15 marins en mer depuis plus d’un an : inspection à bord du navire Meratus Jayakarta

3 min de lecture
1

Deux inspecteurs du Centre de Sécurité des Navires de la Direction de la Mer Sud Océan Indien ont procédé le 26 avril au contrôle du porte-conteneurs indonésien Meratus Jayakarta. Ils se sont entretenus de manière individuelle et confidentielle avec chacun des 22 membres d’équipage.

La durée excessivement longue des périodes passées à bord a été confirmée pour plusieurs marins. En effet, lors de l’inspection, il est apparu que:

–          13 marins ont embarqué depuis plus d’un an,

–          2 marins ont embarqué depuis plus de deux ans.

Le droit international maritime fixe la durée maximale d’embarquement à 11 mois. Cette dernière peut être dépassée avec le consentement préalable des marins concernés. Or ce point n’a pu être établi, les contrats de travail étant échus. Les marins ont exprimé le souhait d’un retour rapide dans leurs foyers dans le cadre d’un règlement consensuel avec leur employeur.

L’armateur s’est engagé à procéder à la relève de la quasi-totalité de l’équipage lors de la prochaine escale du navire à La Réunion dans moins de trois semaines. Cette durée permettra de répondre aux contraintes du recrutement et aux formalités administratives et sanitaires.

L’armateur a proposé aux marins embarqués un avenant à leur contrat de travail afin de régulariser leur situation. Cette proposition a été acceptée et donne aux personnels embarqués une perspective de retour prochain dans leurs foyers.

Les services de la Direction de la Mer, également en charge de l’instruction des relèves d’équipage à La Réunion, s’assureront que les formalités relatives à cette relève sont bien effectuées dans les temps par l’armateur.

Les autres points de contrôle de la sécurité du navire n’ayant pas conduit au constat de manquements, le Meratus Jayakarta a été autorisé à reprendre la mer dès hier soir.

1 Commentaire

  1. La relève ne sera effectuée que par des marins des pays où il seront les moins payés, je suis curieux de savoir par où transiteront-ils.
    Est-ce un motif impérieux pour atterrir à la Réunion ?

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

131 150 demandeurs d’emploi au premier trimestre de 2021 à La Réunion

Article suivant

Covid-19 : les propos d’une auditrice font sortir un médecin de ses gonds

Free Dom