’est la k c’est bon Mr Montrouge. J’ai lu l’edito de Mr Tillier et je viens de lire le votre( ben oui mi apprécié zot 2 mais mi nena in ti préférence pou ou parceque out touche d’humour y fait du bien). Soit ! Comment se fait t’il qu’autant de mafieux , de délinquants en col blanc soient toujours en liberté et entrain de nous escroquer ?? A quand un hélicoptère de gendarmerie et un dispositif de forces de l’ordre au dessus des maisons de ces dangereux psychopathe ?? Parceque lorsqu’on vole , detourne, gaspille, cache, blanchit l’argent du contribuable… Lire la suite »
Nicolas le malouin
Invité
Nicolas le malouin

Enfin un bon edito..mais la brigade financiere risque de venir vous demander de vous expliquer un peu plus..

carnaval chez chéloi
Invité
carnaval chez chéloi

Ben tant mieux. Enfin n’y croyons pas trop………
Il faut envoyer l’édito au Canard dechainé…
trop fort les élus magouilleurs et leurs alimentaires sans honte dans une île avec tant de pauvreté et de chômage.

Gite
Invité
Gite

Monsieur Montrouge paraît il qu’il y a un gîte du côté de la plaine des cafres appartenant à une des personnes dont vous parlez. Fouillez bien , photo y arrive matelot

République française
Invité
République française

Une excellente idée ce lundi matin pour déposer une plainte auprès du procureur Tuffery pour ces détournements de deniers publics notamment pour ces 2 agents de la collectivité, niveau bac moins 5- qui visiblement n’ont pas à manger chez eux. En copie je tacherai de mettre M.Macron et Madame la ministre de l’outre Mer afin qu’au plus haut niveau de l’Etat français soit au courant des pratiques ( de la mafia) qui s’opere Dans cette collectivité ….

Ripoux
Invité
Ripoux

I aime la bouffe, la fesse, l’arzent à la pyramide inversée. Mi té conné pas ça woui. Mi apprenne des choz avec free dom. Vivre la libertée , vive le manzé coquetelle, vive ben zenploi fictive, vive la fin d’un epizode

Joe
Invité
Joe

Heureusement mme dindar n’a pas ètè condamnèe ainsi que ses deux ex conseiller gerenaux,car sinon fontaine devrait depuis longtemps croupir en prison il y a qu’à voir le nombre de personnes qu’il a embauchè au collège de ligne des bambous depuis l’arrivèe de melchior. Après fontaine dit qu’il n’yà plus contrats. Comment la il trouve, cela dèpends pour qui il n’ya plus?

Maillot 2 pieces
Invité
Maillot 2 pieces

Quelle crédibilité le président Didier ROBERT a t’il encore en embauchant ce type d’individus, qui se sert de l’argent des contribuables aux yeux de toute la population? Comment allons nous voter encore en 2021? Impossible de glisser un bulletin dans l’urne pour lui car au final son équipe est indécente vis à vis des administrés que nous sommes.

Goutanou
Invité
Goutanou
Embauches politiques et familiales , sans compétences, ni qualification , souvent d’un niveau CE1 + 3 AVEC DES SALAIRES TRES ELEVES .Petits Embauchés sur petits contrats avec petits salaires dérisoires , pour calmer mécontentements , parfois avec en niveau BAC + 3 . Cherchez l’erreur ! Là où règne l’injustice , il ne peut y avoir du respect . Mon vote ne servira plus à nourrir les vices et combines des élus . Puisque mon vote leur rapporte énormément , je réclame ma part « ‘ une indemnité égale au mandat en jeu  » . Sinon je ne vois pas pour… Lire la suite »
Moca
Invité
Moca

Chauffeur ou l’a pas honte

vusurleweb
Invité
vusurleweb
Quelle insolence / indécence / irresponsabilité /immaturité tous ces élus regionaux departementaux municipaux ou consulaires organisant avec des fonds publics ces grandes soirées festives au coût de plus en plus exorbitant! Quelles sont les sommes mises en jeu sans retour sur investissement…alors que d’autres priorités/urgences sociales et sanitaires ne sont pas assurées. Dipavali,jour de l’an chinois,fin du ramadan/fête d’Abraham,anniversaire de la chambre des metiers,ou autres soirées d’associations plus alimentaires qu’humanitaires …sont occasion à festoyer et ce sont les contribuables qui passent à la caisse chaque année ! Jusqu’à quand durera cette gabegie qui s’apparente à de l’abus de bien public…… Lire la suite »
Sorcière 97417
Invité
Sorcière 97417

Je love l’édito, je love Monsieur Yves, je love tout ce qui est dit, je love la Life! Live is beautiful by Montrouge ()

Pourquoi pas ici
Invité
Pourquoi pas ici

la maire d’Aix-en-Provence vient d’être condamné pour favoritisme et emplois familiale. Elle a écopé de 18mois de prison dont 9 ferme et 10 ans d’inéligibilité.
Pourquoi est ce que la justice ne s’applique pas ici à la Réunion?

Goutanou
Invité
Goutanou

Si on applique la même justice à la Réunion on pourrait créer des milliers d’emplois : enquêteurs, policiers , greffiers , secrétaires , juges , avocats , journalistes, gardiens de prison . Architectes et tous les métiers en lien avec le bâtiment pour construire des nouvelles prisons et là on ne compte plus les créations d ’emplois . Ainsi , on diminue énormément le chômage. Effectivement , pourquoi pas !

T ouais
Invité
T ouais

Voilà une piste sérieuse pour enrayer le chômage. Si ces gens se retrouvent devant un bon juge parisien spécialement nommé pour eux eh bien notre avenir peut être meilleur. Ben oui la justice copinage locale on en a marre .Eh c’est peut-être ce qui se passera quand edwy plenel informera via son site la brigade anti corruption parisienne . nous avons encore l’espoir d’une Réunion meilleure. Les mafieux à l’ombre avec leurs semblables délinquants. Ils pourront s’échanger des tuyaux, ils ont tant en commun.

Noelle
Invité
Noelle

Bravo Yves montrouge pour dénoncer toutes ses magouilles .

RÉUNIONNAIS
Invité
RÉUNIONNAIS

C’est inquiétant de voir ce qui se passe. La presse doit être un contre pouvoir car c un signe de démocratie.

opopo!!!
Invité
opopo!!!
A l’est rien de nouveau !!!! Bizarre …bizarre …je suis d’accord avec popo !!! ….il ne se passe rien dans l’est : St-André…St-Benoit …Bras-Panon ….la plaine des palmistes ….etc .Un bon journaliste doit avant tout être objectif ..et surtout sans partie prie ….On a bien compris YM cible toujours le président de la Région …et cela en permanence …il ne faut pas oublier ou il fut un temps il collaborait directement avec le président de la Région …et la il n’y avait pas de problème …..contrairement J.THILLIER qui n’hésite pas à dénoncer …même les personnes proches d’une certaine collectivité …la… Lire la suite »
Django
Invité
Django
J .Thillier n’est pas non plus une référence d’objectivité . Tous ses éditos , c’est les mêmes rengaines, tatie nassima , aurar , t. Robert , sdis , lacouture . Il prend soin d’avertir qu’il ne dénonce pas ce qui se passe chez ses Amis de la region et de saint pierre .. Tous les 2 éditeurs perdent de leur crédibilité par leurs partis pris . Leurs articles deviennent répétitifs voire lassants et perdent de leur intérêt . Ce qui est dommage pour les articles et encore plus pour les 2 jounalistes .
Marie Joseph - Antoinette
Invité
Marie Joseph - Antoinette

Les Agents du conseil régional ont faim comme ca . En manque de nourriture, ou tout simplement en vol de nourriture. On en apprends des news avec Free dom- c’est écœurant , tout ce cinéma marde in REGION RÉUNION

Damax
Invité
Damax
Concernant votre article sur les supposés avantages et autres abus qui selon vos dires peuvent faire l’objet de poursuites, je vous trouve très prompt à lancer des accusations. Vous êtes journaliste et il me semble que c’est votre rôle de dénoncer ces faits avec précisions et arguments vérifiés pour que la justice s’empare de ces « affaires ». Pour l’heure et en l’état, vos affirmations restent du domaine de la rumeur et des insinuations. Pas de noms, donc on peut tout avancer. J’apprécie votre travaille depuis toujours Monsieur Mont-Rouge mais je pense que si vous vous lancez dans « l’investigation » il faut y… Lire la suite »