250e anniversaire de la découverte des archipels Crozet et Kerguelen

6 min de lecture
2

« La France, grâce à ses territoires dOutre-mer, est la deuxième puissance maritime mondiale derrière les États-Unis et devant l’Australie. Les Terres australes et antarctiques françaises, communément appelées les « TAAF », avec leurs cinq districts et leurs 2,3 millions de km2 de domaine maritime, contribuent largement à ce statut.

À la suite des voyages exploratoires de Marion Dufresne et de Kerguelen en 1772, la présence française, historique, souveraine, économique, scientifique, dans les archipels Crozet et Kerguelen, eut de nombreux défis à relever. Lorsque l’Eure, aviso de la Marine nationale, fait escale à Kerguelen en 1893, ou encore l’aviso Antarès en 1931 à Crozet, des cérémonies des couleurs, des salves de coups de canons et la pose de plaques de cuivre rappellent que la France est chez elle dans ces îles australes. Mais il faut attendre l’implantation des premières bases permanentes dans la deuxième moitié du XXe siècle pour qu’une continuité réelle s’installe avec la métropole, en s’appuyant sur une chaîne logistique complexe, qui se perfectionnera d’années en années.

Aujourd’hui, la réserve naturelle nationale des Terres australes françaises, dont Crozet et Kerguelen sont deux joyaux, est reconnue internationalement comme un exemple dans la gestion, la conservation et la restauration d’un patrimoine naturel terrestre et marin exceptionnel. Ces territoires constituent un laboratoire à ciel ouvert et un observatoire unique pour permettre à la science d’étudier l’impact des changements climatiques sur la planète.

L’année 2022 nous donne l’occasion, à travers le programme anniversaire proposé par le Territoire et ses partenaires, de rappeler les grandes étapes de la présence française entre les Quarantièmes rugissants et les Cinquantièmes hurlants, de contribuer à asseoir l’histoire des TAAF au sein de la mémoire collective française et à la replacer dans le contexte historique régional du sud de l’océan Indien.

Chacun pourra également trouver les clefs pour mieux comprendre et faire connaître le long processus qui a rendu possible l’inscription de ces archipels longtemps méconnus sur la liste du Patrimoine mondial de l’humanité, alors qu’ils constituent, 250 ans après leur découverte, le cœur de l’une des plus grandes aires protégées du monde. »

 Sébastien Lecornu Ministre des Outre-mer

« Marc Joseph Marion du Fresne et Yves Joseph de Kerguelen de Trémarec sont passés à la postérité en tant que navigateurs et explorateurs. Au XVIIIe siècle, ils partent, à quelques mois d’intervalle, à la recherche du mythique continent austral, la Terra australis incognita imaginée depuis l’Antiquité quelque part au sud du sud des mondes connus.

Tous deux eurent des parcours et des destins bien différents, l’un tombant mortellement sous les coups des Maoris, alors que l’autre était reçu comme un nouveau Christophe Colomb à la Cour, avant son inéluctable et lente déchéance.

Marion du Fresne et Kerguelen partagent néanmoins un incontestable mérite : celui davoir fait une découverte il y a 250 ans, celui davoir donné à la France des terres australes que lon apprécie dabord de nos jours par leur incroyable biodiversité.

L’histoire de ces découvertes, et l’histoire de ces territoires devenus les districts des archipels Crozet et Kerguelen administrés par les Terres australes et antarctiques françaises, sont marquées par des tentatives – souvent dramatiques – de peuplement, mais aussi d’exploitations économiques et d’implantations scientifiques.

Cette part épique, et encore méconnue, de notre héritage maritime, entre en résonance avec le défi que représente aujourd’hui encore la desserte logistique indispensable aux missions de souveraineté, de soutien à la recherche et de protection des écosystèmes de cette France du bout du monde. Quelle meilleure occasion qu’un anniversaire pour une mise en lumière !

Ce sera le cas tout au long de 2022, tant en métropole qu’à La Réunion et dans les districts des TAAF, grâce à un programme riche en événements culturels, en actions de communication et de médiation. J’ai hâte de découvrir tous ces rendez-vous, et je suis fière et heureuse d’être la marraine d’un voyage d’une année qui embarquera, vers ces lointains horizons, le public des deux hémisphères. »

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Dernier jour pour le Salon de l’Écologie et du Développement Durable

Article suivant

Développer le tourisme à Mafate : un fonds de développement durable en cours de déploiement

Free Dom