/

1 an après sa réélection au Département, Cyrille Melchior dresse un premier bilan de son mandat (VIDÉO)

29 min de lecture

Une conférence de presse très dense, l’occasion pour le président Melchior de dresser un bilan d’une année d’actions depuis sa réélection à la présidence du Département en juin 2021. Bilan concernant tous les champs de compétence de la collectivité avec la part belle faite au social dont c’est sa principale compétence. Plusieurs annonces ont été faites par le président Melchior à cette occasion. Il se livrera au même exercice demain matin, mercredi 22 juin, à l’occasion de la session plénière qui se déroulera dans l’hémicycle du palais de la Source à Saint-Denis.

Cyrille Melchior était entouré pour l’occasion de certains élus parmi lesquels Jeannick Atchapa, vice-président chargé des finances, Béatrice Sigismeau, Augustine Romano et Eglantine Victorine. Sans compter des administratifs dont le DGS Michel Courteau.

Le président du Département a d’abord laissé la parole au maire de Bras-Panon, Jeannick Atchapa pour la partie financière. L’assemblée plénière examinera, demain, mercredi, le compte de gestion 2021, le compte administratif 2021 et le budget supplémentaire 2022. Le budget du Département s’élève à 1,415 milliard d’euros.

Les dépenses de fonctionnement augmentent de 4,5% (924 M€ en 2021) en raison notamment de la crise sanitaire et des aides aux communes dans le cadre du Pacte de solidarité territorial. Les dépenses d’investissement augmentent quant à elles de 18% (182 M€ au compte administratif de 2021). Les recettes de fonctionnement augmentent de 8% (1,1 milliard d’euros) sans hausse des taux de la fiscalité. Sur ces 1,1 milliard d’euros, 568 millions d’euros dépendent de la conjoncture. « En effet, les recettes du Département sont fortement dépendantes de la conjoncture. C’est le conjoncturel qui finance le structurel », a rappelé Jeannick Atchapa. Les recettes d’investissement s’élèvent à 90 millions d’euros. Elles sont en baisse car le Département a moins emprunté par rapport aux années précédentes. Les ratios sont positifs. L’encours de la dette est de 360 € par habitant. L’enjeu de cette mandature est de maintenir des ratios corrects.

Concernant le budget supplémentaire 2022, il y aura 45,1 millions d’euros de crédits supplémentaires (31 M€ en Fonctionnement et 14 M€ en Investissement). Pour le budget primitif et le budget supplémentaire, à noter globalement plus de 100 millions d’euros de dépenses de fonctionnement et plus de 35 millions d’euros en Investissement par rapport à 2021.

« La Collectivité départementale fait preuve d’un fort dynamisme budgétaire, permis à ce stade, par une situation financière qui reste dans l’ensemble satisfaisante », a insisté le vice-président Atchapa.

En lien avec la reprise des résultats 2021, le projet de Budget Supplémentaire 2022 confirme le volontarisme de la Collectivité, avec un niveau de dépenses supplémentaires de près de 45 M€ notamment dans les secteurs de l’insertion, de l’aide à domicile, de l’enfance et du soutien au monde agricole. Face au niveau de sollicitation très élevé, qui s’effectue sans surcroît notable de recettes, le Département fera preuve de la plus grande vigilance à ce sujet, tout au long de la mandature.

Sur le plan financier, la performance de gestion est inséparable de la transparence et la sincérité comptable. D’où l’inscription du Département dans une démarche innovante de certification des comptes. Ce travail a permis la certification en 2021 de plusieurs cycles comptables comme la gestion de la paye ou des recettes. Les services poursuivent actuellement leurs efforts en vue d’aboutir à une certification d’ensemble des comptes. L’excédent 2021 est de 67,05 M€.

Quelques données essentielles sont à retenir du compte de gestion du budget principal :

En fonctionnement, le résultat à la clôture de l’exercice 2021 s’élève à +208,50 M€.

En investissement, le résultat à la clôture de l’exercice 2021 s’élève à -114,36 M€.

Après déduction des restes à réaliser en dépenses (2,40 M€ en investissement et 24,67 M€ en fonctionnement), l’excédent final disponible s’établit à 67,05 M€. Le montant consolidé du budget supplémentaire pour l’exercice 2022 s’établit à 87 M€ (y compris restes à réaliser). « La collectivité est résolument tournée vers l’investissement », a expliqué Cyrille Melchior. Ecoutez le président du Département, il est au micro d’Yves Mont-Rouge :

Un premier bilan des « 10 ambitions » du Plan de mandature 2021-2028

Un an après les départementales, Cyrille Melchior a souhaité également faire un point d’étape sur le Plan de mandature qui avait été adopté à l’unanimité en début d’année. Un Plan pour la période allant de 2021 à 2028. Il en sera question à l’occasion de la session plénière de demain à travers l’examen des actions qui ont été menées ces derniers mois en pleine crise Covid.

Au profit des plus fragiles, les dispositifs Pass Bien-Être et le Chèque d’accompagnement personnalisé alimentaire et hygiène (CAPAH) qui ont permis d’accompagner des milliers de familles réunionnaises ont été prorogés. Il en est de même pour le R+ qui a permis d’atteindre 4 600 contractualisations dans un parcours d’insertion.

Parmi les autres mesures phares mises en œuvre, on citera notamment le renforcement du dispositif d’accompagnement des malades, la mise en place du Plan 5 000 Licences, la création d’une direction dédiée à la jeunesse, le lancement de la Caravane d’accès aux droits et à l’information ou encore le déploiement du Plan Bien-Être dans les EHPAD. À travers les investissements du Département, 182 M€ sont injectés dans l’économie locale (en hausse de 20 % par rapport à 2020) via les travaux, au bénéfice des entreprises locales.

Ces grands projets du Département intègrent la démarche de transition écologique et solidaire. C’est le cas du Plan AgriPéi2030 avec un volet important consacré au bio ou encore de l’aménagement routier et hydraulique à travers une stratégie de gestion globale de l’eau. Le Plan 1 million d’arbres pour La Réunion (P1MA) constitue le projet écologique emblématique de la mandature.

Ecoutez Cyrille Melchior, président du Département, sur le Plan de mandature :

Rappelons que ce Plan de mandature compte « 10 ambitions ».

Ambition 1 : Renforcer l’accès aux droits et la prévention, répondre à l’urgence sociale

– Inauguration de la Caravane d’accès aux droits et à l’information, nouveau service départemental de proximité́ qui sillonne désormais les quartiers des Hauts de l’île.

– Insertion : Le Département s’est positionné comme précurseur dans l’expérimentation du Service Public de l’Insertion et de l’Emploi (SPIE). C’est une solution pour décloisonner les politiques publiques, la conception du Programme Départemental d’Insertion 2022-2024 (PDI), et l’expérimentation du dispositif R+ reconduit après un bilan positif + pour 4 600 bénéficiaires.

– Violences Intrafamiliales : 13 ISCG réparties sur le territoire.

Ambition 2 : Accompagner les parents, protéger les enfants et favoriser leur réussite

– Amélioration et renforcement de moyens pour la CRIP ou Cellule de Recueil d’Informations Préoccupantes. Elle gère les signalements de mineurs en danger.

– Amélioration de la prévention avec la structuration des PMI : mise en place d’ateliers parentalité jours (massage bébé) : 100 familles bénéficiaires / an, Intervention des TISF (techniciens d’intervention sociale et familiale) dans la gestion du quotidien avec le bébé – 120 familles

– Soutien à l’association pour l’éducation de la jeunesse réunionnaise qui gère une maison d’enfants à caractère social ;

– Renforcement de l’offre d’accompagnement et d’accueil des enfants à protéger avec la poursuite du Plan de recrutement pluriannuel des assistantes familiales pour faire face aux nombreux départs à la retraite et à l’augmentation du nombre d’enfants confiés à l’ASE.

Ambition 3 : Protéger et accompagner les plus vulnérables

– Déploiement du Plan Bien-Être pour les résidents des établissements sociaux et médico- sociaux.

– Développement de l’offre médico-sociale, en procédant à la création de places d’hébergement en structures spécialisées et en rénovant certains établissements (près de 300 places). Un plan de création de places étalé sur 5 ans a ainsi débuté en 2021.

– Renouvellement du dispositif Pass Bien-Être qui a permis au public d’accéder à des prestations de bien-être, tout en contribuant à la relance économique du territoire (600 opérateurs agréés et 46 000 bénéficiaires).

– Doublement des chantiers et des moyens pour l’amélioration de l’Habitat : 4 000 chantiers et 40 000 € alloués par an en soutien des TPE et PME réunionnaises à travers la révision des bordereaux de prix unitaires et la délivrance d’agrément de groupements d’entreprises.

Ambition 4 : Favoriser la réussite des jeunes, en faire des citoyens

– 2021 est marquée par le renforcement du partenariat avec les mission locales, dans le cadre de la Stratégie Nationale de Lutte contre la Pauvreté́ avec entre autres des crédits alloués pour l’embauche d’animateurs numériques.

  • –  Des expérimentations destinées à contribuer au mieux-être psychique des jeunes ayant un parcours de vie difficile ont été mises en œuvre.
  • –  Reprise des actions citoyennes dans les collèges et les associations : Concours d’éloquence collège 2022 – Spot anti-tabac – Ciné Collège.

Ambition 5 : Démocratiser la culture, valoriser le patrimoine, promouvoir le sport

– “Plan 5 000 licences”, lancé en avril, vise à garantir l’accès de tous à la pratique du sport. Un budget de 500 000 € a été consacré au financement de licences de loisir et de compétition. 
-  Labellisation de La Réunion, Terre de jeux 2024 constitue aussi un événement marquant.

–  Promotion de l’identité créole à travers la participation active du Département aux Etats Généraux du multilinguisme dans les Outre-mer ou encore la publication des premiers guides des musées en langue créole.

–  14 projets innovants soutenus en 2021 dans le cadre de la mise en œuvre du Fonds dédié à la lutte contre la fracture culturelle, 8 tournées d’artistes dans des lieux excentrés

Ambition 6 : Accompagner La Réunion vers une agriculture durable visant la souveraineté́ alimentaire

– Poursuite du plan AGRIPéi 2030 qui prévoit de développer l’agriculture réunionnaise en privilégiant un modèle familial, durable et diversifié.

– Soutien en 2021 de 500 producteurs indépendants de fruits et légumes et 1 400 agriculteurs à la suite du passage de batsiraï.

– Avancement du projet MEREN qui vise au déploiement d’un réseau hydraulique dans l’Est et le Nord. – Validation du plan BIO départemental.
- Ouverture du premier magasin de producteurs au Domaine Archambaud.

Ambition 7 : Faire de la ruralité́ un espace majeur de l’aménagement de notre territoire

– Démarrage des travaux de reconstruction de l’éco-gîte du Volcan qui intègre une démarche de Haute Qualité Environnementale à la hauteur des enjeux de préservation de l’environnement de ce site exceptionnel.

–  Travaux de modernisation des Thermes de Cilaos et le nouveau projet pour l’Hôtel des Thermes avec la signature d’un bail emphytéotique.

–  L’hôtel Rontaunay est entré en phase opérationnelle avec la démolition des anciens locaux.

–  Soutien aux 24 communes à travers le Pacte de Solidarité́ Territoriale de 2e génération (PST2).

– Sécurisation des routes : 7 radiers supprimés.

Ambition 8 : Préserver et valoriser durablement nos ressources

–  Le Plan 1 million d’arbres pour La Réunion est passé à la vitesse supérieure avec la création des pépinières départementales. Il vise à la réintroduction des espèces endémiques et indigènes de La Réunion, dans les espaces publics urbains et périurbains. Depuis son lancement, 90 000 arbres plantés à ce jour.

–  Les actions du Département en matière de maitrise et de production d’énergie renouvelable se poursuivent.

–  Dans le volet hydraulique, une expérimentation de pompe innovante « sans électricité́ » a été menée, en vue d’un déploiement ultérieur plus large sur le territoire. Ces actions s’inscrivent dans le cadre du Plan Départemental de Transition Ecologique et Solidaire adopté en mars 2021, un outil de grande ampleur qui concerne tous les acteurs du territoire.

–  L’engagement du Département en faveur de l’Environnement se consolide à travers l’adoption d’un Plan interne de prévention et de gestion des déchets et d’un Plan de mobilité́ interne, inscrit à l’ordre du jour de la Séance Plénière de ce Mercredi 22 juin.

Ambition 9 : Développer les échanges et la solidarité dans l’océan Indien

– Valorisation de l’expertise réunionnaise : sous l’étendard de la Francophonie, le Département poursuit le programme de formation des élus et des cadres comoriens avec un cofinancement du Ministère français des Affaires étrangères.

– Les cofinancements des missions de Volontariat de Solidarité́ Internationale à Madagascar, aux Comores, aux Seychelles, en Tanzanie et en Inde, continuent pour contribuer à favoriser la mobilité́ de la jeunesse réunionnaise à l’international.

– La solidarité internationale a pris corps avec l’aide d’urgence à Madagascar après le passage de Batsiraï.

Ambition 10 : Simplifier les démarches de nos publics

– Optimisation de l’accueil des usagers dans les 29 Maisons Départementales, à travers le déploiement d’un outil de recensement “Portail SOLIS” qui recense et qualifie les demandes des usagers.

– Amélioration des délais d’instruction et sécurisation des processus : l’aide personnalisée à l’autonomie (APA), l’amélioration de l’habitat.

– Expérimentation, mise en place de solutions innovantes : amorce du lab d’innovation public avec comme sujet d’expérimentation l’accueil dans les MD

– formation au design de services de 10 chefs de projet.

– Évaluation avec la mise en place de systèmes de pilotage de la collectivité et des satellites en cours.

– Association des citoyens avec l’approbation du cadre d’intervention du budget participatif.

Création de 2 000 places nouvelles pour les personnes âgées d’ici à 2030

Autre gros dossier sur lequel seront appelés à débattre puis à voter les conseillers départementaux, demain matin, c’est « la stratégie de l’évolution de l’offre d’accueil à destination des publics vulnérables ». Il sera question de création de structures d’accueil pour la petite enfance, pour les personnes âgées et les personnes porteuses de handicap.

Pour les personnes âgées et adultes en situation de handicap

Il faut savoir que la Réunion compte actuellement :

– 25 établissements pour personnes âgées autorisées, pour près de 1 700 places.

– 5 Maisons d’accueillants familiaux ouvertes pour 52 places.

– 40 structures pour adultes en situation de handicap pour un total de 1 500 places.

Malgré tout, le territoire reste sous doté en places en établissements et services médico-sociaux. L’insuffisance de capacité d’accueil en ESMS (Établissements Sociaux et Médico-Sociaux) a pour conséquences des listes d’attente sur le secteur des Personnes âgées et sur le secteur des Personnes porteuses de handicap.

La stratégie du Département sur les prochaines années vise à poursuivre l’effort de rattrapage de l’offre d’accueil sur le territoire.

Les MAF

Le Département, qui a validé le dispositif MAF (Maisons d’Accueillants Familiaux), a fait évoluer le cadre d’intervention en 2019. L’organisation des MAF a été assoupli avec la mise en place d’un système de roulement des accueillants familiaux et la simplification des programmes de construction.

La première MAF a été ouverte en 2018 à Saint-André.

16 projets sont validés actuellement pour un coût total des dépenses d’investissement et de fonctionnement de plus de
4 M€, qui représentent 160 places. Aujourd’hui, 5 MAF ont déjà ouvert leurs portes pour une capacité de 52 places. Une centaine de places seront ouvertes d’ici au 1er semestre 2023. 7 projets sont en cours d’instruction pour une capacité prévisionnelle d’une centaine de places.

L’accueil des PA / PH en ESMS

Le Département vise à augmenter la capacité d’accueil en ESMS (Établissements Sociaux et Médico- Sociaux) à travers :

  • La création de 660 places dans les prochaines années ; avec l’ouverture d’un EHPAD au Tampon au 2e semestre 2022 (83 places) ; la création de 5
EHPAD (500 places) grace au travail acharné
du Département et de l’ARS ; l’extension

de places dans 3 EHPAD. Actuellement, La Réunion compte 1 552 places dans les EHPAD et EPA.

  • La création de 270 places en établissements et services pour les Personnes en situation de handicap comme les FAO, le FAM, les SAVS et le SAMSAH. Actuellement, La Réunion compte 1 490 places dans ces structures
  • 1 000 places créées dans les résidences services, les résidences autonomie et les structures d’habitat inclusif, avec de l’innovation et l’expérimentation de solutions nouvelles en partenariat avec les opérateurs sociaux.

En intégrant les MAF, 2000 places nouvelles seront créées d’ici à 2030.

Sur 30 pensions marrons inspectées, 22 ont été fermées

Sur les 50 pensions marrons identifiées, 20 ont fait l’objet d’un audit et 30 autres ont fait l’objet d’inspections conjointes du Département et de l’ARS en 2020 /2021.

Sur les 30 pensions inspectées, 22 pensions ont été fermées par les autorités de tutelles et 8 fermées par les gestionnaires ou requalifiées en accueil familial. Les structures fermées ont été suivies par un administrateur provisoire afin d’assurer l’accompagnement et le relogement des résidents.

273 résidents ont ainsi été relogés dans les établissements sociaux et médico sociaux PA/PH, les MAF, les familles d’accueil.

Le coût financier global du plan de résorption : 2,8 M€ co-financés par le Département et l’ARS à hauteur de 50 % chacun (soit un coût pour la collectivité de 1,4 M€).

La stratégie du Département sur les prochaines années vise à poursuivre l’effort de rattrapage de l’offre d’accueil sur le territoire à travers la création des structures.

Pour la protection sociale

Dans le cadre de sa mission de protection de l’enfance, le Département emploie 850 assistants familiaux. Le référentiel accueil familial est en cours de réactualisation.

L’attribution d’une dotation exceptionnelle de 153 € /mois /enfant sur une durée minimum de 4 mois a été votée en commission permanente dans l’attente de l’aboutissement des travaux
sur la revalorisation de l’indemnité d’entretien.

Le Département accompagne 2 500 enfants confiés à l’ASE dans le cadre d’un placement :
•1 900 enfants accueillis au sein des familles d’accueil agréées (Assistants Familiaux)
•et 795 en établissement.
La stratégie du Département vise à augmenter le nombre de places en établissement à travers :

  • La création de 223 places dans les établissements sociaux et médico sociaux (foyers de l’enfance, maisons d’enfants à caractère social (MECS), pouponnière, relais familiaux), pour un coût de 16 M€. Ces places sont réparties en foyers de l’enfance pour augmenter l’offre d’accueil d’urgence et l’accueil de fratries, dans les MECS pour l’accueil des adolescents et aussi des fratries, en pouponnière, dans les centres parentaux garantissant la place du père.
  • L’acquisition par le Département de 4 villas et l’affectation de 2 biens départementaux, afin de renforcer le nombre de places dans les foyers de l’enfance et favoriser l’accueil de fratries.
  • Le dernier axe de cette stratégie repose sur le soutien aux assistants familiaux. Une dotation exceptionnelle provisoire de 153 € /mois /enfant leur a récemment été attribuée, dans l’attente de l’aboutissement des travaux sur la revalorisation de l’indemnité d’entretien.

Des centres de ressources dans les 5 micro-régions de l’île seront créés. Ils permettront aux assistants familiaux et à nos services de l’ASE de se retrouver, d’échanger sur leurs pratiques et activités..

 

 

 

 

 

 

 

Yves Mont-Rouge

[email protected]
Téléphone : 0692 85 39 64

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Zumba Party au Tampon ce 25 juin

Article suivant

Le Département apporte son soutien à la filière canne

Free Dom