/

“2021 est l’année de tous les dangers pour les entreprises”

5 min de lecture
La Chambre de Commerce et d’Industrie dresse son bilan.
Sur l’année 2020, 35 000 établissements ont été impactés lors la crise sanitaire par les fermetures d’activités non-essentiels. 26 000 emplois ont été touchés sans compter les chefs d’entreprise. Plus de 750 millions de pertes ont été estimées.
En revanche, les GSM et magasins de bricolage ont vu leurs chiffres d’affaire augmenter.
« Grâce à l’action de l’Etat ont a pu tenir le cap. La Chambre de commerce a été aux côtés de ses entreprises. L’Etat a joué parfaitement son rôle, ce qui a permis de sauver les entreprises. Sans les aides, beaucoup d’entreprises n’auraient pas été jusqu’au bout de leurs activités », indique Ibrahim Patel.

Le Pôle économique

C’est ainsi que 23 conseillers sont restés mobilisés en période Covid pour répondre aux besoins des chefs d’entreprise.
L’État est intervenu à travers différents dispositifs :

• Mensualisation du FSN.

• Assouplissement du dispositif Région.

• Annulation des charges sociales patronales obtenue auprès du gouvernement.

• Intervention auprès de Bruno Le Maire sur le dispositif 1 salarié passé à 0 salarié (29 000 entreprises éligibles).

• Intervention auprès du Préfet pour ceux qui ne sont pas à jour des cotisations et qui peuvent prétendre au FSN.

• Intervention auprès du ministre pour les petites retraites, afin que les gens soient éligibles au Fond de Solidarité.

• Intervention auprès des Banques pour qu’elles payent le salarié en attendant le versement du chômage partiel par l’Etat.

• Intervention auprès de la Ministre du Travail pour remettre en place le coût 0 pour les jeunes (5000 et 8000).

• Nous avons interpellé les médiateurs pour les entreprises qui avaient des difficultés à obtenir le PGE.

• Sans l’accompagnement de l’Etat, beaucoup d’entreprises n’auraient pas pu maintenir leur activité et auraient déjà disparues.

• Le gouvernement a ainsi fait des Chambres de Commerce, le 1er interlocuteur des entreprises pendant la crise et pour la relance.

Le Pôle formation

Il n’y a pas eu de rupture pédagogique.

Passer d’un stade a l’autre n’a pas était facile, la formation a du s’adapter, se réinventer en moins d’un mois.

Il fallait maintenir les élèves, pour éviter la rupture pédagogique. Tous les cours, pour les 1 500 apprenants, se sont fait à distance avec 120 formateurs. Pour la formation, les 100 étudiants de l’EGC ont été en stage plus de 2 mois et demi pour aider gracieusement les entreprises“, précise Le Président de la CCIR.

Le Déconfinement

Ibrahim Patel indique que le déconfinement a été la période la plus dure :  “Cette reprise d’activité avec les contraintes sanitaires. C’était un coût supplémentaire pour protéger la population et les salariés. 15 000 masques, fabriqués localement par des petites entreprises, ont été distribués aux commerçants dans les 24 communes“.

Et l’avenir ?

Aujourd’hui, il y a des contraintes, pas de perspectives. 2021 va être une année très difficile, très compliquée, avec toute l’incertitude qui plane sur le monde de l’entreprise.
Jusqu’à maintenant l’accompagnement de l’État a permis fortement de maintenir les entreprises en activité. Cet accompagnement doit continuer 2021 car c’est l’année de tous les dangers. On aura une lisibilité sur les entreprises qui peuvent tenir le cap“, termine Ibrahim Patel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.



1 Commentaire



Free Dom
WordPress Video Lightbox