//

“19 mars 1946 : une Départementalisation encore largement inachevée”

4 min de lecture
1

Courrier des lecteurs :

“Le Docteur Raymond Vergès et le Député Léon De Lepervanche obtenaient le changement du statut colonial au statut de Département Français.

Départementalisation 72 ans après, un bilan plutôt très médiocre!

À  en croire le Président Melchior et les conseillers départementaux, la départementalisation a été un modèle de réussite à La Réunion. En quoi?

Bon sang, quand est-ce que les élus-élues vont enfin dire la vérité à la population mais surtout arrêter de mentir?

“Domoun’ lé pi kouyon oté ”.

Oui, aujourd’hui nous disposons de moyens structurels:

Le nouveau statut de La Réunion a permis un rattrapage économique qui faisait défaut. L’aménagement du territoire s’est accéléré avec les routes, l’aéroport, le port et l’urbanisation des communes.Sitôt La Reunion Département Français plusieurs dizaines de milliards d’euros, sous tous les gouvernements successifs et de fonds européens ont financé ces réalisations locales.

Socialement, les réunionnais ont profité  de la sécurité offerte et de la santé publique, bien que des inégalités subsistent dans le système de soins et de service à la personne.

Culturellement, des libertés ont été conquises: légitimité du maloya et de l’ identité créole, mais la voix du peuple réunionnais reste toujours inaudible

Ainsi, de nombreuses insuffisances sont encore évidentes car une forme de  colonisation invisible persiste. 72 ans après La Réunion, ce sont plus de 100 000 chômeurs, plus de 120 000 illettrés, 39% de la population vit dans la précarité (332 500 personnes chiffres Insee).  En effet, il n’y a eu aucun accompagnement, aucune émancipation, aucun progrès sur le plan de l’emploi local, tant privé que public. Les cadres notamment sont toujours et encore très majoritairement hexagonaux, aussi bien dans les entreprises que dans les administrations ou les collectivités. Il faut faire attention à l’arbre qui cache la forêt: l’exception confirme la règle générale qui est que le chômage et la précarité ont ici les taux les plus élevés de tous les départements français.

Les inégalités sont aussi encore trop malheureusement nombreuses. Les statistiques sur la moralité, les maladies, le logement, les services publics et le  pouvoir d’achat indiquent clairement des différences en notre défaveur. Et elles sont très pénalisantes pour le réunionnais.

Comme cette réalité locale, déjà exceptionnelle,   s’est aussi beaucoup dégradée par le contexte actuel de crise généralisée, les enjeux des prochaines élections départementales et régionales du 13 et 20 juin 2021 seront donc décisives pour faire enfin du réunionnais, l’acteur prioritaire de son histoire moderne. Maintenant, La Réunion d’abord.

Dans une situation exceptionnelle, une solution d’urgence exceptionnelle responsable s’impose pour réaliser ce moment créole décisif avec un vrai projet réunionnais”.

Didier Dupont                Jean Paul Panechou    FGR

Forces de Gauches Réunion

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Contrôle routier : un motard positif au cannabis, amphétamines et cocaïne !

Article suivant

“Qui du « komor » qui prend la place dans les hôpitaux, qui du « zorèy » qui ramène la COVID19”

Free Dom